Capteur- 4/3 '' Capteur Live MOS (17,3 x 13 mm), 12 Mpx (13,1 Mpx au total)
Monture- Micro 4/3
Optique livrée- 14-42 mm f/3,5-5,6 SMC (selon kit)
Stabilisation- oui, mécanique intégrée au boîtier
Antipoussière- oui, SWF (filtre à onde supersonique)
Viseur- non
Écran- Oled, 7,6 cm, 610 000 points, tactile
Mise au point- Système AF détection contraste sur 35 points (sélection autmatique ou manuelle)
Modes autofocus- Mise au point manuelle, Simple AF, AF continu, AF simple + MF, AF Tracking
Mesures d'exposition- Mesure TTL pleine ouverture, 324 zones Système de détection multi-pattern. Correction d'exposition sur -/+ 3 IL. Bracketing sur 7 vues (+/- 1/3, 2/3, 1 paliers IL)
Modes d'exposition- Programme automatique, i-Auto, Priorité ouverture, Priorité vitesse, Manuel, Modes scène, Filtre artistique
Vitesse d'obturation- 1/4000 - 60 s (par palier de 1/3, 1/2, 1 IL). Pose longue jusqu'à 30 minutes.
Motorisation- 3 i/s
Sensibilité ISO- ISO 200 - 12800
Mémoire- Carte mémoire SD (Compatible SDHC, SDXC, UHS-I)
Alimentation- Batterie Lithium-Ion LS1
Connexion- HDMI (type C), USB / vidéo
Dimensions- 122 x 69 x 34 mm
Logiciels- [ib] Logiciel de gestion d'image, Olympus Viewer 2 Logiciel sur CD-ROM
Dans la boîte- Batterie BLS-1, chargeur BCS-1, Bouchon de boîtier Micro Four Thirds (BC2), Courroie, Câble USB, CB-AVC3 Câble Audio

Caractéristiques

Olympus Pen E-P3 face

Troisième itération des modèles haut de gamme Micro 4/3 chez Olympus, le Pen E-P3 débarque avec son lot de nouveautés et notamment un système autofocus nettement plus rapide et l'enregistrement de vidéo HDTV 1080.

Si le compact conserve son look un peu rétro très plaisant, le Pen E-P3 introduit de nombreux changements.

À l'arrière vous trouverez désormais un écran Oled tactile (610 000 points) en lieu et place du médiocre 230 000 points des précédents modèles. Le confort à la visée est indéniable.

Au cœur du système, le capteur 12 Mpx reste identique, mais le traitement des données est assuré par un nouveau processeur TruePic VI qui assure un travail plus poussé sur les images et permet en outre l'enregistrement vidéo HDTV 1080.

Enfin, le E-P3 dispose, enfin, d'un flash escamotable qui permet de piloter des flashes de reportage distants sans fil.

Prise en main

Dans son apparence générale, le E-P3 conserve le look rétro qui a fait la notoriété des précédents modèles. La prise en mains s'avère très agréable avec une excellente finition.

Olympus E-P3 test review vue face capteur

Sur l'avant du boîtier, un grip permet de bien positionner les doigts, mais le renflement est un peu léger pour une préhension vraiment solide. Notez que ce grip est amovible et peut être remplacé par un autre modèle plus bombé (vendus en option).

Le nouveau zoom 14-42 mm SMC IR est également agréable à utiliser avec une belle souplesse dans la bague de zooming et une construction de bon niveau. Comme sur les précédents modèles, le 14-42 mm dispose d'une position voyage qui permet de limiter l'encombrement de l'objectif lorsque l'appareil n'est pas utilisé. Il suffit de pousser le loquet et de tourner l'optique pour rendre celle-ci disponible. Le coup de main se prend très rapidement.

Le dessus de l'appareil change notablement avec l'intégration du flash escamotable sur l'épaule gauche de l'appareil. Le barillet, le déclencheur, la commande de mise sous tension et une touche personnalisable se retrouvent donc "entasser" sur l'épaule droite, mais toutes les commandes sont facilement accessibles. La touche Fn2 (comme les commandes Fn1 et enregistrement vidéo - point rouge - au dos de l'appareil) peuvent recevoir de multiples affectations : correcteur d'exposition, AEL/AFL, mesure de la balance des blancs, mise au point manuelle, passage au format Raw, extinction de l'écran, stabilisation mécanique...Olympus E-P3 test review prise en mains dessus

Au dos, vous retrouverez la molette verticale ainsi que la roue codeuse pour naviguer facilement dans les menus ou modifier les options d'un réglage. Vous noterez l'apparition d'une commande (personnalisable) pour lancer directement l'enregistrement vidéo sans passer par le mode vidéo situé sur le barillet des choix des modes d'exposition. Le connecteur situé en dessous de la griffe porte flash permet de fixer divers accessoires comme un viseur électronique inclinable (VF-2, VF-3), une prise mini-jack stéréo pour brancher un micro externe, des lampes Led pour la macro ou le Penpal, un module qui permet de transférer ses images via Bluetooth.Olympus E-P3 test review dos

L'interface assez complète de l'Olympus E-P3.Olympus E-P3 test review prise en mains coté

L'optique 14-42 mm f/3,5-5,6 en position de voyage est assez compacte.

Connexions

Le E-P3 dispose d'un connecteur USB (données et vidéo) dans un format propriétaire et d'une sortie HDMI de type C. Le compact est donc assez pauvre en connectique : pas de prise pour une télécommande ni d'entrée micro pour l'enregistrement vidéo.Olympus E-P3 test review prise en mains connexions

Notez la visse pour démonter facilement le grip du compact.

Menus et interface graphique

L'adoption d'un écran 610 000 points donne un coup de jeune à l'interface graphique du Pen E-P3. L'affichage est plus fin et plus lisible. Toutefois, le système de menus des précédents modèles est conservé. La navigation n'est pas trop compliquée, mais la désignation des fonctions est parfois problématique avec des abréviations énigmatiques.

L'accès aux principaux réglages de l'appareil se fait directement sur l'écran par un système d'icônes qui apparaissent à la demande sur le côté droit de l'écran. Une fois la fonction sélectionnée (balance de blancs, sensibilité ISO, format des images, stabilisation...) il suffit de choisir le réglage souhaité à l'aide de la molette. Simple et efficace.
Olympus E-P3 test review interface graphique de réglage

En mode prise de vue, le changement des réglages se fait via une interface simple et efficace.

Tactile

Une des nouveautés introduite sur le E-P3 est l'écran tactile. Si le choix est louable, la mise en oeuvre est un peu limitée. En effet, l'écran tactile se limite à la sélection de la zone de mise au point et au déclenchement en mode prise de vue classique. En mode iAuto, vous pouvez déplacer les curseurs de réglages au doigts pour modifier les paramètres. Vous ne pouvez donc pas utiliser vos doigts pour régler des paramètres par exemple ou naviguer dans les menus. En mode lecture, vous pouvez naturellement déplacer les images et zoomer dans celles-ci. En vidéo, l'écran tactile n'est tout simplement pas utilisé.

Olympus Pen E-P3 test review live guide tactile

En mode iAuto (live guide) vous pouvez régler les valeurs avec votre doigt.

Logiciels

Le Pen E-P3 est livré avec deux logiciels : ib et Olympus Viewer 2. le premier est un logiciel grand public qui permet de gérer facilement ses images en ajoutant plusieurs fonctionnalités comme la géolocalisation ou la reconnaissance des visages.

Olympus E-PL1 logiciel test review

ib intègre une carte pour géolocaliser les images. Pour l'instant, aucun modèle de la marque n'intègre un dispositif GPS, mais cela ne devrait pas tarder. En attendant, vous devez marquer manuellement vos images.

ib requiert l'importation de toutes les images dans sa base de données. Une étape qui peut s'avérer longue et fastidieuse si vous avez déjà un nombre conséquent d'images. Le logiciel propose ensuite de géolocaliser les images et de reconnaître automatiquement les visages. Le procédé de reconnaissance fonctionne plutôt bien, mais là aussi, la procédure s'avère longue si l'on traite plusieurs centaines d'images.

Olympus E-PL1 test review logiciel

Toujours pratique, mais fastidieuse à mettre en oeuvre, la reconnaissance des visages fonctionne plutôt bien avec ib.

L'interface du logiciel est plutôt réussie et le logiciel plutôt simple à prendre en main. Les options sont toutefois peu nombreuses notamment au niveau de la retouche et ib ne dispose pas d'outil de tampon par exemple pour effacer des éléments parasites ou un histogramme d'exposition modifier une image. Vous retrouverez par contre les classiques effets (flou, saturation, contraste...), mais également des outils pour corriger la distorsion (!) ou améliorer automatiquement une image.

Les filtres présents sur le compact sont également disponibles dans le logiciel (Monochrome, Sépia, Dégradé, Flou artistique. Étonnamment, vous ne retrouverez pas tous les filtres comme pop art, film granuleux, sténopé ou le très intéressant mode "^maquette" diorama. Pour retrouver tous les filtres artistiques, vous devrez passer par les fichiers raw. Petit point très vite énervant, il n'est pas possible de passer d'une correction à une autre sans valider un OK dans les différentes fenêtres. Dommage.
Olympus Viewer 2 remplace Master 2 tout en reprenant l'interface de ce dernier. Plus complet que ib, Viewer 2 permet à la fois de gérer les fichiers JPeg, mais également de développer avec une foultitude d'options les fichiers bruts.

Olympus E-P3 test review logiciel Olympus Viewer 2

Olympus Viewer 2 : une interface austère, mais de nombreuses options pour développer les fichiers bruts.

Toutefois, il n'est pas possible de piloter un E-P3 à partir d'un ordinateur ce qui est plutôt regrettable.

Olympus Pen E-P3 test review viewer 2

Pour les images JPeg, les options sont également très nombreuses.

Alimentation, stockage

L'Olympus E-P3 est équipé d'une batterie BLS-1 (7,2 V, , 1150 mAh), la même qui équipe déjà les versions précédentes de la série E-P.

Olympus E-P3 test review batterie autonomie

L'autonomie de la batterie n'a jamais été le point fort des Pen E-P1 et E-P2. L'intégration d'un écran Oled, moins gourmand en énergie, devrait logiquement améliorer l'autonomie du compact à objectif interchangeable.

Lors de nos tests, nous avons pu réaliser 200 déclenchements (400 fichiers Raw + JPeg) et environ 20 minutes de vidéo. Nous notons donc un progrès par rapport aux précédents modèles, mais nous sommes encore assez loin de l'autonomie des reflex d'entrée de gamme qui flirte bien souvent avec les 600 déclenchements.

Support mémoire

Le Pen E-P3 supporte tous les formats de cartes SD : SDHC, SDXC, UHS-I. Vous pouvez donc utiliser les dernières cartes mémoire et bénéficier de tous les avantages technologiques.

Antipoussière, stabilisation

Le système antipoussière d'Olympus SSWF (Super Sonique Wave Filter) a toujours était assez impressionnant d'efficacité et il était rare de trouver une poussière sur les modèles testés même après 15 jours d'utilisation.

Le Pen E-P3 ne déroge pas à la règle et même après de nombreux changements d'optique, les images présentent au final peu de poussière. Vous pouvez télécharger la photo en pleine définition en cliquant sur l'image ci-dessous.

[Olympus E-P3 test review antipoussière

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/1261/olympus-e-p3-test-review-antipoussiere-big.jpg)

Stabilisation

Un des atouts des Micro 4/3 d'Olympus est le système de stabilisation mécanique intégré au boîtier. Celle-ci fonctionne donc avec toutes les optiques de la marque et peut se paramétrer pour les optiques non reconnues par le boîtier. Olympus annonce un gain de 4 vitesses.

Nous avons effectué des séries de 10 images à main levée sur notre mire DxO afin d'évaluer le nombre de photographies nettes à différents temps de pose. Les images sont ensuite analysées par DxO Analyser qui détermine de manière objective le nombre de photos nettes.

Le 14-42 mm est positionné à fond de télé soit un équivalent 84 mm en 24x36. En théorie, la vitesse limite pour une photo nette est donc d'environ 1/80 s. Selon nos mesures, la stabilisation mécanique offre un gain d'environ 3 IL ce qui est une très bonne performance.

Olympus E-P3 test review stabilisation mécanique graphique

Visée, autofocus

Nouvel écran

Alors qu'Olympus avait fait le choix de diffuser massivement le Pen E-P2 avec un excellent viseur électronique qui venait se fixer sur la griffe porte accessoire et sur le connecteur, le Pen E-P3, malgré une hausse de tarif, n'est pas proposé (pour l'instant) avec ce viseur. Il faudra donc se rabattre sur l'écran arrière. Notez que le viseur électronique VF-2 reste compatible et disponible pour plus de 200 euros tout de même.

| |
|
| olympus VF-2

| [tab_prix2(olympus,VF-2,2,893,id_shopping,0,96149222,0)] |

Véritable talon d'Achille des précédents modèles, Olympus a revu en profondeur l'afficheur sur son nouveau compact expert. Ainsi, le Pen E-P3 troque l'écran LCD contre une nouvelle dalle Oled 610 000 points (7,6 cm) beaucoup plus confortable. Les angles de vision sont excellents, la surface pas trop réfléchissante et la consommation devrait être normalement réduite. Si l'écran est tactile, il n'est malheureusement pas orientable (contrairement à celui du E-PL3 annoncé concomitamment), ce qui aurait pu s'avérer un vrai plus pour la vidéo notamment.Olympus E-P3 test review dos

Mesures au spectrophotomètre

Un petit passage sous notre spectrocolorimètre donne les résultats suivants :

  • un contraste moyen par défaut de 2300:1 : le score est ici excellent es sans doute en partie dû à la technologie Oled. Un contraste élevé est également un bon point pour confort de visualisation en plein soleil.

  • un gamma assez variable selon la luminosité, avec une moyenne à 1,9 : les noirs sont très profonds et les hautes lumières préservées. Nous notons toutefois une forte baisse autour de 80%.

  • une température des couleurs qui atteint en moyenne 6700 K : le rendu des couleurs est très légèrement froid. Les teintes seront un peu plus "brillantes".

  • un rendu des couleurs Delta E94 moyen de 7,4 : au dessus de 6, le rendu des couleurs n'est pas vraiment "fidèle". L'écran du Pen E-P3 est donc sur cette caractéristique (et par défaut) insuffisamment précis pour permettre de valider des images.

Olympus E-P3 : à gauche Delta E94 et à droite température des couleurs en fonction de la luminosité.

Olympus E-P3 : mesure du gamma.

Autofocus

La réactivité de l'autofocus par détection de contraste est un point sensible des compacts à objectifs interchangeables. Dans ce domaine, Olympus a toujours accusé du retard par rapport à la concurrence et notamment face à son rival Micro 4/3 : Panasonic.

Avec la nouvelle série "2011" (E-P3, E-PL3 et E-PM1), Olympus annonce avoir nettement amélioré son système de mise au point. Le Pen E-P3 est même proclamé l'appareil avec le système autofocus le plus rapide au monde (dans certaines conditions). Qu'en est-il lors de nos tests ?

Équipé du 14-42 mm f/3,5-5,6 SMC, le Pen E-P3 se montre très impressionnant. Sur notre scène située à environ 1 et en pleine lumière (environ 3000 lux), le compact à objectifs interchangeables requiert environ 0,26 s pour réaliser la mise au point, ce qui classe le compact expert d'Olympus parmi les appareils les plus rapides du moment.

En basse lumière (3 lux), le Pen E-P3 est par contre beaucoup plus lent. Il faut "patienter" près de 1,6 secondes pour faire le point avec la diode d'assistance (sans la diode d'assistance, le temps est pratiquement identique). Dans les ambiances lumineuses difficiles (pénombre), l'autofocus patine et s'avère moins performant que certains concurrents comme les NEX de Sony.

La latence au déclenchement (0,06 s) est plutôt dans la bonne fourchette.

action temps cadence commentaires
Mise sous tension (temps nécessaire pour obtenir la première image sans mise au point) 0,87 s / moyen
Latence au déclenchement 0,06 s / bien
Autofocus lumière 0,26 s s excellent
Autofocus pénombre (3 lux)avec lampe d'assistance 1,6 s s médiocre

Précision, colorimétrie

Le nouveau compact à objectifs interchangeables E-P3 est livré en kit avec le 14-42 mm f/3,5-5,6 SMC (Still Motion Compatible) dont l'apparence a été remise au goût du jour.

Nous ne présentons pas ici un test complet de l'optique livré en kit avec le Pen E-P3, mais nous réalisons des mesures de résolution optique afin de vérifier l'adéquation de l'optique avec le capteur. Le graphique ci-dessous montre les résultats obtenus avec le 14-42 mm f/3,5-5,6 en position grand-angle 14 mm (éq. à 28 mm en 24x36).

Olympus E-P3 test review résolution optique avec 14-42 mm à 14 mm

Les mesures sont réalisées sur des fichiers JPeg sortis de boîtier. En grand-angle, l'optique donne de bons résultats. Au centre, la résolution atteint 59,4 lp/mm, soit le maximum possible avec le capteur 12 Mpx au format Micro 4/3. Une belle performance donc. La précision baisse au-delà de f/8, la diffraction faisant son œuvre. Vous noterez que la périphérie de l'image est en retrait à toutes les ouvertures. La différence est peu importante jusqu'à f/8, mais au-delà, nous notons un affaiblissement plus important.

L'examen de la courbe MTF pour les fichiers JPeg montre également une bonne accentuation des fichiers. En effet, sur la courbe ci-dessous, vous noterez la forme en cloche pour les détails de moyenne fréquence.

Olympus E-P3 courbe MTF mise en évidence de l'accentation

Balance des blancs

En studio et sous un éclairage maîtrisé à 5400 K (type lumière du jour), la balance des blancs automatique du E-P3 donne d'excellents résultats.

Olympus E-P3 test review balance des blancs automatique 540 K

Olympus E-P3 : mesures du rendu des couleurs sous un éclairage à 5400 K avec une balance des blancs automatique.

Le Delta E de la balance des blancs de 2,2 est faible et le rendu colorimétrique à 5,7 est également très bon. Par défaut, l'Olympus E-P3 a donc un rendu des couleurs fidèle.

Sous un éclairage tungstène (le plus courant en intérieur : ici, des lampes halogènes dont la température de couleur est d'environ 3000 K comme l'indique notre mesure ci-dessous), la balance des blancs automatique est vraiment malmenée et n'arrive pas corriger correctement la dominante colorée des images.

température de couleur lampe halogene salle photo

Mesure de notre éclairage halogène en studio.

Olympus E-P3 test review balance des blancs automatique 3000 K

Olympus E-P3 : mesures du rendu des couleurs sous un éclairage à 3000 K avec une balance des blancs automatique.

Un passage en balance des blancs préréglée tungstène améliore grandement le rendu des images qui prennent des teintes plus naturelles, mais un peu froides. Vous ne pourrez pas conserver les ambiances "chaleureuses" d'un éclairage tungstène.

Olympus E-P3 test review balance des blancs tungstene 3000 K

Olympus E-P3 : mesures du rendu des couleurs sous un éclairage à 3000 K avec une balance des blancs préréglée en tungstène.

Gestion du bruit électronique

Si le capteur 4/3" d'Olympus est déjà connu (il équipe la lignée Pen depuis son introduction), la marque affirme avoir amélioré le composant pour une meilleure gestion du bruit électronique. Le Pen E-P3 est-il le meilleur Micro 4/3 du moment pour travailler dans les hautes sensibilités ?

JPeg

Rien à redire sur les premiers paliers de sensibilité ISO. Les images délivrées par le E-P3 sont exemptes de bruit électronique à 200 et 400 ISO. Il faudra regarder à la loupe les images à 800 ISO (100% sur écran) pour apercevoir les premiers lissages des plus fins détails. De fines marbrures violacées font également leur apparition sur les fonds unis, mais sont difficiles à mettre en évidence. Il faut grimper à 1600 ISO pour vraiment voir les défauts du traitement du bruit électronique : les marbrures violettes sont plus visibles et le lissage plus prononcé. Quoi qu'il en soit, les images sont encore parfaitement exploitables pour un tirage grand format 30x45 cm.

3200 ISO marque un palier. Le traitement du bruit électronique est ici plus visible : lissage important, pixels aberrants, baisse de la dynamique. Au-delà, les images sont nettement plus détériorées : la granulation devient grossière, les couleurs bavent un peu, les détails disparaissent. Il sera plus prudent de retravailler ses images ou d'utiliser les filtres créatifs pour limiter les dégâts.

[Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des images

](http://www.pixum.fr/)Pour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons [un tirage chez notre partenaire **Pixum**](http://www.pixum.fr/). Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 3200 ISO.

Vous pouvez également comparer les résultats du Pen E-P3 avec le Panasonic G3, l'Olympus Pen E-P2 et le récent Sony NEX-C3.

Naturellement, le Pen E-P3 sera facilement confronté au Panasonic G3 qui intègre un nouveau capteur LiveMOS de presque 15 Mpx. Sur le traitement du bruit électronique, le G3 prend l'ascendant sur son nouveau concurrent à partir du 3200 ISO. Le Pen E-P3 décroche alors que le G3 de Panasonic conserve encore une belle tenue. Le grain reste fin, peu coloré et le lissage modéré. Même à 6400 ISO, le compact de Panasonic conserve une longueur d'avance.

Face au "futur ancien" modèle grand public E-PL2 (le E-PL3 est déjà annoncé pour la rentrée), le Pen E-P3 se démarque par une meilleure du bruit électronique. L'évolution annoncée par le constructeur est bien là, mais est-elle suffisante ? Aux sensibilités les plus élevées (3200 et 6400 ISO), le rendu des images du E-P3 est meilleur : grain plus fin et moins coloré, lissage moins important. La différence est facilement visible.

Le capteur CMOS de Sony intégré au NEX-C3 reste encore une référence, même si les concurrents talonnent désormais le dernier NEX. Le Pen E-P3 reste en retrait par rapport au petit compact à l'écran orientable.

Exposition, RAW

Nous l'avons vu précédemment, les JPeg du E-P3 sont plutôt bien traités et les images délivrées par le compact sont les plus belles à ce jour dans la gamme Micro 4/3 chez Olympus. Vous pouvez également travailler sur des fichiers bruts, afin de bénéficier des dernières technologies et des derniers algorithmes en matière de traitement des images. Vous pourrez donc facilement ajuster les réglages dans votre logiciel favori quand les .ORF d'Olympus seront pris en compte.

DxOMark publie ses mesures réalisées sur les fichiers .ORF du Pen E-P3. Il est donc intéressant de voir si Olympus a travaillé sur le capteur ou sur les algorithmes de traitement des données.

Rapport signal / bruit

Le graphique ci-dessous montre les résultats obtenus sur le rapport signal / bruit pour le nouveau E-P3, le E-PL2 et le E-P2. Tous intègrent un capteur 12 Mpx. Globalement, les résultats sont identiques. Seul le E-P3 propose une sensibilité à 12800 ISO, mais les 3 courbes se superposent.

Olympus E-P3 test review dxomark mesure snr

Face au Panasonic G3 ou Sony NEX-5, le E-P3 reste donc en retrait au niveau de l'enregistrement des données au niveau du capteur. Les améliorations des images proviennent donc de l'amélioration du traitement des données.

Olympus E-P3 test review dxomark mesure snr comparaison NEX-5, G3

Dynamique

En conservant un capteur identique aux précédentes générations (Pen E-P2 et E-PL2), le E-P3 est pénalisé face à la concurrence notamment de Panasonic qui propose un nouveau capteur plus performant sur le G3. Cette différence est parfaitement visible sur les mesures de la dynamique des images réalisées par DxOLabs.

Olympus E-P3 test review dxomark mesure dynamique comparaison NEX-5, G3

Au final, le capteur du E-P3 est vraisemblablement identique à ceux déjà présents dans les autres Pen. Les progrès observés sur les fichiers JPeg sont donc imputables aux améliorations réalisées sur les algorithmes de traitement des données.

Mode vidéo

L'Olympus E-P3 est le premier Micro 4/3 de la marque à proposer un mode vidéo en HDTV 1080 grâce à l'intégration de la nouvelle puce de traitement des images TruePic VI à double cœur.

Le E-P3 est donc capable d'enregistrer des vidéos en HDTV 1080i à 30 i/s entrelacées dans un format AVC-HD (fichier .MTS et 2 images de référence, débit de 20 Mbits/s ), son stéréo AC-3. Vous pouvez également filmer en HDTV 720p à 30 i/s pleines dans un format AVC-HD (fichier .MTS avec 1 image de référence, débit de 17 Mbits/s) avec toujours un son stéréo AC-3. Vous pouvez également avoir des fichiers vidéo en Motion JPeg (1280x720 pixels) à 30 i/s.

L'accès à la vidéo est simple, mais les réglages limités. Ainsi, vous pouvez lancer l'enregistrement vidéo d'une simple pression sur le bouton dédié à l'arrière du boîtier. Il est impossible de jouer sur l'iris ou l'obturateur pendant l'enregistrement et tous les paramètres sont gérés automatiquement. Vous pouvez toutefois intervenir sur le correcteur d'exposition.

Toutefois, l'aspect créatif n'est pas oublié, puisque vous pouvez utiliser les filtres (noir et blanc, tons dramatiques, effet miniature...) pendant les vidéos. Attention, la cadence des images baisse sensiblement lors de l'utilisation des filtres et les séquences paraissent inévitablement saccadées.

Il est impossible de réaliser une photo pendant le filmage sans couper l'enregistrement vidéo. Une fois la photographie réalisée, l'enregistrement reprend automatiquement. En outre, la stabilisation mécanique est désactivée au profit d'une stabilisation numérique moins performante.

Qualité des images

En studio, le E-P3 donne de bons résultats sur notre mire de précision. Comme souvent avec les capteurs photo (définition 12 Mpx importante par rapport aux besoins de la vidéo HDTV), vous noterez la présence d'aliasing. Du moiré est également visible, mais globalement le phénomène est bien contenu. Comme tous les appareils photo qui filment, les vidéos délivrées sont un peu en retrait par rapport à certains caméscopes. Ainsi, le TM700 de Panasonic délivre des images plus précises.

Olympus E-P3 : vidéo 1920x1080

Canon EOS 550d 1920x1080 détail

Canon 550D : vidéo 1920x1080

Panasonic TM700 1920x1080 détail

Panasonic TM700 en 1920x1080 pixels

En mode HDTV 720, les vidéos de l'Olympus E-P3 sont très convaincantes avec un bon rendu général et des artéfacts limités.

Olympus E-P3 test review extrait vidéo 720p

Sony NEX-C mire vidéo test review

En pleine lumière, les vidéos délivrées par le compact sont très propres, mais en soirée, les images se couvrent d'un bruit numérique assez présent et plutôt désagréable dans les aplats sombres.

Autofocus et rolling shutter

Avec le nouveau système autofocus rapide et silencieux, l'Olympus E-P3 est nettement plus à l'aise que ses prédécesseurs lors des enregistrements vidéos comme vous pouvez le constater sur le vidéo ci-dessous.

Les problèmes de rolling shutter (déformation de l'image pendant les mouvements), surtout visibles sur les capteurs CMOS (qui fonctionnent avec une obturation par balayage) sont malheureusement trop présents sur les vidéos du E-P3. Vous pouvez voir la "molesse" des images sur l'exemple ci-dessous.

Toutefois, il semble que ce phénomène soit lié à la stabilisation électronique du Pen E-P3. En désactivant cette fonctionnalité, les mouvements du photographe sont plus visibles, mais plus francs. Entre deux maux, il faudra choisir.

Exemples de photos

Nous débutons notre voyage autrichien avec une petite pause friture pour admirer la qualité du grillé sous un éclairage pas franchement évident pour un appareil photo.

Olympus E-P3 exemple 1

L'Olympus E-P3 se sort correctement de ce contrejour.

Olympus E-P3 exemple 2

Une série d'images pour montrer l'étendue des filtres artistiques du Pen E-P3.

Olympus E-P3 exemple 3
Olympus E-P3 exemple 4
Olympus E-P3 exemple 5
Olympus E-P3 exemple 6
Olympus E-P3 exemple 7
Olympus E-P3 exemple 8
Olympus E-P3 exemple 9
Olympus E-P3 exemple 10
Olympus E-P3 exemple 11
Olympus E-P3 exemple 12
Olympus E-P3 exemple 13
Olympus E-P3 exemple 14

Deux clichés pour vérifier la qualité du zoom 14-42 mm f/3,5-5,6 livré en kit avec le nouveau compact à objectifs interchangeables à la fois au grand-angle et au télé.

Olympus E-P3 exemple 15
Olympus E-P3 exemple 16
Olympus E-P3 exemple 29

À 800 ISO, le Pen E-P3 délivre une belle qualité d'image. Il est possible de monter à 1600 ISO sans difficulté.

Olympus E-P3 exemple 17

La balance des blancs automatique montre ici ses limites...

Olympus E-P3 exemple 18

1600 ISO et ambiance feutrée : l'Olympus E-P3 est encore à l'aise dans cette situation.

Olympus E-P3 exemple 19

Comment rendre des aliments appétissants ? :)

Olympus E-P3 exemple 20
Olympus E-P3 exemple 21

Petites séries sur des graffs pour évaluer le piqué des images et le rendu colorimétrique.

Olympus E-P3 exemple 22

Olympus E-P3 exemple 23

Olympus E-P3 exemple 24

Olympus E-P3 exemple 25

Olympus E-P3 exemple 26

Olympus E-P3 exemple 27

Olympus E-P3 exemple 28

Olympus E-P3 exemple 30

Olympus E-P3 exemple 32

Olympus E-P3 exemple 31

Contrat Creative Commons
Test Olympus Pen E-P3 de Adrian Branco est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à /.

Verdict

Olympus E-P3 test review avis recommandé

Nous l'avons vu tout au long de ce test, le E-P3 est une belle évolution du fer de lance de la gamme Pen qui permet à Olympus de se repositionner dans la course face à la concurrence de Panasonic et de Sony. Avec un nouvel écran tactile Oled 610 000 points, un flash intégré escamotable et un mode vidéo HDTV 1080, le E-P3 n'a pas grand chose à envier à la concurrence sur un plan purement technique.

Bien sûr, nous pourrons toujours reprocher l'absence d'écran orientable ou le mode vidéo non débrayable. Mais au final, le nouveau compact à objectifs interchangeables d'Olympus s'avère très agréable à utiliser. Le nouveau système de mise au point automatique (FAST) très rapide en pleine lumière donne un véritable coup de jeune au boîtier (avec des optiques SMC), la gestion du bruit électronique est en nette progression et les JPeg délivrés par le E-P3 sont bien optimisés (accentuation, rendu des couleurs) pour une utilisation sans retouche. Avec l'introduction de deux nouvelles optiques 45 mm f/1,8 Macro et un 12 mm f/2, le système Micro 4/3 est désormais mature et presque complet (caisson étanche, flashes, viseurs...). Il ne manque plus qu'un macro (celui-ci est disponible chez Panasonic).

Le nouveau Pen E-P3 est définitivement le meilleur Micro 4/3 d'Olympus et mérite un recommandé.

Face à la concurrence

| |
|
| Panasonic G3 | [tab_prix2(,,,349,id_ln,,,)] |

Panasonic G3. Le partenaire, mais néanmoins concurrent sur le format Micro 4/3, est bien sûr Panasonic. Si les marques partagent leurs parcs d'optiques, Panasonic propose depuis plusieurs mois, le G3, véritable alternative au E-P3. Le Lumix présente plusieurs avantages avec notamment un écran orientable (monté sur rotule), un capteur 15 Mpx mieux défini et qui délivre des images de qualité, une rafale à plus de 4 i/s et un viseur électronique intégré. Face au G3, le Pen E-P3 ne peut aligner qu'un système de stabilisation mécanique intégré, une interface plus perfectionnée (double molette) et un look rétro bien plus sympathique, le tout pour un prix nettement plus élevé.
Sony NEX-5.
| |
|
| Sony Nex-5 | [tab_prix2(,,,194,id_ln,,,)] |

Le Sony NEX-5 reste une référence sur le segment des compacts à objectifs interchangeables. Son capteur APS-C de 14 Mpx délivre des images d'une qualité rarement égalée dans les hautes sensibilités. Très petit, il dispose d'un écran LCD 920 000 points inclinable et d'une interface personnalisable. Plus récent, le E-P3 se démarque par une stabilisation mécanique intégrée, la présence d'un flash pop-up évolué (pilotage de flashes distants sans fil). La famille Micro 4/3 peut également s'enorgueillir d'un parc d'optiques très complet et de bonne qualité, ce qui n'est pas le cas de la gamme NEX chez Sony. Le NEX-5, déjà ancien, devrait être logiquement remplacé dans les mois à venir.

+
  • Autofocus très rapide et silencieux en pleine lumière
  • Système de stabilisation intégré au boîtie (fonctionne avec toutes les optiques)
  • Antipoussière réellement efficace
  • Qualité des images jusqu'à 1600 ISO
  • Ecran OLED tactile de qualité : précision, fluidité, angle de vision
  • Optique 14-42 mm d'un bon rapport qualité / prix et silencieuse
  • Filtres artistiques intéressants
  • Bon rendu colorimétrique par défaut
  • Flash intégré qui permet de piloter des flashes distants sans fil
  • Grip interchangeables (poignée plus importante en option)
  • Système pour la connexion d'accessoires : torches pour la macro, viseur électronique
  • Interface personnalisable (3 commandes paramétrables)
  • Suite de logiciels complète
  • Pas de viseur intégré
  • Autonomie un peu juste
  • Fonctionnalités tactiles limitées
  • Ecran trop brillant pour une utilisation en plein solel. Pas d'écran monté sur rotule
  • Balance des blancs automatique fantaisiste sous un éclairage tungstène
  • Autofocus un peu lent en basse lumière
  • Peu de réglages pendant l'enregistrement vidéo
  • Rolling Shutter important en vidéo
  • Rafale limité à 3 i/s
  • Grip trop petit
  • Déclenchement un peu bruyant
  • Pas de prise pour télécommande. Pas de possibilité de piloter le E-P3 à partir d'un ordinateur
  • Format Raw (.ORF) propriétaire
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Olympus E-P3
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés