Leica enrichit sa gamme hybride avec un nouveau modèle APS-C qui accompagne la série TL. Il répond au doux sobriquet CL, en référence au boîtier iconique argentique des années 1970. Présentation…

Leica CLLeica CL

Retour dans le temps. En 1973 et en collaboration avec Minolta, Leica dévoile le CL, un appareil photo 35 mm compact et équipé de la baïonnette M. Pour la petite histoire, les boîtiers furent fabriqués au Japon (à Ōsaka) aussi bien pour le marché nippon (Leitz Minolta CL) que pour le reste du monde (Leica CL). Pour la première fois, la griffe allemande permettait à une autre marque d'utiliser sa monture M. C'était également le plus petit boîtier à visée télémétrique en monture M, une caractéristique qui fera du CL un boîtier emblématique malgré une production limitée – trois ans seulement –, Leica craignant que ce petit CL fasse de l'ombre aux modèles M. Autre point important : son prix. Cet appareil photo était à l'époque beaucoup moins cher que les M de Leica. Il est encore actuellement recherché, car peu onéreux. Des optiques, également très compactes, furent développées pour le CL, à l'image du Leica 40 mm Summicron f/2.

Leica CL

Retour en numérique et sous une autre forme

Leica CLLeica CL 1973 dans le flou, Leica CL 2017 en avant.

En 2017, Leica ressuscite ce boîtier sous une forme numérique en conservant tout simplement le nom. Le nouveau boîtier vient donc rejoindre le TL2 dans la gamme des hybrides APS-C de la marque. Malgré son nom CL, le nouvel appareil de Leica ne ressemble pas vraiment au modèle argentique qui était plus ramassé et plus haut. Ironiquement, le CL “dernier cru” ressemble plutôt à un petit M avec ses bords arrondis et ses molettes placées sur le dessus. Il ressemble aussi beaucoup au Leica X2, le compact APS-C de la marque.

Nous aurions apprécié une inspiration argentique plus marquée et un design moins “cabossé” au niveau de la griffe flash/viseur. Les variations de volumes et de hauteurs sont trop nombreuses et une intégration moins visible aurait donné plus de cachet au boîtier. Mais ne boudons pas notre plaisir, le CL version 2017 présente vraiment bien avec une superbe finition. Les commandes ont la bonne fluidité et s'utilisent sans accrocs. Sur le dessus du boîtier, vous noterez la présence d'un petit écran LCD de rappel monochrome qui permet de connaître l'ouverture, le mode d'exposition, le temps de pose et la correction d'exposition immédiatement visible. Dommage que cet écran s'éteigne lorsque l'appareil est mis hors tension, un affichage permanent serait un plus. Notez toutefois le souci du détail avec un rétroéclairage automatique lorsque la lumière devient faible. Bien vu. En revanche, la trappe d'accès à la batterie/carte mémoire est en matière plastique et détonne avec le reste du boîtier. Pourquoi ne pas avoir reconduit le système, élégant et mieux intégré, du TL2 ? Petite larme versée…

Leica CLLes deux molettes du Leica CL disposent d'un bouton central pour accéder aux principaux réglages.

Sur le dessus du boîtier, vous trouverez également deux molettes intégrant une commande en leur centre. Cela permet de régler rapidement les principaux réglages : ouverture, temps de pose, correction d'exposition ou sensibilité ISO. Parmi les nouveautés, nous apprécions le menu personnalisable qui s'affiche dès que l'on presse la touche Menu.

D'un point de vue technique

Le CL reprend les grandes lignes techniques du récent TL2. À l'intérieur, vous retrouverez le capteur APS-C de 24 Mpx qui sévit déjà dans le TL2 et d'autres concurrents APS-C. Le CL est aussi doté du processeur de traitement des données Maestro II qui équipe les derniers boîtiers numériques de la marque. La gestion du bruit électronique devrait être très proche, voire similaire à celle du TL2. En attendant notre test, nous vous proposons d'ailleurs de redécouvrir la montée en sensibilité de “l'autre” hybride APS-C de la marque.

Côté autofocus, le CL est équipé du module à détection de contraste sur 49 points qui niche, là encore, dans le TL2. Bon en pleine lumière, il nous avait déçus dans des conditions lumineuses plus délicates. Le CL sera-t-il plus à l'aise dans la pénombre ? Il faudra patienter encore quelques jours pour connaître le verdict. La cadence rafale, elle, grimpe à 10 i/s, soit 3 images de plus que le TL2.

Le Leica CL est capable de filmer en UDH (3 840 x 2 160 px) à la cadence de 30 i/s. Il propose également d'enregistrer en HDTV 1080 à 60 i/s.

Un écran tactile, mais fixe et plus de connecteurs

Côté visée, le CL intègre une dalle OLED de 2,36 millions de points avec un grossissement généreux de 0,74x. La visée est large et plutôt fluide. Le boîtier propose également un écran LCD de 7,6 cm affichant 1 040 000 points, tactile, mais toujours pas orientable. Le boîtier APS-C dispose d'une puce Wi-Fi pour à la fois récupérer les clichés sur un smartphone et le contrôle à distance sans fil et c'est tout. Oui, le CL fait l'impasse sur les autres connecteurs. Exit donc la sortie HDMI et l'USB qui aurait été pratique pour recharger la batterie du boîtier. Cette dernière est identique à celle du Leica Q et n'offre malheureusement qu'une autonomie limitée de 220 vues...

Leica CLLe dos du nouveau Leica CL

Gamme optique

Le Leica CL débarque avec une nouvelle optique, l'Elmarit 18 mm f/2,8 extrêmement compact. Cela porte à sept le nombre d'optiques Leica au format TL (APS-C). À cela, il faut compter les sept optiques SL (24x36). Toutefois, il est peu probable que les utilisateurs d'un boîtier APS-C montent un jour une optique SL bien trop imposante ! Plus intéressant, des bagues d'adaptation (prix bientôt disponible) donnent la possibilité d'utiliser les optiques M et R.

3 questions à Stefan Daniel

Lors de la présentation du CL, nous avons pu rencontrer Stefan Daniel, directeur général pour Leica Photo. L'occasion de lui poser trois questions sur le nouveau venu.

La monture L permet d'utiliser à la fois des capteurs APS-C et 24x36. Pourquoi avoir choisi un format APS-C alors que le CL argentique était un boîtier 24x36 ?

Le format APS-C est à notre avis le meilleur compromis entre la compacité, la facilité d'utilisation et une excellente qualité d'image. Nous voulons que la photographie puisse faire facilement partie de la vie quotidienne des créateurs passionnés. L'utilisation d'un capteur 24x36 aurait rendu l'appareil plus volumineux, notamment au niveau des optiques.

L'interface graphique du CL ne reprend pas les codes plus modernes du TL2. Pourquoi ?

Le CL n'est pas le successeur du TL2. Il est beaucoup plus traditionnel dans son approche, plus iconique et plus proche de l'ADN de Leica dans ce sens. Il se veut plutôt un complément au TL2 qui a une philosophie plus moderne de la photographie.

Avec le CL, vous présentez une optique 18 mm f/2,8 très compacte qui colle parfaitement à la philosophie du boîtier. Allez-vous développer ce type d'optiques ? Pourquoi opter pour un design moderne sans bague de diaphragme, par exemple ?

Vous savez que nous ne pouvons pas évoquer nos futurs développements. Notre volonté pour ce nouveau TL 18 mm f/2 relève de la compacité et nous n'avons pas la place pour installer une bague de diaphragme. En outre, et peut-être plus important, toutes les autres optiques TL/SL n'ont pas de bague de diaphragme et les boîtiers en monture L doivent bénéficier d'un moyen de réglage de l'ouverture directement sur le boîtier. Il est donc logique pour nous de suivre ce concept pour les nouvelles optiques.

Prix et disponibilité

Leica CLLe Leica CL et l'imposant Summiux TL 35 mm f/1,4

Le Leica CL sera disponible dès la fin novembre 2017 au tarif conseillé de 2 490 € (nu), 3 490 € avec le 18 mm f/2,8 et 3 650 € avec le zoom Vario 16-56 mm f/3,5-5,6.

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications