Dans la famille Atomos, je voudrais le Ninja Inferno ! Le dernier né de la célèbre famille d’enregistreurs externes a pointé le bout de son nez le jour même de la sortie officielle du Panasonic Lumix GH5. Coïncidence ? Certainement pas.

On commencerait presque à se perdre dans les noms guerriers de la gamme proposée par Atomos. Entre les Ninja, les Shogun, les Samurai, les Blade, les Flame, les Inferno, il faut parfois démêler qui fait quoi. Ce nouveau venu appartient donc à la famille Inferno, le fer de lance actuel de la marque. Tout comme le Shogun Inferno, il est donc doté d’un moniteur LCD de 7 pouces, tactile, délivrant des images d'une défintion de 1 920 x 1 200 et codées en 10 bits.

Alors que le grand problème de ce type d’équipement reste la fiabilité et l’adaptabilité en milieu lumineux, la famille Inferno garantit des écrans à forte luminosité (1 500 cd/m2) et dotés de plus de 10 IL de dynamique. Avec des écrans quasiment quatre fois plus performants que la concurrence, les Inferno devraient donc s’adapter sans problème aux conditions de forte luminosité.

Enregistreur externe Atomos Ninja Inferno Enregistreur externe Atomos Ninja Inferno

Associés avec une sonde de calibration, les enregistreurs Inferno permettent de visionner avec justesse les images captées. La technologie AtomHDR permet de plus de profiter des modes Log de différentes caméras et supporte les LUT colorimétriques. Pour les images à destination de l’étalonnage, c’est un excellent moyen d’exploiter pleinement le potentiel du Log sans avoir à se contenter d’un retour délavé et donc peu fiable. À noter que cet affichage de prévisualisation est disponible en REC709, pour les diffusions broadcast ou en HDR pour des diffusions plus qualitatives.

Enregistreur externe Atomos Ninja Inferno

Dotés de deux batteries dorsales Sony NP-F échangeables à chaud, les enregistreurs Inferno permettent d’enregistrer sur disques SSD des médias provenant de la plupart des caméras et appareils photos du marché — à condition que l’appareil soit doté d’une sortie vidéo délivrant un signal non compressé. Alors que la gamme Flame restait bridée au 4K UHD 30p, la famille Inferno s’est offerte une cure de stéroïdes. Ils permettent en effet de recevoir un signal atteignant le 4K DCI 60p et de l'enregistrer aux formats Apple ProRes ou Avid DNxHR en 4:2:2 10 bits.

Enregistreur externe Atomos Ninja Inferno

Alors que le Shogun Inferno permet l’acquisition d’un signal RAW par l’intermédiaire de ses entrées SDI, le Ninja Inferno ne dispose que de deux prises HDMI 2.0 (une entrée et une sortie) et ne peut présenter cette fonctionnalité. Les enregistreurs Ninja présentant toujours des connectiques plus limitées que les Shogun (qui combinent SDI et HDMI), il s’agit ici de la différence majeure entre ces deux versions.

Enregistreur externe Atomos Ninja Inferno

Alors que l’arrivée du Lumix GH5 promet justement une sortie HDMI 4K DCI 10 bits, les utilisateurs qui n’ont que faire des prises SDI trouveront donc dans l’Atomos Ninja Inferno le compagnon de voyage idéal pour travailler images et sons avec fiabilité et précision.

Le Ninja Inferno est vendu 995 $ HT et peut être complété par un pack optionnel d’alimentation à 149 $ HT ou un pack d’accessoires variés (alimentation, pare-soleil, dock SSD, Pelicase, etc.) à 29 5$ HT. À noter que cette sortie s’accompagne d’une diminution du prix de la gamme Flame. Le Shogun Flame voit ainsi son prix baisser de 700 $ (prix final : 995 $ accessoires inclus) tandis que le Ninja baisse de 500 $ (prix final : 795 $ accessoires inclus).

Source : Atomos

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications