Quatrième modèle de la série des X100, le Fujifilm X100F (F pour "four", quatre en anglais) reprend les grands principes de la série des compacts à capteur APS-C de Fujifilm tout en offrant un niveau de performances supérieur grâce à l’introduction d’un processeur plus puissant, d’un capteur à la définition 24,3 Mpx et d’un viseur hybride optique / électronique plus perfectionné.

Fujifilm X100F

La visée hybride. C’est véritablement ce qui a fait le succès du premier X100 sortie en 2011. Depuis ce modèle, elle n’a cessé de s’améliorer, passant d’une simple bascule entre les modes optique et électronique à un modèle véritablement hybride sur le X100T où visées optique et électronique peuvent se superposer pour profiter simultanément du meilleur des deux mondes. Sur le X100F, Fujifilm pousse cette intégration un peu plus loin en autorisant désormais le zoom dans la zone de visée électronique en mode hybride. Cette portion de l’image correspondant à la zone de mise au point profite de la correction de parallaxe déjà active sur les repères de cadrage. Côté viseur lui-même, le X100F reprend la dalle LCD de 0,48" et 2,36 Mpts du X100T. C’est toujours moins que le Leica SL et ses 4,41 Mpts, mais le confort de visée devrait néanmoins en sortir grandi grâce à une fréquence de rafraîchissement qui atteint désormais 60 i/s.
À l’arrière, le X100F conserve l’écran LCD de 3" et 1,04 Mpx de son prédécesseur, toujours fixe, et toujours dénué de fonctionnalités tactiles.

Fujifilm X100F

Capteur 24,3 Mpx

Nous avions affiché une certaine déception au moment de la sortie du X100T en voyant le capteur APS-C conserver une définition de 16,3 Mpx. C’est donc avec plaisir que nous constatons que sur le X100F, Fujifilm aligne la définition sur les autres modèles de la gamme. Ainsi, le nouveau venu intègre le capteur APS-C X-Trans CMOS III de 24,3 Mpx, une définition déjà atteinte par les X-Pro2 et X-T2. Dénué de filtre passe-bas, il est, comme sur le X-T2, pourvu de collimateurs autofocus permettant d’allier les deux modes de mise au point automatique : par corrélation de phase sur 91 collimateurs contre 49 sur le X100T, et par détection de contraste sur une zone qui couvre désormais 85 % de la surface du capteur. Plus sensible, l’autofocus serait actif jusqu’à -3 IL. Grâce à l’usage d’un nouveau processeur X-Processor Pro, la vitesse de calcul du X100F aurait doublé selon Fujifilm. La réactivité du X100F en serait accrue permettant un démarrage en 0,5 s environ, un intervalle entre deux prises de vue de 0,2 s, un temps de réponse au déclenchement de 0,01 s et un AF ultra-rapide en 0,08 s.
Le pilotage de ce dernier s’effectue toujours selon trois modes "Point unique", "Zone" ou "Large / Suivi", en mode AF-S ou AF-C.
Bien que la définition du X100F progresse par rapport au X100T, les performances supérieures de son processeur ont permis d’étendre sa plage de sensibilité qui grimpe désormais à 12 800 ISO en mode standard et peut s’étendre à 51 200 ISO en mode étendu.

Fujifilm X100F

Ergonomie revue

Fabriqué autour de capots supérieur et inférieur en aluminium, le X100F reprend l’allure générale des autres modèles de la série avec une déclinaison noire ou silver et une finition en cuir synthétique. Mais en pratique, quelques changements ont été apportés à l’ergonomie avec notamment le regroupement des sélecteurs et des molettes les plus employées sur le côté droit de l’appareil. La molette des vitesses sur le dessus de l’appareil possède désormais un second sélecteur intégré et laisse apparaître comme sur les anciens modèles argentiques une petite fenêtre pour le réglage de la sensibilité Iso. Elle autorise trois réglages : Low, Auto et High. Sous l’index de la main droite, Fujifilm a également placé une molette qui servira soit au réglage de la sensibilité si le sélecteur est placé sur la position A, soit au réglage de la correction d’exposition sur +/- 5 IL lorsque le sélecteur est placé sur la position C.

Fujifilm X100F

Du point de vue des fonctionnalités, le X100F hérite de ce qui a fait le succès des précédents modèles et la renommée de Fujifilm. Ainsi, il sera possible de simuler plusieurs types de films dès la prise de vue et l’appareil enrichit même l’offre habituelle d’un mode monochrome Acros qui selon Fujifilm fournit des « dégradés subtils, des noirs profonds et de belles textures » et proposerait donc de meilleurs résultats que l’ancien mode Monochrome. Ces modes sont accessibles également en vidéo dont la définition et la cadence n’évoluent malheureusement pas et reste de 59,94p, 50p, 29,97p, 25p, 24p et 23,98p en Full HD. Le X100F permet également de simuler l’effet d’un grain argentique avec des réglages d’intensité "fort" ou "faible" cumulables aux simulations de films. Évidemment, on retrouve les filtres avancés des autres modèles de la gamme, un mode d’exposition multiple, un intervallomètre, un filtre de densité neutre ND8 et un obturateur électronique silencieux capable d’atteindre 1/32 000s. La connexion Wi-Fi a également été reconduite et fonctionne de concert avec l’application Fujifilm Camera Remote.

Fujifilm X100F

Optique fixe

Côté optique, pas de changement depuis la première version du X100 avec un objectif Fujinon 23 mm f/2, équivalent 35 mm en 24x36, dont la fabrication fait appel à 8 éléments répartis en 6 groupes. Des fonctions de téléconvertisseur numérique permettent toujours de simuler le champ d’un 50 mm et d’un 70 mm.

fujifilm X100F

Fujifilm introduit également de nouveaux compléments optiques qui sont automatiquement détectés par l’appareil pour adapter le guide de cadrage dans le viseur. Il s’agit du WCL-X100 II qui avec son facteur de correction de focale de 0,8x permet de simuler le champ d’un 28 mm, et du téléconvertisseur TCL-X100 II de facteur 1,4x qui permet de photographier avec le champ d’un 50 mm avec une distance de mise au point minimale de 14 cm.

fujifilm X100F

Disponibilité et prix

Disponible à partir de la mi-février, le Fujifilm X100F sera vendu 1 399 €. C’est 200 € de plus que le X100T au moment de sa sortie il y a deux ans.

Premier avis

Alors que la progression du X100S au X100T nous avait quelque peu déçus, nous nous réjouissons que Fujifilm ait enfin décidé de faire évoluer son capteur vers un modèle plus défini, en adéquation avec les standards du marché. Déjà atteinte sur les X-Pro2 et X-T2 cette définition de 24,3 Mpx ne nous a pas empêchés d’obtenir des images d’une excellente qualité sur presque toute la plage de sensibilité, ce qui nous avait alors amenés à considérer le X-T2 comme le "meilleur boîtier APS-C" à 3 200 ISO. Les évolutions apportées à la visée hybride sont intéressantes, bien qu’infimes. Il faut voir à l’usage ce qu’apporte en confort la fréquence de rafraîchissement plus élevée, mais il est un peu décevant que la définition ne croisse pas un peu. Surtout, nous aurions aimé voir apparaître à l’arrière de l’appareil un écran orientable et tactile, ces fonctionnalités étant maintenant bien ancrées dans nos habitudes. Quoi qu'il en soit, le X100F vaut 200 € de plus que le X100T, mais si ses performances sont au rendez-vous, le test devrait être un véritable plaisir.

Source : Fujifilm

Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications 

Contenu sponsorisé