Voilà maintenant plus d'une semaine que la rumeur court sans qu'aucun communiqué officiel ne soit venu la confirmer ou l'infirmer : à la suite de difficultés financières, le fabricant d'éclairage Bowens cesserait ses activités pour rejoindre le cimetière des grandes marques de la photographie.

Bowens liquidation

Née à Londres en 1923, l'entreprise Bowens s'est consacrée, à ses débuts, à la réparation de boîtiers photo pour devenir, dans les années 1950, l'un des leaders européens du secteur. Ces années se sont d'ailleurs montrées particulièrement fécondes, puisque, après la production de quelques modèles de flashs à partir de 1947, le travail de recherche et de développement mené par l'entreprise a conduit, en 1963, à la création du tout premier flash monobloc.

Aujourd'hui agée de 94 ans, l'entreprise a été rachetée (aux côtés de Calumet Photographic) courant 2016 par la société d'investissement européenne Aurelius. Si, cette même année, la décision de Bowens de se retirer du salon The Photography Show peu de temps avant le début de l'événement avait soulevé quelques doutes, la présentation d'une nouvelle génération de flashs à l'occasion de la photokina semblait rassurante.

Après quelques jours de rumeurs, les médias anglophones PetaPixel et Photo District News soutiennent disposer de sources officielles confirmant la cessation d'activité de Bowens. Celle-ci serait due aux évolutions du marché, notamment aux difficultés à concurrencer de jeunes marques chinoises commercialisant des produits peu onéreux. Si aucun communiqué officiel n'a, pour l'instant, été diffusé publiquement, l'absence de démenti de la part de Bowens ou d'Aurelius laisse craindre le pire.

Voir aussi

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications