Décidément, ça n’arrête pas chez Blackmagic Design. Récemment, la société nous gratifiait de nouveautés intéressantes en matière de diffusion live. Vendredi soir, lors d’une conférence spéciale diffusée en direct sur YouTube, Grant Petty, le PDG de la firme, dévoilait une nouvelle caméra : l'Ursa Mini Pro, ainsi que deux nouveaux pupitres pour son logiciel d’étalonnage DaVinci Resolve.

Blackmagic URSA Mini Pro

Une Ursa revue et corrigée pour de bon

C’est donc elle, la nouvelle caméra de Blackmagic Design, qui compte désormais 19 modèles différents disponibles à la vente… Avec l'Ursa Mini Pro, Blackmagic veut proposer une caméra qui s'affranchit des frontières traditionnelles. Aussi bien caméra cinématographique que caméra de plateau, elle est surtout l'aboutissement des années d'expérimentations d'une société relativement jeune sur le secteur. Ainsi l’Ursa Mini Pro reprend et corrige l'essentiel de l'Ursa Mini, elle-même amélioration notoire de l'Ursa première du nom.

On retrouve cependant le même capteur CMOS de 4,6K que sur l’Ursa Mini. Et avec lui ses 15 stops annoncés de dynamique. La caméra enregistre toujours des fichiers au format Cinema DNG RAW, Cinema DNG RAW 3:1, CinemaDNG RAW 4:1, Apple ProRes 4444XQ, Apple ProRes 4444, Apple ProRes 422 HQ, Apple ProRes 422, Apple ProRes 422LT et Apple ProRes 422 Proxy.

Les résolutions supportées couvrent encore 4 608 x 2 592 px, 4 608 x 1 920 (4.6K 2.40:1), 4 096 x 2 304 (4K 16:9), 4 096 x 2 160 (4K DCI), 3 840 x 2 160 (Ultra HD), 3 072 x 2 560 (3K Anamorphic), 2 048 x 1 152 (2K 16:9), 2 048 x 1 080 (2K DCI), et 1 920 x 1 080. Et les cadences d’images sont toujours de 23.98 ips, 24 ips, 25 ips, 29.97 ips, 30 ips, 50 ips, 59.94 ips et 60 ips (en 4,6K) et 120vips (en 2K crop).

Une ergonomie plus traditionnelle

Si, en matière de performances, l’Ursa Mini Pro ressemble beaucoup à sa prédécesseuse, son design global a été revu pour optimiser l’utilisation de la caméra par un opérateur seul. En cela, le résultat est beaucoup plus proche d’une caméra traditionnelle de type ENG. À bien des égards, le placement des boutons et molettes de cette nouvelle Ursa Mini Pro est similaire. De la molette des filtres ND (voir ci-dessous) aux protocoles de contrôle des moteurs Servo en passant par les prises XLR et alimentation 4 broches, les opérateurs devraient retrouver facilement leurs petits.

Mais cela n’a pas empêché Blackmagic de proposer plusieurs molettes de réglages rapides afin de modifier, d’un coup de doigt (et sans rentrer dans les menus), la température de couleur ou la cadence d’images de la caméra.

Un écran d’état latéral

La caméra se dote d’un nouvel écran LCD latéral à fort contraste qui assure une lisibilité parfaite des informations essentielles, même en cas de forte luminosité. Vous retrouverez donc les informations relatives au timecode, à la cadence d’image, la vitesse ou l’angle d’obturation, la balance des blancs, la sensibilité en ISO, l’ouverture du diaphragme, les médias d’enregistrement (SD ou CFAST), la charge de la batterie et les vumètres audio.

Filtres neutres intégrés

Pour la première fois chez Blackmagic, la caméra embarque 3 filtres ND permettant une réduction de luminosité de 2, 4 et 6 stops. Et la société semble avoir été particulièrement attentive à leur conception. Elle assure en effet que ces filtres sont à l’épreuve de la contamination infrarouge caractéristique des filtres ND intégrés traditionnels.

Monture Interchangeable

L’Ursa Mini Pro constitue aussi la première caméra Blackmagic a proposer une monture d’objectif interchangeable. Emboîtant le pas de RED, ARRI et AJA, Blackmagic propose désormais de changer de monture à l’envi. Tout ce que vous avez à faire est de dévisser 4 petites vis et de remplacer la monture par une autre, à choisir entre les montures PL, B4, Canon EF ou Nikon.

Attentive au moindre détail, Blackmagic propose le support des différents objectifs électroniques. La bague Nikon — la seule non disponible pour le moment — présente une molette de diaphragme intégrée. La monture B4 possède une lentille interne élargissant le cercle de couverture de ces objectifs traditionnellement prévus pour des petits capteurs.

Médias et stockage

Quant on en vient au choix du support de stockage, l’Ursa Mini Pro tend à se poser comme une référence en la matière. Elle propose en effet 2 emplacements pour cartes C-Fast 2.0 et 2 emplacements pour cartes SD UHS-II. Et comme si cela ne suffisait pas, Blackmagic proposera un enregistreur SSD qui viendra se placer au dos de la caméra et permettra d’utiliser ces supports robustes et de moins en moins onéreux.

À noter que seul l’enregistrement en relais est possible. L’enregistrement simultané, lui, semble encore trop gourmand pour la caméra.

Prix et disponibilité

Blackmagic nous avait habitués à attendre de longs mois entre la présentation de ses caméras et leur livraison effective. Parlons au passé, car la Blackmagic Ursa Mini Pro est disponible dès maintenant au prix de 5 669 € HT.

Aux États-Unis et en Australie, Blackmagic propose aux possesseurs d’une Ursa originale d’acheter l’Ursa Pro Mini pour seulement 3 495 $ US. Il y a fort à parier que l’offre arrivera aussi en France, mais pour le moment rien n’est officiel.

Du côté des montures, la monture PL est disponible pour 235 €, la monture B4 pour 385 € et la monture EF pour 179 €. Ni disponibilité ni prix n’ont été annoncés pour la monture Nikon.

Source : Blackmagic Design

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications