L'IBC est toujours l'occasion de se laisser gentiment surprendre. En 2017, Atomos, pourtant doté d'une gamme plus que complète d'enregistreurs externes, a décidé de quitter ses plates-bandes pour dévoiler une armée de convertisseurs de signaux vidéo… attaquant ainsi le vieux rival Blackmagic Design.

Fort du succès de ses produits, Atomos a su s’imposer comme une véritable machine à audace dans son domaine. Le SUMO présenté il y a six mois est ainsi le premier moniteur/enregistreur HDR de 19 pouces à commutation SDI et HDMI. Il s’impose comme une véritable solution polyvalente qui convient tout autant aux plateaux de tournage qu’aux studios de production. Présenté sur le salon, son petit frère, le SUMO 19M, se cantonne au monitoring et perd ainsi sa fonction d’enregistreur externe.

Présentation convertisseurs Atomos IBC

Mais dans la foulée, Atomos a surtout présenté une large gamme de convertisseurs. Ces boîtiers permettent tout aussi bien de convertir la connectique (en passant d’un HDMI à un SDI, par exemple) que le signal (transformer du HD en SD). Ils permettent également de synchroniser ou dédoubler le signal et répondent ainsi à un large ensemble de problématiques.

Les connectiques sécurisées, par exemple, sont disponibles sur tous les convertisseurs et préviennent des coups de coudes malheureux qui viennent arracher la fiche. Terminé, donc, le HDMI et l’alimentation débranchés par inadvertance : on visse et l’ensemble tient. Les convertisseurs sont dotés chacun de fixations amovibles afin de pouvoir s’adapter à n’importe quel boîtier ou situation.

Présentation convertisseurs Atomos IBC

Enfin, pour identifier les connecteurs d’un simple coup d’œil, une idée toute simple : à chaque couleur sa fonction. Les rouges sont dédiés à la conversion du signal quand les verts assurent leur synchronisation. Les blancs répètent le signal quand les noirs le dédoublent. Ainsi, fini le temps passé à chercher dans la valise de tournage un convertisseur dont l’inscription est parfois indéchiffrable. Une couleur, une fonction : c’est aussi bête et simple que ça.

La démarche n’est pas idiote, car le transport et la conversion du signal sont des problématiques majeures liées à l’utilisation des enregistreurs Atomos. En proposant cette gamme, le constructeur s’assure ainsi un écosystème indépendant. Et cela a tendance à rassurer l’utilisateur perdu dans les compatibilités matérielles. Mais ce faisant, elle vient aussi grignoter la part de marché d’un autre poids lourd du secteur, alias Blackmagic Design.

Présentation convertisseurs Atomos IBC

Reste à savoir si le “Game Over” revendiqué par Atomos sur ses affiches est à destination de son désormais nouveau concurrent, un avertissement ou une boutade. Atomos pourrait très bien décider à son tour de se lancer dans l’accessoirisation des régies, domaine qui a, en partie, fait le succès de Blackmagic. Si tel est le cas, il faudra trouver une innovation plus audacieuse qu’un code couleur pour se démarquer des rivaux.

Sylvain Bérard

Photographe et étalonneur numérique pour le cinéma, amoureux du documentaire et des textures d’images. Grand utilisateur de sac à dos et de compagnie de voyages. Ses publications 

Contenus sponsorisés