Que les célèbres appareils télémétriques de la série Leica M fascinent par leur construction sans compromis ou qu'ils échauffent les esprits par leurs prix élevés, l'arrivée d'un petit nouveau dans la famille est toujours un événement... Et le Leica M10 ne fait pas exception à la règle ! Si son design est marqué par des courbes qui restent peu ou prou les mêmes de génération en génération, l'œil averti percevra la cure d'amincissement imposée à ce boîtier, en faisant le M le plus fin depuis le M7, dernier représentant argentique de la gamme. Au-delà des quelques changements d'ordre ergonomique, les aficionados de la marque apprécieront également l'amélioration du viseur télémétrique et l'arrivée d'un tout nouveau capteur de 24 Mpx.

CapteurCMOS 24 Mpx (24 x 36 mm)
MontureBaïonnette Leica M avec contacts pour codage 6 bits
StabilisationNon
ViseurOptique (télémétrique), grossissement de 0,73x
Motorisation5 ips
Sensibilité ISODe 100 à 50 000 ISO
Mémoire2 Go interne / SD / SDHC / SDXC
ConnexionWi-Fi (transmission DNG / JPEG), télécommande
Dimensions139 × 80 × 38,5 mm
Poids660 g
ÉcranÉcran couleur TFT LCD 3“, 16 millions de couleurs avec 1 036 800 pixels, champ d‘image env. 100 %, verre de protection en verre Gorilla anti-rayures , espace couleur sRVB
Mise au pointMise au point manuelle par système télémétrique
Mesures d'expositionMesure centrale fortement pondérée par cellule intégrée mesurant la lumière réfléchie par les lamelles claires du premier rideau de l'obturateur. Mesure directe sur le capteur pour modes de mesure centrale pondérée, spot, multizones
Modes d'expositionAu choix, automatisme par priorité au diaphragme (A) pour commande automatique de la vitesse d'obturation ou mode entièrement manuel par réglage de la vitesse et du diaphragme
Vitesse d'obturationDe 8 à 1/4000 s
Format image photoDNG : 5 976 x 3 992 pixels / JPEG : 5 952 x 3 968 pixels
Alimentation1 batterie lithium-ion, tension nominale 7,4 V, capacité 1300 mAh

Prise en main
Un minimalisme sans compromis

Ergonomie et design

L'aspect général du Leica M10 ne déroutera pas les habitués de la marque. Typiques du système de mise au point télémétrique, deux fenêtres de visée sont présentes sur la face avant de l'appareil et entourent le fameux rond rouge du logo Leica. Sur la face arrière et la tranche supérieure de l'appareil, quelques changements sont cependant au rendez-vous. Si l'on retrouve le déclencheur et la molette de sélection de la vitesse d'obturation sur l'épaule droite, on assiste à la disparition des positions rafale et retardateur (désormais accessibles par le biais du menu) ainsi que du bouton "M" (qui permettait notamment l'enregistrement de vidéos), tandis que l'épaule gauche s'équipe d'une molette de sélection de la sensibilité ISO. Celle-ci permet notamment de se débarrasser du bouton dédié présent sur le Leica M, de façon à ce que l'écran arrière s'entoure seulement du viseur, d'une molette de réglage, du trèfle de sélection et de trois commandes distinctes (Live View, Play et Menu). "Less is more", pourrait-on dire.

Test Leica M10 prise en main

Test Leica M10 prise en main

Test Leica M10 prise en main

Test Leica M10 prise en main

Il convient également de noter que les côtés du Leica M10 ne comportent aucune trappe d'accès pour la batterie ou la carte mémoire. Il faut donc, comme avec tous les Leica, démonter la semelle pour accéder à ces compartiments. Notons d'ailleurs que l'appareil ne comporte aucun autre type de connectique. Nous déplorons ainsi l'absence de prise USB qui aurait permis la recharge du M10.

Test Leica M10 prise en main

Comparé à son prédécesseur, le Leica M10 a eu le droit à une légère cure d'amincissement. Le nouvel appareil télémétrique pèse 660 g avec batterie (contre 680 g pour le Leica M) et mesure 139 x 38,5 x 80 mm, ce qui lui permet d'atteindre peu ou prou le gabarit plus réduit d'un M7, dernier boîtier M argentique — notons que cette dernière caractéristique semblait tenir à cœur aux utilisateurs d'appareils M de longue date.

Comparaison Leica M10 et Leica M
Comparaison Leica M10 et Leica MLeica M10 et Leica M (source : Camera Size).

Si la différence de taille et de poids entre un M et un M10 est évidente lorsque l'on tient les deux appareils en main, le dernier-né de Leica n'en reste pas moins un appareil relativement lourd, dont la densité rassure sur la qualité de fabrication, mais inspire quelques craintes quant au confort de portage lors d'une utilisation prolongée. Tout en restant moins imposant et bien plus discret qu'un reflex, le Leica M10 n'a pas le monopole de la compacité dans un marché en partie conquis par des appareils hybrides de qualité.

Fabriquer l'appareil photo le plus léger au monde n'est pas notre but. Le Leica M10 pourrait être plus léger mais cette légèreté se ferait au prix d'une moins bonne stabilité et de l'utilisation de matériaux moins élégants.

Jesko von Oeynhausens, chef produit Leica M pour Leica Camera AG

La sensation de prise en main que procure un boîtier de la série M est cependant unique. Avec son design abrupt, l'ensemble, constitué de l'appareil et d'une optique de la marque, se révèle déroutant pour qui est habitué à des boîtiers plus classiques, mais étonnamment équilibré. La disposition des boutons et molettes permet de plus d'accéder à la plupart des réglages utiles en situation de prise de vue sans qu'il soit nécessaire de passer par le menu.

Visée télémétrique

Bien que la fiche technique du Leica M10 s'avère peu fournie par rapport aux standards du genre, on notera la présence d'évolutions ayant pour but d'améliorer l'expérience utilisateur. Le viseur télémétrique, pièce maîtresse de l'appareil, a ainsi été largement amélioré. Son champ de vision a été agrandi de 30 %, tandis que le grossissement a été porté à 0,73x (contre 0,68x pour les précédents M numériques). En pratique, le viseur se révèle lumineux et confortable.

Rappelons cependant quelques avantages et inconvénients inhérents à l'utilisation d'un tel système de visée : le champ de vision restant le même quel que soit l'objectif utilisé, seules les limites du cadre affiché changent en fonction de l'objectif. Une fois l'œil dans le viseur, l'utilisateur dispose donc d'un angle de vision plus large que l'angle de prise de vue. Dans la pratique, cela permet d'anticiper certaines situations (telles qu'un personnage entrant dans le cadre) tout en restant prêt à capturer une photo. Le cadre effectif étant plus petit lorsqu'une longue focale est montée sur l'appareil, l'utilisation de tels objectifs s'avère néanmoins peu pratique.

Pour qui est habitué aux automatismes dont disposent la plupart des appareils photo modernes, l'opération de mise au point manuelle qu'implique l'utilisation d'un appareil télémétrique tel que le Leica M10 pourrait se révéler ardue. Après un certain temps d'adaptation, la rapidité et la précision de la mise au point dépendront des affinités de l'opérateur avec ce système hors-normes. Les photographes familiers de la technique du zone focusing pourront quant à eux se fier aux indications de profondeur champ visibles sur l'objectif.

Écran et menus

Le Leica M10 dispose d'un écran TFT LCD de 8,1 cm et 1 036 800 pixels. Bien que ni tactile ni orientable, il est de bonne facture et offre un visionnage clair et agréable, en extérieur comme en intérieur. Le Leica M10 propose de plus un mode Live View ainsi qu'une assistance à la mise au point (avec focus peaking) constituant une alternative à la visée télémétrique. Si l'intérêt de posséder un appareil Leica M s'en trouverait grandement limité, les plus réfractaires à ce type de visée peuvent d'ailleurs faire l'acquisition du viseur électronique Visoflex bénéficiant d'une monture pivotante et d'un module GPS pour la géolocalisation des photos enregistrées.

Suivant la même évolution que l'ergonomie physique du Leica M10, les menus de l'appareil s'avèrent désormais simples et dépouillés. Une première pression sur le bouton "Menu" permet à l'utilisateur d'accéder à une liste paramétrable de ses réglages favoris. À titre d'exemple, si l'épaule droite de l'appareil a perdu les positions permettant la prise de vue en rafale et l'activation du retardateur, il est néanmoins possible d'y accéder rapidement par le biais des favoris.

Test Leica M10 prise en main

Le "Menu principal" comporte quant à lui une unique liste de tous les réglages gérés par le M10. Contrairement aux derniers appareils numériques de la famille Leica M, les noms des paramètres sont ici clairs et la navigation, intuitive. Cet effort de simplification s'accompagne de la disparition de certains paramètres : c'est bien entendu le cas de ceux en lien avec la captation vidéo — que le M10 ne permet pas —, mais c'est aussi vrai concernant les options de compression des fichiers DNG et JPEG dont disposait le M. Ce dernier proposait en effet d'activer la compression des fichiers DNG et de capturer des fichiers "JPEG fine" et "JPEG standard" de 24, 12, 6 ou 1,7 Mpx. Sur le M10, il n'est désormais plus possible d'activer la compression des fichiers DNG, tandis que les fichiers JPEG se limitent à un seul et unique niveau de compression aux définitions de 24, 12 ou 6 Mpx. Les fichiers du Leica M10 pesant moins lourd que ceux du M (5,4 Mo contre 7,75 Mo en moyenne), on peut supputer que le niveau de compression conservé en JPEG correspond à ce qui était auparavant appelé "JPEG standard".

Quelques fonctionnalités supplémentaires font cependant leur apparition avec la nouvelle interface du M10. Il est ainsi désormais possible d'activer une grille de quadrillage en Live View et de déplacer le zoom numérique lors de la mise au point.

Alimentation et stockage

La batterie du Leica M10 dispose d'une capacité de 1 300 mAh tandis que son prédécesseur intégrait une batterie de 1 800 mAh. Dans la pratique, l'autonomie du M10 nous a permis de capturer plus de 400 clichés RAW+JPEG avec une utilisation modérée du Live View. Notez que l'utilisation du viseur électronique Visoflex devrait faire baisser cette autonomie de façon notable.

Le M10 intègre une mémoire interne de 2 Go et accepte les cartes SD d'une capacité maximale de 256 Go.

Performances

Le Leica M10 ne disposant ni d'autofocus ni de système de stabilisation, nos tests concernant les performances de l'appareil s'en trouvent grandement écourtés.

Avec un temps de mise sous tension d'une moyenne de 1,46 s, le Leica M10 ne fait pas partie des appareils les plus véloces du marché, mais il améliore grandement les performances de ses prédécesseurs (plus de 3 s pour le Leica M).


La promesse d'une rafale de 5 i/s est de plus tenue avec 4,7 i/s en RAW+JPEG et 4,9 i/s en JPEG selon nos tests sur 10 vues consécutives.


Qualité d'image

Gestion du bruit électronique

Le Leica M10 est équipé d'un capteur 24x36 de 24 Mpx. Nous n'avons aucune véritable précision sur l'origine de ce capteur, si ce n'est que ce modèle a été spécifiquement développé pour Leica et n'a pas encore incorporé à un précédent boîtier de la marque. La taille des photodiodes est d'environ 6 µm. La plage ISO s'étend de 100 à 50 000 ISO nativement. Il n'y a pas, contrairement à d'autres boîtiers, d'extension de la sensibilité.

Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Au stade actuel de développement technologique des capteurs, nous pensons que 24 Mpx représente le meilleur équilibre possible entre la résolution et la capacité à monter en sensibilité ISO en situation de basse luminosité.

Stephan Daniel, directeur des produits photographiques pour Leica Camera AG

Avant de disserter autour du bruit, nous pouvons noter la présence de moirage sur différents éléments de notre scène, notamment sur le carré blanc recouvert d'un collant ou les barres de mesure de précision.

Classiquement, le bruit électronique est bien géré entre 100 et 400 ISO, mais la granulation est déjà perceptible à 800 ISO sur les patchs de couleur de mire ColorCheker. La granulation est modérée et la restitution des détails, encore précise. À 1 600 ISO, la granulation s'accentue, mais elle est peu colorée et reste assez agréable à regarder. À 3 200 ISO, les images conservent une bonne tenue : les détails sont bien présents, mais la granulation est bien visible sur certains aplats colorés, notamment le bleu. La dynamique reste assez bonne, avec un bon rendu des hautes et basses lumières. Toutefois, les clichés au-delà de 200 ISO sont un peu plus denses. Les images à 6 400 ISO sont assez marquées par le bruit électronique. Le bruit de luminance est bien présent. Le traitement des images est assez doux et Leica préfère un rendu détaillé que lissé. Libre à vous de traiter les images pour limiter la granulation.

Un palier est clairement franchi au-delà de 6 400 ISO. Le grain devient plus grossier et vient dénaturer les images. Les couleurs perdent alors en intensité et les plus fins détails sont dilués. Le cran au-dessus (25 000 ISO) est plus compliqué à utiliser. Le bruit prend une forme peu esthétique avec des bandes très marquées qu'il sera difficile d'éliminer. L'image se couvre d'un voile légèrement coloré et il faudra bien la traiter pour une exploitation classique, avec notamment un passage en noir & blanc. Logiquement, le dernier cran (50 000 ISO) est encore plus complexe, avec un bruit coloré beaucoup plus marqué.

RAW VS JPEG

Nous avons comparé le traitement JPEG interne du boîtier avec les algorithmes de Lightroom CC 2017 pour les sensibilités 3 200 et 6 400 ISO. Les réglages sont paramétrés par défaut.

Les images développées avec Adobe Lightroom présentent une granulation fine et peu dérangeante esthétiquement. Le niveau de détails retranscrit étant de plus supérieur, on préférera le développement de fichiers RAW à l'utilisation de fichiers JPEG.

Leica M10 - 3 200 ISO (JPEG)Leica M10 - 3 200 ISO (LR)
Leica M10 - 6 400 ISO (JPEG)Leica M10 - 6 400 ISO (LR)

Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire.

Pour les images surexposées, Lightroom permet de récupérer des détails jusqu'à une surexposition de +1,5 IL. Au-delà, tout détail est définitivement perdu. Ces résultats limitent donc quelque peu le Leica M10 par rapport à la plupart des boîtiers disposant d'un capteur 24x36.

Leica M10 surexposition

Les fichiers du M10 montrent cependant une très bonne latitude de recouvrement pour les images sous-exposées, avec la possibilité de recouvrir des détails jusqu'à -4 IL sans augmentation notable du bruit dans les zones denses. Au-delà, le bruit électronique devient plus destructeur, avec une trame bien visible, mais peu colorée.

Leica M10 sous-exposition

Exemples de photos
Galerie terrain

Verdict
Le meilleur M numérique

Leica M10 recommandé par Focus Numérique

Pas de mise au point automatique, pas de vidéo, pas de stabilisation, pas d'écran tactile ni même orientable... Comme pour chaque boîtier de la gamme M, la liste des points négatifs concluant notre test du Leica M10 se fait longue. Voilà un appareil photo qui se place à contre-courant des tendances actuelles du marché et rend par conséquent bien délicat le fait de justifier le label "recommandé" que nous lui apposons. Si les fans de la première heure entretiennent un rapport passionnel avec la marque allemande et si le rythme cardiaque de nombreux photographes a tendance à s'accélérer à la simple vue du célèbre logo rouge, il convient en effet de raison garder.

Alors que de nombreux constructeurs tentent, d'une génération d'appareils photo à l'autre, d'ajouter toujours plus de fonctionnalités, la gamme Leica M suit une trajectoire bien différente et essaie, de génération en génération, de s'affranchir du superflu pour se concentrer sur les éléments essentiels à une certaine conception de la photographie. Nul besoin d'adhérer à cette conception pour se rendre compte que prendre en main un Leica M constitue une expérience photographique unique : un tel boîtier parvient en effet à trouver un équilibre sans égal entre simplicité, solidité, efficacité et discrétion. Les points négatifs cités précédemment étant pleinement assumés par Leica, mettons-les momentanément de côté de façon à nous concentrer sur les différents axes d'évolution — et de stagnation — du Leica M10.

D'un point de vue ergonomique, le pari des ingénieurs de Wetzlar est réussi : leur désir de minimalisme prend aussi bien corps dans l'aspect physique du boîtier que dans sa partie logicielle. Cette dernière est ainsi largement simplifiée par rapport à ce qui était proposé sur le Leica M. Seulement voilà, malgré une légère cure d'amincissement qui devrait faire plaisir aux "leicaïstes", le M10 reste un boîtier étonnamment lourd pour sa taille et sa prise en main n'est pas facilitée par l'absence de poignée ou la petite taille du repose-pouce.

L'évolution du capteur est quant à elle bienvenue. Si ce capteur ne fait pas partie des meilleurs du domaine, le Leica M10 présente un bon comportement en situation de faible luminosité, avec des images de qualité jusqu'à 6 400 ISO et exploitables jusqu'à 12 500 ISO. Nous vous conseillons cependant l'utilisation de fichiers RAW, présentant à la fois un meilleur niveau de détail et une granulation plus fine lors de la montée en sensibilité.

Entre autres bonnes nouvelles, on notera également l'amélioration de la visée télémétrique avec un champ de vision augmenté de 30 % par rapport au Leica M (Typ 240), ainsi qu'un grossissement porté à 0,73x. Tout comme l'était le Leica M à sa sortie, le M10 est donc tout simplement le meilleur appareil télémétrique numérique jamais produit. Il convient cependant de garder à l'esprit que Leica, avec le M10, ne semble pas réellement tenter de séduire de nouveaux utilisateurs, cette tâche étant plutôt dévolue aux boîtiers Q et SL. Tout en apportant son lot d'améliorations, le nouveau boîtier du constructeur allemand s'adresse donc à un public de photographes déjà convaincus par l'ergonomie, le système de visée et le style d'images de la gamme M.

Reste la question du prix... face à laquelle vous vous retrouverez bien seuls. Vendu au prix exorbitant de 6 500 €, le Leica M10 se place, d'un point de vue tarifaire, face à des boîtiers qui n'ont strictement rien à voir sur le plan technique : c'est notamment le cas des reflex sportifs que sont le Canon EOS-1D X Mark II et le Nikon D5. Rappelons de plus que les appareils moyen format Hasselblad X1D et Fujifilm GFX feront cette année leur entrée sur le marché à des prix à peine supérieurs.

+
  • Excellente qualité de fabrication
  • Richesse du parc optique
  • Ergonomie minimaliste
  • Visée télémétrique claire et précise
  • Écran arrière de qualité
  • Obturateur silencieux
  • Images exploitables jusqu'à 12 500 ISO
  • Bonne autonomie
  • Wi-Fi
  • Pas de mise au point automatique
  • Pas de vidéo
  • Pas de stabilisation
  • Pas d'écran tactile et orientable
  • Pas de recharge par port USB
  • Poids élevé
  • Préhension perfectible
  • Nécessité de démonter la semelle pour accéder à la batterie et à la carte mémoire
  • Qualité des fichiers JPEG en retrait
En résumé

Comme ses illustres ancêtres, le Leica M10 est un appareil photo qui ne conviendra ni à tous les usages ni à toutes les bourses. Comme ses illustres ancêtres, son ergonomie est d'un minimalisme poussé à l'extrême. Le Leica M10 ne se veut pas révolutionnaire, mais perfectionne les attributs d'une gamme de boîtiers qui a su conquérir le cœur de nombreux photographes au cours de sa soixantaine d'années d'existence.

Leica M10
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Leica M10
M10
Fnac.com 6500,00 €
Fnac.com 6500,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 6990,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 6990,00 € Voir l'offre