Pour Panasonic, l'année a débuté sur les chapeaux de roues avec le très vidéo GH5s. La firme d'Ōsaka ne semble pas vouloir “mollir” et tire une première salve d'annonces avant le salon de la photo local, le CP+, avec un compact haut de gamme, le TZ200, et le GX9 que nous allons détailler.

Panasonic G9

En 2018, Panasonic va fêter les 10 ans de sa monture Micro 4/3. En effet, c'est dans la torpeur du mois d'août 2008 que le consortium 4/3 – Four Thirds System – présentait la monture Micro 4/3. Un mois après et en vue de la photokina 2008, Panasonic dévoilait le premier appareil hybride, que nous appelions alors “compact à objectifs interchangeables”, sous l'appellation G1. La série G venait de naître. Une décennie plus tard et après un excellent G9, c'est un GX9 qui vient succéder au GX8.

panasonic-gx9-1
Digixo 719,00 €
Miss Numérique 729,00 € Voir l'offre
Webdistrib 735,53 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 742,57 € Voir l'offre
Rue du Commerce 749,90 € Voir l'offre
Amazon 799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 799,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 799,00 € Voir l'offre
Bax-shop.fr 945,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 999,00 € Voir l'offre
La Redoute 999,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Retouches ergonomiques

Dans la gamme hybride de Panasonic, la série G se caractérise par un look de petit reflex, les GX arborent des lignes de gros compacts, les GH s'orientent vers la vidéo, et les GM – le GM5 figure encore au catalogue – jouent la carte de la compacité. Logiquement, le GX9 reprend donc les grandes lignes de la famille avec un corps ramassé sous la forme d'une petite brique, une petite poignée pour une bonne préhension et un viseur décalé sur l'arrière gauche. Notez d'ores et déjà que le viseur est toujours monté sur une charnière qui permet de l'orienter vers le haut sur 90°. Une caractéristique unique dans le monde des hybrides et, bien sûr, des reflex.

Dans les petites améliorations, nous apprécions la présence d'une cale pour le pouce à l'arrière afin d'améliorer la prise en main, mais qui s'accompagne hélas d'un rétrécissement de la poignée sur la face avant. La cause en est une réorganisation importante des commandes. Exit la molette-déclencheur sur la poignée comme sur le GX8. L'opération d'amaigrissement oblige à un rapatriement sur le corps du boîtier. Le GX9 conserve le double barillet pour choisir à la fois le mode d'exposition (PSAM, mode scène, vidéo, panoramique par balayage…) et opérer une correction d'exposition sur +/- 3 IL.

Panasonic GX9 vue de dessusLa nouvelle organisation des commandes permet le retour bienvenu du flash pop-up.

Le retour du flash

Le levier de mise sous tension se retrouve, lui, repoussé à l'arrière et intègre désormais la commande d'enregistrement direct en vidéo. Ce réaménagement permet le retour triomphant d'un flash pop-up sur la série GX. Bravo ! Rassurez-vous, le GX9 dispose toujours d'un pilotage en double molette, la seconde étant désormais positionnée au dos de l'appareil. Un dos qui lui aussi évolue, mais dans des proportions moindres. Vous retrouverez le levier pour choisir le mode autofocus, le trèfle de sélection pour accéder rapidement aux collimateurs AF, la sensibilité ISO, la balance des blancs et les motorisations.

Panasonic GX9 vue de dos

Les possesseurs de GX8 l'auront sans doute remarqué : le nouveau venu abandonne (à notre plus grand regret) l'écran monté sur rotule au profit d'un modèle sur double charnière qui offre une inclinaison vers le haut à 80° et vers le bas jusqu'à 45°. Pour nous consoler, Panasonic a changé la dalle qui est plus précise avec 1 240 000 points (contre 1 040 000 points sur le GX8). Il reste naturellement – et heureusement ! – tactile et pourra servir de joypad géant pour déplacer les collimateurs AF au pouce lorsque le viseur est utilisé.

Panasonic GX9 écran inclinableAdieu la rotule, le GX9 est équipé d'un écran sur double charnière pour une inclinaison haut/bas.

Une petite hausse de définition que nous retrouvons également avec le viseur électronique dont la dalle, passe de 2 360 000 points à 2 760 000 points, tout en passant d'une technologie Oled à LCD moins qualitative, mais moins onéreuse. Le gain est bien présent, mais il sera sans doute marginal à la visée, surtout que le grossissement se réduit pour passer de 0,77x à 0,7x.
Notez que le viseur est doté d'un détecteur de présence qui permettra d'enclencher automatiquement la mise au point à l'approche de l'œil. Cette fonction sera débrayable. Quant aux petits détails, le cache de protection des connecteurs se rétracte automatiquement dans le boîtier et dans un élégant mouvement pour laisser un accès libre à la prise HDMI et au port USB.

Panasonic GX9 vue de côtéNous espérons que le système de cache rétractable présenté sur le GX9 trouvera place dans les prochains boîtiers de la marque.

Jusqu'à 900 vues avec une batterie ?

La prise USB au format Micro permet d'ailleurs la recharge de la batterie. Un bon point, car l'autonomie annoncée est de 250 vues. Pas de quoi s'extasier, donc. Nonobstant, le mode ECO permettrait de tripler (et même plus) l'autonomie pour atteindre 900 vues ! Rappelons que ce mode ECO plonge le boîtier dans une veille profonde dès que le viseur n'est pas utilisé après un certain laps de temps que l'on pourra définir. Lors de nos précédents tests d'appareils hybrides Panasonic, nous avions observé que le mode ECO permet effectivement de gagner notablement en autonomie. Les ingénieurs de la marque annoncent avoir amélioré le processus, ce que nous vérifierons lors de nos tests.

Le GX9 hérite des dernières évolutions opérées dans les menus des G9 et GH5/GH5s. Les menus sont plus denses (8 lignes contre 5 précédemment), vous pouvez désormais créer votre propre menu personnalisé et les raisons des textes grisés apparaissent désormais en surimpression.

Du Bluetooth, mais que pour l'appairage

Le GX9 intègre une puce Wi-Fi et une autre Bluetooth pour faciliter l'appairage des boîtiers. Malheureusement, il n'est toujours pas possible d'utiliser le Bluetooth pour transférer les images, il faut donc impérativement passer par la connexion Wi-Fi bien plus énergivore pour recevoir les fichiers sur un smartphone ou une tablette. L'app Panasonic s'avère l'une des plus riches du moment, mais il reste encore des progrès à accomplir pour avoir accès à tous les menus à distance. Ces limitations sont difficiles à comprendre.

Quelques accessoires en option

Le GX9 est accompagné d'une poignée additionnelle (65 €) qui redonne un peu de corps à la prise en main. Vous trouverez aussi un œilleton large (20 €) qui permet de mieux s'isoler à la prise de vue, mais qui rend l'ensemble plus volumineux.

Panasonic GX9

Toujours 20 Mpx et sans filtre passe-bas

L'œil du GX9 évolue également et nous dénichons le capteur Live MOS de 20,3 Mpx équipant déjà les GH5 et G9 et qui est dépourvu de filtre passe-bas. L'imageur est accompagné d'un nouveau processeur de traitement des données Venus Engine qui autorise, d'après le constructeur, un meilleur rendu des couleurs et une dynamique étendue. Comme sur le GX8, le nouvel hybride est équipé d'un obturateur électromagnétique assez silencieux et qui occasionne peu de vibrations. Naturellement, le capteur dispose d'un obturateur électronique capable de “grimper” jusqu'au 1/16 000 s contre 1/4 000 s en mode mécanique.

Dual IS (mais pas le 2)

Le GX7 fut le premier hybride Panasonic à proposer une stabilisation mécanique, le GX8 le premier à proposer la double stabilisation mécanique+optique appelée Dual IS. Le GX9 reconduit cette technologie sans toutefois passer à la version 2 du système que l'on retrouve notamment dans le G9. À quoi la faute ? Au manque de place, apparemment. Le système de stabilisation Dual IS 2 qui permettait de gagner jusqu'à 6,5 IL (nos tests montrent plutôt 4 IL…) est trop volumineux pour trouver place au sein du GX9. Il faudra donc se contenter de la première version du système qui annonce un gain de l'ordre de 4 IL. Le système est aujourd'hui compatible avec une vingtaine d'optiques Panasonic, mais continue à ne pas exploiter pleinement le potentiel des optiques Olympus (il y a peu d'optiques Olympus stabilisées).

Réactivité

Le GX9 embarque comme il se doit un module autofocus à détection de contraste épaulé par la technologie DFD (Depth From Defocus) qui améliore la recherche du point. Il ne s'agit toutefois pas de la dernière mouture qui analyse les images à 480 i/s, mais “uniquement” sur 240 i/s. Le G9 conserve donc une petite longueur d'avance. Cela dit, le GX8 a obtenu d'excellents scores lors de nos tests et le GX9 devrait logiquement marcher dans ses pas. Panasonic annonce même des performances à la hausse avec notamment de nouveaux algorithmes pour le suivi de sujets en mouvement. L'AF en basse lumière a également été amélioré, en particulier avec une mesure sur une très petite surface. Vous pourrez également zoomer jusqu'à 20x dans la visualisation écran/viseur en mise au point manuelle.

Côté rafale, le GX9 “pilonne” à 9 i/s sans suivi autofocus et à 6 i/s avec une mise au point en continu. Le mode 4K Photo – mais pas le 6K Photo… – est toujours de la fête et devient un peu plus souple. Il est toujours possible d'enregistrer des séquences à 30 i/s (sous la forme de petites séquences vidéo) sans limite de temps et d'extraire une image depuis le boîtier. Désormais, l'appareil est capable de détecter les mouvements et les visages afin de marquer les moments les plus importants et d'extraire des séquences d'images. Vous pouvez aussi créer des séquences composées à partir de 3 à 40 images. Les modes Post-Focus (changement de zone de mise au point après la prise de vue) et Focus Stacking (amélioration de la profondeur de champ) sont toujours disponibles.

Panasonic GX9 4K Photo

L. Monochrome D

Le GX9 dispose toujours des filtres créatifs, mais s'enrichit également d'un nouveau mode monochrome baptisé L. Monochrome D qui vient compléter l'offre noir et blanc de la marque, déjà bien complète. Avec ce dernier mode, les ingénieurs ont cherché à se rapprocher de la structure d'un noir et blanc argentique. Notez qu'il est possible d'ajouter du grain à vos images pour donner un peu plus de matière. Les premières images que nous avons vues montrent une évolution assez subtile et pas franchement évidente.

Et l'enregistrement vidéo ?

Pas de bouleversement du côté de la vidéo avec la possibilité de capter en UHD à 30/25/24p. Pour atteindre 60/50p, il faudra donc basculer en HDTV 1080.

Prix et disponibilité

Le GX9 sera disponible au début du mois d'avril en noir ou noir/argent au tarif officiel de 799 €. Différents kits seront également proposés…

→ GX9 + 12-32 mm f/3,5-5,6 à 899 €.
→ GX9 + 12-60 mm f/3,5-5,6 à 999 €.
→ GX9 + 12-32 mm f/3,5-5,6 + 35-100 mm f/4-5,6 à 1 099 €.
→ GX9 + 14-140 mm f/3,5-5,6 à 1 199 €.

Un kit davantage orienté photo de rue avec un 15 mm f/1,7 griffé Leica est également à l'étude.

Panasonic GX9

Notre premier avis

Avec le GX9, Panasonic débute l'année 2018 en fanfare ! Le nouveau modèle aligne les bons points (nouveau capteur, nouveau processeur, nouveaux menus…), mais ne vient pas réellement bouleverser la donne. Les évolutions sont bien présentes, mais elles étaient attendues. À notre avis, la vraie et bonne surprise vient du positionnement tarifaire. Alors que le GX8 a été présenté à 1 199 € nu, le GX9 sera disponible à 400 € de moins ! Sous la barre symbolique des 900 €, le GX9 devrait faire de l'œil à de nombreux photographes, notamment les amateurs de photo de rue par sa compacité et sa réactivité.

Lire aussi…

Tous les tests d'hybrides Panasonic
Présentation du Panasonic GX8

Renaud Labracherie
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications