CapteurCMOS Exmor APS-C HD (23,4x15,6 mm), 14,2 Mpix
MontureE
Optique livrée16 mm f/2,8 ou 18-55 mm f/3,5-5,6
Stabilisationsur certaines optiques
Antipoussièreoui, par un système de vibration du capteur
Viseurnon
ÉcranLCD 7,5 cm, 921 600 points. Orientable 80° vers le haut et 45° vers le bas. Technologie TruBlack XtraFine
Mise au pointsystème autofocus par contraste (25 points). Multizone, centrale ou flexizone.
Modes autofocussingle, continu, reconnaissance des visages
Mesures d'expositionMesure par capteur d'image principal sur 49 segments.
Modes d'expositionMatricielle, pondérée centrale, spot. Mode auto HDR et D-Range Optimizer
Vitesse d'obturation30 à 1/4000 s, pose B, synchro flash 1/160 s
Motorisation2,3 i/s avec AF et mesure exposition et jusqu'à 7 i/s avec AF et Expo bloqués sur la 1ère vue
Sensibilité ISO200 - 12800
MémoireEmplacement SD/SDHC/SDXC et Memory Stick
AlimentationBatterie Li-Ion NP-FW50
ConnexionUSB, HDMI (type C)
Dimensions111 x 59 x 38 mm
Poids229 g (boîtier nu)
LogicielsSuite de logiciels Sony
Dans la boîteBatterie, chargeur, courroie de cou, flash, câble USB, mode d'emploi CD-Rom

Caractéristiques

Sony NEX-5 test reviewLes NEX pour New E mount eXperience.

Après s'être imposé comme un acteur important dans sérail de la photographie reflex, Sony vient également chasser sur les terres des appareils compacts à objectifs interchangeables de type Micro 4/3 ou Samsung NX.

Pour cela, la marque vient de présenter deux nouveaux modèles, les NEX-5 et NEX-3, deux boîtiers très compacts et dotés d'une nouvelle baïonnette (E, pour eighteen, soit les 18 mm de tirage optique de la nouvelle monture), d'un grand capteur CMOS Exmor de taille APS-C (23,4x15,6 mm,14 Mpix) et d'un bel écran LCD orientable de 7,5 cm affichant plus de 920 000 points. Côté photo, vous disposez donc d'un grand capteur plus à l'aide sans les basses lumières et permettant de jouer plus facilement avec la profondeur de champ et côté vidéo, le NEX-5 propose d'enregistrer en HDTV 1080i AVCHD avec un mode autofocus en continu. En outre, les NEX proposeront dans les mois à venir une fonction d'enregistrement 3D facile à mettre en œuvre.

Contrairement à Panasonic ou Samsung qui ont opté, au début, pour des formes rappelant de petits appareils reflex, les Sony NEX sont plutôt comparables à des compacts à la fois par leur design, mais également par leur prise en mains. En effet, l'interface des NEX est pour le moins dépouillée avec peu d'accès directs aux options (ISO, balance des blancs). Les appareils ont avant tout été pensés pour être utilisés en mode automatique intelligent.

Sony présente donc le NEX-5 comme la synthèse idéale entre un compact (facilité d'utilisation, taille réduite...) et un reflex (qualité des images, réactivité...), mais le nouveau compact à objectifs interchangeables tient-il toutes ses (nombreuses) promesses ? Réponse dans notre test du Sony NEX-5.

Vous pouvez également consulter notre prise en mains détaillée des Sony NEX-5 et NEX-3.

Prise en main

Ce qui frappe au premier abord, c'est la compacité du boîtier. Celui est beaucoup moins haut que les principaux concurrents que sont les Samsung NX10, Panasonic GF1 ou Olympus Pen E-PL1 et si le boîtier reste assez épais, cela est en partie due à la présence d'un large écran LCD monté sur une charnière. Sony a vraiment réussi une belle miniaturisation du châssis du NEX-5 et même si la baïonnette est d'un diamètre moindre par rapport aux reflex de la marque, celle-ci est, par contraste, très imposante.

Sony NEX-5 et Samsung NX10Sony NEX-5 et Samsung NX10.

Sony NEX-5 Olympus E-PL1 et Samsung NX10Sony NEX-5, Samsung NX-10 et Olympus E-PL1.

Si le boîtier est très compact, les optiques le sont un peu moins. Si le 16 mm f/2,8 reste peu encombrant, le 18-55 mm devient une belle protubérance lorsqu'il est vissé sur le petit NEX-5. Avec l'optique pancake 16 mm, le NEX-5 peut tenir dans une grande poche de pantalon, une opération plus difficile à réaliser avec le 18-55 mm. Ainsi, les boîtiers Micro 4/3 qui proposent des optiques et des pancakes plus compacts s'avèrent au final plus faciles à ranger dans une poche ou un petit sac.

SI le NEX-3 est légèrement plus haut que le NEX-5, la nouvelle gamme Sony s'avère toutefois beaucoup moins encombrante que le plus petit reflex de la marque et surtout beaucoup plus léger. Un critère vraiment important qui permet d'avoir un NEX sur soi en permanence et donc de pouvoir photographier de plus nombreuses scènes de la vie.

Sony NEX-5 griffePas de flash intégré dans le NEX-5, mais une griffe propriétaire pour greffer un module externe.

Attention, la taille réduite d'un boîtier n'est pas obligatoirement synonyme de facilité d'utilisation. Le Sony NEX-5 évite l'écueil en proposant une courte poignée, mais bien marquée et recouverte d'un revêtement pour faciliter la préhension. Cette poignée est largement suffisante pour une utilisation avec les légers 16 mm ou 18-55 mm, il faudra sans doute plus d'effort avec un plus lourd et embarrassant 18-200 mm.

Sur le dessus, vous noterez la présence d'un cache entre les deux micros. Celui-ci recouvre la griffe flash. Avec un tel degré de miniaturisation, difficile en effet d'intégrer un flash dans le boîtier d'un NEX-5. Il faudra donc visser un module externe (NG7) sur la griffe. Une opération délicate aussi bien pour fixer que pour désengager le flash. Mieux vaudra ne pas être trop pressé avant d'utiliser le flash. Pour une utilisation plus confortable du flash, il sera sans doute plus sage de laisser icelui à demeure.

Sony NEX-5 flash

Clairement taillé pour le grand public, le NEX-5 offre une interface plutôt légère : Pas de molette pour les modes d'exposition, pas de mémorisation de l'exposition, pas d'accès direct au réglage de la sensibilité ISO...

Sur ce point, le NEX-5 tient plus de compact évolué que de l'appareil expert, et c'est une vraie volonté de la part de Sony.

Sony NEX-5 prise en mains

Vous retrouverez donc les réglages les plus communs à savoir la motorisation (rafale, retardateur), la correction d'exposition, les options d'affichage à l'écran et plus curieusement (puisque le flash n'est pas intégré) les modes pour le flash. Vous trouverez également une touche pour déclencher automatiquement l'enregistrement vidéo et deux touches qui réagissent différemment selon les menus et les options.

Le NEX-5 propose un mode de prise de vue tout automatique assisté (iAuto) capable de déterminer quel mode scène utiliser. Remarquablement efficace, il devrait être largement employé par les débutants et les personnes qui ne veulent pas entrer dans les arcanes de la photo.

Sony NEX-5 prise en main écran lcd sur charnière

Le dos du NEX-5 est en bonne partie occupée par un superbe écran LCD de 7,5 cm d'excellente facture. Il affiche 921 600 points dans un rapport 16/9. Les angles de vision sont larges et les images fluides. En basse lumière, l'affichage devient plus saccadé et plus granuleux, mais le NEX-5 reste parfaitement opérationnel. Pour une utilisation en plein soleil, la luminosité peut être augmentée manuellement pour atteindre 700 cd/m2.

Outre sa bonne qualité, cet écran réserve une botte secrète : il est monté sur une charnière ! Il est donc orientable sur 135° (plus vers le haut que vers le bas). Une belle prouesse technique (l'écran est très fin, tout comme la charnière) et une excellente initiative pour réaliser des cadrages originaux (au niveau de la ceinture, au ras du sol, au-dessus d'une foule...). Pour ma part, j'ai un petit faible pour les écrans montés sur rotule à la fois plus solides (mais aussi plus imposants) et plus polyvalents pour réaliser des cadrages verticaux notamment, ou des autoportraits.

Logiciels

Le NEX-5 est livré avec la classique suite de logiciels Sony. Vous trouverez donc :

PMB (Picture Motion Browser, Windows uniquement), qui permet d'importer, trier, classer ses images par dates. Le logiciel offre en outre quelques options pour retoucher les clichés, envoyer des emails, créer des CD/DVD ou déverser du contenu vers les principaux sites multimédia (YouTube, DailyMotion, Facebook...).

Sony NEX-5 test review logiciels

Pour aller un peu plus loin dans la sélection des images, vous pouvez utiliser Sony Image Data Lightbox SR. Cette application permet de comparer facilement jusqu'à 4 images différentes.

Sony NEX-5 test review logiciel

Enfin, pour le développement des fichiers raw, Sony propose Image Data Converter SR. Ce logiciel renferme la plupart des options nécessaires à l'édition des fichiers bruts : gestion de la balance des blancs, correction de la luminosité, réduction du bruit électronique, courbes de tonalité ou correction du vignettage. Vous pouvez également jouer sur différents paramètres propres à Sony comme le système d'exposition Dynamic Range Optimizer.

Sony NEX-5 test review logiciel

Alimentation, stockage

Le Sony NEX-5 est équipé d'une nouvelle batterie NP-FW50 (1080 mAh) qui, lors de nos différents tests, a permis de déclencher à peine 300 fois (avec environ 10 minutes de vidéo). Une autonomie un peu légère. Il faudra donc bien penser à emporter le chargeur de batterie, même pour un court séjour.

Il est possible d'avancer 3 hypothèses sur l'autonomie limitée de l'appareil.

La première concerne l'autofocus. En effet et même en mode Single, le NEX-5 réalise une mise au point sans que le photographe ait besoin d'appuyer à mi-course sur le déclencheur afin d'accélérer le processus.

La deuxième hypothèse vient de la consommation sans doute importante du large écran 920 000 points qui équipe le NEX.

Enfin, la troisième explication vient des différents modes de prise de vue comme le mode rafale ou le mode panoramique. Ce dernier est si facile à mettre en œuvre, que vous n’hésitez pas à "mitrailler en panoramique". La cadence des prises de vue est alors importante et vient grever fortement les performances de la batterie.

Sony NEX-5 prise en mains batterie

Stockage mémoire

Côté mémoire, le NEX-5 n'embarque aucune mémoire intégrée, impossible donc de sauver une image lorsque votre carte est pleine. Sony fait toujours preuve d'ouverture à l'égard des supports d'enregistrement et en plus du Memory Stick, le NEX-5 accepte les cartes SD/SDHC et les nouvelles cartes SDXC qui peuvent stocker jusqu'à 2 To d'information.

Connexions

Côté connectique, le NEX-5 propose le minimum syndical pour cette catégorie d'appareils : une sortie USB et une sortie mini HDMI (type C). Pas de sortie AV et surtout pas d'entrée micro pour améliorer la prise de son durant les vidéos, ni de prise casque pour vérifier le niveau sonore. Un micro est proposé en option et vient se visser sur la griffe porte accessoire.
NEX-5 Sony prise en main connexions

Antipoussière, stabilisation

Le NEX-5 est équipé d'un tout nouveau système antipoussière par vibration du filtre passe-bas, puisque le boîtier ne dispose pas du mode haute vibration du système de déplacement du capteur pour la stabilisation des prises de vue.

Après 15 jours d'utilisation, les résultats ne sont pas vraiment concluants et les taches sur les clichés nombreuses, malgré plusieurs opérations de nettoyage.

Sony NEX-5 test review antipoussière
Malgré le peu de changements d'optiques (18-55 mm et 16 mm) et quelques nettoyages, le capteur reste maculé de petites tâches (vous pouvez télécharger le cliché à f/32, en cliquant sur la vignette ci-dessus),

Stabilisation

Contrairement à toute la gamme reflex, le NEX-5 ne possède pas le système de stabilisation par déplacement du capteur. Si Sony a réussi le tour de force à stabiliser les capteurs plein format des Alpha 900 et 850, il n'ont pas réussi (pour l'instant ?) à faire tenir leur procédé dans le minuscule boîtier NEX. Toutes les optiques ne bénéficieront donc pas de la stabilisation. Dans ce domaine, Olympus conserve donc une longueur d'avance sur la concurrence.

Sur la "petite" gamme d'optiques E, seul le 18-55 mm dispose d'une stabilisation optique. Pour autant, les résultats sont loin d'être spectaculaires. Dans notre studio, la stabilisation optique permet de gagner un tout petit IL.

Pour nos essais, nous avons utilisé l'optique 1855 mm f/3,5-5,6 livré en kit. Nous avons placé l'optique à la focale 35 mm soit en équivalent 24x36 : 50 mm. La vitesse théorique pour obtenir une image nette serait donc 1/50 s. S'il est possible de gagner facilement une vitesse, au 1/13 s le taux de réussite tombe brutalement.

Visée, autofocus

Compacité oblige, le Sony NEX-5 ne dispose pas de viseur (optique ou électronique) par défaut. Vous pouvez toutefois vous offrir un viseur optique (180 euros tout de même) qui ne fonctionne que pour le 16 mm f/2,8. Un élément avant tout...cosmétique.

Pour cadrer, il faudra donc utiliser le bel écran LCD de 7,6 cm capable d'afficher 920 000 points. Celui-ci est particulièrement fluide (même en basse lumière) et offre une bonne luminosité. Toutefois, en plein soleil, la surface s'avère très brillante. Vous avez la possibilité d'augmenter la luminosité, mais les couleurs deviennent alors "folles" et la batterie n'appréciera pas outre mesure...

Sony NEX-5 prise en main écran lcd sur charnière

Bon point, l'écran, très fin, est monté sur un système de double charnière qui permet d'incliner celui-ci de haut en bas sur 135°.

Autofocus

La réactivité de l'autofocus par contraste est point crucial pour cette catégorie d'appareils qui viennent se placer en véritable alternative aux reflex.

Dans cet exercice, le Sony NEX-5 est plutôt convaincant. Nous avons réalisé toutes les mesures en studio avec le 18-55 mm f/3,5-5,6, mais globalement, et sur le terrain, le 16 mm f/2,8 s'est montré légèrement plus réactif, la meilleure luminosité aidant probablement.

En studio, en pleine lumière et à 80 cm avec le 18-55 mm f/3,5-5,6 au grand-angle, la mise au point oscille entre 0,3 et 0,6 seconde. Le compact de Sony vient donc facilement concurrencer les Panasonic G et le Samsung NX10.

Sony NEX-5 test review autofocus
Sony NEX-5 test review autofocus pleine lumièreLa mise au point en pleine lumière et au grand-angle varie entre 0,27 et 0,57 seconde.

Au télé, le NEX-5 est un peu moins performant et l'autofocus demande entre 0,6 et 0,7 seconde pour faire la mise au point.

Sony NEX-5 test review autofocus télé en pleine lumière

En basse lumière (1,5 lux) à 80 cm de la mire (grand-angle donc), le système AF est également un peu plus lent et temps nécessaire pour la mise au point se situe entre 0,7 et 0,9 seconde. Là aussi, le score est très honorable et proche de la concurrence et fait souvent mieux que le Samsung NX10 dans la pénombre.

Sony NEX-5 test review autofocus basse lumière

Performances

Nous l'avons vu dans la partie sur l'autofocus, le NEX-5 est globalement plutôt réactif. Pourtant, il lambine à la mise sous tension, ce qui peut facilement engendrer certaines frustrations.

En studio, nous avons mesure une latence la mise sous tension d'environ 1,3 seconde (temps pour réaliser la première image sans autofocus). Nous sommes assez loin des 0,3 seconde que l'on rencontre avec la plupart des reflex.

Sony NEX-5 test review temps mise sous tension

Autre petit problème, ce temps de mise sous tension est doublé si vous éteignez et rallumez rapidement l'appareil.

Sur le mode rafale, le NEX-5 tient globalement ses promesses. Avec un mode rafale avec suivi AF à environ 3 i/s. Un autofocus plus rapide à 7 i/s est également possible sans suivi AF, ni mesure de lumière à 7 i/s. Là aussi les mesures sont en accords avec la fiche technique.

[performances(194,1)][performances(194,2)][performances(194,3)]

Précision, colorimétrie

Précision

Avec le nouveau système NEX, Sony propose 2 nouvelles optiques en monture E : un très classique 18-55 mm f/3,5-5,6 et une focale fixe plus singulière et intéressante sous la forme d'un 16 mm f/2,8 (eq. à un 24 mm en 35 mm). Loin de vouloir faire une étude complète des performances optiques du 18-55 mm (le 16 mm est annoncé comme non définitif à l'heure de la rédaction de cet article), il semble intéressant de réaliser quelques mesures de précision pour vérifier l'adéquation entre le capteur, l'optique et le traitement interne de l'appareil à l'aide de DxO Analyser (MTF).

Nous commençons par la position grand-angle (18 mm) et à pleine ouverture (f/3,5). L'optique du kit se comporte plutôt bien puisque, au centre, l'optique ne limite pas la résolution optique du capteur (0,5 cy/px). Les résultats ci-dessous proviennent d'un fichier Raw sans accentuation logicielle.

Sony NEX-5 18-55 mm à 18 mm f/3,5 MTF DxO

La périphérie de l'image est beaucoup moins piquée et la MTF diminue plus rapidement.

Sony NEX-5 18-55 mm à 18 mm f/3,5 bords

Avec le capteur CMOS Exmor HD à 14 Mpix, la diffraction se fait sentir dès f/11 et avec une perte de pique notable à f/16.

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/5,6

Sony NEX-5 18-55 mm à 18 mm f/5,6

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/8

Sony NEX-5 18-55 mm à 18 mm f/8

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/11

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/11

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/16

Sony NEX--5 avec 18-55 mm à 18 mm f/16

À 35 mm, le 18-55 mm se comporte de manière assez proche avec un centre piqué et une périphérie un peu plus molle. Même constat en télé (55 mm), le centre reste très bon et les bords sont un peu plus homogènes.

L'examen d'un fichier JPeg (avec un traitement interne, réglage par défaut) à f/5,6 montre une accentuation modérée (la courbe passe au-dessus de 100)î. Pour des images visuellement plus plaisantes, il sera possible de pousser le micro contraste avec un logiciel.

Sony NEX-5 MET 18-55 mm à 18 mm f/5,6 fichier jpeg

Rendu colorimétrique

En mode automatique et en extérieur, la balance des blancs du Sony NEX-5 donne de bons résultats et les images ne sont pas affectées de dominantes particulières. En intérieur et sous des éclairages généralement plus problématiques (halogène, tungstène), la balance des blancs automatique est plutôt performante avec une asse bonne compensation de la dominante orangée et une bonne restitution de l'ambiance générale.

Sony NEX-5 colorchecker lumiere jourCi-dessus colorchecker sous éclairage fluo lumière du jour (5300 K).

Sony NEX-5 colorchecker halogeneCi-dessus, ColorChecker sous éclairage halogène.

Le Sony NEX-5 propose une série de modes pour le rendu des couleurs. En mode standard, le rendu colorimétrique reste assez vibrant.

Sony NEX-5 test review couleur standard

En mode vivid (couleurs vives), le rendu est effectivement plus clinquant et certaines couleurs sont bien saturées. De manière assez étonnante, les teintes bleues sont assez stables.

Sony NEX-5 test Review couleur vivid

En mode portrait, les couleurs sont étonnamment saturées dans les rouges.

Sony NEX-5 test review couleur portrait

En mode paysage, les couleurs sont également plus saturées et notamment dans les verts.

Sony NEX-5 test review couleur paysage

Enfin, en mode sunset (coucher de soleil), les couleurs sont franchement exagérées pour amplifier les tonalités chaudes de l'ambiance.

Sony NEX-5 test review couleur sunset

Gestion du bruit électronique

Mise à jour au 27-05-2010 : nous avons reçu un modèle définitif du Sony NEX-5, nous pouvons donc désormais vous proposer de télécharger les images en pleine définition de notre scène de test.

Doté d'un nouveau capteur CMOS Exmor APS-C HD, nous étions pour le moins curieux de voir comment le processeur de traitement des images Bionz du Sony NEX-5 gère les hautes sensibilités ISO. Il faut bien admettre que les résultats du boîtier sont plutôt impressionnants avec une excellente gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO. Le grain est très modéré, peu coloré et les images sont finement détaillées. Même à 3200 ISO, les clichés restent très agréables et peu altérés. Au-delà, le grain se fait plus envahissant, mais nous sommes à 6400 ISO et même dans les zones denses, le bruit est peu coloré. Il faut atteindre 12800 ISO (une sensibilité plus qu'honorable, il faut bien l'avouer) pour sentir une dégradation plus marquée des détails, mais là encore pour certains travaux, les images restent acceptables. Un excellent travail de la part des ingénieurs de chez Sony.

Vous pouvez visualiser les images en pleine définition en cliquant sur les vignettes ci-dessous et télécharger les fichiers bruts (ARW).

Les résultats visuels sont corroborés par les mesures DxO Analyser. Les résultats obtenus sont vraiment bons et le NEX-5 devance facilement les nouveaux modèles Panasonic et notamment le Lumix G10.

Sony NEX-5 test review dxo bruit électronique

Panasonic G10 graphique DXO gestion du bruit électronique

Le capteur CMOS Exmor HD présente une meilleure dynamique et une meilleure gestion du bruit notamment dans les plus hautes sensibilités.

Vous pouvez également comparer les résultats du Sony NEX-5 avec les images du Samsung NX10, de l'Olympus E-PL1 et du Panasonic GF1.

Exposition, RAW

  • Le NEX-5 inaugure un nouveau système de mesure de la lumière chez Sony. Alors que les reflex utilisent une mesure matricielle sur 40 segments en forme de nid d'abeille, le compact à objectifs interchangeables propose une mesure sur 49 segments.

Globalement, le NEX-5 expose correctement dans la plupart des situations. Pour améliorer le rendu, Sony propose une fonction de DRO (Dynamic Range Optimizer) pour équilibrer les ombres et retrouver un peu plus de détails dans les zones denses. Une technologie déjà présente dans la plupart des reflex de la marque. Le NEX-5 propose soit de régler manuellement la correction sur 5 niveaux, soit de laisser l'appareil gérer automatiquement la meilleure option.

Sony NEX-5 test review exposition normaleSony NEX-5 test review exposition DRO automatiqueÀ gauche, le cliché est réalisé avec une exposition classique. À droite, le mode DRO auto est activé. L'histogramme de répartition montre que les zones denses sont légèrement rehaussées.

Sony NEX-5 test review DRO niveau 5Il est également possible de débrayer le mode DRO et de choisir manuellement le niveau de correction sur 5 paliers. Le cliché ci-dessus montre le résultat avec le plus haut niveau de correction. Si les ombres sont bien débouchées, l'image perd en naturel. Mais tous les réglages sont possibles.

Comme la dernière gamme de reflex, le Sony NEX-5 propose un mode HDR (High Dynamic Range) qui associe plusieurs clichés afin d'améliorer la courbe de rendu et obtenir à la fois des détails dans les zones sombres et les zones claires au-delà des capacités du capteur. Bien sûr, la dynamique du fichier final n'est pas réellement étendue, puisqu'il s'agit toujours d'un fichier JPeg sur 8 bits alors qu'il faudra pouvoir afficher toutes les valeurs d'un fichier HDR. Le NEX-5 applique donc un "tone mapping" qui permet de compresser toutes les nouvelles valeurs dans un fichier 8 bits réellement lisible.

Comme pour le mode DRO, il est possible de basculer cette option d'un mode automatique à un mode manuel qui permet, en théorie, de gagner jusqu'à 6 IL.

Sony NEX-5 test review exposition normaleSony NEX-5 test review HDR auto
Contrairement au DRO qui opère uniquement sur les zones denses des images, le mode HDR agit également sur les hautes lumières. Sur l'image à droite (HDR Auto), l'histogramme de répartition montre clairement le travail sur les hautes lumières. Alors que l'exposition normale offre des blancs brulés, le ciel du mode HDR retrouve des nuances.

sony NEX-5 test review HDR +4 ILSony NEX-5 test review HDR +6 ILSelon les scènes, le mode HDR +4 IL reste encore utilisable sans trop de casse (photo gauche). À +6 IL, les clichés perdent rapidement en naturel. Le ciel est plus dense, mais l'image est globalement "plate" avec un histogramme très (trop) recentré.

Dommage que Sony ne propose d'enregistrer le fichier HDR avec Tone Mapping, ce qui permettrait de travailler l'image sur ordinateur. Le NEX-5 enregistre toutefois le fichier final et le fichier correctement exposé.

Panoramique et 3D

À l'instar des compacts de la marque, le NEX-5 propose un mode panorama par balayage. Il suffit donc de déplacer l'appareil pendant le déclenchement pour que celui-ci réalise automatiquement le panorama. Toutefois, le NEX-5 se différencie des compacts par l'enregistrement de vraies photos alors que les compacts utilisent le mode vidéo pour réaliser les images finales (dimensions limitées à 1920 ou 1080 dans la hauteur, selon l'orientation de l'appareil).

sony nex-5 test review panorama
Le mode panorama permet de réaliser des images en 12416x1856 pixels en une seule prise (vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessus pour visualiser le cliché en pleine définition).

Sony NEX-5 test review panorama
Vous pouvez également orienter le NEX-5 dans le sens portrait pour réaliser un cliché panoramique moins large, mais plus haut (5536x2160 pixels).

Nous ne pouvons pas présenter d'image panoramique 3D, le firmware n'est en effet disponible qu'à partir du mois de juillet. Nous reviendrons sur le sujet dès que possible.

Raw

Comme beaucoup trop de constructeurs, Sony propose un format raw propriétaire (ARW) qui nécessite soit d'attendre la mise à jour du logiciel de développement soit le passage obligé par le logiciel livré avec l'appareil : Image Data Converter (IDC). Les fichiers bruts oscillent entre 14 et 15 Mo selon les scènes photographiées.

Mode vidéo

Le compact **NEX-**5 propose également un intéressant mode vidéo qui permet de réaliser des films en HDTV 1080i. Le boîtier délivre des fichiers .MTS (encodé en AVCHD, profil High 4.0, débit 17 Mbits/s, enregistrement entrelacé à 25 i/s) dans une structure blu-ray. Le son est en stéréo (AC-3, 256 Kbps).

Il est également possible d'enregistrer les clips dans un fichier .MP4. Dans ce cas on reste dans un codec AVC (profil Main 4.0, enregistrement progressif à 25 i/s), mais la définition est en 1440x1080 pixels et le débit passe à 13 Mbits/s. Pourquoi diable avoir limité le NEX-5 au format HDTV 1920x1080 pixels ? Certes sur un écran Full HD, l'image est de meilleure qualité, mais il aurait été agréable de pouvoir enregistrer des vidéos en 720p (avec la possibilité d'augmenter la cadence des images à 50 / 60 i/s par exemple) avec des fichiers moins volumineux et plus faciles à travailler. Même question concernant l'enregistrement entrelacé des vidéos alors que tous les diffuseurs HDTV sont progressifs...

Le mode vidéo est convivial, mais pour le moins limité. Ainsi, s'il est possible de déclencher l'enregistrement vidéo d'une simple pression du pouce sur le bouton à l'arrière du boîtier, la seule commande disponible est le correcteur d'exposition (+/- 2 IL). Vous pouvez toutefois jouer avec les rendus créatifs et filmer avec les réglages Vivid, B/W, portrait, paysage...

Vous ne pouvez donc pas jouer sur la cadence d'obturation, l'ouverture ou la sensibilité ISO, le NEX-5 s'occupant alors de tous les réglages de manière automatique. Ainsi, par une forte luminosité sur des sujets en mouvement, il n'est pas impossible que la vitesse d'obturation dépasse les 1/100e plutôt recommandé en vidéo avec l'effet stroboscopique qui en découle.

Qualité des images

Globalement en mode AVCHD, la qualité des vidéos est correcte, sans plus. Sur notre mire de précision, vous noterez facilement l'apparition de moiré coloré sur les plus fins détails et si le crénelage (aliasing) n'est pas trop prononcé pour un passage d'une définition de 14 Mpix à 2 Mpix, il n'en reste pas moins que les images sont sensiblement plus "molles" que les principaux concurrents et notamment un caméscope plus classique, le Panasonic TM700.

Sony NEX-5 1920x1080 détailCi-dessus Sony NEX-5 1920x1080 pixels.

Panasonic TM700 1920x1080 détailCi-dessus : caméscope Panasonic TM700 1920x1080 pixels.

Le passage à 13 Mbits/s en 1440x1080 pixels ne change pas fondamentalement les résultats. L'image toujours un moiré coloré prononcé et un manque de piqué visuel.

Sony NEX-5 1440x1080 détail
Ci-dessus : NEX-5 1440x1080 pixels.

En comparaison, les images du Canon EOS 550D (1920x1080 pixels) semblent visuellement plus piquées et plus accentuées, mais le crénelage est également plus visible notamment sur les traits fins.

Canon EOS 550d 1920x1080 détailCanon EOS 550D 1920x1080 pixels.

Le Sony NEX-5 gérant automatiquement la sensibilité ISO en mode film, il n'est possible de montrer l'évolution du bruit électronique sur différentes séquences. Quoi qu'il en soit, vous pouvez télécharger et visualiser le clip ci-dessous réalisé sous un éclairage classique d'un intérieur de maison pour juger vous même de la qualité des images du mode vidéo en 1440x1080 pixels.

Sony NEX-5 test review video 1440x1080

Rolling Shutter

Le Sony NEX-5 dispose d'un capteur CMOS Exmor HD et comme souvent avec la technologie CMOS, on note un phénomène d'ondulation sur les images lors de mouvements rapides de l'appareil pendant le filmage. Sur notre exemple, le phénomène est visible, mais pas réellement gênant comme il peut l'être sur le Samsung NX10 par exemple.

Autofocus continu

La mise au point en continu est un autre facteur important à prendre en compte pour la vidéo. Sur ce point, la plupart des appareils photo sont assez loin des performances d'un caméscope. Pourtant, dans ce domaine, le NEX-5 se montre plutôt élégant avec un autofocus rapide et très silencieux. Même s'il est toujours délicat de suivre une personne en mouvement (mais les caméscopes sont également hésitants sur des scènes similaires), la réactivité de l'appareil est plutôt plaisante et rend le filmage beaucoup plus fluide et agréable.

Sony NEx-5-suivi autofocus vidéo
Exemple de suivi autofocus sur une personne marchant normalement (NEX-5).

Exemples de photos

Sony NEX-5 exemple 1
Sony NEX-5 exemple 3
Sony NEX-5 exemple 2
Sony NEX-5 exemple 4
Sony NEX-5 exemple 6
Sony NEX-5 exemple 5
Sony NEX-5 exemple 7
Sony NEX-5 exemple 9
Sony NEX-5 exemple 8

Verdict

Sony NEX-5 recommandé

Après 15 jours passés en compagnie du Sony NEX-5, difficile de ne pas être séduit par ce petit compact à objectifs interchangeables. Si le zoom transstandard 18-55 mm s'avère un peu encombrant, équipé du 16 mm f/2,8, le NEX-5 vous suivra dans vos moindres déplacements et c'est bien là le principal avantage de ces boîtiers légers et compacts. Alors que l'on hésite souvent à sortir la "grosse artillerie" pour une simple balade ou une soirée, il est possible d'avoir une excellente qualité d'image avec un boîtier beaucoup plus facile à transporter et à manipuler.

Avant tout destiné au grand public, le NEX-5 mise avant tout sur les automatismes (certes performants) pour faciliter la prise de vue. Un choix stratégique qui peut surprendre, car le grand public n'est pas habitué au changement d'objectifs et sera sans doute surpris de la petitesse du zoom 3x du 18-55 mm livré en kit ou de la focale fixe 16 mm. Pas de macro, pas de zoom 10x...Le grand public risque de ne pas vraiment comprendre toutes ces notions. A contrario, le photographe amateur sera sans doute un peu "frustré" par le manque de personnalisation du boîtier. Bien sûr, vous n'êtes pas obligé de rester en mode iAuto et le NEX-5 propose tous les modes : P (non décalable), A, S et M, ces modes sont mémorisés et la roue codeuse s'avère remarquable d'efficacité. Toutefois, modifier une balance des blancs ou la sensibilité requiert une exploration des menus vite pénalisante.

Toutefois, le NEX-5 comble ces petites lacunes avec d'excellents atouts et notamment une qualité d'image remarquable et une très bonne gestion du bruit électronique. Sur ce point, les progrès réalisés par Sony sont sensibles et le NEX-5 joue dans la cour des grands et malgré son orientation grand public, le format Raw est toujours là pour rassurer les plus pointilleux. L'autofocus par détection de contraste est réactif et les optiques parfaitement silencieuses et adaptées à la prise de vidéos. L'écran LCD de 7,6 cm affichant 920 000 points et orientable est également une pièce maîtresse du NEX-5 et fait presque oublier l'absence de viseur électronique.

On pourra toujours reprocher au NEX-5 d'être trop bruyant (obturateur mécanique) alors qu'il est l'appareil discret par excellence et que le temps à l'allumage est un peu long, mais pour un premier essai, ce compact est une vraie réussite. J'ai pris beaucoup de plaisir à l'utiliser et cet aspect là est également primordial. Le Sony NEX-5 reçoit très facilement un recommandé. Cerise sur le gâteau, un prochain firmware devrait apporter un sympathique mode panorama 3D. Rendez-vous pour un prochain test.

Face à la concurrence

Samsung NX10

disposant également d'un capteur APS-C, le Samsung NX10 vient se positionner face au compact de Sony. Si le NEX-5 fait de l'oeil aux amateurs avec sa forme très proche d'un compact, le NX10 ressemble plutôt à un petit reflex miniaturisé avec son "faux" prisme qui renferme un viseur électronique. Le Samsung dispose d'un bel écran de 7,6 cm Amoled fluide, aux angles de visions larges. Avec lui, pas besoin d'axe de rotation, l'écran reste facilement lisible. Face à son concurrent, le NX10 propose un flash intégré (fixe), une prise en main plus agréable (avec une vraie poignée), un viseur électronique et des accès directs à certaines fonctions comme la sensibilité, la balance des blancs ou la mémorisation de l'exposition, mais pas pour le mode vidéo contrairement au NEX-5.

De son côté, le NEX-5 propose une qualité d'image supérieure, notamment dans les hautes sensibilités, une meilleure compacité, un écran inclinable, un autofocus plus performant, notamment en vidéo, un mode vidéo HDTV 1080i, un mode rafale plus rapide, une focale fixe grand-angle et quelques sympathiques modes comme le HDR ou le mode panoramique. Dans les deux cas, la stabilisation optique n'est présente que dans certaines optiques.

| |
|
| ## | [tab_prix2(,,,155,id_ln,,,)] |

Panasonic GF1

Présenté en septembre de l'année dernière, le Panasonic GF1 dispose d'un parc d'optiques plus conséquent alimenté conjointement par Olympus et Panasonic. Tout comme le NEX-5, le compact de Panasonic ne propose pas de viseur électronique ou optique de série et il faudra se contenter de l'écran LCD pour cadrer. Sur ce point, le Sony NEX-5 prend l'avantage avec un écran moins brillant, mieux défini et orientable. Côté autofocus, les deux boîtiers font jeu égal avec peut-être une meilleure réactivité du modèle Panasonic dans la pénombre. Côté vidéo, Sony est le seul à proposer un mode vidéo HDTV 1080i stéréo, le GF1 se limitant à 720 pixels de haut. Les débutants apprécieront l'interface graphique du NEX-5 et son interface dépouillée alors que les photographes plus experts apprécieront la molette et les accès directs du GF1 malgré une interface vieillotte et datée. Le GF1 propose un flash embarqué contrairement au NEX-5 qui nécessite plusieurs manipulations pour bénéficier de l'éclairage artificiel. Le Sony présente toutefois l'avantage d'une commande d'accès direct pour le filmage. Côté qualité d'image, le NEX-5 prend l'avantage avec une profondeur de champ plus sensible et une bien meilleure gestion du bruit électronique.

| |
|
| Panasonic GF1 + 20 mm | [tab_prix2(,,,19,id_ln,,,)] |

Olympus E-PL1

Fraîchement présenté, l'Olympus E-PL1 est sans doute le concurrent le plus direct du NEX-5 par son orientation grand public. Les deux boîtiers proposent une interface graphique rafraîchie et plus adaptée aux novices. Dans de nombreuses situations, la plupart des utilisateurs préféreront le mode iAuto encore plus simple. Si le boîtier du E-PL1 est un peu plus volumineux que le NEX-5 avec les optiques fixes (34 mm eq. 24x36 chez Olympus et 24 mm eq. 24x36 chez Sony), le transstandard 18-55 mm est plus imposant que le petit 14-42 mm en mode voyage. S'il est possible de greffer un onéreux et encombrant viseur électronique sur le E-PL1, celui-ci est en option et il faudra se contenter de l'écran LCD pour viser. Le NEX-5 prend alors nettement l'avantage avec un écran inclinable plus confortable que l'Olympus E-PL1. En faveur de ce dernier, il reste un parc optique plus conséquent et plus complet (macro, fish-eye, télézoom...) et un stabilisateur mécanique intégré au boîtier qui fonctionne avec toutes les optiques. Le NEX-5 offre toutefois une remarquable gestion du bruit électronique qui permet d'utiliser les plus hautes sensibilités sans sacrifier la qualité. En outre, le mode vidéo est plus performant (HDTV 1080i son stéréo) et le petit boîtier Sony propose d'intéressantes options comme le mode HDR ou le mode panorama par balayage.

| |
|
| Olympus E-PL1 test | [tab_prix2(,,,180,id_ln,,,)] |

+
  • Excellente gestion du bruit électronique
  • Autofocus rapide et silencieux
  • Mode vidéo 1920x1080 pixels avec autofocus et son stéréo
  • Superbe écran 7,6 cm, 920 000 points basculable
  • Focale fixe 16 mm (24 mm eq. 24x36) f/2,8 disponible
  • Accepte les cartes SD,SDHC, SDXC et Memory Stick
  • Ajustement automatique de l'exposition fonctionnel
  • Création d'images panoramiques à la volée
  • Mode rafale à 7 i/s (sans AF ni mesure de la lumière)
  • Bientôt un mode panorama 3D !! (mise à jour firmware indispensable)
  • Bonne qualité générale des fichiers JPeg
  • Enregistrement Raw disponible
  • Qualité de fabrication et de finition du boîtier et des optiques (18-55 mm et 16 mm)
  • Auto HDR fonctionnel
  • Aide intégrée
  • Commande directe pour l'enregistrement vidéo
  • Pas de stabilisation mécanique intégrée au boîtier
  • Obturateur mécanique bruyant
  • Stabilisation optique du 18-55 mm décevante d'efficacité
  • Temps de mise sous tension un peu long. Mode lecture lent également
  • Autonomie de la batterie d'environ 300 clichés
  • Lacunes au niveau de la personnalisation des commandes et menus parfois longs
  • Impossible de prendre un cliché pendant le filmage
  • Orientation très grand public du boîtier et donc manque de raccourcis direcs pour certaines fonctionnalités
  • Pas de mode vidéo en 720p
  • Pas d'entrée micro ni de sortie casque
  • Pas d'objectif macro pour l'instant
  • Connexion de flash non standard et peu pratique
  • Mode vidéo limité (peu de réglages possibles)
  • Format raw propriétaire (ARW), pas de format carré
  • Pas de (bon) viseur électronique (Olympus en propose un lui...)
  • Système antipoussière perfectible
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Sony NEX-5
NEX-5
Il n'y a actuellement aucune offre.