Contenance cartouche110 ml
FormatsA4 - A2+
Résolution maximale2880 x 1440 dpi
Epaisseur support3 mm
Chargement papierbac horizontal, support spéciaux, rouleuax
Logiciels fournisPilotes
InterfaceUSB, Ethernet
Dimensions848mm x 765mm x 354mm (position fermée)
Poids39.4Kg
Autres-

Caractéristiques

Après le test de la récente Stylus Pro 3880, nous nous penchons désormais sur la référence incontournable de nombreux professionnels, studios et laboratoires : l'Epson Stylus Pro 4880.

Espon 4880 test review avis

La 4880 est résolument tournée vers une utilisation professionnelle. Elle dispose des principales caractéristiques d'impression de la 3880 (format A2, 9 encres pigmentaire UltraChrome K3 Vivid Magenta) mais avec des fonctions et une ergonomie conçues pour la production : système d'impression en rouleaux avec massicot embarqué, contenance des cartouches (110 ml contre 80 ml sur la 3880), etc.

Bien entendu, un écart de prix significatif existe entre les deux modèles. La 4880 est proposé à 2500 Euros alors que sa petite cousine, la 3880 à 1700 Euros.

La dominance d' Epson sur le marché des impression jet d'encre grand format n'est plus à faire. Cependant un village de gaulois composé d' HP et Canon essayent tant bien que mal de résister encore et toujours à l'envahisseur.

Chez Canon, on peut trouver une concurrente sérieuse : la Canon imagePROGRAF 5100 qui coûte en moyenne 2300 €. Cette machine, moins cher propose des caractéristiques, qui sur le papier, semblent plus alléchantes : format d'impresion A1 et 12 encres différentes. Espérons que nous aurons prochainement l'occasion de la tester : un appel est lancé !

Chez HP il faut se diriger vers la série Z avec par exemple la Z3200 (testée sur focus numérique) ou la Z2100.

Dans la gamme Epson, la 4480 vient se positionner entre la 3880 (A2 compacte et économique) et la 7880 (format A1) ...

Qualité d'impression

On ne peut pas dire que cette imprimante soit discrète, compacte et facilement transportable ! L'appareil est très imposant et nécessite pas mal de place pour être installé. Il aurait été intéressant de proposer un support sur roulettes pour ce type d'appareil (comme on peut trouver sur la majorité des imprimantes grand format). Il faudra prévoir une table robuste pour supporter les 40 kg (à vide) de l'appareil.

C'est le plateau de réception qui fait office de bac de chargement papier (horizontal) comme sur la HP B9180 ! Il n'est donc pas nécessaire de prévoir un espace libre à l'arrière de l'appareil sauf pour l'impression sur des supports épais non flexibles. Même en dépliant le plateau au maximum (pour recevoir les feuilles en A2+), l'encombrement reste raisonnable.

Le système de chargement papier en rouleau est directement intégré, aucune manipulation à prévoir contrairement à l'Epson 2880. Pour mémoire la 3880 ne proposait pas d'option d'impression en rouleau.

Epson 4880 test review avis

Epson 4880 ...

Le design de la 4880 rompt totalement avec celui des séries 3880 et 2880. L'imprimante aborde des lignes arrondies et fluides contrairement à la conception plus "carrée" des autres modèles. Le blanc cassé et le gris léger sont de rigueur. L'imprimante est majoritairement en plastique mis à part la bande supérieure grise qui est en métal (plutôt agréable au toucher). Malgré cela l'imprimante semble très solide et résistante (plastique épais).

On apprécie particulièrement le fait de pouvoir voir en temps réel l'imprimante travailler grâce à son couvercle supérieur transparent, ce qui s'avère très pratique pour stopper la machine en cas d'erreur.

Sur la droite, la machine est équipée d'un écran de contrôle LCD en noir et blanc : pratique, mais beaucoup trop petit pour un modèle professionnel. Sur ce point des améliorations peuvent être envisagées pour optimiser l'interface de l'imprimante.

Espon 4880 test review avis détails

Espon 4880 test review avis détails

Espon 4880 test review avis détails

Epson 4880 : Focus sur les détails ...

Chargement du papier

L'Epson 4880 dispose de 3 modes de chargement papier :

  • Feuille à feuille via un bac de chargement horizontal situé sous le plateau de réception

  • Supports épais à plat

  • Rouleau

Le système de chargement en feuille à feuille pour les supports fins et flexibles est très bien conçu.

Avec ce système qui peut accueillir des feuilles du format A4 à A2+, la feuille est retournée par l'appareil : il faut donc penser à les installer de telle sorte que la surface utile (la surface d'impression) soit vers le bas.

Le système est pourvu de deux butés de calage pour les différents formats. C'est de loin le meilleur système rencontré jusqu'à présent.

Le bac peut accueillir environ 250 feuilles de papier ordinaire !
Espon 4880 test review avis détails

Espon 4880 test review avis bac papier

Bac de chargement papier (feuille à feuille) et plateau de réception ... **

Un des gros points forts de cet appareil est sa capacité à imprimer sur du papier en rouleau (25 mètres au maximum).

Contrairement à la 2880, le système de rouleau est directement intégré à l'appareil et ne nécessite pas d'être installé. L' Epson 4880 est équipé d'un massicot électrique qui permet de faire des coupes nettes et franches afin de personnaliser ses formats de papier (coupe uniquement dans la largeur).

Il faut cependant prévoir un rouleau pour chaque type de format, par exemple A1, A2 et A3, sinon la perte papier risque d'être conséquente.

Le chargement et le changement de rouleaux est très simple à réaliser grâce au spindle

*Epson 4880 test review rouleau

Système de chargement en rouleau complètement intégré à la 4880 ... Epson 4880 test review rouleau Spindle de la 4880 ...*

Cartouches d'encres

Les cartouches d'encre ne sont pas solidaires des têtes d'impression. L'Epson 4880 dispose de deux tiroirs permettant d'accueillir 8 encres sur 9 !

Les différentes cartouches sont reliées aux têtes d'impression (installées sur le plateau mobile) par un système de tuyaux mobile.

L'enclenchement des différentes cartouches est assuré par un système de verrouillage à levier. Les cartouches disposent d'un système de pitons de guidage différents selon les couleurs qui permet d'éviter toute mauvaise manipulation !

Bien entendu le pilote d’impression affiche en temps réel, l’état des différentes cartouches d’encre. Encore plus pratique, l’écran LCD de contrôle affiche lui aussi en contenu le niveau d’encre restant dans chaque cartouche.

Epson 4880 test review logiciel

Epson 4880 test review cartouche encre

Epson 4880 test review cartouche encre

Epson 4880 test review cartouche encre

Les deux tiroirs donnant accès aux cartouches d'encre ... **

Epson 4880 test review tête d'impression

Le système de têtes d'impression ...

La machine dispose également d’une cartouche de maintenance qui permet de récupérer les excès d’encre à l’impression, lors de la purge du système ou bien lors du passage de l’encre noire mat à l’encre noire photo (nous reviendrons également sur ce point !). **

Epson 4880 test review cartouche encre

La cartouche de maintenance ... **

Connexions

L'Epson Stylus Pro 4880 est parfaitement équipée au niveau de la connectique. Elle fonctionne de manière classique en USB mais elle intègre une connexion Ethernet. Il est ainsi possible d’utiliser l’imprimante sur un réseau domestique ou professionnel et de la partager entre plusieurs ordinateurs : une option particulièrement utile.

epson stylus pro 4880 test review avis connexion

Pilote d'impression

Le pilote d’impression (le driver) est le cerveau d’une imprimante. C’est un élément fondamental au même titre que le DSP (Digital Signal Processor) d’un appareil photo numérique. Selon les constructeurs, les pilotes d’impression proposent plus ou moins de paramètres à régler. Le pilote permet de gérer le papier (format, chargement, etc.), la qualité d’impression, la gestion de la couleur, etc. Les pilotes Epson sont disponibles pour Mac OS X et Windows.

La fenêtre du pilote s’affiche dès lors qu’on lance une impression depuis n’importe quel type de logiciel.

Le pilote Epson est très complet, il dispose des options suivantes :

  • Choix du support

  • Choix du mode d’impression : AccuPhoto HD (option 16 bit) – Noir et Blanc Photo avancé (choix de la tonalité) – Niveaux de gris

  • Paramètres couleur : calibration Epson, Adobe RGB ou Business Graphic

  • Qualité : SuperPhoto 2880 dpi pour la qualité maximale (option rapide ou non)

  • Optimisation des couleurs : gamma – luminosité – contraste – saturation – CMJ)

epson stylus pro 4880 test review avis pilote

epson stylus pro 4880 test review avis pilote

Bien entendu, le pilote dispose d'un bon nombre d'options pour la gestion des supports aussi bien en feuille à feuille qu’en rouleaux.

epson stylus pro 4880 test review avis pilote

epson stylus pro 4880 test review avis pilote

epson stylus pro 4880 test review avis pilote

Vitesse impression

Généralement, sur ce type de matériel, le temps d’impression n’est pas un paramètre fondamental et l'on privilégie la qualité d’impression.
epson stylus pro 4880 test review avis vitesse d'impression

Cependant pour certains utilisateurs qui désireraient avoir un usage semi-professionnel ou professionnel de ces imprimantes, la vitesse d’impression peut être critique. Par exemple, un photographe de mariage qui veut proposer des tirages A3 ou A2 « sur place » peut avoir besoin d’une imprimante rapide afin de pouvoir tenir le rythme de ses commandes.

Nous avons volontairement chronométré l’imprimante dans la pire des configurations : mode SuperPhoto 2880 dpi (vitesse rapide activée).

Epson Stylus Pro 4880
Tirage A4 4,45 minutes

Tirage A3 8 minutes

Tirage A2 15 minutes

L' Epson Stylus Pro 4880 est relativement silencieuse et engendre assez peu de vibrations. Il faudra, tout de même, la poser sur un support particulièrement stable pour optimiser la qualité des tirages.

Coût consommables

Le gros point noir dans l’utilisation d’une imprimante, quelle qu’elle soit, c’est le prix des cartouches d’encre. L'Epson Stylus Pro 4880 utilise un nombre important d’encres, 9 au total, de haute qualité pigmentaire qui garantissent la qualité des tirages : finesses des nuances et des couleurs.

Une imprimante fonctionne en CMJN (Cyan, Magenta, Jaune et Noir) et donc par synthèse soustractive. Afin d’améliorer le rendu des détails, on intègre des couleurs intermédiaires : cyan clair, magenta clair, gris.

La 4880 utilise la technologie Epson UltraChrome K3 Vivid Magenta

Les encres pigmentaires de type UltraChrome K3 utilisent une nouvelle résine (matière qui enrobe les pigments) qui améliore la brillance et les densités sur des supports brillants, mais qui corrige les défauts de métamérisme (incohérence des couleurs vues sous différentes sources lumineuses).

On dispose des couleurs suivantes :

  • Noir Mat, Noir Photo

  • Gris, Gris clair

  • Cyan, Cyan clair

  • Jaune

  • Magenta, Magenta clair

Les cartouches de l'Epson Stylus Pro 3880.

Le problème sur certaines Epson qui utilisent les 9 encres UltraChrome Vivid Magenta, est qu’elles disposent de 8 têtes pour 9 encres différentes. En effet le Noir Mat et le Noir Photo utilisent la même tête.

À chaque fois que l’on change de type de support (passage d’un papier brillant ou satiné à un support mat), l’imprimante doit purger la tête pour changer d’encre. Cette opération est très gourmande en encre. On peut très simplement s’en rendre compte en regardant la cartouche de maintenance qui s’occupe, entre autres, de récupérer l’encre lors de la purge.

Comme sur la 2880, on doit changer manuellement la cartouche. Ce problème est déjà assez agaçant sur des imprimantes comme les 2880 et 3880 (même si sur celle-ci il n'est pas nécessaire de changer manuellement de cartouche). Sur une imprimante du calibre de la 4880, c'est presque un scandale ! Espérons qu' Epson corrige très prochainement cette problématique.

Epson Stylus Pro 4880

Nombre de cartouches 9

Technologie UltraChrome K3 Vivid Magenta

Prix moyen par cartouche 60 € 92 €

Contenance 110 ml 220 ml

Prix moyen au ml 0,54 € 0,41 €

Prix total moyen du « plein » 540 € 828 €

Le constat est assez intéressant. Premièrement, le plein coûte cher, plus de 500 euros ! Cependant, la contenance est au rendez-vous et l’on dispose d’une relative bonne autonomie. Par contre, lorsque l’on rapporte le prix de l’encre au ml, on se retrouve beaucoup moins cher que sur les mêmes encres avec la Stylus Photo R2880 (1,14 €) ou même de la 3880 (0,64 €).

epson stylus pro 4880 test review avis cartouche

Une cartouche de la 4880 face à une cartouche de la 2880 !

Il est très difficile de pouvoir prédire avec précision l’autonomie des cartouches. Il y a beaucoup de paramètres qui entrent en compte : le contenu des images, le type et le format de papier, la fréquence d’utilisation de la machine, etc.

Papiers testés

Un autre coût non négligeable dans l’utilisation de ce type d’imprimante est le papier. En effet, la qualité d’un tirage jet d’encre dépend de la qualité de l’imprimante, de la qualité des encres utilisées et enfin et surtout de la qualité du papier.

L’intérêt majeur de ce type d’imprimante est la possibilité de pouvoir réaliser des tirages sur du papier de qualité à fort grammage.

Epson Stylus Pro 4880

Grammage accepté (en g.m⋅²) NC

Épaisseur maximale 3 mm

Bien que les constructeurs préconisent l’utilisation de leurs propres papiers, il existe un grand nombre de fabricants indépendants qui proposent des gammes très variées de papiers compatibles.

Les différents tests sont réalisés avec des papiers Ilford.

Voici la liste des papiers Ilford utilisés pour les tests :

  • Ilford, Smooth Gloss Paper (290 g .m⋅²), Gallerie : 19,90 € (prix indicatif) les 25 feuilles A4

  • Ilford, Smooth Fine Art (190 g .m⋅²), Gallerie : 20 € (prix indicatif) les 10 feuilles A4

Ilford est un acteur historique (société fondée en 1879) dans la fabrication de produits photographiques, tant pour l’impression jet d’encre que pour les procédés argentiques couleur. Racheté en 2005 par Oji (le plus grand fabricant de papier japonais), Ilford développe, entre autres, une gamme complète de supports jet d’encre destinée aussi bien aux professionnels qu’au grand public.

La gamme de papiers Ilford Gallerie est spécialement conçue pour les imprimantes à jet d’encre. On peut trouver des papiers brillants, perlés, barytés et mats.

Ces papiers sont équipés d’un couchage nanoporeux HDR (High Dynamic range), ils sont compatibles avec les encres pigmentaires et à base de colorant et sont disponibles dans de nombreux formats (en feuille ou en rouleau).
epson stylus pro 4880 test review avis papier ilford

Les deux papiers Ilford utilisés pour nos tests.

Ilford met à disposition, sur son site Internet (www.ilford.com) des profils ICC pour l’utilisation de leurs différents papiers. Les profils ICC sont personnalisés en fonction du type de papier de la marque et du modèle de son imprimante. Dans notre cas, on retrouve les modèles Canon, Epson et HP.

En France, les produits Ilford sont distribués par Lumière Imaging. La liste des revendeurs est accessible sur le site Internet www.lumiere-imaging.fr

Protocole de test

En préambule de nos tests sur la qualité des tirages, revenons sur notre protocole.

Qu’attend-on d’une imprimante photo ?

  • Qu’elle réalise des tirages de qualité.

  • Qu’elle soit polyvalente.

  • Qu’elle soit simple à installer et à mettre en œuvre.

  • Qu’elle soit simple et ludique à utiliser.

  • Qu’elle soit discrète.

  • Qu’elle offre un bon rapport qualité/prix.

  • Etc.

L’objectif de ces tests est d’essayer de porter un avis, le plus objectif possible, sur chacun de ces aspects.

Bien entendu il est très difficile d’être parfaitement objectif dans la mesure où il est strictement impossible de tester uniquement l’imprimante. C’est bien un trio que nous testons : Imprimante – Encre – Papier.

epson stylus pro 3880 test review

Les trois imprimantes A3 testées sur Focus Numérique : Epson Stylus Photo R2880, Canon Pixma pro 9500 Mk II et HP PhotoSmart Pro B9180.

Comme nous l’avons déjà évoqué, nous avons choisi de tester les différentes imprimantes en les passant au laboratoire dans les mêmes conditions. Pour réussir cela, il faut réduire au maximum le nombre de variables (qui sont nombreuses en impression numérique). Les imprimantes sont toujours testées avec les mêmes papiers (volontairement « non constructeur »). Nous travaillons avec des papiers Ilford avec différents aspects de surfaces : mat, brillant.

Le deuxième aspect délicat à prendre en compte dans la conception de ce genre de test est son type d’utilisation. En effet, selon la manière dont on utilise une imprimante, la qualité des résultats peut grandement varier.

Pour cela nous avons défini deux cadres d’utilisation standards qui sont finalement liés à la gestion de la couleur :

  • Gestion de la couleur laissée au pilote de l’imprimante : le mode tout automatique, le plus simple et le plus souvent utilisé.

  • Utilisation d’un profil ICC personnel : on prend le contrôle de la gestion de la couleur en réalisant des profils ICC personnalisés pour chacun des papiers référencés que l’on utilise pour les tirages tests. C’est l’utilisation la plus experte qui nécessite du matériel supplémentaire (système de « hard proofing » avec un spectrocolorimètre et un logiciel de génération de profils ICC).


Le test s’articule en deux grandes parties.

1/ La première consiste à évaluer l’ergonomie de l’appareil : prise en main, qualité de construction, design, chargement papier, changement des cartouches d’encre, connexions, pilote d’impression, vitesse d’impression et coût des consommables.

2/ La seconde porte un jugement sur la qualité des tirages qu’elle délivre.

Pour bien aborder cette partie, il faut commencer par se demander quels sont les défauts que l’on peut attribuer à un tirage papier ?

  • Mauvaise reproduction des couleurs (par exemple sur les teintes chair).

  • Manque de saturation des couleurs.

  • Problèmes de neutralité.

  • Manque de détails dans les ombres et les lumières.

  • Les éventuels défauts de métamérisme.

  • Mauvaise reproduction des détails.

  • Défauts d’interprétation des fichiers par l’imprimante.

  • Etc.

Nous avons séparé nos réflexions en trois parties : le rendu des couleurs, le rendu des valeurs et le rendu des détails.

Nous avons inclus des tests dits « objectifs » faisant intervenir un instrument de mesure et des valeurs chiffrées pour quantifier certains types de défauts et des tests dits « subjectifs » faisant intervenir une évaluation visuelle de la qualité de restitution des tirages de l’imprimante.

C’est la partie la plus délicate à traiter, la plus subjective. Vous n’avez pas le choix, il faut nous faire confiance.

Pour plus d’informations sur nos méthodes de test, vous trouverez bientôt sur Focus Numérique la retranscription des conférences sur ce sujet que nous avons tenues au Salon de la Photo 2009 sur le stand des Agoras du Net.

Nous utilisons différents types de matériel pour réaliser nos tests :

  • La suite Color Confidence Profiler Pro composée d’un spectrocolorimètre EFI ES 1000 et le logiciel Print Profiler Pro (www.colourconfidence.com)

  • Pixelo Studio Test Visual Chart couleur et noir et blanc pour l’évaluation subjective de la qualité de restitution des tirages.

  • Mires Pixelo Studio Measure Chart pour les différentes mesures à réaliser.

  • Scanner Epson V700.

  • Chartes de profilage TC9.18.

epson stylus pro 3880 test review

*Le spectrocolorimètre EFI ES 1000. epson stylus pro 3880 test review

* *Pixelo Visual Test Chart. Et le Pixelo Measure Test Chart.*

Rendu des valeurs

Rendu des valeurs

Neutralité et bascule ****

Dans un premier temps, nous avons étudié la reproduction de la gamme de gris sans gestion de la couleur et avec la gestion de la couleur de l’imprimante (« laisser l’imprimante gérer les couleurs » dans le menu impression de Photoshop).

Nous avons imprimé une gamme de gris afin de mieux apprécier la neutralité d'une gamme de gris imprimée par l'Epson 4880. Pour ce test, nous avons utilisé le papier mat Ilford Smooth Fine Art ("SFA").

Les deux courbes a* et b* représentent les axes rouge-vert et jaune-bleu du Lab*.

Plus le a* est positif, plus la teinte est rouge, plus il est négatif, plus la teinte est verte.

Plus le b* est positif, plus la teinte est jaune, plus il est négatif, plus la teinte est bleue.

Enfin le DeltaE2000 (toujours positif) exprime la différence entre deux couleurs: ici, c'est la différence entre une gamme de gris neutre que nous exprimons. Ici, il est assimilable à une «moyenne» entre a* et b*. Plus le DeltaE2000 est grand, moins le gris est neutre.

epson 4880 test review avis rendu des valeurs

La gamme de gris imprimée sans gestion de la couleur ne présente aucune bascule de couleur apparente, qu'on l'observe à l'œil nu ou en la comparant avec nos références (DeltaE2000 aux alentours de 2). C'est un gage de qualité : les encres Ultrachrome K3 sont naturellement d'une quasi parfaite neutralité. il est également possible que l'imprimante soit calibrée en usine.

epson 4880 test review avis rendu des gris

En laissant l'imprimante gérer les couleurs, les résultats sont légèrement différents. Le graphique montre que la gamme de gris tire un peu sur les teintes froides (bleu-vert), mais le DeltaE2000 reste faible (inférieur à 4) et visuellement, la différence est difficilement perceptible à l'oeil. L'imprimante offre là encore une belle performance.

Une bonne performance.

Reproduction de la gamme de gris

Nous avons représenté la gamme de gris selon la clarté L* (échelle de clarté proche de la vision humaine) dans le graphique suivant. Les courbes représentées comparent la clarté telle qu'affichée à l'écran (en sRGB) puis imprimée. Pour une gestion de la couleur efficace, la courbe devrait être droite.

Voici les résultats obtenus avec le papier brillant Ilford Smooth Gloss:
epson 4880 test review avis rendu clarté papier brillant

La gamme de gris imprimée sans aucune gestion de la couleur est naturellement trop sombre. Pas d'inquiétude à avoir puisque l'imprimante n'est pas destinée à être utilisée avec ces réglages.

En laissant l'imprimante gérer les couleurs, les résultats s'améliorent franchement. On peut juste regretter que les ombres soient rendues trop claires.

En utilisant une solution de gestion de la couleur (profils ICC faits maisons), on pallie ce problème et la gamme de gris est reproduite parfaitement.

Les Dmax obtenues sont proches de celles que nous avions pu mesurer sur l'Epson 3880, testée précédemment chez Focus Numérique. Le fait que ces deux modèles, au fond très similaires, nous donnent les mêmes résultats n'est pas étonnant. Par contre, on reste déçu qu'ils ne fassent pas aussi bien que l'HP Z3200, qui nous avait donné une Dmax de 2,6 sur le même papier. On sait bien que l'HP ne joue pas dans la même cour par son positionnement tarifaire (6600 €), son spectro intégré et sa gestion du format A1. Mais la Dmax est surtout due aux encres, et sur ce terrain, les Vivera de chez HP font mieux que les Epson Ultrachrome K3.

Voici les résultats obtenus avec le papier mat Ilford Smooth Fine Art:
epson 4880 test review avis rendu clarté papier mat

Avec un papier mat, l'Epson 4880 gère un peu mieux les contrastes qu'avec un papier brillant. La courbe des clartés est un peu plus droite dans son ensemble, mais les ombres sont cette fois-ci un peu trop sombres.

À l'achat d'une telle imprimante, mieux vaut prévoir un peu d'argent pour l'achat d'une solution de gestion de la couleur. On évitera ainsi de gâcher trop de papier, et d'encre, à calibrer son imprimante pour un résultat aux petits oignons.

Les Dmax obtenues avec un papier mat n'atteignent pas celles des papiers brillants. Mais l'imprimante n'y est pour rien: le papier observe plus l'encre, en le diffusant dans ses fibres.

Là aussi, l'Epson ne fait pas aussi bien que les HP, qui atteint une Dmax de 1,8, et donc des noirs plus profonds.

Rendu des couleurs

Rendu des couleurs

Teintes chair

Les teintes chair sont un aspect particulièrement sensible dans l’appréciation de la qualité d’un tirage jet d’encre. En effet, lors d'une impression d'un visage, on demande à l’imprimante d’être très précise vis-à-vis des différentes nuances de couleurs à restituer pour ne pas perdre de détails.

Sur les essais réalisés en laissant la gestion de la couleur à l’imprimante, les tons chair semblent trop jaunes. On déplore (et c’est souvent le cas avec Epson) un lissage trop fort des fins détails ce qui gomme toutes les petites aspérités de la peau qui sont présentes sur le fichier original.

C’est le traitement interne du driver de l’imprimante qui est capable d’identifier les teintes chair et d’y appliquer des algorithmes spécifiques. Nous avons retrouvé ce même type de traitements (mais encore plus exagéré) lors de notre test de la Canon Pixma Pro 9500 Mark II. Lors du grand test comparatif des imprimantes A3 (publié en juillet 2009) seul HP préservait les détails des teintes chair.

| |
|
| epson 4880 test review avis rendu des couleurs

| epson 4880 test review avis rendu des couleurs |

À gauche épreuvage écran (profil imprimante), à droite épreuvage écran (profil personnalisé).

Gamut et saturation maximum

Le gamut d’une imprimante correspond à l’enveloppe des couleurs reproductibles par le trio imprimante – encre – papier. Le gamut est représenté dans l’espace Lab* où L* correspond à la clarté, le a * à l’axe rouge– vert et le b * à l’axe jaune - bleu.

Dans les vidéos suivantes, nous avons comparé les gamuts des couples Epson 4880/papiers mat et brillant avec celui de l'Adobe RGB, profil de travail souvent adopté lors de l’impression d’images.

Observer le gamut d'une imprimante seul ne nous servirait pas à grand-chose. Par contre, la comparaison avec un profil couleur de travail, comme l'Adobe RGB ici, est intéressante. Elle nous permet d'entrevoir les capacités de l'imprimante dans la cadre de la gestion de la couleur. C'est véritablement l'intersection des deux volumes de gamut qui nous intéresse ici. Les couleurs contenues dans l'espace de travail, mais non incluse dans le gamut imprimante seront compressées. D'un autre côté, les couleurs que l'imprimante peut reproduire, mais qui ne sont pas comprises dans l'espace de travail sont quasiment inutilisables. C'est l'intérêt d'observer ces deux gamuts en 3D, et non pas simplement vus de dessus.

Le gamut de l'Adobe RGB profil est en rouge transparent et celui de la 4880 est aux couleurs Lab*.

Dans la première vidéo, le papier utilisé est le papier brillant Ilford Gallery Smooth Gloss.

On remarque tout de suite que l'Epson pèche dans la reproduction des nuances des teintes magenta et verte. C'est commun à beaucoup d'imprimantes, mais certains concurrents, HP par exemple, font beaucoup mieux.

Les bleus-verts, s'ils semblaient intéressants vu de dessus, se trouvent en fait être trop sombres pour correspondre à ceux de l'espace de travail. L'excès de jaune est par contre superflu.

De manière générale, Epson gagnerait à produire des encres plus claires, mais il semblerait que ce soit un défi dur à relever pour les fabricants. Par comparaison, nous vous invitons à aller voir les gamuts de l'HP Z3200, équipé des nouvelles encres Vivera qui font merveille dans ce sens.

Dans la deuxième vidéo, le papier utilisé est le papier mat Ilford Smooth Fine Art.

Les papiers mats peinent à reproduire des couleurs saturées. C'est pourquoi l'enveloppe de gamut est ici plus réduite, sans pour autant venir se fondre dans les bords du gamut de l'Adobe RGB.

Rendu des détails

Ombres et lumières

Qu’elle que soit la méthode d’utilisation de l’imprimante, les différentes nuances dans les ombres (les zones sombres de l’image) ne sont pas bien restituées : les noirs sont totalement bouchés. Par contre, au niveau des détails dans les hautes lumières nos profils personnalisés font mieux que la gestion de la couleur laissée à l’imprimante.

epson 4880 test review avis rendu des détails

Résolution

Nous avons imprimé une charte de détails sur notre imprimante. Son fonctionnement est calqué sur celui de la charte USAF 1951 utilisée en optique. Elle nous permet d’apprécier visuellement la reproduction des détails de l’imprimante.

La charte a été imprimée horizontalement et verticalement, à 360 dpi, soit 1/10 ème de la résolution indiquée par le constructeur. Les valeurs indiquées sont en cycle par mm. Un cycle est l’ensemble 1 bande noire + 1 bande blanche.

Pour plus d’informations sur la charte USAF 1951, nous vous invitons à visiter la page dédiée sur Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/1951_USAF_resolution_test_chart

Nous avons également imprimé un mini test couleur.

Les impressions ont été scannées à 1200 dpi.

Le rendu des détails de l'imprimante sont bons en impression verticale, mais beaucoup moins lorsqu'on imprime le même test dans le sens de défilement de l'imprimante. Étrange. Les lignes noires semblent s'empatter et recouvrir quasi intégralement les lignes blanches, c'est à dire sans encre.

Pour sa décharge, l'Epson offre une résolution matérielle plus importante que ses concurrents, puisque par défaut, elle imprime à 720 DPI contre 600 pour les autres.

Verdict

Epson 4880 test review recommandé

On aurait tort de croire qu’il est simple de réaliser des tirages photo grand format avec ce type d’imprimante. Le tirage jet d’encre numérique est comparable au tirage photo argentique traditionnel, il apporte une contrainte supplémentaire : l’écran !

Généralement les retouches des photos sont réalisées sur cet écran et on ne demande qu’une seule chose à son imprimante : reproduire avec précision et exactitude l’image que l’on observe à l’écran. Pour réussir cela, il ne faut pas avoir peur d’user du papier et de l’encre pour les nombreux tests à réaliser avant d’obtenir le résultat voulu.

On peut comparer l’utilisation d’une imprimante avec son pilote à l’utilisation d’un reflex numérique en JPeg. L’appareil applique automatiquement et systématiquement des traitements spécifiques aux images afin d’optimiser leur rendu sur le tirage. C’est le travail du RIP (Raster Image Processor) associé au pilote d’impression et au système de gestion de la couleur.

Il est particulièrement difficile de pouvoir prendre le contrôle total de son imprimante et de maîtriser ainsi le rendu esthétique de ses tirages. Cette opération nécessite un investissement temporel et financier que peu d’utilisateurs peuvent se permettre. La majorité des utilisateurs doivent se contenter des automatismes embarqués et peuvent uniquement intervenir sur les différents paramètres accessibles via le pilote de leur imprimante.

Cependant, quel plaisir de pouvoir réaliser chez soi ses propres tirages photo. Quel plaisir de voir l’image apparaître au fur et à mesure en sortant de son imprimante. C’est presque aussi beau que de regarder une image se former dans un bac de révélateur en tirage argentique noir et blanc.

En matière d’impression photo jet d’encre, la réputation d’Epson n’est plus à faire. Déjà le modèle Epson Stylus Photo R2880 était sorti vainqueur de notre grand test comparatif des imprimantes A3+. Avec la 4880, la qualité des tirages est encore au rendez-vous, on dispose des mêmes types de résultats qu’avec la 2880 et la
3880. Le choix va donc se porter sur des questions ergonomiques et de type de support imprimable. Question qualité des tirages la gamme Epson est, pour le moment, assez homogène.

Principal défaut (et c'est toujours le même) : une seule tête d’impression pour le noir mat et le noir photo (même problème que sur la 2880 et sur la 3880).

On peut noter également une interface "hardware" sur l'appareil qui laisse à désirer : écran trop petit, navigation dans les menus avec les boutons peu intuitive.

Par contre, on apprécie particulièrement le design, la qualité de fabrication, la gestion du papier en rouleaux, le massicot électrique et la contenance des cartouches (montant jusqu'à 220 ml). L'Epson Stylus Pro 4880 reçoit donc facilement un recommandé.

Face à l'Epson 4900

Ce test terminé, il reste à comparer ce modèle avec la nouvelle Epson 4900 (présentée à la Photokina 2010) qui est finalement la principale concurrente de la 4880. Le test de la 4900 est programmé pour le début de l'année prochaine, mais nous pouvons déjà comparer les fiches techniques. L'Epson 4900 possède désormais 11 cartouches d'encre UltraChrome HDR qui devraient offrir un gamut plus large. Toutefois, le nouveau modèle ne corrige que partiellement le principal problème de la 4880 : la gestion des encres pour papier mat et brillant. Si la 4900 dispose bien de 11 cartouches, elle n'intègre que 10 têtes d'impression. Une économie incompréhensible pour cette gamme d'imprimantes). L'imprimante s'occupe donc automatiquement du changement de cartouche (noir mat / noir brillant) avec au passage une purge d'encre (le précieux liquide...). L'Espon 4900 dispose également d'un spectrocolorimètre intégré. La motorisation est également plus rapide et Epson annonce des impressions deux fois plus rapides.

Sur le papier, l'Epson 4900 est donc une imprimante largement supérieure à la 4880, mais il conviendra d'observer la valse des prix lors de la disponibilité du nouveau modèle. En effet, avec le spectrocolorimètre, l'imprimante avoisine 3500 euros. L'Epson 4880 pourrait donc devenir un excellent modèle expert abordable. À surveiller donc, notamment lors des soldes de début d'année.

Impression noir et blanc

Afin de compléter nos tests, nous avons imprimé une série d’images et de chartes en noir et blanc. Nous avons analysé les résultats en laissant l’imprimante gérer les couleurs. Le papier choisi pour ce test est le papier mat Ilford Smooth Fine Art.

Reproduction de la gamme de gris

epson 4880 test review noir blanc

En laissant l'imprimante gérer les couleurs en mode noir et blanc, la gamme de gris en beaucoup plus sombre qu'en utilisant le même réglage en mode couleur. On retrouve quasiment la même courbe lorsqu'on désactive complètement la gestion de la couleur. Mieux vaut s'équiper de sa sonde et faire un profil personnalisé dans ce cas.

La Dmax, elle, n'a pas bougé. ****

Bascules

La gamme de gris elle, reste bien neutre, comme ce que nous avions pu observer lors de nos tests en mode couleur.
epson 4880 test review avis impression noir & blanc

+
  • Capacité importante des cartouches encre
  • Gestion des supports de 3 mm d' épaisseur
  • Une très bonne gestion de la couleur
  • Gestion du papier en rouleau avec massicot
  • Qualité de fabrication et design
  • Une bonne saturation des couleurs
  • Une seule tête d'impression pour le noir mat et le noir photo
  • Ergonomie
  • Restitution des détails dans les ombres
  • Pilote d'impression complexe
  • Dmax un peu en retrait
  • La résolution (rendu des détails) verticale
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Matthieu Dubail

Ses publications 

Les prix
Epson 4880
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés