Test terrain jour 2

Focus Numérique : Le nouveau G3 est-il réellement simple d'utilisation ? C'est un produit clairement orienté grand public.

David Lefèvre : J'utilise régulièrement un GH1, je connais donc déjà la logique de fonctionnement de l'appareil et je suis familier de l'interface et des menus. Pourtant, certaines abréviations m'ont paru parfois un peu obscures...Une aide aurait été un plus pour découvrir les nouvelles fonctions de l'appareil.

Panasonic G3 exemple 6

Focus Numérique : As-tu noté des manques ?

David Lefèvre : Oui. il manque la touche AEL pour mémoriser la mesure d'exposition ! Toutefois, tout n'est pas perdu puisque tu peux facilement personnaliser deux touches Fn. Il est donc possible d'attribuer la fonction AEL à la touche Fn1. Toutefois, celle-ci est placée un peu bas et n'est finalement pas simple d'accès avec le pouce. Globalement et pour mon utilisation, je n'ai pas eu à souffrir d'un manque particulier. Par contre, les deux touches lecture et enregistrement vidéo à l'arrière du boîtier sont trop proches. Ainsi, quand je voulais vérifier une image, j'ai par 3 fois lancé l'enregistrement vidéo. Là aussi, c'est peut-être une question d'habitude. Sur mon GH1, la position à droite sous le pouce me paraît plus judicieuse.

Panasonic G3 exemple 9

Focus Numérique : As-tu essayé le mode iA ?

David Lefèvre : Oui, mais très rapidement et j'avoue que les résultats m'ont un peu surpris. En pleine journée et avec du soleil, le G3 m'a calé à f/1,8 ce qui est un peu étrange. Le système n'est donc pas vraiment infaillible.

Panasonic G3 exemple 10

Focus Numérique : Le G3 t'a semblé réactif ?

David Lefèvre : Oui, dans l'ensemble, le G3 est très agréable à utiliser. La mise sous tension est rapide, le temps d’enregistrement des images correct sauf en mode rafale à 20 i/s. En lecture, c'est également bon, malgré le poids des fichiers plus important. L'écran tactile est également bien sympathique pour naviguer dans les images, mais on reste loin de la souplesse et de la fluidité d'un écran de téléphone. C'est un peu dommage.

Focus Numérique : Et concernant le gabarit du boîtier et sa prise en mains ?

David Lefèvre : Je n'ai pas évoqué le poids. Pour moi c'est un argument important. Pour cette sortie urbex, j'avais également emporté mon reflex au cas où. Pourtant, à aucun moment je n’ai eu envie de le sortir. Je pense que le G3 a parfaitement rempli son contrat et j'ai vraiment apprécié le faible encombrement et le poids réduit du nouveau modèle.

Focus Numérique : Et l'autonomie de la batterie ?

David Lefèvre : Effectivement, la batterie n'offre pas une autonomie record. Pendant mes tests, j'ai réalisé environ 200 vues ce qui est vraiment peu finalement. Pour pondérer mon avis, j'ai beaucoup utilisé l'écran LCD pour viser et regarder les images.

Panasonic G3 exemple 8

Focus Numérique : Tu soumettrais quelles idées d'améliorations pour le prochain modèle ?

David Lefèvre : J'avoue qu'un obturateur un peu moins bruyant serait un plus, mais ce n'est pas vraiment un problème, c'est plus du confort. J'ai passé 15 jours avec un Olympus E-PL2, et j'ai vraiment apprécié les filtres artistiques et je pense que c'est un vrai manque sur le G3 qui a pourtant une orientation grand public. Je pense que les utilisateurs apprécieraient des modes comme miniature, sténopé ou dramatique qui permettent de s'amuser avec son appareil sans passer par la case ordinateur. Le succès de toutes ces applications iPhone où Android est symptomatique de ces envies.

Contrat Creative Commons Test terrain Panasonic G3 de David Lefèvre est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à /.

Précision, colorimétrie

Résolution optique 14-42 mm f/3,5-5,6

Le Panasonic G3 est livré en kit avec le zoom 14-42 mm f/3,5-5,6 O.I.S que nous connaissons bien. Si l'optique était correcte avec les capteurs 12 Mpx, il est intéressant de voir si ce modèle est encore efficace avec un capteur plus précis. Nos mesures sont effectuées avec les fichiers JPeg.

Au grand-angle (14 mm équivalent à 28 mm en 24x36), le zoom donne de bons résultats au centre à f/3,5. Le couple capteur optique est capable de percevoir environ 53 paires de lignes par mm (eq. 24x36). En bordure, les performances s’effondrent et le G3 ne discerne plus que 40 paires de lignes. Sur le premier graphique, la bosse est significative d'une accentuation de l'image dans les moyennes fréquences.

panasonic G3 test review optique 14-42 mm à 14 mm f/3,5 centre MTFpanasonic G3 test review optique 14-42 mm à 14 mm f/3,5 centre MTFCourbes MTF à 14 mm f/3,5 centre (gauche) et bord (droite).

En fermant le diaphragme à f/5,6, l'objectif gagne en homogénéité avec 53 lp/mm au centre et 42 lp/mm au bord. L'optique donne le maximum à f/8 avec 54 lp/mm au centre et 42 lp/mm au bord. À f/11, la diffraction est déjà là et les images perdent un peu en précision (50 lp/mm au centre et 40 lp/mm au bord). Il sera sage de ne pas dépasser f/11 pour garder un maximum de micro contraste.

En poussant la focale à 25 mm (50 mm eq. 24x36), l'image devient plus homogène. À f/5,6 nous obtenons 54 lp/mm au centre et 46 lp/mm en périphérie et en fermant un peu les performances s'améliorent légèrement et la périphérie gagne en précision (47 lmp/mm).

La position télé est efficace et à f/5,6 les images sont précises : 55 lp/mm au centre et 47 lp/mm en bordure.

Distorsion

La distorsion n'est pas vraiment un problème avec le 14-42 mm. Au grand-angle, certains noteront une déformation en tonneau (moins de 1%) et celle-ci diminue pour s'inverser au télé avec une distorsion en coussinet (moins de 1%).

Panasonc G3 14-42 mm test review distorsion 14 mmPanasonc G3 14-42 mm test review distorsion 25mm Panasonc G3 14-42 mm test review distorsion 42 mm Par défaut la correction du vignetage n'est pas activée et l'assombrissement de la périphérie des images est bien visible avec un ciel ou une surface uniforme. La perte de luminosité atteint 0,8 IL au grand-angle et diminue avec la focale : 0,3 IL à 25 mm et 0,2 IL à 42 mm.

Balance des blancs

En mode automatique, le Panasonic G3 propose un rendu colorimétrique plutôt fidèle. Avec notre éclairage normalisé à 5400 K, la colorimétrie reste proche de la théorie (Delta Eab <8) et la balance des blancs très fidèle. Notez que le rendu dans les tonalités vertes et bleutées est particulièrement renforcé.

Panasonic G3 test review rendu couleur balance des blancs automatique lumière 5400 K

Sous un éclairage tungstène et avec une balance des blancs automatique, le G3 s'en sort avec les honneurs, puisque le Delta Eab des couleurs reste inférieur à 8 et la balance des blancs plutôt neutre.

Panasonic G3 test review rendu couleur balance automatique lumière tungstene

En passant sur un mode préréglé tungstène (toujours avec l'éclairage tungstène), le G3 perd, paradoxalement, en fidélité dans la restitution des couleurs. Le Delta Eab atteint 9 et pour la balance des blancs il approche 5. Les images sont légèrement plus chaudes, ce qui permet de conserver une ambiance colorée sympathique.

panasonic g3 test review avis rendu couleur balance des blancs tungstene éclairage tungstène

Gestion du bruit électronique

Après un capteur Live MOS multi-aspects 18 Mpx dans le GH2, Panasonic propose un tout nouveau capteur 16 Mpx dans son G3. Les capteurs des Micro 4/3 ont toujours eu un temps de retard face aux CMOS APS-C des reflex et de certains COI (Compact à Objectifs Interchangeables) et notamment les NEX de Sony. Panasonic a-t-elle réussi à rattraper la concurrence ?

JPeg

Dans un premier temps, nous allons regarder les images JPeg délivrées par le G3 en attendant l'analyse des données brutes (Raw RW2) par DxO.

Le G3 utilisé pour les tests dispose du firmware 0.2 et est équipé du 14-42 mm f/3,5-5,6. L'optique est placée à 25 mm à ouverture f/5,6. Dans un premier temps, vous noterez que le zoom de kit donne de bons résultats. L'image est bien piquée et l'ensemble reste homogène. De 160 à 800 ISO, les images sont très belles et le moutonnement très discret. Des résultats en net progrès par rapport à la précédente génération. Même en poussant à 1600 ISO, les images conservent une bonne tenue : les couleurs sont encore denses et les détails bien présents. Vous noterez juste quelques traces violettes dans les aplats sombres. Poussons jusqu'à 3200 ISO. Le lissage se fait un peu plus présent, mais à 100% sur écran, l'image est encore très agréable, même le grain devient plus grossier et plus "numérique". Là encore, les images sont encore facilement exploitables. À 6400 ISO, le G3 montre ses limites : le moutonnement devient plus visible et aplats colorés se constellent d'artéfacts. La dynamique se réduit et les détails dans les ombres disparaissent. Si les couleurs s'affadissent avec la montée ISO, nous ne notons pas, sur notre scène, de bascule colorée (généralement les images prennent une teinte chaude).

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 3200 ISO.

Vous pouvez également comparer les résultats du Panasonic G3 avec les principaux concurrents que sont le NEX-5 de Sony, le E-PL2 d'Olympus et le Samsung NX11.

Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Panasonic G3
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés