La société Qualcomm a dévoilé le 15 août dernier son nouveau processeur de traitement de données (ISP) associé à de nouveaux modules caméra pour améliorer la détection de la profondeur.

Qualcomm, module, camera

L'une des grandes forces des smartphones, par rapport aux appareils photo que l'on peut qualifier de "classiques", est qu'ils disposent d'une importante puissance de calcul pour procéder à de nombreuses opérations sur les images. Entre les corrections des optiques, le traitement du bruit électronique, la reconnaissance des visages ou la détection des sujets, les smartphones sont désormais capables de compenser leurs faiblesses (capteurs miniatures, optiques inexistantes, stabilisation optique peu efficace...) de manière "informatique". Et les résultats sont là, les derniers photophones haut de gamme sont vraiment impressionnants pour des images affichées sur écran. Tout n'est pas parfait, tant s'en faut, mais largement suffisant pour la plupart des photographes qui veulent capturer rapidement un souvenir. Cette puissance de calcul et les améliorations des capteurs permettent à des modèles de se confronter sans honte à certains hybrides ou reflex pour ce qui est de l'autofocus.

Que ce soit pour la photographie informatique, l'enregistrement vidéo ou pour les applications de vision par ordinateur qui nécessitent un suivi précis du mouvement, il est clair que le traitement efficace du signal d'image est devenu plus important pour la prochaine génération d'expériences d'utilisateurs mobiles.

Tim Leland, vice-président Qualcomm

Pour le grand public, une photo "de qualité" doit présenter un beau bokeh (flou arrière). Les principaux fabricants ont donc travaillé d'arrache-pied sur le sujet en proposant différentes solutions pour détacher le sujet de l'arrière-plan grâce à des modules à plusieurs objectifs ou à des algorithmes de plus en plus perfectionnés. Là encore, rien ne remplace (pour l'instant) un petit télé à ouverture f/1,2 pour créer ce fameux flou arrière, mais il faut bien avouer que les progrès sont considérables avec, notamment, l'iPhone 7. On le voit, tout n'est qu'une question de temps.

Toujours dans cette course à la meilleure photo (entre autres), Qualcomm vient de dévoiler son prochain duo processeur – module photo Spectra 2nd Generation.

Une illustration de la technologie de seconde génération mise au point par Qualcomm.

Au programme, une meilleure qualité d'image avec un traitement du bruit multi-image (qui ressemble à la technologie développée par Google avec le Pixel), une meilleure stabilisation électronique, une meilleure compression des images vidéo (Motion Compensated Temporal Filtering) et un peu d'intelligence artificielle pour la reconnaissance des visages et la création de bokeh.

Sur ce dernier point, Qualcomm pourra également utiliser un nouveau module à détection de profondeur. Pour l'instant, le système utilise de la lumière structurée (projection d'un motif pour aider les mesures), mais également de la lumière infrarouge pour enregistrer des données sur la profondeur sur l'image à capturer. Dans la vidéo de démonstration publiée par Qualcomm, on assiste à l'enregistrement d'un pianiste vu par dessus et la possibilité de générer automatiquement des vues en 3 dimensions. La précision serait de l'ordre 0,1 millimètre ! Les applications sont nombreuses avec notamment une meilleure reconnaissance faciale ou de l'iris. Pour la photographie et toujours notre fameux bokeh, la connaissance de la profondeur d'une scène serait également d'une redoutable efficacité pour proposer un flou progressif.

Les premières applications "concrètes" devraient voir le jour à l'aube de 2018 et nous attendons de nouvelles démonstrations technologiques dans les prochains mois.

Source : Qualcomm

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés