Premier tour de chauffe pour le Panasonic GH5s dans notre studio de test pour une désormais traditionnelle montée en sensibilité ISO. Pour l'instant, nous nous concentrerons sur le mode photo du boîtier hybride.

Si le GH5s est très orienté vidéo, nous vous proposons une première découverte du potentiel de ce nouvel hybride du côté photo. Si la définition est “limitée” à 10 Mpx (largement suffisant pour l'enregistrement vidéo UHD/4K), le capteur apporte pas mal de nouveautés, notamment l'enregistrement des fichiers bruts sur 14 bits. Hélas, les fichiers bruts ne sont pour l'instant pas pris en charge par les principaux logiciels de développement RAW, ni nos outils d'inspection comme RawDigger. Il faudra donc patienter un peu pour découvrir ce que recèlent des images .RW2. Nous nous contenterons ici d'analyser et de comparer les images JPEG issues du boîtier.

Jusqu'à 204 800 ISO

Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les images JPEG en pleine définition et télécharger les fichiers bruts pour un examen ultérieur. Plusieurs informations convergent autour de l'utilisation par Panasonic d'un capteur Sony IMX294CJK modifié. Il s'agirait donc d'un modèle de type BSI (rétroéclairé) qui, d'après Sony, serait exceptionnel au niveau des performances en basse lumière.

Les JPEG

Après avoir vu défiler des capteurs à plus de 20, 30 ou 40 Mpx, il n'est pas évident de revenir à une définition de 10 Mpx. Le bruit est bien contenu jusqu'à 400 ISO, mais au-delà et toujours à 100 % sur écran, il est possible de distinguer du moutonnement à 800 ISO sur certaines zones colorées de la charte ColorChecker et notamment le vert foncé. Rien de dramatique et les images sont encore très détaillées à 1 600 ISO, ce qui est remarquable pour un capteur 4/3”. Les algorithmes sophistiqués de Panasonic – qui analysent l'image pour appliquer des corrections différentes selon la complexité des zones – permettent de maintenir un bon niveau de rendu à 3 200 ISO avec un bon équilibre entre le lissage du grain et la préservation des détails. 6 400 ISO est habituellement la sensibilité limite pour les capteurs 4/3”, et là encore, les résultats sont corrects.
Certes, le lissage est plus appuyé, notamment sur les aplats colorés et nous aurions apprécié un traitement un peu plus naturel, quitte à obtenir plus de grain. Pas de mystère : à 12 800 ISO, le traitement fait disparaître les plus fins détails sur les scènes complexes. Une étape est clairement franchie à 25 600 ISO et le capteur est plutôt maltraité à cette sensibilité sous un aspect photographique. Le lissage devient peu esthétique et assez grossier. Au-delà, le traitement devient logiquement de plus en plus compliqué et il est difficile de recommander d'utiliser les sensibilités supérieures. Dans les plus hautes sensibilités, vous noterez de fortes dérives colorimétriques et une granulation impressionnante.

Tirages équivalents et comparaisons

Naturellement, il est surtout intéressant de comparer les images du GH5s à la concurrence actuelle qui propose des capteurs plus précis, ce qui facilite aussi le traitement du bruit électronique pour le tirage, par exemple. Nous avons “normalisé” les images pour un tirage 40 x 60 cm en 150 dpi, soit une définition de 8 Mpx environ. Nous avons comparé les images à 3 200 ISO et 12 800 ISO.

Panasonic GH5s vs G9 (4/3” / 20 Mpx)
panasonic-gh5s-3200iso-8mpxpanasonic-g9-3200iso-8mpx
panasonic-gh5s-12800iso-8mpxpanasonic-g9-12800iso-8mpx

Panasonic GH5s vs Olympus E-M1 Mark II (4/3” / 20 Mpx)
panasonic-gh5s-3200iso-8mpxolympus-em1-2-3200iso-8mpx
panasonic-gh5s-12800iso-8mpxolympus-em1-2-12800iso-8mpx

Panasonic GH5s vs Fujifilm X-E3 (APS-C / 24 Mpx)
panasonic-gh5s-3200iso-8mpxfujifilm-x-e3-3200iso-8mpx
panasonic-gh5s-12800iso-8mpxfujifilm-x-e3-12800iso-8mpx

Panasonic GH5s vs Nikon D850 (24x36 / 44 Mpx)
panasonic-gh5s-3200iso-8mpxnikon-d850-3200iso-8mpx
panasonic-gh5s-12800iso-8mpxnikon-d850-12800iso-8mpx

Le manque de définition se fait ici clairement sentir et le GH5s délivre dans pratiquement tous les cas une image moins précise, mais le moutonnement est moins présent, notamment si vous comparez le GH5s avec l'Olympus E-M1 Mrk II.

En photo, le gain d'un capteur moins défini n'est donc pas évident, même à 3 200 ISO. Nous sommes donc un peu déçus par la prestation de l'hybride de Panasonic, mais la gestion du bruit électronique n'est pas le seul critère à placer dans la balance et nous sommes curieux de voir le comportement du capteur dans notre test de la dynamique. Il reste également à évaluer les performances du GH5s en vidéo dans les hautes sensibilités – le capteur de 10 Mpx sera bien plus à l'aise dans cette discipline et devrait pouvoir montrer tout son talent et toute sa sensibilité. Affaire à suivre, donc.

Lire aussi…

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications