Intéressant par le simple fait qu'il constitue une première tentative d'entrée de Fujifilm dans le monde de la captation vidéo, le X-H1 est qui plus est l'un des premiers hybrides à faire fi de l'argument de la compacité pour mieux s'adresser aux professionnels de l'image. Après une première prise en main de l'appareil il y a quelques semaines, nous avons eu l'occasion de revenir sur les choix de Fujifilm avec Jun Watanabe et Tomohide Yazawa, directeurs des ventes et du marketing de la division Image du groupe.

De gauche à droite : Tomohide Yazawa, Jun Watanabe, Shu Amano et Toru Yasutake.

Qu'est-ce qui fait du X-H1 un appareil crédible sur le marché de la prise de vue vidéo ? Quels sont ses avantages par rapport à des appareils tels que les Panasonic GH5, GH5s et Sony A7S II ?

Jun Watanabe : Son avantage le plus important se trouve dans la qualité de la reproduction des couleurs. Nous avons intégré au X-H1 la nouvelle simulation de film Eterna qui est particulièrement adaptée pour obtenir une esthétique cinématographique. Cela me semble être un très bon atout par rapport à la concurrence. Caractéristiques techniques mises à part, la qualité de reproduction des couleurs offerte par le X-H1 constitue donc son principal argument à destination des vidéastes.

Il vous reste de l'article à lire
Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications