Gestion du bruit électronique

Si le capteur 4/3" d'Olympus est déjà connu (il équipe la lignée Pen depuis son introduction), la marque affirme avoir amélioré le composant pour une meilleure gestion du bruit électronique. Fait notable, les trois nouveaux modèles de la gamme Pen (E-P3, E-PL3 et E-PM1) partagent le même capteur et une bonne partie de l’électronique.

JPeg

Comme les autres modèles Micro 4/3 Olympus, le E-PL3 expose assez dense et les détails dans les zones sombres sont un peu "enterrés". Sur les deux premiers paliers de sensibilités ISO (200 et 400), les clichés sont, sans surprise très bons. Toutefois, le passage de 200 à 400 ISO fait perdre beaucoup en dynamique dans les zones denses. Dans les ombres les détails disparaissent subitement. Le E-PL3 délivre des images "propres" avec une bonne accentuation. Elles sont donc très agréables à regarder. Les premiers lissages interviennent à partir de 800 ISO. Les plus fins détails sont ainsi gommés, mais l'accentuation aidant, les images conservent une bonne tenue avec un moutonnement peu visible dans les zones denses. À 1600 ISO, le E-PL3 est dans une posture un peu plus délicate : des marbrures violettes sont plus facilement observables sur les aplats colorés et le lissage devient plus important.

3200 ISO marque un palier important et la dégradation des images est facilement visible. La granulation devient plus grossière et certaines couleurs commencent à s’affadir. Au-delà, les images ne sont plus exploitables pour des tirages 20x30 avec un lissage excessif, une dérive colorimétrique et une dynamique réduite, surtout à 12800 ISO.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 3200 ISO.

Vous pouvez comparer les images de l'Olympus E-PL3 avec certains concurrents comme le Sony NEX-C3 ou le Panasonic GF3

+
  • Qualité de fabriction du boîtier
  • Temps de démarrage un peu trop long
  • Pas de rotation automatique des images
  • Interface encore trop trop complexe (abréviations parfois difficiles à comprendre...)
  • Pas de flash intégré
  • Pas de poignée (surface trop glissante)
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Olympus E-PL3
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés