DJI, leader mondial en développement et production de drones et caméras conçus pour une utilisation professionnelle ou de loisir, vient d'annoncer la mise sur le marché prochaine d'une plateforme modulaire destinée à l'inspection aérienne et la collecte de données : la M200. Cette nouvelle gamme s'adresse aux professionnels ayant un besoin capital en imagerie aérienne.

Après la création d'un partenariat entre Parrot et Veritas c'est au tour de DJI de s'investir davantage dans l'inspection et la vérification de structures en développant une plateforme volante dédiée à cet usage : la nouvelle M200.

m200, inspire 2, phantom 4, veritas, DJI

Dédié à l'inspection et la collecte de données aériennes, la M200 offre un transport aisé et une configuration polyvalente. Elle est résistante à l'eau et aux conditions climatiques difficiles grâce à une certification IP43, ce qui permet d'intervenir sur des terrains éprouvants. ll est pour la première fois possible de fixer une nacelle sur le dessus du drone, révélant la partie inférieure de structures comme les ponts ou certaines tours.

La M200 est compatible avec les caméras Zenmuse X4S, X5S, la X30 au zoom 30x, la XT pour l'imagerie thermique, et peut accueillir soit une seule caméra Zenmuse, soit une X30 couplée à la XT. Elle reprend la caméra frontale de l'Inspire 2 pour une vue à la première personne, permettant à un pilote et à un cadreur d'avoir une vue séparée sur leur contrôleur.

La M200 reprend également toutes les redondances de capteurs dont sont équipés les modèles plus grand public, comme le Phantom 4 Pro ou l'Inpire 2, ainsi que des fonctions de vol automatisées comme SpotlighPro, Orbit, Waypoint et les systèmes Obstacles Avoidance et Flight Autonomie. Si la M200 se pilote via l'application DJI Go 4, il sera aussi possible de programmer des parcours de vol avec DJI Pilot. Côté sécurité, les capteurs de détection d'obstacles sont placés à l'avant sur le dessus et sous les appareils. Un récepteur ADS-B donne des informations sur le trafic aérien proche et la présence d'appareils avec pilotes. Le système de double batterie autorise un temps de vol de 35 minutes avec une caméra X4S.

m200, inspire 2, phantom 4, veritas, DJI

Les usages prévus pour la M200 sont l'inspection critique d'infrastructures ou d'installation énergétiques, la cartographie de chantier et la sécurité publique, comme l'intervention en avalanche ou incendie.

DJI propose donc une solution complète et performante pour les professionnels ayant besoin d'une solution tout-en-un pour remplir de multiples usages dans des applications commerciales.

Bon, c'est intéressant tout cela, mais quel est le rapport avec votre site d'information préféré de l'image ? Eh bien, si nous ne connaissons malheureusement pas encore son prix, la matrice M200 pourrait rapidement se révéler être en réalité un outil fort apprécié des vidéastes qui ont besoin de tourner dans des conditions extrêmes, ou sont frustrés par les autonomies pour le moment relativement limitées des drones. En effet, avec sa résistance aux intempéries, son autonomie annoncée de 35 minutes, ses vols automatisés et sa compatibilité avec les Zenmuse X4S, X5S et X30, si son prix est compétitif, il y a fort à parier que la M200 pourrait séduire quelques sociétés de production spécialisées dans le tournage en conditions extrêmes. La seule limite à ce détournement d'usage, à ce stade, serait que d'après nos informations, la M200 n'est pas compatible avec l'enregistrement sur SSD.

Au final, la M200 pourrait présenter un champ applicatif intéressant, allant de l'inspection d'éoliennes dans le Grand Nord au tournage de clips promotionnels sur les circuits suédois. Il y a peu de chance que nous l'ayons en test, mais nous vous en reparlons si nous avons la chance de poser la main ou un œil sur un exemplaire !

David Lefevre

Photographe et vidéaste professionnel, spécialiste des reportages, des conseils photo et surtout adore regarder la terre vue du ciel avec ses drones. Ses publications 

Contenus sponsorisés