Pour découvrir l'œuvre du photographe espagnol Chema Madoz, il faut traverser les anciens ateliers SNCF et pousser jusqu'au magasin électrique. Là, dans un petit café, un jus de fruit vous attendra avant d'attaquer la visite. Délaissez, dans un premier temps, la rétrospective du prix Pictet pour vous avancer dans l'immense salle consacrée au photographe illusionniste.

Arles 2014 - Chema Madoz

Les grands et beaux tirages noir et blanc captent immédiatement notre attention. Ici un collier de perles d'eau, plus loin une cage à nuage ou un concorde-ciseaux... Il n'est pas facile de décrire les photos de Chema Madoz par des mots. On pense bien sûr à des natures mortes, mais ici, les objets sont détournés, laissant place à de véritables tableaux surréalistes. Chaque composition est un petit poème en soi et les objets que nous côtoyons tous les jours prennent ici des places ou des formes inhabituelles venant heurter notre esprit sans doute trop cartésien. Chema Madoz accorde à ces objets de tous les jours une nouvelle vie, une destinée renouvelée à travers une mise en scène soignée qui stimule notre imaginaire et ne manque pas de nous faire sourire.

Arles 2014 Chema Madoz

Ce sont donc bien les images d'un photographe fantaisiste — dans le sens imaginatif — qui sont présentées au fin fond des ateliers. Une invitation au voyage, des petits moments de grâce dont il ne faut pas se priver.

Arles 2014 Chema Madoz

Chema Madoz

Exposition du 7 juillet au 21 septembre

Magasin électrique

13200 Arles

10h - 19h30

9 € (ou forfait)

Toute l'actualité des Rencontres d'Arles

Présentation de l'exposition sur le site des Rencontres

Le site de Chema Madoz

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés