S’il est relativement fréquent, à la vue d’une photographie, de s’exclamer avec admiration, “on dirait une peinture”, le travail de Patrick Lévêque pousse l’adage à l’extrême. L’œil cherche le détail qui le relie à la photo plutôt qu’à la toile d’un peintre.

Crédit photo : Patrick Lévêque

L’art du détail caractérise le travail de ce photographe bien présent sur Instagram. Un boîtier photo en guise de pinceau, une multitude de fragments glanés dans les grands ports français donnent naissance à des séries d'images abstraites très picturales.

Art moderne et contemporain, témoin de nos souvenirs, d’événements historiques, de la beauté, mais aussi de la laideur du monde comme en témoignent les photographes de guerre ou environnementaux, la photographie est malgré tout l’expression d’un regard sur ce qui nous entoure. Les jeux d’échelles trompent les sens des spectateurs et ce travail réalisé sur d’immenses navires, les géants des mers, nous confond plus encore.

Né en Californie d'une mère musicienne et d'un père artiste-peintre, Patrick Lévêque passe sa jeunesse et son adolescence dans un univers artistique où s'imbriquent étroitement peinture, musique et photographie. Son attirance pour cette dernière s'affirme à la lecture des livres du célèbre paysagiste américain Ansel Adams. Son goût prononcé pour le paysage s'étend rapidement à celui, plus particulier, du paysage industriel. Sa passion pour le monde industriel prend une dimension supplémentaire en 2005 lorsqu’il pose pour la première fois ses boîtiers dans le port du Havre. La série Coques en stock a fait l'objet de nombreuses expositions.

Crédit photo : Patrick Lévêque
Crédit photo : Patrick Lévêque
Crédit photo : Patrick Lévêque
Crédit photo : Patrick Lévêque Crédit photo : Patrick Lévêque Crédit photo : Patrick Lévêque Crédit photo : Patrick Lévêque

Voir aussi…

→ Le compte Instagram de Patrick Lévêque
Son site Internet
Toutes les inspirations photo

Laurence Guillain

Iconographe et Journaliste, tombée dans bain de révélateur toute petite, elle ne respire qu’avec sa ration quotidienne d’images. Elle les dévore des yeux, les déguste avec appétit. Ses publications