Ces dernières années, Blackmagic nous avait habitués au sensationnalisme. Chaque salon était le prétexte à une annonce, à une nouvelle caméra, à tel point que la gamme de caméras devenait difficile à déchiffrer. À l’International Broadcasting Convention, le stand reste toujours monumental, mais l’ambition est plus mature.

Heeee oui. Je suis sur le stand de @Blackmagic_news. Et pour une fois c'est sérieux https://t.co/m0AFi82yB1

Sylvain BERARD (@sylvain_berard)

Pas de nouvelles caméras, donc. C’est même plutôt le contraire. Effectuée en catimini il y a quelques semaines, l’offre de Blackmagic est désormais réduite à peau de chagrin. Quatre caméras subsistent au catalogue : l’Ursa Mini, la Micro caméra, la Pocket Cinema Camera et la Studio Camera. Les errements de Blackmagic brouillaient les usages présupposés des caméras.

Sur le stand, les caméras Cinéma ne sont plus que deux. L’Ursa Mini, véritable fer de lance et caméra tout-en-un de la marque est destinée tant aux vidéastes indépendants qu’aux reporters. La Micro Caméra adopte, elle, un format beaucoup plus compact destiné avant tout aux drones et aux caméras embarquées. Quid de la Pocket Cinema Caméra, absente des stands ? La petite Super16 de Blackmagic – pourtant une des plus intéressantes de la gamme – subit de plein fouet son âge. Restera-t-elle au catalogue ? Bénéficiera-t-elle d’une mise à jour ? Sur le stand, Blackmagic reste muet sur la question.

Si Blackmagic reste plus discret sur ces caméras, c’est pour ne pas voler la vedette à DaVinci Resolve 14. La version définitive a été mise à disposition il y a une semaine après 6 mois de bêta. Et pour cause, cela fait désormais de DaVinci Resolve un véritable logiciel de post-production tout-en-un. Dotées désormais d'une partie audio, grâce au rachat de Fairlight, les consoles son occupent une place importante sur le stand. Du traitement des rushes sur le tournage au mastering, Resolve permet d’assurer toutes les tâches. Comme nous vous l'expliquions déjà dans cet article.

Après des tests cette semaine, cette version 14 se révèle, en outre, particulièrement stable et moins gourmande que ses versions précédentes. L’architecture a été revue pour optimiser les performances et ça se sent. À l’heure où les caméras franchissent le cap du HDR, du 10 bits et du 4K, Blackmagic semble bien décidé à rendre son logiciel incontournable pour les professionnels.

Lire également :

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications 

Contenus sponsorisés