Fujifilm distille petit à petit les informations concernant son nouvel hybride à grand capteur, le GFX, que l'on qualifiera de moyen format. Aujourd'hui, ce sont les prix et les disponibilités qui sont annoncés.

Fujifilm GFX 50SLe Fujifilm GFX 50S et les premières optiques GF disponibles.

Si les différentes informations techniques ont été divulguées lors de la présentation du GFX à la photokina 2016, il manquait une information, et de taille : le prix. Lors de notre prise en main, nous avions pu avoir quelques vagues informations et les responsables de la marque nous annonçaient un tarif en dessous de 10 000 $ avec un objectif.

Moins de 10 000 € TTC... tout juste avec les options

Au final, le GFX sera commercialisé au mois de mars au tarif conseillé de 6 999 € tout nu.

Il faudra ajouter 1 600 € pour acquérir le 63 mm (équivalent à un 50 mm en 24x36) pour partir photographier avec le moyen format de Fujifilm. Soit un total de 8 600 € — l'addition reste bien inférieure à la barre symbolique des 10 000 €. Le moyen format de Fujifilm se positionne donc assez bien vis-à-vis de son seul concurrent, le Hasselblad X1D. L'hybride suédois équipé du même capteur est disponible depuis le début de l'année (avec un retard de presque 6 mois par rapport aux premières dates annoncées) au tarif de 7 900 € mais... hors taxes. Au final et en TTC, le X1D culmine à 9 480 € et il faut ajouter 2 280 € pour le 45 mm f/3,2.

Le GFX devient également un sérieux concurrent du moyen format Pentax 645Z qui se négocie actuellement à 7 999 € avec une optique au choix : 35 mm f/3,5, 55 mm f/2,8 ou 150 mm f/2,8. En outre, Pentax propose des réductions de 10 et 15 % sur la seconde et la troisième optique achetées.

Si le GFX dispose bien d'un viseur électronique amovible livré dans la boîte, l'accessoire qui permet son orientation est vendu en option. L'ajout d'un tel accessoire n'est pas vraiment anodin et il faut en effet compter 650 € pour le EVF-TL1. Celui-ci permet une orientation de 0 à 90° à l'horizontale et peut pivoter sur 90° (45° à gauche et 45° à droite).

Le viseur électronique s'oriente facilement pour faciliter les prises de vue avec un adaptateur.

En outre, il sera commode d'ajouter une poignée d'alimentation qui permettra de multiplier par deux l'autonomie du boîtier. Mais là encore, l'addition est plutôt salée : la poignée est commercialisée à 680 € également. Il faudra enfin débourser un peu moins de 140 € pour la batterie supplémentaire (NT-T125). Lors de notre prise en main, les ingénieurs de Fujifilm nous avaient d'ailleurs annoncé une autonomie supérieure à celle du X-T2 et la fiche technique du GFX annonce une autonomie de 400 vues.

Poignée alimentation GFX FujifilmLa poignée d'alimentation VG-GFX, qui permet aussi de recharger les batteries sera vendue 780 €.

Au final, le GFX 50S (7 000 €) + viseur orientable (650 €) + poignée/batterie (680 € + 140 €) + optique 63 mm (1 600 €) revient à environ 10 000 € au complet (10 070 €).

Des précisions et des bagues

La fiche technique divulguée par Fujifilm reste toutefois assez succincte. Il manque encore quelques informations, dont la motorisation, mais la marque confirme certains points évoqués lors de la présentation. Ainsi, il sera bien possible de filmer en HDTV 1080 (pas de format UHD ou 4K, contrairement au X-T2) en 29,97p / 25p / 24p / 23,98p et à 36 Mbps jusqu’à 30 min. L'obturation électronique, bien présente, permettra de grimper au 1/16 000 s et de déclencher de manière totalement silencieuse.

Fujifilm confirme également la commercialisation d'une bague d'adaptation de la monture H vers G pour monter les objectifs Super EBC Fujinon HC conçus pour le moyen format argentique Fujifilm GX645AF. Pour l'instant, nous n'avons pas encore le prix. Un adaptateur est même prévu pour monter le moyen format sur une chambre 4x5.

Bague GFX FujifilmLa bague d'adaptation H vers G pour monter les anciennes optiques du moyen format argentique.

Et encore

Fujifilm dévoile également quelques captures d'écran qui permettent d'en apprendre un peu plus sur le nouveau boîtier. Ainsi, il sera possible de personnaliser jusqu'à 8 touches et l'autofocus pour afficher de 117 points (9 x 3 collimateurs) à 425 points AF. Il sera possible de déplacer la zone AF soit directement sur l'écran LCD, soit à l'aide d'un joystick.

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenu sponsorisé