Comme les grues chaque année, le festival photo de Montier-en-Der (Haute-Marne) se déroulera au mois de novembre avec une très belle sélection d'expositions et d'animations qui ne manqueront pas de réjouir tous les amateurs de photo animalière et de nature.

Exposition de Jim Brandenburg en 2016.

Après une édition exceptionnelle pour les 20 ans d'existence du festival qui a réuni pas moins de 44 000 visiteurs et 130 expositions, l'organisation a mis les bouchées doubles pour proposer une programmation de très haut niveau cette année. En plus des expositions photo, le festival de Montier-en-Der est également un moment privilégié pour assister à des conférences, des débats et des ateliers pédagogiques et photographiques.

Programmation

Comme d'habitude, le programme proposé par le festival s'avère assez éclectique avec une grande variété de thématiques abordées. Impossible de passer ici en revue tous les accrochages ; nous vous proposons donc une sélection qui met en valeur cette diversité.

Gil Gautier

Ce photographe résidant dans la région Rhône-Alpes propose Natur'Aile, une série réalisée sur plusieurs années et qui s'inscrit au festival dans une cohérence visuelle avec des tonalités et une ambiance bleue. Le thème ? Les oiseaux du jardin. Le photographe sublime ces êtres par un rendu colorimétrique particulier, des ambiances lumineuses dramatiques assorties à du mouvement.

Crédit photo : Gil Gautier / Natur'AileCrédit photo : Gil Gautier / Natur'Aile.

Laurent Baheux

Après le bleu, place au noir. On ne présente plus ce photographe connu et reconnu pour (et par) ses clichés noir et blanc à la densité extrême. Laurent Baheux présente cette année 50 nuances de lion, une exposition inédite avec une cinquantaine de photographies en noir et blanc dédiées au roi de la savane. Il s'agit d'une rétrospective intimiste et symbolique dédiée à l'animal favori du photographe.

Crédit photo : Laurent Baheux / *50 nuances de lion*.Crédit photo : Laurent Baheux / 50 nuances de lion.

Isabelle & Amar Guillen

Plus classique, mais tout en subtilité de teintes, la série du couple nous place au ras de l'eau dans la région des Dombes où les étangs artificiels forment un fabuleux réservoir pour la faune, en particulier les oiseaux avec des grèbes, des hérons, des aigrettes, des cormorans et des milans.

Crédit photo : Isabelle et Amar GuillenCrédit photo : Isabelle et Amar Guillen.

Olivier Mühlhoff

Serait-ce une exposition de peinture ? Niente. L'artiste Olivier Mühlhoff utilise la photographie pour sublimer ce que nous avons tous les jours devant nos yeux sans nous en rendre compte : les arbres. Ils sont discrets, silencieux, pacifiques, beaux et utiles. Par un savant travail graphique, l'arbre devient le centre de toute notre attention et retrouve ainsi sa place importante dans notre environnement, qu'il soit urbain ou naturel.

Crédit photo : Olivier MühlhoffCrédit photo : Olivier Mühlhoff.

Thierry Suzan

Grand nom de la photographie, Thierry Suzan est un habitué des pages de GEO, National Geographic, Paris Match et New York Times. Il publie cette année un livre pour toucher les consciences et inciter à la réflexion et l'optimisme. Avec La Beauté sauvera le monde (Éditions Prisma), l'auteur nous transmet tout son émerveillement devant les paysages qu'il a pu immortaliser. Une véritable ode à notre planète.

Crédit photo : Thierry Suzan / GEOCrédit photo : Thierry Suzan / GEO.

Markus Varesvuo

Originaire d’Helsinki en Finlande, Markus Varesvuo est un auteur et photographe primé de nombreuses fois. Il présente ici une série sur les oiseaux, et pas n'importe lesquels : uniquement ceux de l’Ouest paléarctique. Un travail tout en finesse pour mettre en valeur ces oiseaux qui affrontent les pires conditions climatiques.

Crédit photo : Markus VaresvuoCrédit photo : Markus Varesvuo.

Zsolt Kudich & Réka Zsirmon

Les deux photographes hongrois présentent une superbe série sur les oiseaux qui évoluent dans les réserves naturelles de leur pays. En mission pour Danubeparks et Duna-Ipoly National Park, ils ont réalisé leurs clichés dans 40 zones protégées réparties dans 5 pays longeant le Danube.

Crédit photo : Zsolt Kudich & Réka ZsirmonCrédit photo : Zsolt Kudich et Réka Zsirmon.

Britta Jaschinski

La nature est parfois torturée et malmenée. Avec Crime, la photographe allemande dénonce la commercialisation et le trafic des animaux à travers une mise en scène poignante. Les espèces disparaissent à un taux alarmant, et même certaines, emblématiques, sont massacrées pour des motifs tels que la gloire, l’avidité ou la superstition.

Crédit photo : Britta JaschinskiCrédit photo : Britta Jaschinski.

Olivier Grunewald

Difficile de passer à côté de l'exposition d'Olivier Grunewald dont les couleurs et les formes interpellent. Le photographe s'est rendu au nord de l’Éthiopie, à 120 m sous le niveau des mers, où le site hydrothermal de Dallol réunit les conditions les plus extrêmes sur Terre. Dans ces sources hydrothermales, l’acidité descend en dessous des normes connues, la température de l’eau dépasse les 110°C et la salinité frise les 50 %.

Crédit photo : Olivier GrunewaldCrédit photo : Olivier Grunewald.

Guillaume Bily

Ce jeune photographe, entré à l'agence BIOS à l'âge de 18 ans, propose la série Océan. Des mers agitées des îles Shetland au bleu profond des eaux scandinaves et passantes par les plages bretonnes, cette exposition est le résultat d'un effort long de plusieurs années. Elle permettra de présenter pour la toute première fois l'ouvrage qui rassemble l'ensemble de ce travail.

Crédit photo : Guillaume BilyCrédit photo : Guillaume Bily.

Alexandre Bonnefoy

Ce photographe français a vécu au Japon entre 2002 et 2012 et a débuté une collaboration avec les primatologues Cédric Sueur et Marie Pelé. Leur projet de livre, exposition et conférence permettra de découvrir les singes du Japon.

Crédit photo : Alexandre BonnefoyCrédit photo : Alexandre Bonnefoy.

Côté dédicace

La librairie du festival organise régulièrement des dédicaces avec divers photographes tout au long des quatre jours du festival. On notera la présence d'Olivier Grunewald, Olivier Follmi, Arnaud Gautron et Thierry Suzan. Vous pouvez acheter les ouvrages sur place ou apporter vos propres livres pour recueillir un petit mot de vos photographes préférés. Le planning complet est disponible sur le site du festival.

En pratique

21e Festival international de la photo animalière et de nature à Montier-en-Der
en Haute-Marne, Marne et Région Grand-Est (Alsace Champagne-Ardenne Lorraine)
Du jeudi 16 novembre au dimanche 19 novembre 2017
De 9 h à 19 h (dimanche de 9 h à 18 h)

→ Le site Internet du festival international de Montier-en-Der

Tarifs

  • 14 ans : gratuit
  • Pass 1 jour : 16 €
  • Pass 2 jours : 28 €
  • Pass 3 jours : 36 €
  • Pass 4 jours : 47 €

Tarif réduit 1 jour : 13 € (dimanche après-midi à partir de 13 h 30, jeunes de 14 à 18 ans, lycéens, étudiants sur présentation de la carte, personnes en situation de handicap, association, comité, etc. – 15 personnes minimum, 1 seul paiement effectué par l’association, réservation conseillée).

Plan du festival

Lire aussi

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés