Agenda photo

Retrouvez dans notre agenda culturel notre sélection d'événements, beaux livres, sorties et concours incontournables pour tous les amoureux de photographie.

"Étonnez-moi, Philippe Halsman" au Musée du Jeu de Paume

Une expo dont on ressort vivifié, joyeux, heureux, c'est rare. En voici une. Le Jeu de Paume met à l'honneur le photographe américain d'origine lettonne Philippe Halsman. Il fait partie de ceux qui ont réussi à accoler avec brio les mots humour et photographie. La Jumpology, c'est lui ; les portraits hilares de Fernandel, c'est lui ; Salvador Dali sautant avec des chats et seau d'eau volants, c'est aussi lui. Près de 300 images et documents retraçant 50 ans de carrière sont à découvrir jusqu'au 23 janvier 2016. Absolument.

Philippe Halsman au Jeu de Paume, exposition 2015-2016

Yvonne Halsman, Marilyn Monroe et Philippe Halsman, 1959. Archives Philippe Halsman. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos

Philippe Halsman au Jeu de Paume, exposition 2015-2016

Philippe Halsman, Portrait d'Alfred Hitchcock pour la promotion du film "Les Oiseaux", 1962. Musée de l'Elysée. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos

Philippe Halsman au Jeu de Paume, exposition 2015-2016

Philippe Halsman, Fernandel, "Quelles sont les mesures prises par le gouvernement français pour accroître le taux de naissance?", The Frenchman, 1948. Archives Philippe Halsman. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos

Philippe Halsman au Jeu de Paume, exposition 2015-2016

Philippe Halsman, Dalí Atomicus, 1948. Musée de l'Elysée. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos. Droits exclusifs pour les images de Salvador Dalí : Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2015

Philippe Halsman au Jeu de Paume, exposition 2015-2016

Philippe Halsman, Jean Cocteau, l'artiste multidisciplinaire, 1949. Archives Philippe Halsman. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos

Étonnez-Moi ! Philippe Halsman

Du 20 octobre 2015 au 24 janvier 2016

Musée du Jeu de Paume

Présentation sur le site du Jeu de Paume

Qui a peur des femmes photographes ?

Une double exposition à Paris jusqu'au 24 janvier
Quel joli titre intrigant ! ***Qui a peur des femmes photographes ?***, exposition montée sur deux sites, montre comment les Européennes se sont emparées de cette technique et de cet art pour s'affirmer et prendre leur place dans une société dominée par la gent masculine.

La partie présentée à l'Orangerie (1839-1919) explique comment la photo est devenue un tremplin, par la subversion, vers l'émancipation. C'est l'occasion de redécouvrir les images de Frances Benjamin Johnston et de Gertrude Käsebier. Orsay (1919-1945) met l'accent sur la façon dont les femmes, par à travers la photo, ont peu à peu pris pied dans les domaines photographiques réservés aux hommes, comme la maîtrise de la technique ou la voie de la professionnalisation, notamment dans la presse. Dorothy Lange et Margaret Bourke-White font partie de celles qui ont ouvert la voie, en diffusant leurs images maintenant entrées dans l'histoire de la photographie. Une bonne piqûre de rappel...

Exposition Qui a peur des femmes photographes, photo Gertrude Käsebier

Gertrude Käsebier (1852-1934) The Red Man, 1900. Épreuve au gélatino-bromure d'argent New York, Museum of Modern Art. © Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence

Exposition Qui a peur des femmes photographes, Margaret Bourke-White

Margaret Bourke-White (1904-1971), Self-portrait with camera (Autoportrait à la camera). Tirage argentique. Los Angeles County Museum of Art (LACMA), Los Angeles. © Digital Image Museum Associates/LACMA/Art Resource NY/Scala, Florence

Qui a peur des femmes photographes ?

Du 14 octobre 2015 au 24 janvier 2016

Musées d'Orsay et de l'Orangerie

Le site de l'exposition

Erwin Olaf à la galerie Rabouan Moussion à Paris

La galerie Rabouan Moussion a choisi Erwin Olaf comme photographe "inaugural" de sa programmation. Sa série "Waiting" est donc la première à prendre possession des lieux. Comme à son habitude, le photographe néerlandais propose des tirages à la lumière parfaite. Un éclairage d'une grande précision met en valeurs ses femmes que l'on voit attendre. La tension qui s'en dégage est bien celle, sourde, de l'attente. La question n'est pas de savoir ce qu'elles attendent, mais ce qu'elles vivent pendant cette attente. Un très beau travail en noir et blanc à découvrir jusqu'au 28 novembre.

Erwin Olaf, Waiting

Erwin Olaf, Waiting, La Défense 2, 2014. Courtesy the artist and Rabouan Moussion, Paris

Erwin Olaf, Waiting

Erwin Olaf, Waiting, Shenzhen, Portrait 2, 2014. Courtesy the artist and Rabouan Moussion, Paris

Erwin Olaf, Waiting

Erwin Olaf, Waiting, Nairobi 3, 2014. Courtesy the artist and Rabouan Moussion, Paris

Erwin Olaf - Waiting

Du 17 octobre au 28 novembre 2015

Galerie Rabouan Moussion

11, rue Pastourelle, 75003 Paris

Le site d'Erwin Olaf

Présentation sur le site de la galerie

Alex Prager à La Galerie des Galeries Lafayette de Paris

Il y a la FIAC et la FIAC hors les murs. Dans ce cadre et jusqu'au 23 janvier, la galerie du grand magasin Les Galeries Lafayette prête ses murs à une jeune photographe américaine native de Los Angeles, Alex Prager. Ses grands formats font sourire : on pourrait penser à du Martin Parr en version LA. Mais à la différence de celles du Britannique, les photographies de l'Américaine sont des mises en scène. Ces gens qui attendent étrangement dispersés à un arrêt de bus ou parcourent des dalles de béton sont des figurants. Alex Prager en profite pour trouver des angles de prises de vue complètement fous qui rendent ces sujets grotesques et laids. Un paradoxe, qu'elle interroge, quand ces images ont pour décor l'un des lieux les plus glamours de la planète.

Photo Alex Prager, 2015

Alex Prager, See's Candies, Payless, Supercuts 2, 2015. Courtesy the artist and Lehmann Maupin, New York and Hong Kong.

Photo Alex Prager, 2015

Alex Prager, Shoping Plaza, 2015. Courtesy the artist and Lehmann Maupin, New York and Hong Kong.

Alex Prager

Du 20 octobre 2015 au 23 janvier 2016

Galerie des Galeries Lafayette Paris

40, bd Haussmann, 75009 Paris - 1er étage

Le site de la galerie

Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications 

Contenus sponsorisés