Capteur- CMOS, 1/2,3 pouce (6,16x4,62 mm) BSI (rétroéclairé), 12,4 Mpx (12,75 Mpx au total)
Monture- Pentax Q
Optique livrée- 8,5 mm f/1,9 (équivalent à 47 mm en 24x36)
Stabilisation- oui, mécanique
Antipoussière- oui, par vibrations ultrasoniques Dust Removal II
Viseur- non
Écran- 7,6 cm, 460 000 points
Mise au point- Type AF par détection de contrastes AF select (25 Points), Select, Spot Plage AF 1 à 18 IL (à 125 ISO) Lumière d’assistance AF Oui (LED) Assistance MF OFF/ x2/ x4
Modes autofocus- Modes AF Modes AF/MF, détection des visages, Tracking
Mesures d'exposition- Type: Mesure TTL, choix de mesures multizones, centrale pondérée ou spot. Mémorisation expo (AE-L): Fonction pouvant être verrouillée sur le bouton vert/ corbeille via le menu réglages perso. Exposition verrouillée tant que le bouton de
Modes d'exposition-
Vitesse d'obturation- 30 à 1/2000 s avec les optiques à obturateur central. Jusqu'à 1/8000 s avec obturation électronique, Pose B.
Motorisation-
Sensibilité ISO- AUTO et de 125 à 6400 ISO (par 1/3 IL)
Mémoire- SD, SDHC et SDXC
Alimentation- Batterie rechargeable Lithium-ion D-LI68, 250 vues sans flash
Connexion- Sortie vidéo: HDMI (type D), sortie AV, compatible avec NTSC et PAL, USB: USB 2.0 (haute vitesse) - MSC/PTP
Dimensions- 58 x 98 x 31 mm
Poids- 235 g tout équipé (carte, batterie, optique 8,5 mm)
Logiciels/
Dans la boîte/A

Caractéristiques

Pentax Q test review

Le Pentax Q est une petite surprise de taille ! Alors que la tendance actuelle veut que les compacts à objectifs interchangeables intègrent des capteurs proches, voire identiques à ceux qui équipent les reflex afin de retrouver le même rendu d'image (profondeur de champ réduite, bonne gestion du bruit électronique...), Pentax tente un autre pari : celui de la taille.

À contre-pied des autres marques comme Panasonic, Olympus ou Sony qui ont décidé d'intégrer des grands capteurs dans leurs boîtiers (17,3x13 mm au minium), Pentax opte pour un capteur nettement plus petit de 1/2,3" soit environ 6,2x4,6 mm.

L'intégration d'un petit capteur a une incidence directe sur la taille des optiques et du boîtier. Au final, le Pentax Q est vraiment tout petit et se compare facilement aux compacts actuels. Seules les optiques (amovibles, mais non rétractables) viennent donner de l'embonpoint à l'ensemble.

De fait, le Pentax Q ne cherche pas à conquérir des parts de marché aux reflex d'entrée de gamme, mais vient concurrencer les compacts haut de gamme comme l'Olympus XZ-1, le Canon S95 ou le Panasonic LX5.

Le pari est osé, mais intéressant.

Prise en main

Prévu pour la rentrée de septembre, Pentax nous a confié un exemplaire non définitif du compact à objectifs interchangeables Q (firmware 0.3 pour le boîtier et 0.08 pour l'optique) pour une prise en mains du nouveau concept.

Pentax Q test review prise en mains molette avant

Une molette (baptisée sélecteur rapide par Pentax) sur la face avant, permet de sélectionner 5 options pour 4 différents réglages : format des images (4/3, 3/2, 16/9, 1/1), les filtres numériques, le rendu des images (lumineux, noir et blanc, portrait, paysage...) ou les smart effect.

Bien sûr, ce qui surprend la première fois, c'est la taille du global. Nous trouvions déjà les NEX de Sony et le dernier Panasonic GF3 très compacts, le Q de Pentax l'est encore plus ! Nu, il est à peine plus gros qu'un compact actuel. Pour l'instant, nous n'avons pu essayer le compact qu'avec la focale fixe 8,5 mm (47 mm en équivalent 24x36 soit coefficient de 5,53x !!). Avec l'optique, le Q perd fatalement en compacité, mais l'optique fixe lumineuse (f/1,9) reste d'un faible encombrement. Tout équipé, le Q et le 47 mm tiennent encore dans une poche de veste ou un petit sac. Impossible par contre de les glisser dans une poche de pantalon comme un Canon S95 ou un Olympus XZ-1 qui disposent d'un zoom rétractable, mais un grand-angle également très lumineux.

Construction

Le Pentax Q présente bien. En mains, même si la taille lui confère un look d'appareil photo pour enfant, le boîtier est agréable : le compact est un peu lourd (234 g environ tout équipé) et la finition du gainage très agréable. La poignée est certes un peu courte, mais participe à la bonne préhension du boîtier. Bien sûr, toutes les commandes (molettes, boutons, poussoir...) sont très petites, manque de place oblige, et l'on manipule le Q avec les doigts recroquevillés, ce qui n'est pas vraiment pratique. La miniaturisation a ses limites : la taille des doigts du photographe. Pourtant, il faut bien avouer que nous avons manipulé le Pentax Q sans trop de problèmes : les trèfles sont bien dessinés. Seules les commandes Info, Menu, le correcteur d'exposition et la touche verte sont à peine affleurants et donc difficiles à accrocher sans regarder le boîtier.

Pentax Q test review prise en mains capteur et optique

Tout est petit chez Pentax : boîtier, optique, capteur...

La réduction des touches est également due à la présence d'un bel écran de 7,6 cm (460 000 points) qui vient manger une bonne partie du dos de l'appareil. Peut-être aurait-il été intéressant d'opter pour un modèle tactile afin de pouvoir déporter certaines commandes sur l'écran et bénéficier d'un bel espace pour effectuer certains réglages.

L'écran est de belle facture : les angles de vision sont larges et l'affichage fluide, même en intérieur. Comme tous les écrans actuels, celui-ci brille malheureusement trop pour une utilisation en plein soleil et nous regrettons amèrement l'absence de viseur électronique intégré ou optionnel qui aurait ajouté un gros plus au compact de Pentax. Il existe bien un viseur optique, mais celui-ci ne fonctionne qu'avec l'optique standard 47 mm.

Pentax Q test review flash déployé

Le déploiement du flash est spectaculaire : la potence est doublement articulée et vient positionner la tête du flash assez haut pour limiter les yeux rouges.

Le flash est une vraie curiosité. Celui-ci peut à la fois fonctionner fixé à l'appareil ou déployé. C'est dans cette dernière position que le flash est remarquable. Monté sur plusieurs éléments mécaniques qui se soulèvent et se déploient pour hisser la tête de flash à plus de 3 cm au-dessus du boîtier. Pas mal pour limiter les effets yeux rouges.

Les trappes ont, sur le Q, une disposition originale. En effet, le logement batterie se situe sur le côté de l'appareil. Pratique, sur un trépied, il est alors facile de changer de batterie en cas de panne sèche. Sur le côté opposé, vous trouverez plus classiquement, le logement pour carte SD/ SDHC/SDXC. Enfin, dans la semelle du boîtier, un cache révèle les deux connectiques : USB / vidéo ainsi qu'un connecteur HDMI de type D.

Pentax Q test review prise en mains logement batterie

Le logement carte sur le côté de l'appareil.

Pentax Q test review prise en mains logement carte

Le logement pour la carte mémoire.

Pentax Q test review prise en mains connexions

Les connecteurs HDMI et USB / Vidéo.

Ergonomie et menus

Le Pentax Q ne lésine pas sur les réglages et se trouve être un véritable compact expert haut de gamme. Vous retrouverez donc tous les réglages classiques P,Av,Tv et M. Il manque toutefois le mode Sv (priorité sensibilité) introduit par Pentax sur ses reflex ainsi qu'un mode personnalisé.

Pentax Q test review prise en mains dessus

Molette de réglage, barillet de sélection des modes d'exposition, le **Pentax Q** a tout d'un grand !

Une position pour régler les (nombreux) modes scène trahit pourtant l'orientation grand public du Pentax Q. Vous noterez également la présence d'une position vidéo (il n'y a malheureusement pas de touche d'enregistrement direct des vidéos). et un mode BC pour Bokeh Control qui permet de créer artificiellement un effet de profondeur de champ réduit, qu'il n'est pas possible d'obtenir avec un petit capteur.

Pentax Q test review prise en mains dos

Le large écran du **Pentax Q** qui n'est malheureusement ni orientable ni tactile.

Les menus sont assez proches de ceux que vous trouvez sur les reflex de la marque. Hiérarchisés en onglet, vous naviguez facilement à l'intérieur et l'organisation est plutôt logique. Les réglages sont nombreux et vous pouvez personnaliser l'appareil à votre guise : enregistrement en Raw (DNG), qualité des JPeg, rendus colorimétriques préprogrammés et personnalisés, intervalomètre, HDR, correction des déformations optiques, autofocus, mesure de la lumière, filtres de densité neutre (pour certaines optiques)... Rien de semble manquer.

La manipulation des commandes et des menus est, sur cet exemplaire de présérie, un peu lente et il n'est pas rare de devoir appuyer plusieurs fois sur un bouton ou tourner la molette pour obtenir le résultats escompté. Ce point sera donc à vérifier sur un exemplaire définitif.

Premiers déclenchements

Le Pentax Q est silencieux. Nous sommes loin du désagréable bruit des obturateurs mécaniques des NEX ou des Micro 4/3. La raison ? Le boîtier n'intègre tout simplement pas d'obturateur plan focal. Certaines optiques (les modèles haut de gamme) disposent d'un obturateur central (1/2000 s), les autres bénéficieront de l'obturateur électronique du capteur (1/8000 s).

[Pentax Q test review prise en mains son déclenchement

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/1287/pentax-q-declenchement.wav)

Vous pouvez écouter le son de la mise sous tension et du déclenchement du Pentax Q en cliquant sur l'image.

Sur notre modèle de présérie (non définitif donc), l'autofocus semble équivalent à ceux que nous rencontrons sur les compacts actuels. Avec une bonne lumière (optique f/1,9), la mise au point est donc juste correcte et nous sommes assez loin des performances des Micro 4/3 ou des NEX. Une fois de plus, ces éléments peuvent changer d'ici à la commercialisation du produit. Nous ne tirons donc ici aucune conclusion définitive.

Nos premiers essais avec un modèle non définitif

Nous sommes conscients que le Pentax Q que nous avons eu entre les mains et loin d'être définitif (nous avons eu droit à de nombreux plantages et autres surprenants effets lors de nos essais) et de nombreuses améliorations peuvent être apportées avant la commercialisation du boîtier. Toutefois, nous pouvons déjà vous donner nos premières impressions concernant la qualité des images provenant du capteur rétroéclairé de 12 Mpx. Nous ne pouvons naturellement pas diffuser d'images provenant du Q, mais les fichiers JPeg que nous avons pu visualiser sont un peu en dessous de ceux délivrés par un Canon S95 par exemple au niveau de la gestion du bruit électronique.

Gestion du bruit électronique

Avec un capteur CMOS BSI de 1/2,3 pouce, le Pentax Q dispose du plus petit capteur parmi tous les compacts à objectifs interchangeables. Vous pouvez retrouver ce capteur dans certains compacts comme le Nikon P300 ou le Sony WX5. Les ingénieurs de Pentax ont-ils réussi à tirer la quintessence de ce capteur rétroéclairé ?

Les JPeg

À 125 et 200 ISO, les images délivrées par le Q sont exempts de bruit électronique et même les aplats colorés et les fonds noirs montrent peu de moutonnement. Le traitement de l'image est un peu plat et notre scène manque toutefois d'un peu de contraste. La granulation fait son apparition à 400 ISO. Le grain n'est pas coloré, mais les aplats sont moins homogènes. À 800 ISO, la granulation est légèrement plus grossière, mais les images présentent peu ou prou le même niveau de détail. Vous noterez toutefois sur le texte blanc sur fond noir de nombreux pixels aberrants (coloration). Vous pourrez monter jusqu'à 1600 ISO sans trop de problèmes. Logiquement, le moutonnement devient de plus en plus présent et les détails sont un peu dilués. Le grain reste raisonnable et il sera possible d'imprimer de

Les deux sensibilités supérieures (3200 et 6400 ISO) sont plus problématiques avec un lissage beaucoup plus prononcé, une dynamique nettement réduite. Sans traitement, les images sont beaucoup plus difficiles à exploiter.

Face au P300 de Nikon, le Pentax Q est loin d'être ridicule puisque globalement, le petit compact à objectifs interchangeables fait mieux, notamment dans les hautes sensibilités. L'écart n'est pas très important, mais il existe. Au final, le petit capteur CMOS BSI de 1/2,3 pouce est vraiment poussé dans ses retranchements et livre ce qu'il sait faire de mieux avec le Pentax Q.

DNG à la moulinette

Le Q présente l'énorme avantage d'enregistrer ses fichiers bruts au format DNG. Les logiciels peuvent donc normalement les ouvrir sans avoir à attendre une éventuelle mise à jour.

Nous avons donc traité les DNG du Pentax Q avec la dernière version de Lightroom 3.5 qui supporte officiellement le Pentax Q. Par défaut, le lissage de Lightroom est très léger et la réduction du bruit de chrominance assez remarquable. Les images du Q sont donc très granuleuses, mais également très détaillées. Le cliché à 1600 ISO reprend du tonus et on pourra toujours jouer avec différents réglages (accentuation, contraste, lissage...) pour avoir le rendu souhaité.

Vous remarquerez que l'image est déformée. Pentax applique des corrections optiques aux images JPeg (distorsion, aberrations chromatiques...). Les pixels supplémentaires du capteur (c'est un CMOS de 12,3 Mpx effectifs qui délivre des images de 12 Mpx au final) servant probablement de marge pour opérer la correction des déformations géométriques.

Le potentiel des fichiers bruts est donc attrayant et il sera intéressant de voir les résultats des logiciels de développement avec les profils du Pentax Q et notamment DxO Optics Pro réputé pour son traitement du bruit électronique.

Exemples de photos

Galerie d'images réalisées avec le Pentax Q équipé du 8,5 mm f/1,9. Vous remarquerez immédiatement le premier défaut de l'appareil : l'absence de rotation automatique des images.

Pentax Q exemple 1
Pentax Q exemple 2
Pentax Q exemple 3
Pentax Q exemple 4
Pentax Q exemple 5
Pentax Q exemple 6
Pentax Q exemple 7
Pentax Q exemple 8
Pentax Q exemple 9
Pentax Q exemple 10
Pentax Q exemple 11
Pentax Q exemple 12
Pentax Q exemple 13
Pentax Q exemple 14
Pentax Q exemple 15
Pentax Q exemple 17
Pentax Q exemple 18
Pentax Q exemple 19
Pentax Q exemple 20

Licence Creative Commons
Test Pentax Q de Renaud Labracherie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Basé(e) sur une oeuvre à www.focus-numerique.com.

+
  • Boîtier très compact !
  • Peu de bruit au déclenchement : discrétion assurée
  • Déport du flash important pour limiter les yeux rouge
  • Ecran de qualité (angles de vision, fluidité d'affichage, précision)
  • Pas de viseur électronique intégré ou optionel
  • Ecran non amovible
  • Pas de pilotage distant sans fil de flashes de reportage
  • Autonomie un peu limitée (200 vues ?)
  • Pas de mise au point pendant l'enregistrement vidéo
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Pentax Q
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés