Capteur4/3" (17,3 x 13 mm), 16 Mpx
MontureMicro 4/3
Optique livrée12-32 mm f/3,5-5,6
StabilisationSelon les optiques
AntipoussièreFiltre à ondes supersoniques
ViseurOui, électronique 1 166 000 points, 100 %, grossissement 0,46x.
FlashNon intégré. Livré en standard dans la boîte
Écran3 pouces (7,6 cm), 921 000 points, tactile
Mise au pointSystème d'AF contrasté sensibilité EV -4-18 (ISO 100 équivalent)
Modes autofocusAFS (Simple) / AFF (Flexible) / AFC (Continu) / MF, Détection de visages / AF Suivi / 23 zones / 1 zone / Pinpoint
Mesures d'expositionSystème de mesure de la lumière matricielle, 1 728 zones, Multiple / Centré pondéré / Point
Modes d'expositionProgramme AE, Priorité ouverture AE, Priorité vitesse AE, Manuel
Vitesse d'obturationObturateur plan focal contrôlé électroniquement : 1/500 s-60 s Obturateur électronique : 1/16000 s-1 s
MotorisationObturateur mécanique - H : 5,8 i/s (avec AFS), 5 i/s (avec AFC, en mode AF 1 zone), - M : 4 i/s avec mode Live View, - L : 2 i/s avec mode Live View. Obturateur électronique - SH : 40 i/s, - H : 10 i/s, - H : 4 i/
Sensibilité ISOAuto / ISO Intelligent / 125 (Étendu) / 200 / 400 / 800 / 1 600 / 3 200 / 6 400 / 12 800 / 25 600
MémoireCarte mémoire SD, carte mémoire SDHC, carte mémoire SDXC (compatible avec les cartes mémoires SDHC/SDXC au standard UHS-I)
AlimentationPack Batterie Li-ion (7,2 V/ 680 mAh / 4,9 Wh)
ConnexionIEEE 802.11 b/g/n, 2 412 MHz - 2462 MHz (11c.), Wi-Fi / WPA / WPA2, mode d'infrastructure.
Dimensions98,5 x 59,5 x 36,1 mm (sans protubérances)
Poids211 g

Caractéristiques

Panasonic poursuit le développement de sa gamme de boîtiers à objectifs interchangeables très compacts (GM) avec le GM5, qui vient se placer en grand frère par rapport au GM1. Le changement le plus visible reste l'intégration d'un viseur électronique, mais ce n'est pas tout.

Panasonic GM5

Présentation

Ergonomie : un pas vers une utilisation plus experte

Si le GM1 cible principalement les débutants en photo ou ceux qui ne souhaitent pas passer trop de temps à régler leur appareil avant de déclencher, le GM5 est un peu plus ambitieux et propose une interface plus fournie.

Au dos de l'appareil, vous noterez l'apparition d'un viseur électronique. Un ajout attendu et salvateur pour la photographie en plein soleil. La visée est toutefois assez petite (grossissement de 0,46x en équivalent 24x36) et peu précise (affichage de 1 166 000 points), mais elle est fluide et un détecteur bascule automatiquement l'affichage de l'écran vers le viseur à l'approche du visage.

Panasonic GM5 de dos Panasonic GM5 : un viseur, mais pas d'écran orientable.

L'autre nouveauté appréciable est la présence d'une molette de réglage pour le pouce. Celle-ci est d'ailleurs cliquable afin de valider les options : pratique. La roue codeuse disparaît au profit d'un trèfle de sélection pour paramétrer rapidement la sensibilité ISO, la mise au point, la balance des blancs ou la motorisation. Bien sûr le QMenu officie toujours et permet d'accéder rapidement aux principales options de prise de vue. Une commande pour la vidéo est également directement accessible.

L'écran LCD affiche 921 000 points sur une dalle de 7,6 cm. Celle-ci est tactile et vous pouvez rapidement sélectionner la zone de mise au point au doigt. Dommage que Panasonic n'ait pas profité de cette évolution pour intégrer un écran sur rotule ou charnière afin de le rendre orientable !

Sur le dessus de l'appareil, les changements sont moindres. Vous noterez que l'apparition du viseur électronique a signé l'arrêt de mort du flash intégré. Heureusement, Panasonic livre un flash à fixer sur la griffe porte-accessoire (nouveauté). Ce dernier est malheureusement assez proéminent. Il faudra donc le transporter en permanence dans un sac... autant dire qu'il ne servira presque jamais.

Panasonic GM5 de dessus Le dessus du GM5 reste très classique avec le choix de mise au point et les modes d'exposition.

Le boîtier est assez léger et la finition, plutôt réussie ; il sera disponible en France en noir ou en noir et rouge. Le châssis est en alliage de magnésium. Comme nous l'avions déjà évoqué avec le GM1, la face avant est un peu trop lisse et mériterait une petite poignée pour améliorer la préhension. Vous pouvez toujours associer au boîtier une poignée additionnelle (99 € tout de même).

Panasonic GM5 avec flash Pas de flash pop-up sur le GM5, mais un greffon assez imposant...

À l'intérieur, l'électronique reste sensiblement identique à celle du GM1 qui était déjà excellent. Panasonic reconduit le capteur 4/3 de 16 Mpx (plage ISO de 200 à 25 600) et le processeur de traitement des images. Le GM5 dispose d'un obturateur mécanique, mais il est possible d'utiliser le boîtier en mode obturation électronique pour un silence presque total. Dans ce cas, la vitesse d'obturation peut grimper jusqu'à 1/16000 s avec une synchro flash limitée au 1/50 s.

Panasonic GM5 châssis en magnésium Un châssis en alliage de magnésium pour assurer légèreté et robustesse.

Performance à la hausse

Panasonic dispose actuellement de la technologie AF par détection de contraste la plus réactive. Le GM5 intègre le module du GX7 avec une détection jusqu'à -4 IL. En AF continu, le GM5 est capable d'aligner pas moins de 5 ips alors que le GM1 se limite à 4 ips.

Le mode vidéo n'est pas oublié et le GM5 filme en HDTV 1080 à 50/25 et 24p avec des débits allant de 28 à 17 Mbps. Les fichiers sont bien en images pleines et non entrelacées comme sur le GM1.

Le COI n'intègre toujours pas de sortie casque ou d'entrée pour un micro.

Vous disposez d'une sortie USB 2.0 et HDMI (type C), ainsi que d'une connexion Wi-Fi pour un contrôle à distance ou le partage d'images à partir d'un smartphone. Pas de NFC, mais vous avez la possibilité de scanner un QR pour automatiser la connexion entre les deux différents appareils.

Des optiques petits formats

Le GM5 sera livré avec le tout petit mais assez séduisant 12-32 mm f/3,5-5,6 stabilisé. La marque proposera désormais un 35-100 mm f/4-5,6 (399 € pour 190 g) ainsi qu'un 24 mm f/2,5 relooké pour l'occasion (399 €). Naturellement, toutes les optiques G de la marque ainsi que les optiques Micro 4/3 d'Olympus sont compatibles avec le GM5.

Prix et disponibilité

Le Panasonic GM5 sera disponible à partir du mois de novembre 2014 en 2 coloris : noir et rouge, à 849 € avec l'optique de kit 12-32 mm f/3,5-5,6 stabilisée.

Notre premier avis

Il faut bien l'avouer, le petit GM5 est assez séduisant avec son viseur électronique intégré (même si ce n'est pas le meilleur modèle actuellement disponible). Très compact, doté d'un excellent AF (le meilleur dans sa catégorie) et d'un capteur 16 Mpx délivrant de belles images jusqu'à 3 200 ISO, ce nouveau boîtier devrait séduire les photographes à la recherche d'un boîtier performant, facile à prendre en main et très petit. Les experts seront un peu frustrés du manque d'accès directs à certaines fonctionnalités, mais ils pourront à l'envi fixer des focales fixes lumineuses (comme le 15 mm f/1,7 griffé Leica) pour photographier dans des ambiances lumineuses difficiles. Notre seul regret hormis l'écran LCD non inclinable reste le prix : ce nouveau GM5 est positionné à un tarif un peu trop élevé.

Caractéristiques

Prise en main

En 2013, le GM1 séduisait une bonne partie de la rédaction et recevait notre label "Coup de cœur". Un an après, Panasonic a agrandi la famille et proposé un Lumix GM5 qui vient combler les principales lacunes que nous avions relevées à l'époque.

Prise en main

Le Panasonic Lumix GM5 conserve les qualités premières de la série GM, à savoir la compacité et la légèreté. Certes, le nouveau modèle est un peu plus haut et plus large de 5 mm, mais ses dimensions restent proches du premier modèle.

Panasonic Lumix GM5, / GM1 comparaison taille de face Panasonic Lumix GM5, / GM1 comparaison taille de dessus

De fait, le GM5 tient facilement dans un petit sac, voire dans une grande poche de blouson. Impossible par contre de le faire tenir dans une poche de pantalon, contrairement aux compacts experts, à moins d'enlever l'optique — l'intérêt étant alors bien moindre. L'appareil équipé (12-35 mm, carte mémoire, batterie, sangle de poignet) fait moins de 300 g. L'ensemble atteint 340 g avec le 17 m f/1,8 d'Olympus que nous avons beaucoup utilisé lors de nos tests.

Le boîtier est bien construit et le châssis métallique est plutôt rassurant. Le revêtement extérieur est toutefois un peu trop lisse pour offrir une bonne préhension et, comme le GM1, le GM5 ne dispose pas d'un petit renflement sur lequel les doigts peuvent agripper. Il faudra donc débourser quelques euros pour s'offrir un petit grip (DMW-HGR1) afin de s'assurer une bonne prise en main.

Ergonomie

Il est temps de faire le tour du propriétaire. L'avant de l'appareil est des plus sobres. Vous trouverez la lampe d'assistance pour la mise au point ainsi que la touche pour déverrouiller l'objectif et... rien d'autre. Panasonic Lumix GM5, test review, vue de face L'avant du Panasonic GM5, pour le moins dépouillé.

Le dessus de l'appareil est un peu plus garni. De gauche à droite, vous trouverez : une griffe porte-accessoire (notamment le flash externe livré en standard), une molette pour le choix du mode autofocus, le déclencheur et une couronne pour la mise sous tension. Une dernière molette permet de choisir le mode d'exposition : PSAM, iA, vidéo, scènes, filtres...

Panasonic Lumix GM5, test review, vue de dessus

Si l'avant est sobre, l'arrière du GM5, lui, est dense. En haut à gauche, vous trouverez le viseur électronique doté d'un détecteur de présence. Sur la droite, deux boutons personnalisables jouxtent la commande de lecture et vous apprécierez sans doute la présence d'une molette de réglage qui faisait défaut sur le GM1. Celle-ci est en outre cliquable : en mode A/S, vous accédez directement à la correction d'exposition ; en mode M, vous passez facilement du réglage de l'ouverture à la vitesse.

À droite de l'écran se nichent la commande pour la vidéo ainsi qu'un trèfle de sélection (ISO, zone de mise au point, balance des blancs, motorisation et accès aux menus). En dessous, une touche permet d'accéder au Q.Menu pour régler rapidement les principaux paramètres de prise de vue. Les commandes sont assez petites, mais finalement, le GM5 se "pilote" assez facilement. Panasonic Lumix GM5, test review, vue de dos

Stockage, alimentation

Pas de révolution de ce côté : le GM5 embarque une batterie Li-Ion de 7,2 V et 680 mAh pour une puissance de 4,9 Wh, ce qui est assez peu. Une charge de batterie permet à peine de déclencher 200 fois sans faire la moindre vidéo. L'autonomie de la batterie est clairement l'un des talons d'Achille du GM5 et il sera impératif de s'équiper d'une seconde batterie (environ 70 € tout de même...). L'appareil est livré avec un chargeur de batterie, mais il n'accepte pas la recharge via le port USB. En effet, il ne dispose pas d'une connexion micro USB pour le transfert des données et la recharge électrique. Dommage.

Le compact accepte les cartes SD/SDHC/SDXC aux normes UHS-I.

Panasonic Lumix GM5, test review, batterie

Menus

Les menus sont assez classiques et plutôt bien agencés avec des rubriques photo, vidéo, réglages avancés et paramètres généraux de l'appareil. On regrettera toutefois l'absence d'aide contextuelle pour faciliter la vie des béotiens ou tout simplement expliciter certaines abréviations. Ainsi, dans "type d'obturateur", donner le sens de "ESHTR" et "EFC" ne semble pas vain... L'interface n'a clairement pas été pensée pour une utilisation tactile, mais les menus restent aisément manipulables.

Flash

Alors que le GM1 dispose d'un flash intégré pop-up, le GM5 l'abandonne au profit d'un viseur électronique. Heureusement, un flash externe est livré en standard et vient se loger sur la griffe porte-accessoire. Cette solution n'est cependant pas réellement satisfaisante, car chaque fois que vous aurez besoin du flash, vous ne l'aurez jamais sur vous. Bon point, celui-ci est alimenté à partir de l'appareil et il se révèle plus puissant que le modèle embarqué sur le GM1 (NG7).

Tout comme sur le GM1, la synchro flash est toujours limitée au 1/50 s. Le flash permet de nombreux réglages et peut s'utiliser en mode auto ou manuel. Vous disposez d'un mode synchro lente, premier et second rideau.

Panasonic Lumix GM5, test review, flash

Visée

L'écran LCD est de bonne qualité : précis (921 000 points) et fluide avec une bonne lumière. Par contre, en intérieur ou dans la pénombre, l'affichage est saccadé et il devient difficile de suivre un sujet en mouvement, même si l'image reste propre.

Naturellement, une bonne partie de l'intérêt de cet écran réside dans le fait qu'il soit tactile. Cela ouvre de belles perspectives pour la prise de vue. Ainsi, vous pouvez directement sélectionner à l'écran la zone de mise au point et même déclencher. En outre, vous accédez également à une série de "commandes" virtuelles et personnalisables. De manière assez étonnante, l'écran est au format 16/9. L'image, nativement au format 4/3, n'occupe donc qu'une partie centrale, bordée par deux bandes noires. En mode vidéo par contre, l'image occupe tout l'espace.

Un autre regret, l'écran LCD n'est pas orientable ! Voilà qui est vraiment fâcheux.

Au niveau de l'affichage, le GM5 est complet. Vous pouvez afficher des grilles d'aide à la composition (tiers, diagonales...), un niveau électronique sur 2 axes, un histogramme d'exposition, une aide à la mise au point (loupe, focus peaking), zébras pour l'exposition, niveau sonore pendant l'enregistrement vidéo.

L'implantation d'un viseur électronique est la grande nouveauté du GM5. Après plusieurs jours d'essai, le bilan est pourtant mitigé. Certes, ce viseur électronique dispose d'un rendu précis ( 1 166 000 points) et assez fidèle, mais le dégagement oculaire et le grossissement sont insuffisants. La présence du viseur est toutefois très appréciable, notamment lorsque l'on souhaite photographier en plein soleil, car l'écran reste encore très (trop) brillant. Il permet en outre de se concentrer sur le sujet en isolant le photographe de son environnement. Cet écran fonctionne en affichage séquentiel (images rouge, verte et bleue affichées rapidement les unes après les autres) et les personnes sensibles aux effets arc-en-ciel pourront être gênées. Contrairement à l'écran, le viseur est au ratio 4/3 : en mode vidéo, l'image 16/9 est donc recadrée dans le cadre 4/3 et devient par conséquent encore plus petite. Ce viseur n'est donc au final pas très confortable, mais en cas de nécessité, il se révèle un précieux et performant allié.

Son au déclenchement

Le compact est équipé d'un obturateur mécanique, mais, pour plus de discrétion, il est possible d'utiliser un obturateur électronique qui rend alors l'appareil totalement silencieux. Dans ce dernier mode, vous ne pourrez pas utiliser de flash. Vous pouvez télécharger en cliquant sur l'image ci-dessous l'enregistrement sonore d'un déclenchement avec une obturation mécanique.

Panasonic Lumix GM5, test review, bruit au déclenchement

Logiciel

Le GM5 est livré avec le logiciel Silkypix (Windows / Mac OS X) pour traiter les fichiers bruts. Le logiciel est assez complet et permet d'exploiter le potentiel des fichiers, mais l'interface est assez vieillotte et il manque quelques fonctionnalités désormais indispensables, comme le travail sur plusieurs écrans ou la possibilité de réaliser des réglages locaux.

Panasonic Lumix GM5, test review logiciel Silkypix autorise de fins réglages pour le traitement de vos fichiers bruts.

Pour les images JPEG, Panasonic livre PhotoFunStudio. Le logiciel permet de retoucher ses fichiers, mais l'interface est également un peu désuète et les actions, peu rapides. Il est possible de réaliser quelques actions de montage en vidéo ou de mettre en œuvre une reconnaissance automatique des visages pour un tri rapide.

Panasonic GX7 review test logiciel Le logiciel PhotoFunStudio pour organiser ses images.

Wi-Fi

Le GM5 est équipé d'une puce Wi-Fi pour communiquer avec des appareils compatibles. Vous pouvez ainsi piloter l'appareil à distance à partir d'une tablette ou d'un smartphone, lire vos photos sur un téléviseur également Wi-Fi et envoyer vos images vers un ordinateur ou un service en ligne via une connexion.

De manière assez étonnante, le compact n'est pas équipé d'une puce NFC pour paramétrer automatiquement la connexion avec un appareil également NFC. Pour l’appairage, il faudra donc soit saisir manuellement des codes de sécurité, soit scanner un QR Code avec l'application Image App de Panasonic.

Panasonic Lumix GM5, test review Wi-Fi smartphone L'application Image App de Panasonic donne accès à de nombreux réglages lors de la prise de vue à distance.

Si la connexion avec un smartphone ou une tablette n'a posé aucun problème, les autres solutions Wi-Fi n'ont rien d'évident à mettre en œuvre. Même après une identification auprès du Lumix Club, l'accès aux différents services reste alambiqué : création d'un compte pour accéder à des services Web, paramétrage de l'appareil... Au bout de 10 minutes, nous avons tout simplement jeté l'éponge.

Réactivité et autofocus

Le compact de Panasonic dispose des derniers raffinements technologiques de la marque au niveau du système autofocus avec le même module

Le GM5 utilise toujours un système par détection de contraste à analyse rapide pour l'autofocus. Il est désormais sensible jusqu'à -4 IL et épaulé par le système DFD (Depth From Defocus) qui permet d'utiliser la taille du cercle de confusion pour connaître le sens de mise au point et limite donc les effets de pompage. Même en basse lumière, l'autofocus reste assez réactif avec moins de 0,5 seconde pour faire le point. La mise sous tension, elle, requiert moins d'une seconde.

Le système peut être épaulé par la reconnaissance des visages, mais également des yeux. Vous pouvez bien sûr définir librement la zone de mise au point en la pointant directement sur l'écran LCD. En autofocus continu, la rafale est d'environ 4,3 ips. Toutefois, le GM5 se montre nerveux : vous pouvez même enclencher un mode rafale à 40 ips (4 Mpx) et sans le suivi autofocus, la rafale en pleine définition atteint 5,8 ips.

Si le suivi de sujet fonctionne avec un sujet qui marche normalement, il sera plus compliqué de suivre une personne en train de courir comme un enfant. On attend ici les limites du système et la photo sportive sera elle aussi assez compliquée à mettre en œuvre.

Performances

Le Panasonic GM5 se montre réactif : il lui faut moins de 1 seconde pour se mettre en état de marche, environ 0,3 s pour réaliser le point sur un sujet correctement éclairé et moins de 0,5 s en basse lumière (12-32 mm f/3,5-5,6). Ce petit COI de poche est donc très agréable à utiliser au quotidien.

En mode rafale, le GM5 est également convaincant, avec une rafale à 5,8 ips en RAW ou JPEG sur 7 vues et un mode ultrarapide à 40 ips sur 1 seconde.


Dans ce mode, les images sont réduites à 4 Mpx.

Gestion du bruit électronique

Comme de coutume, pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Le Panasonic GM5 est positionné en mode M et l'ouverture, fixée à f/5,6 pour une valeur ISO de 100 avec un temps d'obturation de 1/4 s. Pour ce test, nous avons utilisé un 12-32 mm f/3,5-5,6 Panasonic. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100 % et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (RW2).

Les JPEG

Le Panasonic GM5 est équipé du même capteur 4/3 que le GM1. Normalement, les résultats de leurs montées en sensibilité ISO devraient être assez proches, voire identiques. La plage de sensibilité s'étend, en mode étendu, de 100 à 25 600 ISO. Sur le capteur, les 16 millions de photodiodes font environ 3,8 µm de côté.

Tailles des différents capteurs Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Concernant la plage de 100 à 800 ISO, le GM5 délivre une belle qualité d'image avec un bruit électronique bien contenu et un rendu des détails encore très précis.

Comme vous pouvez le noter sur les gammes de gris ci-dessous, la balance des blancs est froide et tire assez sensiblement vers le bleu. L'ensemble se réchauffe à partir de 400 ISO s'équilibre parfaitement. Un premier palier est sensible à 1 600 ISO. En visualisation à 100 % sur écran, on note une petite perte de contraste dans les fins détails (notamment la carte). Cependant rien de dramatique et les images à cette sensibilité-là sont parfaitement exploitables. En poussant à 3 200 ISO, les valeurs les plus sombres se parent d'une granulation un peu plus visible. Les très fins détails disparaissent et la dynamique diminue. Là encore, les images produites sont encore parfaitement utilisables pour des tirages A4. Le second palier difficile se situe à 6 400 ISO. La dynamique diminue encore d'un cran, le grain devient de plus en plus grossier. Au-delà de cette sensibilité, le lissage des images se fait très marqué et les fins détails, absents. On évitera autant que possible de pousser le GM5 à 25 600 ISO.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Panasonic GM5 à certains concurrents comme le compact haut de gamme Sony RX100 Mark III, mais également le Fujifilm X-E2 qui dispose également d'un viseur électronique et le Sony Alpha 6000.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 3 200 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Ici pas de surprise : la hiérarchie par taille de capteur est respectée. Ainsi, le Sony RX100 Mark III, malgré son surplus de pixels, ne propose pas une meilleure image que le GM5 et ses 16 Mpx et le compact haut de gamme arrive en dernière position. Le Micro 4/3 est toutefois inférieur aux deux capteurs APS-C, qu'ils proviennent de Sony ou Fujifilm. Dans notre comparatif, c'est le Fujifilm X-E2 qui remporte la palme.

Panasonic GM5Sony A6000
Fujifilm X-E2Sony RX100 Mark III

Oscilloscope

Passons certaines images du Panasonic GM5 sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 800 ISO, puis présentent une dégradation bien visible à 3 200 ISO. Elles sont exploitables jusqu'à 6 400 ISO, mais la granulation est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gris avec un moutonnement vraiment perceptible qui dilue les plus fins détails des images.

Panasonic test review bruit électronique sur gris 100 ISOPanasonic – 100 ISO | Panasonic test review bruit gamme gris graphique 100 ISO | | Panasonic GM5 test review bruit gamme gris 800 ISOPanasonic GM5 – 800 ISO | Panasonic GM5 test review bruit gamme gris graphique 800 ISO | | Panasonic GM5 test review bruit gamme gris 3200 ISOPanasonic GM5 – 3 200 ISO | Nikon D750 test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO | | Panasonic GM5 test review bruit gamme gris 6400 ISOPanasonic GM5 – 6 400 ISO | Panasonic GM5 test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO |

Fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour l'une des séries de pixels verts.

Panasonic GM5 bruit électronique dans les fichiers bruts

Mode vidéo

Même s'il reste en retrait par rapport à son aîné le GH4, le GM5 de Panasonic est très capable en vidéo.

Formats et fonctionnalités

Dans tous les cas, le capteur du GM5 délivre une vidéo en 25 ips.

Il propose les formats suivants :

• en AVCHD :

  • HDTV 1080 50p / 25p / 24p, mais également en 50i ;

• en MP4 :

  • HDTV 1080 50p / 25p
  • HDTV 720 25p.

Dans les deux formats (AVCHD ou MP4), le débit de la vidéo ne dépasse pas 28 Mbps.

Notez qu'il n'est pas possible d'enregistrer dans un standard autre que le PAL : si votre modèle provient d'un pays européen, vous ne pourrez donc pas enregistrer en 60 / 30 ips. De plus, depuis le LX100, il est difficile de ne pas regretter l'absence de mode vidéo 4K Télé dans les boîtiers. Avec ce modèle, il faudra se contenter du mode HDTV 1080.

Tous les modes d'exposition (P, S, A et M) sont disponibles et modifiables pendant l’enregistrement. Le compact dispose d'une interface tactile totalement silencieuse pour modifier les paramètres de prise de vue sans passer par la molette qui, inévitablement, fait du bruit. Vous pouvez ainsi modifier la sensibilité ISO, l'ouverture, la vitesse, le zoom, la correction d'exposition, mais également le niveau audio. On pourrait penser le GM5 étudié pour la vidéo, mais il n'est pas possible de connecter une entrée micro stéréo ou une sortie casque pour le contrôle du niveau sonore. Dommage.

Le GM5 utilise la stabilisation optique des zooms ou focales fixes utilisés. Il ne sera pas possible d'enclencher une stabilisation électronique pendant l'enregistrement vidéo.

Vous pouvez également capturer des images en pleine définition (de la vidéo) pendant l'enregistrement vidéo sans pour autant l'interrompre. Dans le meilleur des cas, les fichiers feront donc 1920 x 1080 px.

La plage de sensibilités ISO en vidéo est limitée de 200 à 3 200 ISO. Il est dommage qu'en mode vidéo, le GM5 ne puisse pas exploiter la totalité des sensibilités offertes en photo et grimper jusqu'à 25 600 ISO. Même si les résultats seraient sans doute de piètre qualité, en laisser la possibilité ouverte reste un plus.

Des assistants sont également proposés pour vous épauler en mode vidéo. Vous trouverez une fonction de peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés) pour vous aider à la mise au point en mode manuel ainsi qu'un histogramme d'exposition, des zébras et un vumètre pour la captation sonore.

Qualité des images

Précision

Les images délivrées par le GM5 en mode vidéo (ici HDTV 1080 50p) sont vraiment plaisantes et plus précises que celles délivrées par certains concurrents comme le Sony RX100 Mark III ou même un reflex haut de gamme comme le Canon 70D.

Sur notre mire de précision, véritable scène piège, vous noterez toutefois la présence de moirage et d'aliasing. Sur ces points, notre caméscope de référence, le TM700 de Panasonic (testé sur Les Numériques), se montre bien plus performant.

Panasonic GM5 HDTV 1080 50p détail

Canon 70d HDTV 1080 25p / ALL-I

Panasonic TM700 test review qualité des images mire

Autofocus

Sur des scènes aux objets bien contrastés, le système autofocus du GM5 se révèle rapide et performant. Il devient un peu plus hésitant avec des sujets moins contrastés, comme notre main. Notez qu'il est possible d'utiliser la reconnaissance des visages (et des yeux) pour faciliter le suivi autofocus.

Verdict

Panasonic Lumix GM5

En proposant la série GM, Panasonic cible avant tout les photographes à la recherche d'un tout petit boîtier sans vouloir sacrifier pour autant la polyvalence d'un système à objectifs interchangeables. Nous avions particulièrement apprécié le GM1 (notre coup de cœur 2013) et il faut bien avouer que dans sa lignée, le GM5 est également très attractif et apporte quelques innovations intéressantes.

Le GM5 est vraiment petit, léger et est actuellement le système à objectif interchangeable numérique le plus compact du marché. Il remplacera facilement un reflex lors d'une balade ou pour capturer différents moments quotidiens, car oui, le GM5 pourra aisément vous accompagner et trouver sa place dans une grande poche ou un petit sac. C'est là un critère important, voire essentiel. Alors oui, il prend plus de place qu'un compact dont l'objectif est souvent rétractable, mais au fond d'un sac, la différence n'est finalement pas significative. Seule ombre au tableau : les optiques. En effet, s'il est possible de les changer, les modèles actuels sont assez imposants viennent mettre à mal les ambitions de la marque en termes de compacité. Une ligne d'optiques revisitées pour la série GM est d'ailleurs en cours de création.

Le GM5 est globalement réactif : il se met en route en moins de 1 seconde et son système autofocus par détection de contraste est le plus performant du moment. Le petit boîtier est impressionnant en pleine lumière et ne se dément pas en basse lumière. La qualité des images est également au rendez-vous ; la gestion du bruit électronique est bonne jusqu'à 1 600 ISO et vous pourrez facilement vous aventurer jusqu'à 3 200 ISO. L'optique 12-32 mm livrée en standard est tout à fait correcte, mais on n’hésitera pas à investir dans une focale fixe lumineuse pour rendre le GM5 plus à l'aise dans la pénombre. Nous apprécions la présence d'un viseur optique qui permet d'utiliser le GM5 en plein soleil et de s'isoler au moment du cadrage. Dommage que l'écran LCD ne soit pas monté sur une rotule.

Au tableau des griefs, nous pointerons une autonomie beaucoup trop courte : à peine 200 déclenchements et la batterie jette l'éponge. Voilà qui est bien frustrant et une seconde batterie s'imposera assez vite.

Face à la concurrence

Sony RX100 Mark III

Amazon 609,00 €
Darty.com 649,00 € Voir l'offre
Mistergooddeal 649,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 649,00 € Voir l'offre
Fnac.com 649,99 € Voir l'offre
Materiel.net 659,00 € Voir l'offre
Digixo 659,00 € Voir l'offre
Villatech 668,53 € Voir l'offre
LDLC 669,95 € Voir l'offre
Conrad 699,00 € Voir l'offre
Amazon 719,21 € Voir l'offre
Amazon 953,84 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Sony RX100 Mark III

Depuis plus de 2 ans, la série RX100 de Sony séduit avec un cocktail détonnant : grand capteur 1", compacité et zoom optique lumineux 24-70 mm f/1,8-2,8.

Avec son zoom rétractable, le RX100 Mark III est moins encombrant que le GM5 tout en disposant d'arguments intéressants comme un écran LCD orientable, un flash intégré, un mode rafale à 10 ips en pleine définition et surtout un zoom lumineux. Ce dernier argument est sans doute le plus important, car une telle optique n'existe simplement pas en monture Micro 4/3.

Le GM5 a naturellement quelques avantages sur son concurrent, comme la possibilité de changer d'optique et d'utiliser à loisir (après achat tout de même) une optique macro ou un télé équivalent à un 300 mm. L'écran tactile permet de sélectionner rapidement la zone de mise au point ou suivre un sujet en mouvement, notamment en vidéo. Le GM5 dispose également d'un viseur électronique immédiatement disponible, contrairement à celui du R100 Mark III qu'il faut déployer avant utilisation.

Toutefois, la visée du R100 Mark III est plus confortable avec un meilleur dégagement oculaire, la précision de l'affichage étant pratiquement identique. Le COI de Panasonic est de son côté plus véloce pour la mise au point en pleine lumière ou dans la pénombre. En mode vidéo, les deux boîtiers sont assez proches avec la possibilité de filmer en HDTV 1080 en 50 ips, le R100 Mark III prenant toutefois un léger avantage avec un mode 100/120 ips pour créer des ralentis fluides.

Panasonic LX100 test review

Amazon 627,90 €
Rue du Commerce 627,90 € Voir l'offre
Digit-photo.com 627,90 € Voir l'offre
Digixo 627,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 629,00 € Voir l'offre
Materiel.net 649,00 € Voir l'offre
Villatech 650,05 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 733,35 € Voir l'offre
Top Achat 898,90 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Panasonic LX100

Le GM5 peut également, par certains aspects, attaquer le compact expert Panasonic LX100 dans son propre camp. En effet, ce dernier est vendu à un tarif similaire et dispose du même capteur 4/3" de 16 Mpx et donc d'une qualité d'image, au niveau de la gestion du bruit électronique, équivalente.

Le LX100 est un modèle haut de gamme, à la pointe de technologie, qui propose l'enregistrement vidéo 4K, un viseur électronique de 2 764 000 points à fort grossissement (0,7x), un usage expert avec l'accès direct via des molettes à la vitesse d'obturation et l'ouverture ainsi qu'un zoom optique rétractable 24-75 mm f/1,7-2,8 lumineux et inexistant dans la gamme Micro 4/3. Les deux boîtiers sont dotés du même système autofocus et sont donc équivalents en termes de réactivité.

Le GM5 conserve toutefois quelques avantages, comme un écran tactile pour faciliter le choix de zone de mise au point et bien sûr la possibilité de changer l'optique et d'accéder à un parc de plus de 40 modèles.

Nikon 1 V3

Amazon 783,61 €

Nikon V3

Dans la catégorie des petits boîtiers à objectifs interchangeables, il faut également compter sur le système 1 de Nikon. Le V3 est actuellement disponible pour un prix avoisinant celui du GM5, soit environ 800 € avec une optique équivalente à un 28-80 mm f/3,5-5,6 en 24x36.

Le V3 surclasse son concurrent sur certains aspects. Il dispose d'un flash intégré, d'un écran tactile et orientable, de 2 molettes de réglage, d'un mode vidéo 720 à 120 ips (et 1080 à 60 ips) ainsi que d'un autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase très réactif, notamment pour le suivi d'un sujet. Le V3 domine également le COI de Panasonic avec un mode rafale à 60 ips en pleine définition (sur 1 seconde).

De son côté, le GM5 dispose d'un viseur électronique intégré alors qu'il faut débourser pas moins de 300 € pour obtenir le viseur optionnel chez Nikon (il est toutefois plus précis avec presque 2 fois plus de points). Le GM5 prend également l'avantage en qualité d'image avec un plus grand capteur et une meilleure gestion du bruit électronique. Enfin, Panasonic bénéficie d'un parc d'optiques plus large et plus complet.

+
  • Qualité des images jusqu'à 1 600 ISO (3 200 ISO en RAW)
  • Réactivité de l'autofocus
  • Compacité et légèreté
  • Bonne qualité de fabrication
  • Affichage complet : grilles, histogramme, zébras, focus peaking, niveau électronique...
  • Appareil globalement réactif
  • Écran LCD précis et tactile
  • Viseur électronique de qualité intégré
  • Connexion Wi-Fi pour le pilotage à distance ou le transfert des images vers un ordinateur / Internet
  • Déclenchement totalement silencieux avec l'obturateur électronique
  • Nombreuses possibilités de personnalisation
  • Mode vidéo de qualité (modes PSAM, HDTV 1080 50,25 et 24p)
  • Gamme optique riche et complète
  • Prise en main trop glissante (poignée en option)
  • Écran non orientable
  • Pas d'aide contextuelle pour les menus
  • Viseur électronique trop petit
  • Autonomie de la batterie trop juste : un peu moins de 200 déclenchements. Prix de la batterie.
  • Pas de flash intégré (un modèle est livré en standard)
  • Pas de recharge électrique au format Micro-USB
  • Pas de flash en mode obturateur électronique
  • Pas d'enregistrement vidéo au format NTSC
  • Pas de puce NFC pour une configuration rapide du Wi-Fi
  • Pas de prise micro / casque
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Panasonic GM5
Top Achat 848,90 €
Fnac.com marketplace 1099,00 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés