Photographe colombien âgé de 26 ans seulement, Camilo Leon-Quijano vit en France depuis cinq ans. En 2015, il s'est engagé dans la rédaction d'une thèse à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Son sujet d’étude en sociologie-anthropologie porte sur la ville de Sarcelles (Val d’Oise), un lieu emblématique de la banlieue parisienne. Crédit pour toutes les photos : Camilo Leon-Quijano

Crédit photo Camilo Leon QuijanoJour d'entraînement au lycée Chantereine sous la neige. En toile de fond, les HLM de Sarcelles.

Dans le cadre de cette recherche universitaire, l’appareil photographique lui sert à “comprendre l’expérience urbaine. En montrant le rapport des personnes à l’espace et en introduisant des éléments narratifs dans les images, on propose une approche différente de celles habituellement montrées. On peut déconstruire les stéréotypes des images médiatiques”.

Crédit photo Camilo Leon QuijanoFête de quartier organisée par les Engraineurs pour promouvoir le jardinage urbain.

Camilo explique qu’il ne choisit pas vraiment les sujets de ses séries photo : “Ils viennent à moi par le biais des rencontres et du réseau que je me suis constitué”, précise-t-il. C’est ainsi que Camilo a réalisé une série sur le club féminin de rugby du lycée de Chantereine qui a obtenu le prix Diapéro du diaporama sonore en 2017. Le photographe s’est intéressé à l’association Les Engraineurs qui, à travers la pratique du jardin urbain collectif, sème du lien social. Dernièrement, le jeune homme a fait la connaissance de Maryse, une habitante de Sarcelles âgée de 83 ans qui a perdu son mari l’été dernier. En l’accompagnant régulièrement dans son quotidien, il veut comprendre de l’intérieur la vie d’une personne âgée vivant seule en banlieue. Et si Camilo a choisi le noir et blanc, c’est pour “casser la croyance dans la photographie comme représentation du réel”.

Crédit photo Camilo Leon QuijanoSamuel, ancien basketteur reconnu à l'international (joueur au Real Madrid), éducateur sportif et personnalité locale. Il est également écrivain.

Crédit photo Camilo Leon QuijanoEn mai 2016, je rencontre Manu, habitant de Sarcelles et à l'origine des Engraineurs.

Au final, avec ces images, le photographe ne cherche pas à décrire la réalité de cette ville ou la diversité de ses communautés. “L'idée est plutôt de travailler longuement sur le terrain sous un angle sociologique pour découvrir comment les gens ‘voient et se voient’ à Sarcelles. Un travail centré avant tout sur l'expérience.”

Crédit photo Camilo Leon QuijanoFrédéric, aka Bouboule, producteur du Secteur Ä, une maison de production de hip-hop sarcelloise dans les années 1990-2000.

Crédit photo Camilo Leon QuijanoKoumba, 16 ans, est l'une des meilleures joueuses du lycée Chantereine. Elle vit en HLM à Sarcelles. Cette ville a la plus grande densité de logements sociaux du pays.

Crédit photo Camilo Leon QuijanoAncien haut lieu de la culture à Sarcelles. Amianté depuis des années, il a été vendu par la Mairie à Bouygues Immobilier pour la construction de nouveaux logements.

Driver marche avec ses amis sur le Forum des Cholettes.

Voir aussi…

→ Le fil Instagram de Camilo Leon-Quijano
→ Le site Internet de Camilo Leon-Quijano

Proposez-nous votre portfolio !

Focus Numérique est en permanence à la recherche de nouveaux talents ! N'hésitez pas à nous envoyer vos séries et travaux à l'adresse électronique suivante : portfolio.focus.numerique@gmail.com.
Vous pouvez aussi participer à nos appels à candidature pour le prix EISA Maestro 2018 et les Zooms Photo 2018 avec la même adresse email, mais en précisant dans le titre à quel concours vous souhaitez participer.

Mathieu Oui
Mathieu Oui

Journaliste indépendant et photographe, Mathieu Oui écrit sur les arts visuels et la jeune création pour différents titres de la presse magazine. Ses publications