Après une photokina 2016 finalement assez riche en nouveaux boîtiers, le CP+ nippon fait la part belle aux optiques, mais nous laisse un peu sur notre faim concernant quelques sorties très attendues.

Pas le moindre 6D Mark II ou 7D Mark III sur le stand de Canon, pas de nouveau Sony A9 tant annoncé par les blogs de rumeurs, et encore moins de D850 ou de D900 chez Nikon : les nouveautés du salon 2017 sont avant tout optiques.

En effet et de manière assez étonnante, les nouveaux boîtiers ont été annoncés quelques jours ou quelques semaines avant le salon, "grillant" ainsi la politesse de l'ouverture du CP+. On pense au séduisant KP chez Pentax, aux nouveaux X-T20 et X100F de Fujifilm dévoilés en janvier, ou aux reflex 800D et 77D chez Canon. Dans une moindre mesure, Panasonic a également "boudé" le salon national en présentant toutes les spécificités du GH5 pour le salon américain CES. Reste l'énigme Nikon qui, pour l'année de son centenaire, n'a pas encore annoncé la moindre nouveauté. Certains argumenteront que deux boîtiers haut de gamme ont été commercialisés en 2016 (D500 et D5) et que la date anniversaire est le 26 juillet. Il faut sans doute être patient... espérons-le !

L'analogique en force

CP+ 2017 stand fujifilm

Pour autant, le CP+ édition 2017 est un beau succès, à en juger par les allées pleines à craquer et les files d'attente de plus de 60 minutes pour essayer les boîtiers ou les optiques. Les opticiens ont clairement joué le jeu, pour ce salon du début de l'année, avec de nombreux et beaux objectifs. Nous citerons pêle-mêle le 100 mm STF G Master de Sony, le 24-70 mm stabilisé de Sigma accompagné d'un 135 mm f/1,8, le 70-200 mm f/2,8 G2 chez Tamron, le 50 mm f/1,4 chez Pentax, les optiques ciné chez Fujifilm, les somptueuses focales fixes chez Voigtländer... La liste n'est pas exhaustive, mais en début d'année, c'est clairement l'optique — le côté analogique de la prise de vue — qui draine le marché.

CP+ 2017 stand Sony bar optique

Sur les stands, on ne parle donc moins de millions de pixels, de cadence rafale ou de sensibilité ISO, mais bien de rendu de l'image, de piqué, de bokeh ou de profondeur de champ. Il faut bien avouer que la plupart des boîtiers haut de gamme ont atteint un très haut niveau technique avec des sensibilités records, des pixels à ne plus savoir qu'en faire, des autofocus rapides et capables de suivre des rafales à 18 images par seconde... Tout n'est pas parfait et nous sommes toujours dans l'attente d'une dynamique encore plus étendue et de sensibilités ISO jamais atteintes, mais il faut bien avouer que la partie analogique de la prise de vue devient de plus en plus discriminante, et l'enjeu du coup plus intéressant.

Toutefois, il faut bien avouer qu'en dehors du 12-100 mm f/4 d'Olympus présenté à la photokina et du 100 mm STF (Smooth Trans Focus) de Sony, les autres annonces concernent des optiques belles à défaut d'être vraiment innovantes. Mais nous savons que les opticiens peuvent nous surprendre et nous faire rêver. Nous n'attendons que ça !

CP+ 2017 folie des babes

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés