Si de nombreux utilisateurs sont de plus en plus avertis sur la nécessité de sauvegarder leurs rushes le plus vite possible, transporter un ordinateur portable, un disque dur externe, un lecteur de cartes peut vite devenir encombrant et contraignant. Gnarbox a souhaité apporter une solution abordable à tous les amoureux de l’image sans cesse en balade.

En vidéo, la course à la performance a permis en quelques années de quadrupler nos résolutions, nos sensibilités, nos latitudes d’images. Mais le revers de la médaille est bien souvent oublié : le poids des fichiers est de plus en plus conséquent. Et l’innovation dans le domaine du stockage informatique peine à suivre cette cadence effrénée. Le temps où l'on pouvant sans problème se contenter d’une seule carte SD, voire deux, qu'on déchargeait une fois rentré est bien révolu.

La Gnarbox se présente comme un disque dur externe autonome de 128 Go de mémoire flash. Il est doté d’un lecteur de carte SD et d’un lecteur de carte microSD. Lorsque vous y glissez vos cartes, le disque dur se charge d’en copier le contenu sur son stockage interne. Tout le contenu est dès lors accessible en Wi-Fi fermé et modifiable sur l’application mobile Gnarbox, disponible sur iOs et Android. Le principe est aussi simple que cela.

Dotée aussi de deux ports USB Type-A et d’un port micro-USB 3, cette petite boîte magique est donc compatible avec d’éventuels lecteurs de cartes externes. Ainsi, les cartes CF, XQD, P2 ou autres ne sauraient logiquement être en reste. À noter cependant : si le disque accepte des fichiers de toute résolution jusqu’à la 4K, et aux cadences allant de 12 à 240 i/s, il ne se cantonnera qu’aux fichiers .MP4, .MOV, .JPG, .PNG et certains RAW (Canon, Nikon, Sony, Panasonic, Olympus, Samsung, Casio, Ricoh, Leica, Minolta, Pentax et… ouf, Fujifilm). La compatibilité avec les fichiers XAVC n’est pas assurée.

Compacte (8,6 x 13,5 cm), la Gnarbox est aussi très résistante : elle est certifiée à l’épreuve de l’eau, des chocs et de la poussière. Sa batterie de 4 000 mAh assure 4 à 6 heures d'utilisation pour une charge pleine. Elle peut être rechargée par son port Micro-USB par l’intermédiaire du secteur ou d’une batterie externe.

L’interface mobile, quant à elle, permet d’éditer des vidéos en 4K ou des photos en RAW. Ses outils semblent assez poussés, puisqu’on y trouve des effets de slow-motion (ralentis) et de corrections colorimétriques. Comme c’est l’usage désormais, le partage sur les réseaux sociaux est bien évidemment de la partie.

La Gnarbox semble être destinée avant tout aux aventuriers et amoureux des sports extrêmes — la page d’accueil de la marque met d'ailleurs en avant les utilisateurs de drones et de GoPro. Mais la conception robuste et la praticité de ce disque dur pourraient en faire un outil prisé des documentaristes et des journalistes/reporters.

La Gnarbox est disponible en précommande pour 299 $ pour une livraison d’ici la fin du mois d’avril.

Source : Site officiel de Gnarbox

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications 

À lire aussi