Léger et compact, le Panasonic Lumix GX800 a été présenté en début d'année lors du CES 2017 comme le digne héritier de la gamme GF, série d'appareils née peu de temps après les débuts du constructeur japonais dans l'aventure Micro 4/3. Pour séduire les amateurs de photographie (débutants et avertis), cet appareil mise sur son écran tactile et orientable adapté à la capture de selfies, ainsi que sur la possibilité de capter des vidéos en 4K UHD.

CapteurLive MOS 16 Mpx, 17,3 x 13,0 mm en ratio 4:3, sans filtre passe-bas
MontureMicro 4/3
Optique livréePanasonic Lumix G Vario 12-32 mm f/3,5-5,6 ASPH Mega OIS
AntipoussièreFiltre à ondes supersoniques
ViseurNon
FlashPop-up TTL, NG4
ÉcranTFT LCD 3,0’’ (7,6 cm env.), 1 040 000 points, tactile et inclinable à 180°
Mise au pointAutofocus par détection de contraste avec technologie DFD (Depth From Defocus)
Modes autofocusAFS (Simple), AFF (Flexible), AFC (Continu)
Mesures d'expositionMultizone, pondérée centrale, spot
Modes d'expositionP, A, S, M
Vitesse d'obturationDe 1/16 000 à 60 s
MotorisationObturateur mécanique (5,8 images par seconde), obturateur électronique (10 images par seconde)
Sensibilité ISODe 100 à 25 600 ISO
MémoiremicroSD
AlimentationBatterie Li-ion (7,2 V, 680 mAh, 4,9 Wh)
ConnexionUSB 2.0 micro-B, HDMI
Dimensions106,5 x 64,6 x 33,3 mm
Poids239 g (boîtier seul), 336 g (boîtier avec carte microSD, batterie et objectif (carte microSD, batterie, objectif Panasonic 12-32 mm f/3.5-5.6)
LogicielsPHOTOfunSTUDIO, SILKYPIX Developer Studio
Dans la boîteBatterie, chargeur de batterie, cdaptateur secteur, câble USB, dragonne d’épaule, capuchon
StabilisationNon
Format image photoRAW (.RW2) et JPEG
Format image vidéo2 160p 30/25/24 ips (MP4), 1 080p 60/50/30/25/24 ips (MP4/AVCHD), 720p 30/25 ips (MP4)

Prise en main

Ergonomie et design

En quelques années, l'esthétique rétro a gagné bon nombre de boîtiers hybrides, et le Panasonic GX800 ne fait pas exception à la règle. Au premier contact avec ce boîtier, vous découvrirez donc un design à la fois vintage et relativement sobre, articulé autour d'une armature en plastique et d'un revêtement en simili-cuir. Notez que si les matériaux utilisés ne sont pas particulièrement nobles, le soin apporté aux finitions est au rendez-vous. Le poids de 336 g (avec carte mémoire, batterie et objectif) est assez léger pour ne rien perdre en transportabilité, mais cependant assez dense pour éviter la sensation d'avoir un jouet en main.

Panasonic Lumix GX800 prise en main   Panasonic Lumix GX800 prise en main

En revanche, si l'esthétique de l'objectif Panasonic Lumix G Vario 12-32 mm f/3,5-5,6 ASPH Mega OIS (livré en kit avec le GX800) s'accorde tout à fait le boîtier, sa qualité de fabrication semble quelque peu inférieure. Cette optique équivalente à un 24-64 mm en 24x36 a cependant le mérite d'être extrêmement compacte une fois repliée. Avec des dimensions de 106,5 x 64,6 x 62 mm une fois l'optique montée, le GX800 reste discret et peut être contenu dans une poche de manteau.

Panasonic Lumix GX800 prise en main

La sobriété de l'ergonomie du GX800 semble correspondre en tout point à la volonté de Panasonic de séduire une clientèle majoritairement composée de photographes amateurs. Sur l'épaule droite de l'appareil se trouvent une molette de sélection du mode d'exposition, le déclencheur (faisant également office de bouton de mise sous tension) et une touche consacrée au mode Photo 4K. Un bouton dédié à la fonction Post Focus fait quant à lui son apparition sur l'épaule gauche du boîtier.

Panasonic Lumix GX800 prise en main

La face arrière affiche un traditionnel bouton Menu ceint d'une roue codeuse et de quelques raccourcis (correction de l'exposition, sélection du mode de mise au point, de la balance des blancs et de la cadence de prise de vue), eux-mêmes entourés des tout aussi traditionnelles touches de lecture, d'affichage et d'accès au menu rapide. Deux autres boutons se trouvent accolés à l'épaule droite de l'appareil ; l'un lance l'enregistrement vidéo, tandis que l'autre libère le flash placé sur le dessus du boîtier. Notons au passage l'absence de griffe porte-accessoire.

Panasonic Lumix GX800 prise en main

Toujours dans le but de rester accessible au plus grand nombre, le Panasonic Lumix GX800 se dote d'un écran tactile et orientable sur un axe vertical. L'articulation sur laquelle est fixée l'écran le limite à une rotation de 180° vers le haut — mouvement destiné à faciliter la capture de selfies. Doté d'une diagonale de 3,0" (7,6 cm env.) et d'une définition de 1 040 000 points, cet écran TFT LCD se montre agréable à utiliser, tant dans sa restitution des images que ses fonctionnalités tactiles.

Panasonic Lumix GX800 prise en main

Les menus du Panasonic Lumix GX800 se révèlent à la fois clairs et complets. Toutefois, l'utilisateur habitué à des boîtiers qualifiés "experts" pourra se trouver quelque peu frustré face à l'ergonomie physique minimaliste de l'appareil. Une fois le mode de prise de vue sélectionné, c'est en effet par les commandes qui se trouvent sous le pouce qu'il est possible d'affiner les réglages. Cet amas de touches de petite taille ne favorise pas le caractère intuitif et réactif du GX800. Notons de plus que l'ajout d'une poignée, même peu marquée, aurait grandement facilité la préhension du boîtier.

Alimentation, stockage et connectique

En matière de connectique, le GX800 se limite à l'essentiel. L'ouverture d'une trappe en plastique sur sa tranche droite vous donnera accès à un port HDMI, ainsi qu'à un port micro-USB autorisant la recharge de la batterie. Cette dernière, d'une autonomie malheureusement limitée à 210 vues, prend place dans l'appareil par une trappe se trouvant sous le boîtier. Au même endroit se trouve l'emplacement pour carte microSD compatible avec la norme UHS-I.

Panasonic Lumix GX800 prise en main   Panasonic Lumix GX800 prise en main

Fonctionnalités

Modes Photo 4K et Post focus

La fonctionnalité Photo 4K, apparue avec le GH4, s'est rapidement imposée sur les autres boîtiers de la marque. Le principe ? Enregistrer un "film" avec une définition d'environ 8 Mpx dans les différents ratios proposés en photo (4:3, 16:9, 1:1, etc.) à la cadence de 30 i/s. Les images sont compressées individuellement — comme du Motion JPEG — et peuvent donc être extraites individuellement afin d'obtenir le moment parfait. Ce mode de rafale peut également servir à la fonction de Post Focus, qui propose de choisir la zone de mise au point après le déclenchement.

Bruit au déclenchement

Tout comme les derniers boîtiers hybrides de la marque, le GX800 dispose d'un obturateur électronique permettant d'atteindre un temps de pose de 1/16 000 s. Si le déclenchement mécanique produit un son discret, le déclenchement électronique s'avère totalement silencieux. Notons cependant que l'obturateur mécanique ne permet de sélectionner un temps de pose inférieur à 1/500 s.

Performances
Réactivité et autofocus

Panasonic Lumix GX800 Performances
Mise sous tension 1,65 seconde
Rafale JPEG 5,4 images par seconde
Rafale RAW 4,7 images par seconde
Rafale JPEG+RAW 4,7 images par seconde
Autofocus au grand-angle 0,15 seconde
Autofocus au téléobjectif 0,21 seconde
Autofocus en basse lumière 0,3 seconde
Suivi Autofocus 50 % d'images nettes

Avec une moyenne de 1,65 s, le temps de mise sous tension du Panasonic GX800 se montre quelque peu décevant (son ancêtre, le Lumix GF7 atteignait une moyenne de 0,91 seconde). La cadence de prise de vue en rafale, en revanche, se montre à la hauteur des promesses de Panasonic avec une moyenne de 5,4 images par seconde en JPEG lorsque l'obturateur mécanique est utilisé.

En atteignant 0,15 seconde au grand-angle, 0,21 seconde à la plus longue focale et 0,3 seconde en situation de basse luminosité, l'autofocus se montre également réactif. Concernant le suivi d'un sujet marchant de front et à vitesse normale, nos tests nous ont permis de constater des résultats relativement classiques, avec 50 % d'images nettes.

Qualité d'image

Gestion du bruit électronique

Le Panasonic Lumix GX800 se dote d'un nouveau processeur, mais conserve le capteur Live MOS 4/3" de 16 Mpx qui équipait ses prédécesseurs. Avec cette définition, la taille des photodiodes est d'environ 3,75 µm. La plage de sensibilité s'étend de 200 à 3 200 ISO en standard, mais peut être poussée de 100 à 25 600 ISO.

Tailles relatives des différents formats de capteurs.

Très bien géré entre 100 et 400 ISO, le bruit électronique fait son apparition à 800 ISO, mais de façon très faible et lorsque l'image est observée à 100 %. Encore relativement précise à 1 600 ISO, la restitution des détails baisse de façon perceptible à partir de 3 200 ISO, mais cette sensibilité reste pleinement exploitable grâce à une très faible présence de bruit chromatique.

Au-delà de 6 400 ISO, la perte d'informations se fait plus violente et si la retranscription des couleurs soit encore relativement correcte à ce stade, les sensibilités supérieures (12 800 et 25 600 ISO) nous semblent difficilement exploitables.

RAW vs. JPEG

Nous avons comparé le traitement JPEG interne du boîtier avec les algorithmes de Lightroom CC 2017 pour les sensibilités 3 200 et 6 400 ISO. Les réglages sont paramétrés par défaut.

Comme souvent, les fichiers JPEG issus de Lightroom plutôt que directement du boîtier présentent une meilleure retranscription des détails, mais aussi un niveau de bruit électronique bien plus élevé. Les photographes à la recherche d'un rendu relativement doux devront donc privilégier la capture de photographies au format JPEG ou jouer du curseur de réduction du bruit électronique lors de la phase de retouche.

Panasonic Lumix GX800 - 3 200 ISO (JPEG)Panasonic Lumix GX800 - 3 200 ISO (LR)
Panasonic Lumix GX800 - 6 400 ISO (JPEG)Panasonic Lumix GX800 - 6 400 ISO (LR)

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous photographions notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigeons les fichiers bruts avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire.

Le capteur du GX800 se montre tout à fait à l'aise lorsqu'il s'agit de récupérer des détails d'images surexposées de +2 IL. Une surexposition de +2,6 IL représente le stade à partir duquel il est possible d'observer une perte d'informations. Concernant la sous-exposition, le bruit numérique nous semble bien contenu jusqu'à -2 IL. La dégradation de l'image se fait cependant plus sentir à -3 IL pour devenir véritablement gênante à partir de -4 IL.

Nous estimons donc, de façon subjective, que la latitude d'exposition du Panasonic Lumix GX800 s'étend de -3 à +2,6 IL soit une plage de 5,6 diaphs tout à fait correcte pour ce type de capteur. Les plus exigeants limiteront cependant la surexposition à +2 IL.

Panasonic Lumix GX800 surexposition   Panasonic Lumix GX800 sous-exposition

Qualité de l'optique

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition et de la taille du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'objectif Lumix G Vario 12-32 mm f/3,5-5,6 ASPH Mega OIS livré en kit avec le GX800 se révèle peu lumineux, mais il a été choisi par Panasonic pour sa compacité. C'est entre f/4 et f/8 qu'il délivre les meilleurs résultats, et ce, à toutes les focales. La diffraction fait son apparition à f/11 et se révèle réellement destructrice pour la retranscription des détails à f/16 et f/22.

Si les photographies capturées sont relativement homogènes dès la plus large focale, c'est bien entendu aux positions intermédiaires que cet objectif se montre le plus piqué. Plutôt précise en son centre, la focale de 32 mm révèle quant à elle une perte de détails dans les coins de l'image.

Notre scène test.

Mode vidéo

Il y a déjà bien longtemps que Panasonic a fait des fonctionnalités vidéo l'une de ses marques de fabrique et même un appareil hybride d'entrée de gamme comme le GX800 se voit relativement bien doté en ce qui concerne les formats d'enregistrement proposés. Il assure ainsi la capture de vidéos en 2 160p 30/25/24 ips (MP4) avec un débit de 100 Mbps, 1 080p 60/50/30/25/24 ips (MP4/AVCHD) et en 720p 30/25 ips (MP4). Attention cependant à l'enregistrement 2 160p qui entraîne rapidement des messages de surchauffe, rendant impossible de lancer un nouvel enregistrement pendant de longues secondes.

L'absence de sortie casque, d'entrée micro et de griffe porte-accessoire interdit l'utilisation de tout accessoire supplémentaire. Le boîtier en lui-même est dépourvu de tout système de stabilisation, mais l'objectif 12-32 mm f/3,5-5,6 livré en kit dispose d'une stabilisation optique.

Malgré un moirage prononcé et des effets de rolling shutter bel et bien présents, la retranscription des détails en vidéo se montre plutôt performante. L'autofocus se révèle pour sa part lent mais précis, ce qui devrait permettre des transitions en douceur lors des bascules de point.

Capture d'écran du mode vidéo 2 160p 30 i/s et extrait à 100 %.

Capture d'écran du mode vidéo 1 080p 30 i/s et extrait à 100 %.

Galerie terrain
Exemples de photos

Photo

Vidéo

Verdict

Entrée de gamme de Panasonic sur le segment des hybrides, le Lumix GX800 s'adresse aux photographes amateurs à la recherche d'un boîtier offrant une bonne qualité d'image, mais qui ne souhaitent pas s'encombrer d'un appareil de plus gros gabarit et aux fonctionnalités avancées. Compact, léger, et simple à prendre en main, le GX800 fait tout à fait son office sur ce point. La qualité d'image est tout à fait honorable — malgré un objectif de kit peu lumineux — et devrait ravir un public habitué à des appareils à petits capteurs (et aux montées ISO souvent désastreuses).

Si le Panasonic Lumix GX800 nous paraît ainsi constituer un bon achat pour qui découvre la photographie, nous estimons cependant que cet appareil se révèle vite frustrant entre les mains d'un photographe averti. Au-delà de l'absence de viseur électronique, notons ainsi une ergonomie perfectible, car elle se révèle peu adaptée à tout changement manuel des paramètres de prise de vue. La présence d'une poignée aurait également constitué un plus en matière de prise en main.

Quelques défauts viennent de plus entraver le plaisir des photographes amateurs comme avertis. Le premier est très certainement l'autonomie limitée à un maximum de 210 vues. De plus, la capture de vidéos en 2 160p est certes possible, mais elle aurait profité d'une stabilisation interne au boîtier et se révèle très vite limitée par les surchauffes régulières de l'appareil.

Bien que le GX800 obtienne de bons résultats en matière de qualité d'image et de réactivité générale, il ne nous semble donc pas constituer un compagnon de choix pour le photographe averti.

Face à la concurrence

Olympus OM-D E-M10 II

Plus âgé que le Panasonic Lumix GX800, l'Olympus OM-D E-M10 II se révèle moins bien loti en termes de fonctionnalités vidéos (absence de 4K UHD 2 160p) et déçoit quelque peu par ses menus alambiqués et son écran tactile peu précis. Il dispose cependant d'une stabilisation sur 5 axes, d'un viseur électronique spacieux et confortable, de larges molettes faciles à utiliser et d'une ergonomie physique plus proche d'un boîtier expert. Le tout pour un prix désormais proche de celui du GX800.

OM-D E-M10 II
Fnac.com marketplace 448,16 €
Materiel.net 499,00 € Voir l'offre
Amazon 509,00 € Voir l'offre
Digixo 509,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 549,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 549,00 € Voir l'offre
Priceminister 566,90 € Voir l'offre
LDLC 599,95 € Voir l'offre
Fnac.com 699,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
+
  • Bonne qualité d'image jusqu'à 3 200 ISO (images exploitables jusqu'à 6 400 ISO)
  • Légèreté et compacité
  • Facilité d'utilisation
  • Autofocus réactif
  • Écran tactile orientable à 180°
  • Vidéo en 4K UHD 2 160p
  • Modes Photo 4K et Post Focus
  • Obturateur électronique totalement silencieux
  • Recharge possible par port USB
  • Autonomie limitée (210 vues)
  • Absence de stabilisation du capteur
  • Absence de viseur électronique
  • Absence d'entrée micro et de sortie casque
  • Prise en main perfectible (absence de poignée et commandes arrière peu pratiques)
  • Obturateur mécanique limité à 1/500 s
  • Orientation de l'écran limitée à la capture de selfies
  • Surchauffe lors de la captation de vidéos 4K UHD 2160p
  • Emplacement pour batterie et carte SD sous le boîtier (peu pratique avec un trépied)
  • Boîtier non tropicalisé
  • Objectif de kit peu lumineux
  • Format RAW (RW2) propriétaire
En résumé

Compact, léger et simple à prendre en main, le Panasonic Lumix GX800 est taillé pour un public de photographes amateurs ne souhaitant pas s'encombrer d'un appareil de plus gros gabarit et aux fonctionnalités avancées. L'absence de viseur et l'ergonomie peu adaptée à tout changement manuel des paramètres de prise de vue risquent cependant de décevoir grandement les photographes avertis.

default image
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Panasonic Lumix GX800
Priceminister 483,73 €
Digit-photo.com 497,90 € Voir l'offre
Digixo 497,90 € Voir l'offre
Amazon 512,93 € Voir l'offre
Materiel.net 529,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 529,00 € Voir l'offre
Villatech 549,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés