Le photoreporter nord-américain David Douglas Duncan, qui avait pris sa retraite dans le Sud de la France, s'en est allé ce jeudi 7 juin à Grasse, suite à une infection pulmonaire.

Né en 1916 à Kansas City en pleine Première Guerre mondiale, David Douglas Duncan débuta sa carrière avec un scoop en photographiant par hasard le mythique gangster John Dillinger alors que celui-ci essayait de récupérer le butin d'un braquage dans un hôtel. Las, les photos ne furent jamais publiées suite à un accident. Photographe indépendant, il travailla pour différents médias comme The Kansas City Star, Life et le National Geographic Magazine.

David Douglas Duncan s'engagea dans l'armée après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor et couvrit alors différentes batailles de la Seconde Guerre mondiale. Il couvrit également les conflits armés en Corée et au Vietnam. C'est pour la couverture de cette première guerre que le photographe est probablement le plus connu, avec notamment le livre This is War ! (1951), véritable manifeste contre la guerre. Des conflits, David Douglas Duncan en couvrira malheureusement d'autres, particulièrement en Afrique.

Il restera très actif dans le milieu de la photographie et du photoreportage en participant régulièrement à des festivals et en apportant de nombreux témoignages. Il fut notamment présent à Visa pour l'image en 2013 à Perpignan, aux côtés de Don McCullin et Patrick Chauvel, pour partager expériences, savoir et conseils.

Pour l'anecdote, la vente aux enchères en 2012 d'un appareil M3D Leica ayant appartenu au photographe s'était envolée à 1,68 million d'euros  De son côté, David Douglas Duncan aurait toujours refusé de faire commerce de ses clichés. En octobre 1996, il légua ainsi ses archives au Harry Ransmon Center (Université du Texas).

Lire aussi…

Les photos de David Douglas Duncan sur le site Internet de l'Université du Texas

Renaud Labracherie
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications