Quelques jours auparavant, Mathieu Oui nous proposait de découvrir La photographie existe... Je l'ai rencontrée, un ouvrage signé par Jean-Luc Monterosso, à l'époque à la tête de la Maison européenne de la photographie (MEP) de Paris. Un témoignage fort en réponse à une réflexion de John Szarkowski, conservateur pour la photo au Museum of Modern Art de New York, lequel avait affirmé à l’auteur que la jeune photographie française n’existait pas…

photo de Florian Ruiz© Florian Ruiz, lauréat aux SWPA 2018.

Les années étant passées, je me suis demandé comment se portait la photographie française ces derniers temps. J'étais récemment présent à la remise des prix d'un des plus grands concours photo actuels : les SWPA. Et si les photographes français n'étaient pas très nombreux, ils étaient bien présents, notamment les superbes montages de Florian Ruiz. Idem pour le prix Oskar Barnack 2017 qui comptait deux Français parmi les finalistes, telle Clara Chichin dont nous avons déjà présenté le travail. Plus récemment, c'est le photographe William Lambelet qui a été élu photographe de l'année par ses pairs de la Wedding Photojournalist Association. Un travail sur lequel nous reviendrons prochainement. Bref, la photo "française" est bien présente un peu partout, et elle est avant tout plurielle.

Cela dit, cette présence est encore bien fragile et je n'ai pas recensé de finalistes dans d'autres prestigieux concours comme les Hasselblad Master, le World Press Photo ou le reconnu concours de photo de nature du GDT pour l'année 2017. Il reste encore beaucoup à faire, donc, et tout est permis.

À notre niveau, nous essayons aussi de promouvoir la photographie française en participant notamment aux Zooms organisés par le Salon de la photo, mais également en permettant à un photographe de participer aux prix Maestro de l'association EISA. Il ne vous reste d'ailleurs plus que quelques jours pour participer à ce concours international, alors dépêchez-vous de nous soumettre votre dossier.

DxO Labs tourmenté, mais confiant

La photo en France, ce sont également les éditeurs. En cette fin de mois d'avril, nous avons appris la mise en redressement judiciaire de DxO Labs. Là encore, il nous semble important de soutenir cette société française à l'origine d'un très bon logiciel de développement de fichiers bruts, PhotoLab (anciennement DxO Optics Pro), et dernier fabricant d'appareils photo en France avec la DxO One en forme de module externe aux smartphones. Récemment (septembre dernier), DxO Labs s'était séparé de son entité de mesures DxOMark Image Labs qui publie le site homonyme et vend surtout des solutions de traitement des images à différentes sociétés dans le monde. Eux non plus ne baissent pas les bras et viennent de publier un communiqué de presse.

Le 7 mars 2018, la société DxO Labs a choisi de se placer sous un régime d’administration judiciaire, le temps pour elle de procéder à une réorganisation interne. Nous sommes tout à fait confiants que cette procédure, qui devrait encore durer quelques semaines, n’affectera en rien nos clients.

DxO Labs

DxO PhotoLabDxO PhotoLab sera mis à jour en version 1.2 au mois de juin.

Je finirai donc sur cette note optimiste et j'espère aussi qu'une solution plus pérenne sera apportée à DxO Labs pour la suite de son histoire. Notre monde, et donc celui de la photo, est en mutation permanente et rapide. Les différents acteurs de cet écosystème doivent évoluer et se remettre en question en permanence – nous sommes bien placés pour l'écrire. Alors, ici comme ailleurs, nous ne baissons pas les bras, bien au contraire !

Renaud Labracherie
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications