Troisième essai pour Leica. Objectif : imposer son hybride à capteur APS-C dans un marché très concurrentiel et acharné. Cette mise à jour suffira-t-elle à faire la différence ?

CapteurAPS-C CMOS de 24 Mpx
MontureLeica L
Optique livrée/
StabilisationSelon les optiques
ViseurEn option
Mise au pointSystème à détection de contraste sur capteur principal.
Modes autofocusMono-point, multi-zone, spot, détection de visage, AF tactile.
Mesures d'expositionMulti-zone, centrale pondérée, spot. Correction sur +/- 3 IL
Modes d'expositionProgramme automatique, priorité à l’ouverture, priorité à la vitesse, manuel. Modes : entièrement automatique, sport, portrait, paysage, portrait de nuit, neige/plage, feu d’artifice, chandelle, coucher de soleil, digiscopie.
Vitesse d'obturation30 s à 1⁄40000 s (jusqu’à 1⁄4000 s en obturation mécanique, vitesses plus rapides en obturation électronique).
Motorisation30 s à 1⁄40.000 s (jusqu’à 1⁄4000 s en obturation mécanique, vitesses plus rapides en obturation électronique). Synchro flash 1/180 s
Sensibilité ISO10 à 50 000 ISO
MémoireInterne 32 Go. Emplacement SD/SDHC/SDXC compatible UHS-II
Format image photoDNG / JPEG : 6016 x 4014 px
Format image vidéoMP4. 3840 x 2160 px jsuqu'en 30 p, 1920 x 1080 px jsuqu'en 60 p / 1080 x 720 px jusqu'en 120p
ÉcranLCD de 9 cm 1,3 millions de points.
AlimentationBatterie lithium-ion Leica BP-DC13. Tension : 7,2 V, capacité 985 mAh (min.) (selon norme CIPA) : environ 250 vues d’autonomie.
ConnexionWi-Fi (802.11 b/g/n. Port MicroHDMI (type D 1.4b), port USB type C
Dimensions134 x 69 x 33 mm
Poids399 g
Dans la boîteBoîtier, courroie de transport, 2 clés de déverrouillage pour les fixations de courroie ou dragonne, batterie (Leica BP-DC13), chargeur de batterie (Leica BC-DC13) avec 6 adaptateurs de connexion, câble USB type C.

Présentation et prise en main
Superbe, mais peu confortable

Le Leica TL2 est un appareil photo hybride. Photo du nouveau Leica TL2.Le Leica TL2 arbore une optique transstandard 18-56 mm f/3,5-5,6 fabriquée au Japon.

Premiers contacts

Avec la gamme T (devenu TL en 2016) Leica tente de séduire une nouvelle "population" de photographes plutôt enclins à utiliser un smartphone Huawei P10 au bloc optique griffé Leica qu'un Summilux 50 mm f/1,4 sur un M10. Déjà pour une question de prix. Là ou le Leica M10 et son petit 50 mm f/1,4 se négocient autour de 9 500 €, le petit Leica TL2 est beaucoup plus abordable : moins de 2 000 € avec un objectif de kit déniché à 1 500 €. L'addition est toutefois rapide, le TL2 en kit est largement plus cher que la plupart des hybrides APS-C concurrents, le plus onéreux restant le Fujifilm X-T2 à 1 900 € équipé d'un 18-55 mm f/2,8-4 stabilisé. Bref, malgré un tarif plus "démocratique" pour Leica, le TL2 reste un boîtier de luxe.

Finition haut de gamme, mais toujours pas de viseur intégré

Le TL2 reprend la carrosserie des premiers modèles et nous sommes toujours sous le charme, la surprise en main. Vous retrouverez donc un boîtier usiné dans un seul bloc d'aluminium pour un toucher impeccable et un nombre de commandes physiques limité à 4 : 2 molettes de réglage, 1 déclencheur serti d'une bague pour la mise sous tension et une touche pour la vidéo. Aucune information : les seules inscriptions concernent le nom du produit et la marque. C'est minimaliste, c'est fluide et c'est plutôt réussi. On regrette toutefois que la trappe soit toujours en plastique – pour un boîtier à 2 000 € – et, surtout, l'absence de viseur électronique intégré. Les évolutions concernent avant tout l'électronique du boîtier et les lacunes plus "physiques" n'ont pas été corrigées. Cette absence de viseur électronique intégré est sans doute le point le plus regrettable. En plein soleil, le TL2 est difficile à utiliser et surtout… et surtout, il n'y a pas le plaisir de porter le boîtier à l'œil. Vous voilà donc obligé d'utiliser le Leica comme si vous aviez un smartphone, en le tenant à bout de bras. Dommage que le bel écran LCD ne soit pas monté sur une charnière pour l'orienter comme bon vous semble et ainsi faciliter la prise de vue au-dessus d'un obstacle ou au niveau du sol.

Viseur, l'option excroissance

Un viseur électronique, il est possible d'en utiliser un. Le Visoflex est vendu séparément 450 €. Le Typ 020 est d'ailleurs un modèle haut de gamme qui affiche en 1280 x 960 px comme le Sony A9. Il s'agit d'un des meilleurs viseurs électroniques du moment et seul celui du Leica SL propose une définition supérieure. En outre il intègre un module GPS toujours pratique. Non, le vrai problème du viseur externe, c'est que justement il est externe et qu'il réduit à néant tout le travail des designers de la marque. Certes il est inclinable, mais il reste totalement disgracieux et ruine l'élégance et l'épure des lignes du TL2. Bref, nous rêvions d'un T avec un viseur intégré, le TL2 ne l'exaucera pas.

Gros plan sur le Leica TL2 muni d'un viseur électronique Visoflexen optionLe Leica TL2 avec le viseur électronique Visoflex.

L'écran arrière est également atypique avec une diagonale de 13 cm et un affichage en 854 x 480 px. Il est tactile (multipoint) et se révèle précis et fluide à défaut d'être totalement mat.

Gros plan sur l'arrière du Leica TL2. Photo du dos du boîtier et de son écran tactile.Le dos du Leica TL2 n'est qu'un écran LCD tactile !

Bloc d'aluminium oblige, le TL2 reste un boîtier assez lourd qui accuse presque 390 g sur la balance tout nu et près de 640 g avec le 18-56 mm. Le côté lisse du châssis est beau, mais il rend la prise en main parfois délicate, notamment quand il fait chaud. Il faut donc bien penser à utiliser une courroie pour prévenir les chutes. La courroie justement, est également un peu... spéciale. Elle est en silicone et se marie parfaitement avec le TL2, mais le revêtement accroche sur les vêtements et elle semble moins résistante qu'une courroie en cuir ou en tissu. En outre, le système d'accroche propriétaire (là encore superbe) rend le changement plus compliqué.

Interface : le tactile avant tout

Si l'écran LCD tactile occupe tout l'arrière du TL2, c'est sur le dessus du boîtier que vous trouverez le poste de pilotage "physique", avec 2 molettes de réglage, le déclencheur / mise sous tension et le mode vidéo.

Photo du dessus du boîtier Leica TL2 et de son interface.L'interface minimaliste et mystérieuse du Leica TL2.

Les 2 molettes permettent de régler les options de prise de vue pour les modes PSAM et il est possible de définir le fonctionnement d'une des molettes pour les modes PAS en associant, par exemple, la sensibilité ISO, le correcteur d'exposition, la balance des blancs ou le mode de mise au point. Pratique.

L'interface graphique est plutôt bien pensée avec des boutons large et assez facile à comprendre. Les ingénieurs ne se sont pas contentés d'adapter des menus existant à un fonctionnement tactile, ils ont vraiment développé une interface pour la gamme T et le résultat est convaincant.

Sur l'écran, le menu de 3 icônes se situe sur la droite. La première permet de choisir le mode d'exposition PSAM ou modes scènes. L'icône appareil photo dirige vers un menu personnalisable qui permet de regrouper sur l'écran jusqu'à 9 options et bien plus en faisant défiler l'écran. C'est également ici que vous pourrez régler les options du boîtier, comme le Wi-Fi, l'enregistrement vidéo ou formater une carte mémoire. Enfin, la touche Info permet d'afficher un histogramme d'exposition, une grille d'aide à la composition ou aucune information.

Pour visionner les photos, il "suffit" de glisser un doigt de haut en bas ou inversement pour basculer en mode lecture dans lequel vous pourrez facilement zoomer à la manière d'un smartphone. De la même manière, il suffit de glisser le doigt de gauche à droite pour passer en mode visualisation 16/9e vidéo.

À l'usage, le TL2 se montre assez pratique, notamment après avoir personnalisé le menu rapide, ce qui nous semble obligatoire. L'hybride Leica est donc beaucoup plus simple à utiliser que la majorité des hybrides concurrents qui perdent de nombreux photographes avec leurs menus à rallonges et des options parfois difficiles à comprendre. À l'inverse, le TL2 pourra se révéler un peu trop simpliste, avec peu d'options désormais courantes comme l'ajustement du rendu des JPEG, le mode panorama par balayage, les filtres créatifs, l'intervallomètres ou la possibilité de choisir la couleur du focus peaking.

Connectique et autonomie

Le TL2 est équipé d'une batterie Li-Ion de 7,1 Wh annoncé pour 250 vues. Lors de nos différents essais, nous n'avons pas réussi à atteindre ce chiffre. Nous sommes restés sous la barre des 200 déclenchements avec quelques minutes de vidéo. Le boîtier est livré avec un chargeur mural, mais il dispose d'une prise USB de type C qui permet également d'utiliser les chargeurs compatibles (smartphones, ordinateurs...). Vous pourrez aussi utiliser un chargeur nomade pour alimenter le boîtier, ce qui est très pratique.

Gros plan sur la batterie du Leica TL2.Le TL2 est équipé d'une batterie Li-Ion de 7,1 Wh.

Côté connectique et en plus de l'USB C, le Leica TL2 propose une sortie HDMI 1,4 et une puce WI-Fi. L'emplacement, unique de carte mémoire prend en charge les cartes SD/SDHC/SDXC compatibles UHS-II.

Poussière

Comme tous les hybrides qui n'ont plus de miroir pour protéger le capteur des intrusions, le TL2 est un véritable piège à poussière et il ne semble pas vraiment équipé d'un système de nettoyage. Au bout de quelques jours d'utilisation, les tâches sont rapidement visibles surtout si vous fermez le diaphragme. L'achat d'un kit de nettoyage s'avère rapidement indispensable.

L1010433

Logiciels

Le TL2 dispose d'une puce Wi-Fi qui permet à la fois de piloter le boîtier à distance et sans fil et de partager les images sur Internet. La mise en œuvre est assez simple et classique, le TL2 se transformant en serveur sur lequel le smartphone vient se connecter. Vous pouvez également vous connecter à un réseau Wi-Fi déjà existant. Il est possible de modifier à distance l'ouverture, la vitesse, le programme d'exposition, la sensibilité ISO ainsi que la balance des blancs. Vous pouvez également commander la mise en route de l'enregistrement vidéo. Toutefois il ne nous a pas été possible de visualiser les vidéos aussi bien UHD que 108.

Comme de nombreux fabricants, Leica utilise le Wi-Fi pour transférer les images ce qui consomme beaucoup d'énergie. Pour le TL2, Leica n'a pas opté pour un transfert en Bluetooth comme Snapbridge de Nikon, qui permet de transférer les images de manière beaucoup plus transparente vers un mobile connecté.

Côté ordinateur, le Leica TL2 est livré avec Adobe Lightroom ce qui reste une valeur sûre pour à la fois trier, éditer et développer ses clichés bruts. Toutefois, Lightroom est clairement orienté vers la photographie et ne sera pas d'une grande utilité pour traiter les vidéos.

Si les Leica étaient auparavant livrés avec le logiciel Adobe Lightroom, il faudra désormais se contenter d'une formule d'abonnement au Creative Cloud d'Adobe (Photoshop / Lightroom) de 90 jours.

Performances
Réactivité, autofocus : les chronos

Le test du Leica TL2

Autofocus

Contrairement aux concurrents APS-C qui utilisent tous un système autofocus à corrélation de phase sur le capteur principal, le Leica TL2 utilise toujours un système à détection de contraste. Il dispose de 49 zones de mesure en mode automatique, mais vous pouvez également choisir la zone de mise au point au doigt sur une bonne partie de l'écran.

Sur le terrain, le TL2 se comporte assez bien... tant que la lumière est là. Dès qu'elle vient à manquer ou en intérieur, le TL2 est beaucoup moins à l'aise et commence à patiner.

Mesures labo

Les premiers de T de Leica étaient vraiment lents pour se mettre en route et les ingénieurs ont travaillé sur ce point, mais n'ont pas réussi totalement à corriger le tir. Le TL2 est certes plus rapide, mais il faut bien patienter 2 s avant de pouvoir déclencher et avec le temps de mise au point, cela porte la première photo à plus de 2,5 s. La latence au déclenchement de 0,07 s n'est pas réellement problématique, mais la concurrence dans ce domaine fait mieux.

Concernant la rafale, le TL2 tient ses promesses avec une cadence à 7 ips sur au moins 20 vues en JPEG et en obturation mécanique. En mode obturation électronique (il faut un temps de pause inférieur au 1/4000 s) la cadence en JPEG grimpe effectivement à 20 ips sur 29 vues.

Malheureusement et dans le cas des prises de vue en rafale, la mise au point et la mesure d'exposition sont bloquées sur la première image.


Qualité des images
Photo et vidéo

Zoom ou focale fixe ?

Nous avons pu tester le TL2 à la fois avec le zoom transstandard Vario-Elmar 16-56 mm f/3,5-5,6 et le Summilux 35 mm f/1,4. Si la différence de prix est notable (environ 1500 € pour le zoom et 2300 € pour la focale fixe), la différence de rendu est assez légère. Nous vous proposons de comparer deux photos de notre scène réalisées avec les deux optiques à 100 ISO. Pour notre test, le zoom est positionné à 35 mm et les deux optiques à f/5,6.

leica-t2-zoom-detailleica-t2-35mm-detail

Si la focale fixe présente un bien meilleur microconstraste, le zoom donne un résultat assez plaisant. Dommage que celui-ci ne soit pas stabilisé.

Gestion du bruit électronique


Protocole de test

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5Ds R qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6-1/4 s à une sensibilité de 100 ISO. Le Leica TL2 est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 100 ISO. Il est équipé d'une focale fixe 35 mm f/1,4. Le temps de pose est alors de 0,6 s.

Nous faisons ensuite varier la durée de la pose et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.DNG). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de la réduction du bruit électronique.

Comme d'habitude, en plus des vignettes présentées ci-dessous, les images sont toujours observables à 100 % et téléchargeables.


Le Leica TL2 dispose d'un capteur APS-C offrant une définition de 6 016 x 4 014 px. La marque allemande se met donc à jour face à la concurrence. La taille des photodiodes est d'environ 3,9 µm et la plage de sensibilité s'étend de 100 à 50 000 ISO.

Tailles relatives des différents formats de capteurs du Leica TL2.Tailles relatives des différents formats de capteurs.

De 100 à 400 ISO, les images sont vraiment superbes avec une dégradation invisible et un bon rendu à la fois dans les détails et dans les tonalités. En observant les clichés à 100 % sur écran, on note un léger émoussage des détails et un faible moutonnement sur les aplats colorés, mais les clichés ont encore tout le tonus qu'il faut. Le moutonnement prend un peu plus d'ampleur à 1600 ISO, mais là encore, les clichés sont vraiment convaincants. À 3 200 ISO, le moutonnement se fait plus présent, notamment sur les aplats foncés, mais les clichés ont encore un très bon niveau de détail. Le grain devient plus prononcé à 6 400 ISO, mais là encore, les images du TL2 sont vraiment intéressantes.

Un palier est franchi à 12 500 ISO avec un grain nettement plus grossier et un lissage plus appuyé des très fins détails. Toutefois, les ingénieurs ont choisi de préserver les détails et le traitement du grain est très subtil. Naturellement, le bruit à 25 000 et 50 000 ISO est beaucoup plus marquée et nécessitera un peu de travail en postproduction, mais les résultats sont vraiment impressionnants.

Au final et sur écran, le TL2 se montre très convaincant dans sa gestion du bruit électronique avec une plage de 100 à 6 400 ISO facilement exploitable. Du beau travail.

Oscilloscope

Nous avons passé les images délivrées par le nouvel hybride Leica TL2 au crible plus impartial d'un oscilloscope sur la charte de gris de la mire ColorCheker. Les graphiques corroborent notre perception visuelle, montrant une bonne gestion de la granulation jusqu'à 6 400 ISO, et une granulation plus prononcée au-delà.

Leica, TL2, test, review, bruit électronique, mesure, oscilloscope

Comparaison à tirage équivalent


Protocole de test

Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.


Nous avons décidé de confronter le TL2 de Leica à son homologue de chez Fujifilm, le X-T20, mais également le Sony A6500 qui est également équipé d'un capteur APS-C de 24Mpx. Le X-T2 aurait été plus judicieux pour la confrontation au niveau du tarif, mais au moment de son test, nous n'utilisions pas notre nouvelle scène de test. Le X-T20 dispose de la même qualité d'image et convient donc parfaitement pour l'affrontement.

fujifilm-xt20-comparaison-6400isoleica-tl2-comparaison-6400iso
sony-a6500-comparaison-6400isoleica-tl2-comparaison-6400iso

Le Leica TL2 n'a pas à rougir de ses performances face au X-T20 qui propose certes des images plus contrastées, mais le niveau de détail est similaire. Le X-T20 montre toutefois des images moins bruitées sur les aplats colorés par exemple. L'hybride allemand tient facilement la comparaison avec le Sony A6500 qui présente peu ou prou une image très proche.

Nous avons également ajusté deux images provenant à la fois du TL2 et du M10 de Leica à 6 400 ISO. Le M10 prend clairement l'avantage sur le capteur APS-C avec un rendu des détails plus précis et un modelé plus sympathique. Toutefois, la granulation est également nettement plus visible sur les aplats sombres.

leica-m10-comparaison-6400isoleica-tl2-comparaison-6400iso

Raw vs JPEG

Nous avons également développé le fichier DNG à 6 400 ISO afin de la comparer au JPEG sorti de boîtier. Le traitement par défaut d'Adobe Lightroom permet facilement de faire ressortir un bon niveau de détail et de matière dans les images. L'enregistrement en Raw s'avère donc nécessaire pour exploiter tout le potentiel du capteur.

leica-tl2-comparaison-6400iso-LRleica-tl2-comparaison-6400iso

Dans la vraie vie

Petit retour en arrière...de 10 ans. La première scène pour le bruit électronique n'a pas vraiment changé !
L1010440
L1010441
L1010443
L1010449

Latitude de travail


Protocole de test

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec le logiciel Adobe Lightroom.


Sousexposition

Le TL2 permet facilement de récupérer des informations jusqu'à -3 IL sans faire monter le bruit électronique. Vous pourrez pousser jusqu'à -4IL, mais au-delà, la granulation vient perturber le rendu des images.

Surexposition

En surexposition, le capteur APS-C de Sony fait un bon travail avec un recouvrement des détails jusqu'à +2 IL. Vous noterez toutefois une dominante colorée à partir de +1,3 IL qu'il sera sans doute possible d'atténuer grâce au logiciel de développement.

En définitive, le Leica TL2 propose une latitude de travail entre –3 et +2,3 il soit 6,3 IL. Le boîtier se place donc dans la moyenne des boîtiers APS-C de 24 Mpx tout en restant en léger retrait par rapport au A6500 de Sony qui demeure la référence dans le domaine.

Vidéo

Formats

Le Leica TL2 propose d'enregistrer au format .MP4
• UHD 3840x2160 à 30 ips (H.264 profil High@L5.1 sans CABAC avec un débit d'environ 100 Mbps).
• HDTV 1080 à 60 ips (H.264 profil high@4.2 sans CABAC avec un débit d'environ 30 Mbps).
• HDTV 720 à 60 ips ou 120 ips (slomo).

Assistance

Malgré la présence d'un enregistrement UHD, le TL2 reste assez "basique" dans son mode vidéo. La vidéo est en mode tout automatique et vous ne pouvez pas intervenir sur les options d'exposition (ouverture, ISO). Pour basculer en mode vidéo, vous devez balayer l'écran de gauche à droite pour basculer en affichage 16/9 et cadrer vos plans vidéos. Vous ne pouvez pas afficher d'histogramme d'exposition et encore moins de zébras. En mode mise au point manuelle, le focus peaking ou la loupe ne sont malheureusement pas disponibles.

Autofocus

En mode vidéo, le Leica TL2 bascule automatique en mode AF-C (continu) et ajuste en permanence la mise au point pour suivre le sujet à l'écran. L'autofocus est très silencieux, souple à défaut d'être très rapide. S'il fonctionne bien avec les sujets contrastés, il est plus difficile à utiliser sur des sujets moins simples à accrocher. Nous avons noté qu'une fois la stabilisation électronique est enclenchée, celle-ci opère, principalement en UHD, un effet de pompage désagréable sur notre scène test.

Qualité des images

En HDTV 1080, le Leica TL2 délivre une qualité d'image très médiocre avec un aliasing très prononcé. C'est véritablement indigne d'un boîtier à presque 2 000 €. En mode UHD, la qualité est nettement meilleure avec un bon rendu des détails et une accentuation un peu trop poussée. La différence entre les deux modes est flagrante et le mode HDTV 1080 est définitivement à proscrire. Vous pouvez visualiser des extraits 100% des deux modes vidéo ci-dessous. Le rolling shutter est plutôt bien maîtrisé en 1080, mais très sensible en mode vidéo UHD.

leica, tl2, test, review, videoLeica TL2 - extrait 100 % vidéo HDTV 1080.

leica, tl2, test, review, video, uhdLeica TL2 - extrait 100 % vidéo UHD.

leica, tl2, test, review, video, uhdLeica TL2 - extrait 100 % vidéo UHD convertie en 1080.

Galerie d'images
On sort du labo !

L1010022
L1010037
L1010026
L1010047
Sans nettoyage régulier, les poussières sont rapidement visibles.
L1010010

Verdict
Nos conclusions

Indiscutablement, le Leica TL2 est un bel appareil photo, une réussite esthétique. Nous aurions aimé que Leica ajuste quelques points d'ergonomie comme un écran orientable et surtout un viseur électronique intégré qui aurait permis de porter l'hybride à l'œil sans "casser" ses lignes avec un viseur externe. Malheureusement, il faudra encore tenir le TL2 à bout de bras ou investir dans un module de visée électronique externe peu esthétique.

À l'intérieur, Leica a pratiquement tout changé et cela se sent. Le boîtier est globalement plus réactif. Mais nous aurions aimé une mise sous tension un peu plus rapide. L'autofocus est de bon aloi tant que la lumière reste de la partie. Dans la pénombre ou en intérieur, l'expérience photographique est plus contrariée. Le processeur de traitement des données permet d'avaler une bonne quantité d'informations et autorise des rafales de 7 à 20 ips, mais sans suivi autofocus.

Le capteur APS-C de 24 Mpx délivre des images piquées et le 18-56 mm f/3,5-5,6 offre une belle prestation, mais oubli d'être stabilisé ! Pour les amoureux d'arrière-plans flous, il faudra d'utiliser le 35 mm f/1,4 ou le 23 mm f/2 plus apte à produire un beau bokeh. La gestion du bruit électronique est elle assez remarquable avec une plage 100 – 6 400 voire 12 500 ISO exploitable. Et globalement le rendu des images est satisfaisant, mais, par défaut, les JPEG sont un peu ternes et méritent un peu de travail... sur ordinateur. En effet, l'un des reproches que l'on pourra faire au TL2 est l'absence de fonctionnalités avancées pour régler le boîtier comme bon vous simple. Impossible de donc de peaufiner le rendu des JPEG en jouant sur la saturation ou l'accentuation. Impossible de choisir le format des images (carré, 3/2...) ,de passer quand bon vous semble en obturation électronique ou de jouer avec des paramètres d'exposition pendant le filmage. Le mode vidéo est par ailleurs assez décevant avec un mode HDTV 1080 peu précis.

En conclusion, le TL2 de Leica ressemble encore à un prototype de ce que pourraient être les appareils photo dans les années à venir, avec un design épuré, une ergonomie taillée pour la prise de vue et une interface graphique / tactile bien travaillée. Certaines fonctionnalités, comme le menu personnalisé modulable à souhait et directement accessible, sont vraiment bien pensées ; d'autres aspects sont plus ou moins réussis et mériteraient des mises à jour plus poussées.

Face à la concurrence

Sony A6500

Disposant également d'un capteur APS-C de 24 Mpx, le Sony A6500 se démarque de l'hybride Sony en proposant une fiche technique bien plus complète avec notamment un viseur électronique intégré, un écran LCD inclinable, un flash escamotable, une entrée micro stéréo, un mode panoramique par balayage ou un mode rafale (obturation mécanique) à 11 ips. Le A6500 propose également une stabilisation mécanique fonctionnant avec toutes les optiques, un mode vidéo UHD complet et un autofocus hybride à corrélation de phase et détection de contraste.
De son côté, le Leica TL2 affiche des lignes superbes et un dépouillement qui met l'acte de photographier au premier plan. Il propose également l'obturation électronique la plus rapide au 1/50 000 s.

A6500
Miss Numérique 1529,00 €
+
  • Superbe boîtier : design minimaliste réussi, qualité de fabrication de haut niveau
  • Très bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6400 ISO
  • Superbe écran tactile et interface graphique personnalisable bien pensée
  • Facilité de prise en main
  • Connectique moderne : HDMI 1.4, USB C pour le recharge et Wi-Fi
  • Déclenchement silencieux (électronique) jusqu'au 1/40 000 s
  • Autofocus réactif en pleine lumière
  • Mémoire interne de 32 Go toujours pratique
  • Qualité du zoom Vario-Elmar 18-56 mm f/3,5-5,6
  • Pas de viseur intégré (une option à 450 €)
  • Autofocus peu efficace en basse lumière
  • Écran tactile non inclinable
  • Mode vidéo 1080 peu qualitatif
  • Manque d'options avancées pour régler le boîtier
  • Pas de suivi AF en rafale
  • Pas de connexion Bluetooth moins énergivore pour partager les photos
  • Optique de kit de qualité trop classique (nous attendions un f/2,8-4 au moins) et non stabilisé
  • Pas de système contre les poussières
  • Pas de formats alternatifs dans les images : carré, 16/9[sup]e[/sup]...
  • Autonomie trop faible (moins de 200 vues)
  • Pas de flash intégré
  • Parfois difficile à utiliser avec des gants
  • Courroie en résine qui accroche trop. Attaches propriétaires.
En résumé

La mise à jour du Leica TL2 – principalement au niveau de l'électronique – est certes intéressantes (qualité d'image, réactivité...), mais elle n'arrive pas à faire oublier quelques lacunes à commencer par le viseur électronique intégré qui pénalise grandement l'expérience photo. Dommage, car le boîtier est toujours aussi beau.

TL2
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Leica TL2
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés