CapteurCMOS 24x36 sans filtre passe-bas. 24 Mpx
MontureLeica L
Optique livrée/
StabilisationNon. Selon les optiques
Antipoussière/
ViseurSXGA+ (1 400 x 1 050 px, soit 4,41 Mpts). Couverture 100 %. Grossissement 0,8x.
Écran7,5 cm, 1 040 000 points. Ratio 3:2. Tactile
Mise au pointAutofocus par détection de contraste. 49 ou 37 collimateurs.
Modes autofocusAF-S, AF-C, manuel. Détection de visage. Suivi de sujet.
Mesures d'expositionMesure centrée ou sélective. Correction d'exposition ±3 IL. Bracketing sur 3/5/7 images et 1/2/3 IL.
Modes d'expositionPSAM
Vitesse d'obturationObturateur mécanique (200 000 cycles). 60 s à 1/8 000 s. Mode 30 minutes.
Motorisation11 i/s
Sensibilité ISO50 à 50 000 ISO
Mémoire2 emplacements SD/SDHC/SDXC UHS-II
AlimentationBatterie Li-Ion, 8,4 V, 1860 mAh. 400 vues (normes CIPA)
ConnexionUSB 3.0, HDMI type A norme 1.4, synchro flash, Wi-Fi (IEEE 802.11 b/g/n), GPS, fiche adaptateur multiple pour sortie audio 3,5 mm, entrée audio 3,5 mm ; raccordement pour déclencheur souple.
Dimensions147 x 104 x 39 mm
Poids847 g
LogicielsRemote Control (USB) : Leica Image Shuttle SL ; Remote Control (Wi-Fi) : Appli Leica SL (Android / iOS)
Dans la boîte/

Caractéristiques

Leica SL Typ 601 test review

Présentation

Leica SL. La seule évocation de ces deux lettres devrait raviver une petite lueur dans les yeux de certains leicaïstes, notamment ceux qui ont craqué à l'époque (dans les années 1960) pour le reflex de la marque : le Leicaflex. Si la première version ne disposait pas de la mesure de la lumière TTL (à travers l'objectif), les versions SL et SL2 comblèrent cette lacune. La série SL eut un certain succès qui permit d'assoir durablement le système optique Leica R.

Nouvelle monture Leica L

Aujourd'hui et tel un phœnix, le SL renaît sous une forme numérique. Attention, point de système reflex ici. Le Leica SL est un véritable compact à objectif interchangeable (COI) disposant d'un viseur électronique. Si Leica est un des rares constructeurs à proposer une visée optique à mise au point télémétrique sur un appareil numérique, elle propose également des modèles équipés de viseurs électroniques haut de gamme à l'image du Q.

Ce nouveau boîtier SL n'ayant pas le tirage optique des modèles argentiques, il n'est pas compatible de manière native avec les optiques R et il faudra s'équiper d'une bague d'adaptation pour exploiter les anciens cailloux.

Il utilise une nouvelle monture baptisée L, du même diamètre que la monture T et donc compatible, en mode APS-C, avec les optiques développées pour le Leica T. Il sera naturellement possible d'utiliser les optiques M, S et PL (cinéma) via des bagues. Leica SL test review baïonnette La nouvelle baïonnette L.

Un hybride moderne

Le SL propulse donc Leica dans le cercle très restreint des constructeurs de COI à visée électronique et capteur 24x36, avec toute la modernité que cela implique. Ainsi le boîtier offre-t-il un écran tactile (non orientable), un autofocus à détection de contraste avec 49 collimateurs, une obturation au 1/8 000 s, une rafale à 11 i/s, un mode vidéo 4K (Ciné et TV), une puce Wi-Fi, une sortie USB 3.0, GPS, Wi-Fi...

Sur le papier, le Leica SL est donc très alléchant. Place au test !

Prix et disponibilité

Le boîtier Leica SL (Typ 601) sera disponible dès 16 novembre 2015 au tarif conseillé de 6 900 €.

Le zoom Leica Vario-Elmarit-SL 1:2,8-4/24-90mm ASPH sera lui disponible à 4 300 €.

D'autres objectifs Leica SL suivront.

Caractéristiques

Test terrain jour 2

Montage 4K

Le Leica SL est capable de filmer en 4K 4 096 x 2 160 en 24 i/s ainsi qu'en 4K 3 840 x 2 160 px jusqu'à 30 i/s en plus d'un mode HDTV 1080p 60, 100 et 120 i/s ! Les réglages sont nombreux, il est possible de travailler l'exposition manuellement, de débrayer l'autofocus, de bénéficier du peaking même pendant le filmage, d'activer une courbe vidéo Gamma L-Log et d'enclencher la stabilisation. Le résultat est excellent, l'image est piquée, contrastée sans excès et, avec la courbe L-Log, la dynamique est accrue. Il est en outre possible de monter un casque ou un microphone externe via un adaptateur.

Conclusion

Finalement, ce Leica SL surprend à plus d'un titre. Sa fiche technique, d'abord. Richement doté, il rompt avec le traditionalisme en vogue chez Leica depuis des années, mais s'inscrit aussi dans une nouvelle tendance moderniste très prononcée chez le constructeur allemand depuis le lancement des Leica T et Q. Un bond en avant technologique s'opère et il est heureux de voir qu'en dépit d'une histoire basée sur le succès de son fameux M, la marque sait innover et égaler les ténors haut de gamme du marché sur les points les plus sensibles comme la définition, l'autofocus ou la qualité d'image... voire les surpasser. Le Leica SL est le seul boîtier doté d'un tel viseur et son confort est inégalé.

Ensuite, le Leica SL surprend par son ergonomie et son dessin. Les lignes sont tendues, presque taillées à la serpe et, comme le Leica T, il est fraisé dans un seul bloc d'aluminium. À cela ajoutez la tropicalisation et vous obtenez l'un des meilleurs boîtiers Leica jamais construits. Les finitions ne sont plus excellentes mais exemplaires, et surclassent largement tous ceux qui pourraient prétendre le concurrencer ou s'inscrire dans une mouvance "Leica Style".

Prendre en main le Leica SL est une expérience photographique à part. C'est à la fois étonnant et presque avant-gardiste. En tout cas, non seulement le boîtier ne laisse pas indifférent mais après quelques heures d'utilisation, on y revient toujours, on a toujours envie de le prendre en main, de sentir sa masse solide, de le porter à l'œil, de contempler encore et encore l'épure du châssis et son design, de jouer avec le petit joystick dorsal tant il répond bien au doigt. En tout cas, tant que l'on ne pénètre pas dans les menus.

Là, le rêve commence à s'effriter. Certes, lesdits menus sont très complets, mais l'ordonnancement des fonctions finit par agacer. L'ensemble, austère, manque de logique. On regrette aussi de ne pouvoir retomber directement sur le dernier réglage effectué ou encore qu'il faille appuyer deux fois sur une touche pour rentrer dans les menus. Le bouton de déclenchement de la vidéo est lui aussi mal placé : lorsque l'on souhaite enregistrer une séquence à la volée, il oblige une contorsion de la main fastidieuse. Nous pouvons avoir l'air de chipoter, mais n'oublions pas que nous parlons d'un boitier à 6 900 € (nu) et qu'à ce prix, nous en sommes en droit d'attendre l'excellence.

Une excellence dont le Leica SL s'approche, sans aucun doute, mais qui pour le moment reste un peu lettre morte tant l'objectif qui l'accompagne, le 24-90 mm f/2,8-4, déçoit. Non pas qu'il soit mauvais, non : cet objectif polyvalent fait bien son travail d'objectif polyvalent, il est piqué au centre, mais mou sur les bords, surtout aux "grandes" ouvertures. Le tableau s'obscurcit encore un peu quand on zoome et tente de travailler à la plus longue focale. Encore une fois, nous ne sommes pas devant un mauvais objectif, mais l'ensemble est "banal". À 4 300 € la banalité, on se demande bien quel photographe s'en contentera ? Et puis un autre point nous chagrine : son poids et son encombrement sont démesurés. En fait, en tant que photographe, mon constat est le suivant : c'est un objectif que j'ai du mal à appréhender et avec lequel j'ai du mal à me sentir à l'aise.

Alors finalement, il y a eu des heures de débat à la rédaction pour savoir si nous recommandions ou non le Leica SL. Et il nous est très difficile de trancher. Si nous devions ne juger que le boîtier en lui-même, oui, bien sûr que nous le recommanderions. Même à ce prix si élitiste, qui est après tout une affaire personnelle, il a de quoi déclencher un vrai coup de cœur et faire frissonner les plus blasés.

En revanche, un boîtier n'existe pas sans objectif. Nous ne jugeons ici que "le kit" qui nous a été confié, pas les multiples montages qu'on peut réaliser avec des bagues d'adaptation mais qui font perdre les automatismes. Et le kit Leica SL + Vario-Elmarit-SL 24-90mm f/2,8-4 nous est apparu trop déséquilibré au regard du prix et des performances de cette combinaison.

Évidemment, Leica va sortir une roadmap et plusieurs objectifs vont suivre — on l'espère de tout cœur en tout cas. Mais en l'état, il est difficile d'être pleinement conquis par l'ensemble. Le constat est simple : le Leica SL excelle, le 24-90 mm déçoit.

Aux amateurs donc de voir comme tirer parti de cet étonnant boitier et de suivre l'actualité de la marque concernant les sorties des prochains objectifs... Après tout, nous étions sceptiques quand Sony a proposé ses Alpha 7 ; aujourd'hui, ils monopolisent la plupart des podiums de nos guides d'achat. Cependant une chose est sûre : c'est que depuis la kina 2014, et même depuis la sortie du M 240, la firme allemande bouscule ses habitudes et fait souffler un vent nouveau sur un marché maussade. Bravo Leica pour cet élan, donc ; maintenant, il te faut construire un écosystème autour de ce boîtier pour rassurer ceux qui pensent que tu t'adresses encore aux photographes de terrain et pas seulement aux oligarques russes...

Prise en main

Gabarit

Prendre en main le Leica SL est à la fois agréable et surprenant. D'un côté, nous sommes rapidement séduits par le boîtier relativement compact (147 x 104 x 39 mm) et extrêmement bien fini. Leica ne fait pas les choses à moitié et, comme pour le Leica T, le châssis du SL est fraisé dans un bloc d'aluminium. Le revêtement est à la fois doux, agréable et semble très résistant. Le boîtier profite d'une finition à l'épreuve des intempéries avec des joints d'étanchéité au niveau des zones sensibles.

Leica SL test review joints etancheitéEn rouge, les joints d'étanchéité dans l'optique et le boîtier.

Le SL est moins volumineux qu'un Sony A7R II (127 x 96 x 60 mm), car il est beaucoup moins profond. Il est toutefois plus lourd et affiche 847 g sur la balance (contre 627 g pour le COI Sony). Une belle réalisation, donc.

Équipé du zoom 24-90 mm f/2,8-4, le Leica SL devient... beaucoup plus imposant et lourd. En effet, le zoom est immense, s'allonge avec la focale et pèse plus de 1 kg (1 140 g). Au final, la combinaison des deux vous place presque 2 kg dans les mains. On est loin des promesses de compacité et de légèreté véhiculées jusqu'à présent par les COI ! Le SL évolue clairement dans une autre galaxie, plus proche des reflex. À titre de comparaison, un Nikon D810 équipé d'un 24-70 mm f/2,8 constant stabilisé pèse également 2 kg.

Pour l'instant, nous n'avons que peu d'informations sur d'autres optiques pour le système L. Des visuels montrent un Noctilux 50 mm f/0,95 et un 90-200 mm, et les deux optiques semblent elles aussi très volumineuses.

Leica SL test review : avec 24-90 mm Si le boîtier est compact, l'optique 24-90 mm f/2,8-4 est plutôt imposante !

Ergonomie

La prise en main du SL est très agréable, grâce notamment à une imposante et agréable poignée qui permet de soutenir le kilo de l'optique.

Sur le dessus du boîtier, sur l'épaule gauche, vous trouverez un renflement qui contient probablement les puces GPS et Wi-Fi. Sur l'épaule droite, un écran LCD affiche les principales informations concernant la prise de vue (mode d'exposition, ouverture, vitesse, ISO, nombre de vues restantes, niveau de batterie, carte utilisée, GPS...). 3 boutons, dont un pour l'enregistrement vidéo (point rouge) et une molette de réglage viennent compléter l'ensemble.

Leica SL test review vue de dessus

Le dos de l'appareil est également très sobre : peu de commandes, et deux sérigraphies explicatives au niveau du levier de mise sous tension. À droite du viseur se trouvent la commande pour basculer de la visée sur écran au viseur, un joystick et une molette de réglage. 4 boutons encadrent l'écran et permettent d'activer les menus ou différentes fonctions. Là encore, le niveau de finition est à la hauteur des prétentions tarifaires de la marque : les commandes sont à la fois franches et fluides. Le joystick est très agréable à utiliser et le revêtement en gomme assure une bonne adhérence. Il faudra voir comment évolue la matière dans le temps.

Leica SL test review vue de dosRaffinement et sobriété sont les maîtres mots pour définir le SL de Leica.

Nous l'avons vu, seules deux commandes sont accompagnées d'une sérigraphie : le levier de mise sous tension et la touche vidéo. Pour les autres boutons, il faudra les essayer afin de connaître leur affectation par défaut, mais c'est un choix d'autant plus compréhensible que toutes les commandes sont personnalisables. Un appui prolongé sur les quatre boutons autour de l'écran permet d'accéder par exemple à la sensibilité ISO, la balance des blancs ou au mode autofocus. Il en va de même pour la commande sur le dessus du boîtier. Par défaut, elle permet de basculer du mode prise de vue photo à vidéo, mais un appui long permet d'accéder au correcteur d'exposition. La molette arrière est cliquable et donne accès aux différents modes d'exposition (PSAM). Si le boîtier est de ce fait peu intuitif, il s'avère très efficace avec un peu d'entraînement.

Test Leica SL interface physiqueJoystick, molette, molette cliquable : le SL de Leica dispose d'une belle panoplie de commandes. L'écran LCD de rappel permet, entre autre, d'afficher la profondeur de champ.

Le Leica SL offre de nombreuses possibilités de réglage et donc des menus denses. Ils sont répartis en 4 grands volets : Appareil photo, Prise de vue, Favoris et Installation. Sous cette apparente simplicité, la navigation dans les menus est toutefois assez complexe et l'on peine à retrouver certaines options, même après plusieurs jours passés en compagnie du SL, les menus basculant d'un volet à l'autre sans interruption. En outre, certaines fonctionnalités sont à notre sens classées de façon peu logique. Ainsi, pour activer le focus peaking, il faut se rendre dans le réglage du liveview, mais les options du focus peaking se personnalisent dans le menu "Réglage des assistants de prise de vue".

Visée

Viseur électronique

Nous nous demandions en début d'année quelle marque serait la première à utiliser le viseur électronique SXGA+ d'Epson. Nous avons aujourd'hui la réponse : Leica. Le SL est en effet le premier boîtier à utiliser ce viseur de 4,41 millions de points. Presque deux fois plus d'informations que le meilleur viseur électronique actuel, avec une définition de 1 400 x 1 050 px. Et ça se voit. L'affichage, très précis, offre un grossissement important de 0,8x. La visée est vraiment confortable, même si nous avons noté quelques ralentissements en basse lumière. De manière étonnante, en pressant à mi-course le déclencheur, ces ralentissements disparaissent. Le dégagement oculaire est suffisamment prononcé pour que les porteurs de lunettes soient à l'aise avec ce viseur électronique.

Écran LCD

Le Leica SL intègre un écran LCD de 7,5 cm affichant 1 040 000 points pour un affichage au ratio 3:2, ce qui correspond à une définition en 720 x 480 px. L'écran, tactile, permet d'accéder au doigt à certaines parties de l'interface graphique. Ainsi, vous pouvez rapidement choisir la zone AF ou modifier une option (correcteur d'exposition, sensibilité ISO). Toutefois, l'absence de rotule pour orienter l'écran limite un peu l'intérêt du tactile. De plus, le joystick se révèle très efficace pour sélectionner rapidement une zone autofocus.

Leica SL + 24-90mmImpressionnant kit : Leica SL + 24-90 mm f/2,8-4.

L'un des avantages d'une visée électronique est la possibilité d'afficher de nombreuses informations, comme des grilles d'aides à la composition, un histogramme d'exposition, et les différents paramètres de prise de vue. Leica a presque tout prévu pour assister l'utilisateur et vous propose également d'afficher le focus peaking ou des zébras d'exposition. Le risque est bien sûr d'avoir une visée saturée d'informations. Heureusement, l'affichage est modulable et vous pouvez opter pour un affichage dépouillé pour vous concentrer sur le cadrage et le sujet. C'est au choix.

Autonomie, Mémoire

Le Leica SL est livré avec une batterie de 15,6 Wh (1 860 mAh / 8,4 V). Une bonne capacité qui lui permet d'assurer plus 500 vues, ce qui est assez remarquable pour un COI. Pour mémoire, un Sony A7R II jette l'éponge avant 350 vues, mais peut se recharger par USB (prise micro-USB universelle), ce qui n'est pas le cas du boîtier Leica. Il faudra passer par le chargeur et patienter environ 1h30 pour un cycle de charge complet.

Apparemment, une poignée d'alimentation devrait être disponible pour le SL, puisque dans la semelle, un connecteur est présent. Pour l'instant, nous n'avons aucune information complémentaire.

Leicas SL test review vue batterieUne batterie pour environ 500 vues.

Du côté du stockage, le SL propose 2 emplacements SD qui acceptent les cartes SD/SDHC/SDXC et la norme UHS-II. Malheureusement, nous n'avons pas trouvé de menu pour paramétrer le fonctionnement de ces deux emplacements.

Leica SL test review vue carte mémoire2 emplacements pour les cartes mémoire SD/SDHC/SDXC.

Connexions

Le Leica SL dispose d'un connecteur HDMI 1.4 (Type A, connecteur large) non compressé pour l'enregistrement vidéo, ainsi qu'un connecteur USB 3.0 pour le transfert des fichiers et le pilotage à partir d'un ordinateur. Un connecteur propriétaire permet de recevoir une télécommande, un micro stéréo ou un casque via un adaptateur. Vous trouverez également un connecteur synchro flash. En outre, le boîtier dispose d'une puce Wi-Fi pour le partage des images et le pilotage à distance sans fil via l'application Remote Control Wi-Fi.

Leica SL test review connexion flash

Mise au point et réactivité

Un des points les impressionnants du Leica SL reste son module autofocus. Pour un premier essai, le constructeur de Wetzlar impressionne. Le module autofocus par détection de contraste propose 49 collimateurs en carré (7x7 points AF) qui couvre une bonne partie du champ cadré.

De manière étonnante, il est également possible de choisir une couverture en losange avec 37 collimateurs. Lors de nos essais, nous n'avons pas noté de différence de rapidité entre les deux possibilités. Pourquoi alors choisir moins de collimateurs et moins de couverture ? Le mystère demeure pour l'instant.

Mieux encore, en mode 1 point, il est possible de déplacer le collimateur sur pratiquement 90 % de la surface photographiée. Le Leica SL propose même de regrouper des collimateurs AF afin de faciliter le suivi d'un sujet en déplacement à l'aide du joystick. Notez qu'il n'est pas possible d'utiliser la surface tactile de l'écran pour déplacer le point AF pendant l'utilisation du viseur.

Le module AF propose 3 modes : AF-S, AF-C et manuel. En mode autofocus continu, on peut opter pour un mode dynamique qui suit le sujet sur l'ensemble des collimateurs. Un mode reconnaissance des visages concentre la mise au point sur le visage le plus proche.

Réactivité

Le module autofocus du SL est vraiment surprenant: rapide et silencieux. Il vient clairement jouer dans la cours des reflex actuels. Un peu plus d'une seconde pour la mise sous tension et une mise au point en 0,2 s voilà qui est excellent, surtout pour un premier essai.


Leica SL (Typ 601) Create bar charts

Suivi de sujet

Avec la cadence de 11 i/s, la mise au point est bloquée sur la première image et le suivi AF ne fonctionne pas. Il faut passer en cadence intermédiaire pour avoir un suivi de sujet effectif.

Avec une rafale à 11 i/s, nous étions curieux de voir le comportement du suivi autofocus sur un sujet se déplaçant en direction du photographe. Les résultats sont plutôt décevants, avec un un taux de déchet supérieur à 50 %. Sur la rafale ci-dessous, effectuée sur personne en marche, seuls 6 clichés sont acceptables sur 16 vues.

Leica SL test review suivi autofocus

Bruit au déclenchement

Le déclenchement du Leica SL est particulièrement doux et agréable. Malheureusement, il n'est pas possible d'utiliser un obturateur électronique pour déclencher de manière totalement silencieuse, ce qui est toujours intéressant pour la photographie de spectacle.

À noter : le 24-90 mm est un bon isolant sonore. En effet, nous avons enregistré le bruit de l'obturateur mécanique avec et sans l'optique et le résultat est impressionnant.

Leica SL test review bruit déclenchement Cliquez sur la vignette pour écouter le déclenchement du Leica SL.

Antipoussière, stabilisation

Des poussières ?

Avec la disparition du miroir et l'obturateur mécanique ouvert, visée électronique oblige, les capteurs sont "en direct" avec les poussières, or ce sont de véritables pièges à poussière. Pour limiter les taches, Leica a intégré un système de nettoyage par ultrasons. Malgré cela, après une semaine d'utilisation du boîtier, des poussières sont bien visibles.

Leica SL test review poussières Cliquez sur la vignette pour visualiser l'image à 100 % (les poussières sont néanmoins déjà visibles à f/22...).

Stabilisation optique

Le 24-90 mm f/2,8-4 dispose d'une stabilisation optique.

Nous avons donc procédé à une série de tests en utilisant l'optique à fond de zoom avec la stabilisation optique activée. La règle empirique veut la vitesse d'obturation minimale à utiliser avec une focale donnée correspond à 1/focale (par exemple 1/90 s avec un 90 mm).

Nous commençons nos tests au 1/100 s. Et le système de stabilisation de Leica fonctionne plutôt bien : il permet de gagner facilement 2 IL, et on obtient encore 50 % de photos nettes au 1/6 s, soit un gain de 4 IL ! Impressionnant.

Leica SL test review stabilisation optique

Ci-dessous, vous pouvez voir (et télécharger) une image réalisée au 1/6 s avec la stabilisation optique (90 mm).

Test Leica SL, stabilisation optique

Précision, colorimétrie

Le Leica SL arrive pour le moment uniquement avec un 24-90 mm f/2,8-4 stabilisé. Petite déception pour cette optique lourde (1 140 g) et volumineuse qui ne propose pas une ouverture constante. Voilà qui est bien regrettable, surtout quand on s'appelle... Leica.

Focale 24 mm 28 mm 35 mm 50 mm 75 mm 90 mm
Ouverture f/2,8 f/2,9 f/3,1 f/3,6 f/3,9 f/4

24-90 mm f/2,8-4

Encombrant, lourd... le 24-90 mm est-il un bon zoom ? Nos mesures en labo définissent une optique somme toute assez banale.

À 24 mm, il faut fermer à f/4 pour avoir une image précise et à cette focale, la périphérie de l'image est constamment en retrait.

À 35 mm, le centre est bon jusqu'à f/8, puis la diffraction vient brouiller la restitution des plus fins détails. Là encore, la périphérie de l'image est en retrait par rapport au centre.

Même constat à 50 mm. L'objectif est bon à f/4 et devient encore meilleur à f/5,6. Comme précédemment, la diffraction fait son œuvre au-delà de f/8.

À 90 mm, l'objectif gagne en homogénéité, mais perd un peu en précision de manière globale.

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO. Le Leica SL Typ 601 est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 100 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (DNG). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de rédaction du bruit électronique.

Les JPEG

Le Leica SL est équipé d'un capteur 24x36 de 24 Mpx. Nous n'avons aucune précision sur l'origine du capteur. Avec cette définition, la taille des photodiodes est d'environ 6 µm. La plage ISO s'étend de 50 à 50 000 ISO nativement. Il n'y a pas, contrairement à d'autres boîtiers, d'extension de la sensibilité.

Tailles des différents capteurs Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Pas de surprise de 50 à 800 ISO : les images sont superbement détaillées et le moutonnement, invisible. Un léger grain est perceptible à 100 % sur écran à 1 600 ISO. L'impression est donc légèrement en retrait.

Un palier est clairement franchi à 3 200 ISO avec une granulation plus facilement perceptible sur l'ensemble du cliché. Comme souvent, la stratégie de Leica est de laisser le grain monter sans véritablement appliquer de traitement. Il n'y a donc pas d'effet de lissage et l'image apparaît encore très détaillée. Sur les aplats noirs, on commence à distinguer quelques marbrures peu esthétiques.

Logiquement, le grain augmente à 6 400 ISO et les marbrures se font plus facilement observables sur les aplats noirs. À 12 500 ISO, le grain devient vraiment gênant et vient polluer le rendu des plus fins détails. Globalement, l'image conserve encore une belle tenue en l'absence de lissage à outrance, mais il sera conseillé de passer en mode noir & blanc.

À 100 % sur écran, la sensibilité 25 000 ISO est plus délicate à travailler ; cependant le grain, bien que plus grossier, reste assez esthétique avec une répartition relativement aléatoire et une trame peu visible. Encore une fois, l'absence de traitement trop appuyé du bruit permet de conserver des détails.

À 50 000 ISO par contre, les images sont difficilement exploitable en l'état et demandent un post-traitement.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Leica SL à quelques boîtiers emblématiques actuels qui proposent, ou non, des définitions différentes pour des capteurs 24x36 :

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Même sur un tirage 60 x 40 cm, le grain du Leica SL est plus visible, à 6 400 ISO, que sur les images des autres boîtiers. L'image est toutefois un peu plus piquée que celle du Sony A7 II, qui opère un lissage pour réduire la présence de la granulation. Entre les deux images, il n'est pas facile de trancher et c'est également une histoire de goût. L'image du Leica SL a le mérite de laisser plus de latitude dans le traitement. Le D810 délivre également une belle image équilibrée entre bruit et lissage. Le 5DsR profite de sa haute définition pour réduire la taille de la granulation qui est finalement peu visible.

Leica SL - 6 400 ISONikon D810 - 6 400 ISO
Canon 5Ds - 6 400 ISOSony A7 II - 6 400 ISO

Oscilloscope

Passons certaines images SL de Leica sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique" et objectif.

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 1 600 ISO et présentent une dégradation bien visible à 6 400 ISO. Elles seront assez aisément exploitables jusqu'à 12 500 ISO, mais la granulation y est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gros avec un moutonnement vraiment perceptible qui dilue les plus fins détails.

Leica SL typ 601 test review bruit électronique sur gris 100 ISOLeica SL Typ 601 – 100 ISO | Leica SL typ 601 test review bruit gamme gris graphique 100 ISO | | Leica SL Typ 601 test review bruit électronique sur gris 1600 ISOLeica SL Typ 601 – 1 600 ISO | Leica SL typ 601 test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO | | Leica SL typ 601 test review bruit gamme gris 6400 ISOLeica SL Typ 601 – 6 400 ISO | Leica SL Typ 601 test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO | | Leica SL Typ 601 test review bruit gamme gris 12800 ISOLeica SL Typ 601 – 12 500 ISO | Leica SL typ 601 test review bruit gamme gris graphique 12500 ISO |

Les fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour une des séries des pixels verts.

Ce graphique montre une bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1 600 ISO et un fléchissement important à partir de 12 500 ISO.

Leica SL bruit électronique fichiers bruts ARW

Exposition, RAW

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire. Nous vérifions que les images sont semblables avec une latitude de correction de +/-5 IL.

Test Leica SL, dynamique, latitude d'exposition

Nous observons les images surexposées et le Leica SL a un comportement assez classique pour un capteur 24x36. Il est capable d'encaisser facilement 1 IL de surexposition. À +2 IL, des informations sont déjà perdues et à +3 IL, il n'y a plus rien.

Test Leica SL dynamique, latitude en sur-exposition

Les fichiers bruts permettent toujours de récupérer plus d'informations dans les basses lumières. Le Leica SL ne fait pas exception à la règle et il est très facile de récupérer 3 IL en perdant très peu d'information. Vous pouvez pousser à -4 IL, mais le bruit devient clairement visible.

Test Leica SL, dynamique, latitude en sous-exposition

Nous sommes donc sur une latitude d'exposition de -4 / +2 IL, soit 7 diaphs dans un jugement subjectif. Les plus exigeants limiteront à +1 IL la surexposition, ce qui laisse une plage de 6 diaphragmes, c'est-à-dire une latitude d'exposition équivalente au Canon 5Ds.

Mode vidéo

Formats vidéo

En plus d'être un remarquable appareil photographique, le Leica SL est également bien taillé pour la vidéo et le cinéma. En effet, le boîtier offre une large palette de formats d'enregistrement et même quelques fonctionnalités inédites. Il est capable d'enregistrer les vidéos dans des conteneurs .MOV ou .MP4

  • Formats
  • 4K Ciné 4 096 x 2 160 px, 24p (AVC High@5.1, Cabac, 2 images de référence, 100 Mbits/s)
  • 4K TV : 3 840 x 2 160 px, 30/25p (AVC High@5.1, Cabac, 2 images de référence, 100 Mbits/s)

  • HDTV 1080 : 120/100/60/50/30/25/24p

  • HD : 1 280 x 720 - 120/100/60/50/30/25/24p

Oui, le SL est donc l'un des rares appareils photo capables de filmer en 4K Ciné (24p seulement) et il propose un enregistrement 1080 en 120/100 i/s idéal pour réaliser des ralentis fluides. Le temps d'enregistrement est de 29 minutes et les fichiers ne peuvent dépasser 4 Go (FAT).

Le Leica SL ne propose d'onglet spécifique à la vidéo dans ses menus. il faudra donc parcourir les différentes options afin de trouver celles quicorrespondent à l'enregistrement des clips.

L'enregistrement est réalisé en 4:2:0 pour l'encodage des couleurs et sur 8 bits pour l'enregistrement sur carte SD. La sortie HDMI, non compressée, permet l'enregistrement sur un appareil externe en 4:2:2 et 10 bits. Il est probable que le signal soit toujours en 4:2:0 (8 bits) et que le 10 bits ne concerne que l'encapsulation, mais nous n'avons aucune confirmation sur ce point de la part du fabricant.

En mode 4K, seule une portion du capteur est utilisée pour la captation. Le champ est donc plus étroit qu'en HDTV 1080 et correspond à du Super 35 mm.

Leica SL test review différence de champ entre HDTV 1080 et 4K CineÀ gauche, le champ couvert en 4K Ciné ; à droite, le champ couvert en HDTV 1080.

Du moirage est visible en HDTV 1080 sur des matières répétitives et dans une moindre mesure en 4K Ciné/TV.

Leica SL test de moirage Leica SL moirage

Assistants

Le Leica SL propose de nombreux assistants pour vous épauler lors de vos enregistrements :

  • répères pour différents formats vidéo,

  • zone de sécurité,

  • zébras (0-255),
  • focus peaking,
  • marqueurs 4:3 / 5:3 / 16:9 / 1.85:1 / 2.35:1 /2.40:1,
  • niveau d'enregistrement sonore
  • Time Code (free rec, run rec)

Il est possible de filmer en mode PASM et tous les paramètres sont modifiables pendant l'enregistrement.

Profils, LOG

Le Leica SL permet de régler le profil de sortie en peaufinant la saturation, le contraste et la netteté. Plus intéressant encore, on peut enregistrer les vidéos avec un LOG (le L-LOG). L'image apparaît laiteuse et devra être contrasté en appliquant une LUT en post-traitement, mais cette solution devrait permettre d'obtenir plus d'information dans les hautes et basses lumières avec une dynamique un peu plus large.

Cartes mémoire

Les cartes SD, SDHC et SDXC UHS-II sont acceptées par le Leica SL.

Précision

Vous trouverez ci-dessous différents extraits à 100 % (600 x 300 px) de vidéos tournées avec le Leica SL équipé du 24-90 mm f/2,8-4.

En HDTV 1080, la précision est assez classique pour ce type de boîtier, avec une image assez douce, mais un peu moins précise que celle du Sony A7R II par exemple. L'image 4K Ciné/TV est naturellement plus précise que celle tournée en HDTV 1080.

Leica SL test review video HDTV 1080 comparaison avec 4K Cine redimensionné

Sony A7R 2 (Alpha 7R 2) test review video HDTV 1080 comparaison

Canon 7D Mark II extrait vidéo HDTV 1080 25p

Olympus E-M5 II détail vidéo

Panasonic TM700 test review qualité des images mire

Autofocus

L'autofocus est un élément crucial en vidéo 4K. Nous l'avons vu dans notre prise en main, l'autofocus du SL est rapide et silencieux. En vidéo, le mode AF-C ne semble pas fonctionner et il faut maintenir en permanence la touche AF-ON appuyée. On note un très léger effet de pompage pour affiner la mise au point.

Ladite mise au point est souple et plutôt rapide. À l'aide du joystick ou au doigt sur l'écran tactile, on peut choisir la zone de mise au point pendant l'enregistrement.

Stabilisation

Démonstration de la stabilisation optique en vidéo...

Exemples non compressés

Jongleur 100 ips (164 Mo)

Entraînement cirque (180 Mo)

Entraînement cirque L-LOG (261 Mo)

Changement de mise au point (91 Mo)

Exemples de photos

Leica SL (Typ 601) exemple 1
Leica SL (Typ 601) exemple 7
Leica SL (Typ 601) exemple 2
Leica SL (Typ 601) exemple 3
Leica SL (Typ 601) exemple 4
Leica SL (Typ 601) exemple 5
Leica SL (Typ 601) exemple 6
Leica SL (Typ 601) exemple 8
Leica SL (Typ 601) exemple 11
Leica SL (Typ 601) exemple 9
Leica SL (Typ 601) exemple 10
Leica SL (Typ 601) exemple 12

Verdict

Leicas SL test review conclusion

Les compacts à objectifs interchangeables ou COI ont décidément le vent en poupe. Après un excellent A7R II chez Sony, voici que Leica propose également un modèle équipé d'un capteur 24x36 : le SL. Pour un premier essai, la marque au point rouge n'a pas lésiné sur les moyens et propose un boîtier compact, robuste et à la finition presque parfaite.

Mais le SL n'est pas seulement un boîtier d'apparat : c'est aussi une machine à photographier et Leica propose le meilleur de la technologie actuelle, avec notamment un viseur électronique de 4,4 Mpx, un autofocus disposant de 49 collimateurs, une rafale à 11 i/s, un mode vidéo qui allie 4K (Ciné/TV) et enregistrement rapide à 120/100 i/s, Wi-Fi, GPS...

L'appareil est plutôt agréable à utiliser. L'autofocus est rapide et silencieux, la visée, spacieuse et la prise en main, confortable. Quant à l'ergonomie, avec un peu d'entraînement, elle se montre efficace à défaut d'être parfaite.

Le hic ? L'optique. C'est presque un monument. Elle est certes stabilisée, mais n'ouvre qu'à f/4 en bout de course et son piqué est tout juste bon jusqu'à 50 mm pour être moyen à 90 mm. Pour une optique proposée à 4 300 €, nous étions en droit d'avoir mieux, surtout que pour l'instant, il faudra s'en contenter jusqu'à l'arrivée (prochaine) de deux autres modèles.

Un APO-Vario-Elmarit-SL 90-280 mm f/2,8-4 et un Summilux-SL 50 mm f/1,4 ASPH devraient ainsi rapidement rejoindre le zoom standard. Naturellement, pour l'instant, nous n'avons aucune indication tarifaire.

Toutefois, sachez qu'il est possible d'utiliser la quasi-totalité du parc optique Leica sur le SL avec des bagues adaptation. Un point intéressant, mais qui au passage vous fait perdre l'autofocus (les lécaïstes s'en sont pratiquement tous passés jusqu'à maintenant). Toutefois, nous attendons les bagues pour recevoir des optiques Canon ou Nikon avec l'autofocus. Pour l'instant, elles ne sont pas annoncées.

Séduisant, robuste, rapide et moderne, le Leica SL a tout pour recevoir un recommandé. Toutefois, nous avons été échaudés par l'optique, trop moyenne, et le tarif du kit SL + 24-90 mm : 11 200 €. Voilà qui laisse songeur.

Nous regrettons également quelques choix comme l'utilisation d'un capteur 24 Mpx alors que la concurrence évolue à 36, voire 50 Mpx. Leica ne veut sans doute pas faire de l'ombre à son modèle moyen format qui offre une définition de 37 Mpx. Là encore, à 6 900 € le boîtier nu, nous sommes en mesure d'être plus exigeants.

Face à la concurrence

Sony A7R II (Alpha 7R 2, A7R 2) test review recommandé

Priceminister 2249,90 €
Miss Numérique 2999,00 € Voir l'offre

Sony A7R II

La concurrence est à chercher du côté de Sony et de ses COI 24x36. Le fleuron de la gamme est aujourd'hui l'A7R II, mais il existe des alternatives nettement moins chères à moins de 1 000 €, comme le Sony A7 (voir notre guide d'achat).

L'A7R II, plus récent, est toutefois le seul à pouvoir s'opposer au Leica SL et dispose de quelques arguments en sa faveur, à commencer par son capteur stabilisé qui fonctionne avec toutes les optiques, propose deux fois plus d'information que celui du Leica et dont la dynamique est meilleure.

En termes de gestion du bruit électronique, les deux boîtiers naviguent dans les mêmes eaux avec une très bonne qualité d'image jusqu'à 6 400 ISO. Ils proposent tous deux des modules autofocus performants et complets. Le Leica SL se révèle très rapide en mode Single, mais moins performant en suivi de sujet que l'A7R II. Ce dernier offre quant à lui un déclenchement totalement silencieux, la possibilité de télécharger des programmes pour décupler les fonctionnalités de l'appareil et de recharger le boîtier à l'aide d'une prise micro-USB universelle.

Côté vidéo, les deux boîtiers sont très proches, mais le Leica SL offre un choix plus large au niveau des formats d'enregistrement, notamment la 4K Ciné et la possibilité de filmer en HDTV 1080 à 120/100 i/s. Le Sony est plus riche au niveau du codec, avec la possibilité de jouer finement avec les réglages du rendu vidéo (S-Log, coude, mode couleur...), et propose des entrées/sorties audio plus conventionnelles avec possibilité de relier un module XLR.

Le Leica SL intègre de son côté une puce GPS, absente du boîtier Sony, et un viseur électronique d'un bon cran supérieur à celui de l'A7R II.

+
  • Boîtier solide. Excellente finition. Fabrication à l'épreuve des intempéries
  • Viseur électronique spacieux, confortable et précis
  • Autofocus complet (49 points, groupes...), réactif et silencieux
  • Couverture AF large. Suivi de sujet. Détection des visages
  • Présence d'un joystick pour choisir rapidement la zone de mise au point
  • Mode rafale à 11 i/s
  • Mode vidéo complet : PSAM, LOG, 4K Ciné/TV, sortie HDMI 1.4
  • Stabilisation optique (24-90 mm f/2,8-4) performante
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO
  • Écran LCD tactile. Écran secondaire de rappel sur le dessus du boîtier
  • Puces Wi-Fi et GPS intégrées. Sortie USB 3.0
  • Autonomie de la batterie : environ 400 vues
  • 2 emplacements SD
  • Possibilité d'utiliser toutes les optiques Leica (et autres marques) via des bagues d'adaptation
  • Nombreux formats photo disponibles
  • Fichier RAW au format DNG universel
  • Capteur 24x36 à 24 Mpx seulement
  • Pas d'obturation électronique pour un déclenchement totalement silencieux
  • Optique 24-90 mm f/2,8-4 pas assez lumineuse, trop lourde et trop encombrante
  • Capteur non stabilisé
  • Écran LCD non orientable
  • Pas de mode autofocus continu en vidéo
  • Pas de suivi du sujet à 11 i/s
  • Pas de menu pour paramétrer les emplacements SD
  • Pas de niveau électronique
  • Assez sensible aux poussières
  • Pas de recharge par micro-USB
  • Prise casque et micro propriétaire
  • JPEG très neutre et un peu plat. Nécessite du post-traitement
  • Pas de bague pour Canon ou Nikon avec AF (bientôt ?)
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Leica SL (Typ 601)
Il n'y a actuellement aucune offre.
Contenus sponsorisés