Alors qu’Atomos nous avait habitués aux combo enregistreurs/moniteurs de 7 pouces, la société vient de dévoiler, lors de ce NAB 2017, le Sumo : un imposant moniteur de 19 pouces destiné aussi bien aux plateaux de tournage qu’aux studios de post-production.

L’Atomos Sumo reprend la formule gagnante qui a bâti la réputation de la marque australienne. Il s’agit bien d’un combo moniteur/enregistreur capable d’enregistrer un signal 4K 30p 12 bits en RAW Cinema DNG ou un signal 4K 60p 10 bits en ProRes ou en DNxHR. En 2K, l’enregistrement peut grimper jusqu’à 240 images par seconde en RAW. Comme toujours, cet enregistrement se fait sur les disques SSD Atomos de 2,5 pouces. La nouveauté majeure demeure sa taille : quasiment le triple des Atomos de la gamme Inferno. Combiner enregistrement et monitoring est assez inédit pour un moniteur de cette taille et pourrait s'avérer un pari astucieux.

Car ce moniteur de 19 pouces (≈48,3 cm) qu’Atomos a voulu nomade peut très bien s’accommoder des roulantes de DIT et autres Media Manager, des régies de plateau ou de live, ou bien de moniteurs de studio. Cet écran LCD d’une résolution 1 920 x 1 080 px 10-bit offre une luminance de 1 200 cd/m² (ou nits) et une dynamique de plus de 10 stops. Combiné au moteur AtomHDR — désormais éprouvé depuis la gamme Inferno —, le Sumo prend en charge les différentes courbes de gamma et de Log issues des différentes caméras. Enfin, grâce au partenariat noué avec X-Rite, le moniteur est facilement calibrable avec les sondes i1 pour une fiabilité au top. Ainsi grâce au support des tables LUT, ce moniteur Sumo permet de prévisualiser son image de la manière la plus fiable possible.

L’Atomos Sumo est doté d’une monture VESA (le standard des montures d’écran) pour le studio et possède en option des montures V-Lock et Anton Bauer, pour l’alimentation en déplacement. Il est dès lors patent que ce moniteur a vocation a être trimballé entre les stations de post-production et les plateaux de tournage.

Mais ce n’est pas tout, car le Sumo s’avère aussi taillé pour le live ! En effet, par l’intermédiaire de 2 prises HDMI et de 4 prises HD-SDI situées à l’arrière de l’écran, le Sumo peut jouer le rôle d’enregistreur commutateur, mais aussi de générateur de Timecode et Genlock. Idéal pour synchroniser ses caméras. Plusieurs transitions sont incorporées à l’ensemble afin de fluidifier le montage entre vos sources sélectionnées à l’écran. Et, cerise sur le gâteau, le Sumo enregistre toutes les métadonnées et les flux afin que vous puissiez éditer votre résultat final à l’envi.

Le Sumo est aussi doté de connecteurs XLR 3 broches afin de pouvoir recevoir un microphone ou récupérer un signal venant d’une table de mixage. Une sortie casque au format jack 3,5 mm est évidemment de la partie, ainsi que des enceintes intégrées.

Il semble que le Sumo, moniteur inattendu de la part d’Atomos, puisse rapidement devenir la coqueluche de nombreux professionnels. Sa conception promet un écran mobile, mais extrêmement fiable. À tous ceux qui rêvaient d’un moniteur de tournage et de montage, le Sumo pourrait bien être fait pour vous...

L’Atomos Sumo est attendu à l’automne 2017, pour un prix de 2 495 $ HT.

Source : Atomos

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications 

Contenu sponsorisé