La galerie Camera Obscura présente Cent soleils, le poignant travail du photographe japonais Takashi Arai sur le nucléaire, qu'il soit militaire ou civil. Une belle découverte.

Takashi Arai à la galerie Camera Obscura


Le daguerréotype

Le daguerréotype est un procédé photographique mis au point par Louis Daguerre (1787-1851). Il produit une image sans négatif sur une surface d'argent pur, polie comme un miroir, exposée directement à la lumière. (Wikipédia)


La daguerréotype évoque les débuts de la photographie, les premières vues figées pour l'éternité, les plaques en cuivre, l'argent et les vapeurs d'iode et de mercure. Si le procédé est ancien, l'utilisation, elle, peut être contemporaine, comme le montre le méticuleux travail de Takashi Arai sur le problème du nucléaire, dans son pays, et à travers le monde. La nécessité de témoigner, à la suite du tremblement de terre du 11 mars 2011, s'impose au photographe qui souhaite créer des objets mémoriels de l'accident, des vues de lieux meurtris. Il cherche à capter et saisir non seulement la lumière, mais aussi et surtout les radiations invisibles sur les lieux touchés par le drame avec les êtres qui y vivent : hommes, animaux et plantes. Le rendu un peu mystérieux des daguerréotypes participe à cette vision apocalyptique. Les ciels, surexposés, apparaissent irradiés, comme contaminés par des radiations.

Takashi Arai à la galerie Camera Obscura, photo, vue de l'exposition

Également sensible à la question du nucléaire militaire, Takashi Arai a poursuivi son travail en daguerréotypant les lieux emblématiques au Japon (Hiroshima, Nagasaki...) et aux États-Unis (Trinity Site au Nouveau-Mexique), là où les premiers essais de la bombe atomique ont été réalisés.

Takashi Arai à la galerie Camera ObscuraLe dôme du mémorial de la paix, Hiroshima, 2014 (25,2 x 19,3 cm).

La galerie Camera Obscura expose aujourd'hui ces "images-objets" (images positives ; un daguerréotype ne peut être reproduit, c'est par essence un objet unique) de 25 x 19 cm sous cadre scellé (pour les protéger de l'humidité et des éraflures), dans une scénographie sobre et efficacement éclairée. Ne manquez pas, au sous-sol, l'exposition des Daily D-type, ces magnifiques petites plaques de 6 cm de côté à la précision fascinante que Takashi Arai réalise quotidiennement. Vous découvrirez également un impressionnant montage de ces petites plaques qui, tels des pixels, "affichent" une vue de la centrale de Fukushima prise de la mer.

Takashi Arai à la galerie Camera Obscura, photo, vue de l'exposition

La galerie présente également son ouvrage Monuments, qui rassemble toute la série dans un livre présenté dans un élégant coffret noir mat. Tiré à 1 000 exemplaires, le livre est disponible pour 115 €.

Takashi Arai à la galerie Camera Obscura25 avril 2011, Miharu n° 2 (25,2 x 19,3 cm).

Vu depuis le parc Hijiyama, le soleil à une altitude apparente de 570 m, ouest-nord-ouest, Hiroshima, 23 mars 2014.

En pratique

Takashi Arai – Cent Soleils
Jusqu'au 27 mai 2017
Galerie Camera Obscura
268 bd Raspail, 75014 Paris
Du mardi au samedi, de 13h à 19h

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés