Pour beaucoup, c'est "L'Exposition" des Rencontres d'Arles, c'est L'Exposition de l'été, voire de l'année. La rétrospective consacrée au travail des premières années d'Annie Leibovitz, entre 1970 et 1983, dans la Grande Halle des Ateliers d’Arles, est effectivement impressionnante, à la mesure du talent de la photographe, mais souffre selon nous d'une scénographie mal adaptée.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

8 000 clichés — acquis par la fondation Luma —, 10 salles et plus de 1 000 m² d'exposition. Les chiffres donnent le tournis, et il fallait sans doute bien cela pour couvrir les débuts prolifiques de la jeune Annie Leibovitz.

Des années folles

La photographe ne s'était jamais réellement replongée dans ses premiers clichés en tant professionnelle. Peu le font. Le travail sur les archives n'est jamais simple, mais il est essentiel pour comprendre. Ainsi, les photographies présentées par la fondation Luma permettent de mieux appréhender la naissance et l'évolution d'Annie Leibovitz lorsque, fraîchement sortie de l'école, elle est présentée au rédacteur en chef du magazine Rolling Stone, qui publiera immédiatement quelques clichés. Les montées en puissance à la fois du magazine et de la photographe sont remarquables et probablement indissociables. Et le début des années 1970 semble survolté. Annie enchaîne les reportages : les élections présidentielles de 1972, le départ de Nixon en 1974, la tournée des Rolling Stones en 1975... Elle n'arrête pas et a toujours son appareil photo en main. Totalement impliquée dans ses reportages, elle ne fait pas "que" suivre ses sujets : elle vit avec. En travaillant pour le magazine Rolling Stone, Annie Leibovitz côtoie les stars de l'époque, fréquente la Factory de Warhol, va aux concerts de Janis Joplin et suit les plus grandes stars ou les étoiles montantes du cinéma hollywoodien. Pour tous les visiteurs nostalgiques de ces années, c'est un véritable délice de (re)découvrir les stars de l'époque dans des clichés rarement montrés.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

Dans le studio d'Annie

Le parcours de l'exposition est strictement chronologique. La première salle présente les premiers clichés de la photographe et l'on retrouve le panoramique réalisé par assemblage du pont Neuf, à Paris, témoin de son voyage en Europe à la fin des années 1960. Elle marche alors sur les pas d'Henri Cartier-Bresson, un photographe qu'elle apprécie tout particulièrement.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

L’exposition a été conçue pour reconstituer le studio de la photographe, avec l’affichage des photos, des planches contacts, sur des panneaux de liège, avec de simples punaises. L'idée, si elle est plutôt intéressante, souffre de gigantisme. Dans les premières salles, les murs sont presque recouverts de tirages de différentes tailles. L'accumulation est impressionnante, mais également perturbante. On commence par regarder les images une à une, mais l'on comprend très vite qu'à ce rythme, c'est la journée qu'il faudra passer pour embrasser tout le travail de la photographe ! Alors on glisse à la recherche les personnalités les plus connues, mais là encore, c'est compliqué. Les stars sont bien répertoriées grâce à des punaises rouges numérotées. Elles sont toutefois trop petites, difficiles à discerner sur le mur, et les noms des personnalités listés en blanc et en petit (encore) sont à peine lisibles. Le mur étant très haut, certaines photos sont à difficiles à voir. Faut-il s'approcher pour observer les clichés et découvrir l'image en détail, ou au contraire s'éloigner pour avoir une vision panoramique de l'exposition ?

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

Le pire reste sans doute la vitre de protection, épaisse et brillante, qui met une barrière entre les visiteurs et les photographies. Pourquoi instituer un tel obstacle ? Il s'agit ici de retirages et non d'originaux, et la valeur ne réside pas dans le support, mais bien l'image.

De Rolling Stone à Vanity Fair

Ne boudons toutefois pas trop notre plaisir ; dans ce bouillonnement photographique, Annie Leibovitz se révèle peu à peu sous nos yeux. Son implication et sa recherche permanente de la photo ou de l'instant "différent" se perçoivent assez rapidement. L'un des exemples les plus frappants est sans doute le départ de Nixon en hélicoptère, que seule Leibovitz prendra en photo. On découvre également d'étonnants clichés de photographes de renom, comme Jacques Henri Lartigue ou Helmut Newton, photographiés pour un portfolio sur les photographes qu'elle admire.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

Vers la fin des années 1970, Annie Leibovitz semble s'assagir. À la fougue de la jeunesse semblent succéder des images plus posées. Les salles se font moins remplies et l'on respire un peu plus. L'œil a désormais le temps et la place de s'attacher au détail. Annie troque de plus en plus souvent son 24x36 contre un moyen format carré. Elle réalise alors l'une de ses photos les plus emblématiques, qui va asseoir définitivement son talent : le portrait de John Lennon et Yoko Ono.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

Dans la nuit qui suivit la prise de vue, John Lennon fut tué dans la rue. Le portrait fait le tour du monde et devient l'icône d'un hommage posthume planétaire.

L'exposition s'achève sur l'année 1983, pendant laquelle Annie Leibovitz quitte le magazine Rolling Stone pour Vanity Fair. Une page se tourne, une autre est sur le point de s'écrire. Une histoire à suivre probablement dans le même lieu, dans quelques années.

Rencontres de la photographie d'Arles 2017, Vue de l'exposition Annie Leibovitz : les premières années 1970-1983. Photo La rédactionAnnie Leibovitz : les premières années 1970-1983 / Arles 2017.

Annie Leibovitz – The Early Years: 1970-1983. Archive project #1
Jusqu'au 24 septembre 2017
Rencontres d'Arles 2017
Grande Halle (Fondation Luma)
7 € / +3 € pour les détenteurs d'un forfait

Voir aussi

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés