CapteurCMOS N/B 23,9 x 35,8 mm - 24 Mpx
MontureLeica M
Optique livréeNA
StabilisationNon
AntipoussièreNon
ViseurTélémétrique (avec choix de cadres), électronique (en potion)
ÉcranTFT 3 pouces (7,6 cm) de 921 000 points (verre saphir)
Mise au pointManuel
Modes autofocusNA
Mesures d'expositionTTL optique : pondéré centrale - TTL numérique : matricielle, pondérée centrale ou spot
Modes d'expositionA et M
Vitesse d'obturation60 s - 1/4000 s (synchro flash : 1/180 s)
Motorisation3 i/s (buffer 2 Go / 30 photos)
Sensibilité ISO320-25 000 ISO
MémoireSD, SDXH, SDXC
AlimentationLithium
ConnexionNC
Dimensions138,6 x 42 x 80 mm
Poids680 g
LogicielsAdobe Photoshop Lightroom
Dans la boîteNC

Caractéristiques

Leica introduit un nouvel appareil dans sa gamme d'appareils télémétriques numériques. Après le M Typ 240 (premier du genre à utiliser un capteur CMOS) et le M édition 60 (premier du genre dépourvu d'écran arrière), c'est la version noir et blanc qui est mise à jour. Voici donc le nouveau Leica M Monochrom Typ 246 !
Leica M Monochrom Type 246

L'appareil reprend toutes les caractéristiques de son aîné le M, à l'exception d'un point. Monochrome oblige, il est dépourvu de la matrice de Bayer et donc uniquement capable de produire des images en noir et blanc (photo ou vidéo). Exit donc le capteur CCD de la première version et bienvenue au capteur CMOS 24 x 36 mm de 24 Mpx également dépourvu de filtre passe-bas.
Leica M Monochrom Type 246

Plus précisément, il reprend même les caractéristiques du M-P (P pour Premium) et dispose de série du verre saphir pour protéger l'écran arrière ainsi que d'une mémoire tampon de 2 Go.
Leica M Monochrom Type 246

Le nouveau M Monochrom Typ 246 sera disponible dès le mois de mai 2015 au prix de 7 250 €.

Caractéristiques

Test terrain jour 1

Tester un Leica M, qu'il soit Monochrom ou non, Typ 240 ou 246, c'est toujours comme retrouver un vieil ami qui aurait pris un peu d'embonpoint avec l'âge. Un peu comme si vous vous étiez quittés la veille, la conversation reprend là où elle en était. "Alors, tu vas bien ? Tu fais quoi de neuf ? Ah, tu ne fais que du noir et blanc ? Sans rire ! Mais quelle drôle d'idée !" Et après vous être regardés de longues minutes droit dans les yeux, vous vous levez, souplement, bien décidés : "Allez, c'est pas tout, mais on va aller se balader et faire des photos."

Depuis le premier M Monochrom (sur base de M9 et capteur CCD), le M Monochrom Typ 246 s'est alourdi. La tenue en main est bonne, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de vous dire qu'il serait temps que Leica fasse dégonfler son boîtier star. Ce sera pour la génération suivante. Le bon côté, c'est que, sur le terrain, ce dernier Monochrom bénéficie des quatre grandes avancées du M (Typ 240) :

  • l'écran de 3" (7,6 cm) et 921 000 points, enfin digne de son rang (même s'il n'est ni tactile ni orientable — mais à quoi bon ?) ;
  • la batterie de 1 800 mAh qui offre enfin une autonomie digne de ce nom (pas de problème pour tenir tout un week-end sans avoir à s'inquiéter du décès prématuré de son Précieux au bout de 150 vues) ;
  • les cadres rétroéclairés par des LED (éclairage blanc ou rouge) redoutables d'efficacité en basse lumière : impossible de s'en passer après y avoir goûté ;
  • le live view, quand même bien utile.
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 2

Concernant la visée à l'écran, justement, le fait que le M Monochrom (Typ 246) ne photographie qu'en noir & blanc permet de compenser l'un des défauts du M (Typ 240) standard. En effet, nous reprochions à ce dernier le manque de lisibilité du surlignage de son focus peaking, tellement peu puissant qu'il en devenait régulièrement inutilisable. Là, puisque l'image est monochrome, le focus peaking ressort suffisamment bien pour être utilisé avec plaisir.

Leica M Monochrom Typ 246 exemple 3

Le Leica M Monochrom (Typ 246) est donc comme un vieil ami. Rien n'a changé ; la visée télémétrique est toujours aussi agréable à utiliser même si, après plusieurs mois sans pratique, il faut quelques minutes pour retrouver ses marques. Le sentiment de solidité générale est, comme toujours avec les M, souligné par la finition impeccable, le contact du métal massif et le verre saphir arrière, qui est censé ne pas se rayer et que nous n'avons pas réussi à rayer.

Leica M Monochrom Typ 246 exemple 4

Comme n'importe quel Leica M, le Monochrom souffre aussi du poids de la tradition, à savoir un accès à la carte mémoire anti-ergonomique au possible à cause de la semelle à déverrouiller, un commutateur ON/OFF (en fait, OFF/S/C/Timer) manquant parfois d'accroche et une protection de prise USB qui... eh... mais attendez, il n'y a plus de prise USB ! Vraiment ? Bon, ça aurait pu être pire, il aurait pu ne pas avoir d'écran. Et puis de toute manière, les utilisateurs de M numériques utilisent majoritairement un lecteur de carte, alors...

Leica M Monochrom Typ 246 exemple 5

Sur le terrain, le M Monochrom (Typ 246) se montre maniable, flexible, vif. Il est certes capable de travailler en exposition multizone mais les habitudes ont la vie dure : ce sera du pondéré central et, parfois du spot. Les DNG compressés ? Pourquoi faire ? La sensibilité minimale, rehaussée à 320 ISO, un diaphragme de plus que le premier Monochrom, est cependant plus gênante, surtout en plein jour avec notre Summilux-M 50 mm ASPH (f/1,4) de test. Dommage. Et si vous voulez jouer de la compensation d'exposition, il faut toujours aussi étrangement appuyer sur le bouton argenté en façade, du bout du majeur, puis tourner la molette de pouce. Alors qu'il aurait été tellement plus logique de devoir déclencher à mi-course puis de tourner la molette de pouce. Il faut croire que Wetzlar aime bien se compliquer la vie.

Leica M Monochrom Typ 246 exemple 6

Le M, toujours la même chose ? Oui. Mais la magie opère à chaque fois. Aussi bien sur vous, en tant que photographe, que sur vos sujets humains. Le M Monochrom (Typ 246) fait ainsi partie de ces boîtiers qui fascinent, attirent la curiosité et la sympathie. Parce qu'il est robuste, vous n'hésitez pas à le confier aux mains de non-photographes qui, soudain, se prennent d'intérêt pour la chose photographique. "Comment ça fonctionne ? Elle sert à quoi cette bague ? Et si je tourne là, il se passe quoi ? Comment je fais la mise au point ? Oh, je vois le bout de l'objectif dans le viseur !" Ne serait-ce que pour cette interaction sociale, qui n'est finalement pas si fréquente avec les APN modernes dont beaucoup semblent basés, la magie du Leica M opère. Jusqu'à la première tentative de selfie. Et là, c'est le drame.

Leica M Monochrom Typ 246 exemple 7
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 8
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 9
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 11
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 12
Leica M Monochrom Typ 246 exemple 13

Prise en main

Ce nouveau Leica M Monochrom Typ 246 reprend le design et l'ergonomie du M Typ 240 dans sa version M-P (P pour Premium).

Leica M Monochrom Typ 246 test review vue de face avec Summilux 35mm f/1,4
Le Leica M Monochrom Typ 246 avec le Summilux 35 mm f/1,4 ASPH.

Il faut reconnaître une grande qualité aux Leica M : ils ne dépaysent pas. Que l'appareil que vous utilisiez date des années 1950, des années 1990, qu'il soit argentique ou numérique, qu'il ait une cellule ou non, la prise en main est toujours la même. D'abord, il faut glisser la courroie entre son index et son majeur droit. Naturellement, le doigt vient se poser sur le déclencheur, prêt à entrer en action dès que vous aurez trouvé votre "instant décisif". La main gauche, elle, se saisira délicatement de l'objectif, par dessous, le pouce sur la bague de diaphragme, l'index sur l'ergot de mise au point.

Leica M Monochrom Typ 246 test review vue de face sans optique
Leica M Monochrom Typ 246 : la lumière réfléchie par la lamelle claire du rideau sert à mesurer l'exposition.

Le design typiquement Bauhaus des M n'a pas pris une ride et incarne toujours l'archétype de l'Appareil photographique, avec un grand A. Si si, regardez bien tout autour de vous : à chaque fois qu'un appareil photographique est stylisé sous forme d'icône ou de logo, ce sont les traits du M qui sont repris.

Leica M Monochrom Typ 246 test review vue de dessus
Leica M Monochrom Typ 246 : vue de dessus. la touche M permet d'enclencher la vidéo... en monochrome bien sûr !

Le nouveau M Monochrom conserve tous les traits qui font de cette famille une gamme un peu à part dans l'univers photographique. La face avant ne choquera aucun habitué au télémétrique : le viseur déporté sur le côté, avec sa grande fenêtre, est bien là. Un peu plus loin, la deuxième fenêtre, plus petite, celle qui sert à créer la fameuse image dédoublée si caractéristique des viseurs télémétriques, est bien là. Pourtant... pourtant, beaucoup de changements sont intervenus en interne.

Leica M Monochrom Typ 246 test review vue de dos

Sous la griffe flash du Leica M Monochrom Typ 246, un connecteur permet de brancher un viseur électronique 100 %. Vous noterez également la présence d'un écran LCD plus large que sur le précédent modèle. Toutefois, les angles de vision sont malheureusement trop réduits.
Leica M Monochrom Typ 246 test review

Un seul point "disgracieux" à nos yeux sur le nouveau Leica M Monochrom Typ 246 pourtant très épuré : la présence d'une grosse vis au-dessus de la baïonnette.

Leica M Monochrom Typ 246 test review

Une nouvelle commande (à droite de l'objectif quand on prend une photo) permet d'activer une loupe ou le focus peaking pour faciliter la mise au point sur l'écran. Autre point : le Leica M Monochrom Typ 246 ne dispose plus de connecteur USB.
Leica M Monochrom Typ 246 test review

Sans doute pour des raisons esthétiques, le M Monochrom Typ 246 n'a aucune trappe d'accès visible pour la batterie ou la carte mémoire. Il faut, comme avec tous les Leica, démonter la semelle pour accéder à ces compartiments.

Pour le reste, nous vous invitons à consulter notre prise en main du M Typ 240.

Précision, colorimétrie

Nous n'avons pas pu comparer directement les images des deux Leica M Monochrom, le M-P et ce nouveau Typ 246 dans les mêmes conditions (l'éclairage de la scène test a été modifié entre temps). Toutefois, l'examen des images des deux boîtiers équipés de la même optique Summilux 35 mm f/1,4 ASPH est intéressant.

L'image du Monochrom premier du nom est un peu plus dense et le micro-contraste apparaît également un peu plus appuyé.

Leica M Monochrom test reviewM Monochrom.

À l'inverse, le JPEG du Monochrom Typ 246 est beaucoup plus doux, même si l'image est globalement bien contrastée. Est-ce le CMOS qui produit des images plus douces ou est-ce le traitement interne du boîtier ? Difficile de répondre. Nous avons donc ouvert les fichiers DNG dans Photoshop avec les réglages par défaut. Attention : pour le moment, si vous êtes sur Mac, ne les importez surtout pas directement dans Photos : l'opération détruirait toute votre photothèque. Un correctif devrait être apporté d'ici le 19 mai 2015

L'image est un peu moins contrastée et le gain au niveau des détails est quasi nul. En renforçant le contraste général et le niveau de clarté (3e image), on se rapproche du rendu du Monochrom initial.

Leica M Monochrom typ 246 test review

Quoi qu'il en soit, l'absence de filtre passe-bas et de matrice de Bayer permet du M Monochrom Typ 246 de délivré des images fourmillant de détails : texture dans le livre, filigrane dans le billet. Le rendu des matières est superbe et parfaitement mis en valeur par le noir & blanc.

Gestion du bruit électronique

Comme de coutume, pour notre test, la scène est éclairée sous 200 lux. Le Leica M Monochrom Typ 246 est réglé en mode M avec une ouverture fixée à f/5,6 pour une valeur ISO de 320 avec un temps d'obturation de 1/8 s. Dans cette configuration, le gris neutre 18% atteint 50% du signal en JPEG. Pour ce test, nous avons utilisé le Summilux 35 mm f/1,4 ASPH. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100 % et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (DNG).

Les JPEG

Avec des images en 23,9 Mpx (5976 x 3992 px) de pixels effectifs sur un capteur de 23,9 x 35,8 mm, les photosites font environ 6 µm (5,98) de côté.

Tailles des différents capteurs
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

En noir et blanc, il n'y a plus de problème de dérive colorimétrique ni de bruit de chrominance. Leica peut donc se concentrer uniquement sur la maîtrise du bruit de luminance. Il est intéressant de noter que le M Monochrom Typ 246 affiche une sensibilité nominale à 320 ISO.

Les images délivrées entre 320 et 800 sont juste... superbes. En cherchant bien, vous trouverez un peu de grain à 800 ISO, mais il reste assez discret. Le piqué est encore excellent et la dynamique ne bouge pratiquement pas.

Vous passerez à 1 600 ISO sans la moindre hésitation. À cette sensibilité, le grain fait assez vite son apparition. Là encore, il est discret, fin et assez esthétique. Le lissage est peu présent : du beau boulot.

Le grain devient de plus en plus présent jusqu'à 6 400 ISO, mais les images sont encore étonnantes avec une profusion de détails, un moutonnement visible, mais agréable et une belle dynamique.

Il faut pousser le M Monochrom dans ses derniers retranchements (12 500 / 25 600 ISO) pour constater des dégradations plus importantes : le grain se fait plus grossier, notamment dans les valeurs intermédiaires, et vient diluer les plus fins détails. Cependant cette perte d'information n'est véritablement visible que lorsque vous observez les photos sur un écran à 100%.

Globalement, le M Monochrom Typ 246 est extrêmement séduisant pour la photographie en hautes sensibilités ISO et on note une stratégie intéressante, qui est de limiter le traitement du bruit électronique Le grain est plus visible qu'avec des boîtiers "traditionnels", mais le grain en noir & blanc nous apparaît beaucoup moins "nuisible" aux images.

Comparaison à tirage équivalent

Confronter le M Monochrom Typ 246 à des boîtiers "couleur" n'est pas évident. Nous avons donc opté pour un face à face en noir et blanc en basculant un Sony A7 II (avec le 35 mm f/1,4 Leica) et un Canon 6D (avec 24-70 mm Tamron) en monochrome. Naturellement, le M Monochrom, version CCD, est également de la partie.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Vous remarquerez immédiatement que les images délivrées par le CMOS du Typ 246 sont beaucoup plus douces que celles produites par le CCD du Monochrom premier du nom. Le grain est également moins présent. Vous pourrez plus facilement retravailler les images du nouveau Monochrom.

Le Sony A7 II équipé de la même optique ne laisse pas indifférent. Le traitement est un peu plus contrasté et l'image paraît plus flatteuse. Mais le bruit électronique est également traité différemment. Si Leica ne lisse pratiquement pas les détails pour "gommer" le bruit, le Sony est plus violent et le grain, beaucoup moins esthétique. Les plus fins détails disparaissent, mais sur un tirage de cette taille, ce n'est finalement pas très important. Le Canon 6D tente également d'atténuer le grain en appliquant un lissage plus appuyé. Au final, les détails sont moins nombreux, mais globalement l'image est plus agréable à regarder sur un format 60 x 40 cm.

Il semble donc que Leica n'applique pratiquement pas de lissage de bruit. Les détails sont bien préservés, même si le grain est nettement plus perceptible. C'est l'avantage du noir & blanc : le grain est apprécié, alors qu'il est proscrit en couleur. Leica joue donc avec cet aspect "culturel", qui associe positivement grain et noir & blanc.

Leica M Monochrom Typ 246Leica M Monochrom
Sony A7II Canon 6D

Oscilloscope

Passons certaines images du Leica M Monochrome sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

L'oscillo confirme notre impression. Le Leica ne traite pratiquement pas le bruit électronique avec des algorithmes de lissage. Le grain monte assez rapidement dans les valeurs sombres comme le montre l'oscilloscope à 3 200 ISO.

Leica M Monochrom Typ 246 test review bruit électronique sur grisLeica M Monochrom Typ 246 – 320 ISO Leica M Monochrom typ 246 test review bruit gamme gris graphique 320 ISO
Leica M Monochrom Typ 246  test review bruit gamme gris 3200 ISOLeica M Monochrom Typ 246 – 3 200 ISO Leica M Monochrom Typ 246  test review bruit gamme gris graphique 3200 ISO
Leica M Monochrom Typ 246 test review bruit gamme gris 6400 ISOLeica M Monochrom Typ 246 – 6 400 ISO Leica M Monochrom Typ 246  test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO
Leica M Monochrom Typ 246 test review bruit gamme gris 12 500 ISOLeica M Monochrom Typ 246 – 12 500 ISO Leica M Monochrom Typ 246  test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO

Les fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour la luminance (il n'y a pas de couche colorée dans les images du Leica M Monochrom).

leica M Monochrom Typ 246 bruit dans fichier brut

Exposition, RAW

Les fichiers DNG du M Monochrom Typ 246 offrent-ils une belle latitude d'exposition ? Pour le savoir, nous avons sous- et sur- exposé notre scène test sur ± 4 IL et tenté de recouvrer les informations en jouant sur les curseurs d'Adobe Lightroom 5.

Latitude d'exposition

Dans les hautes lumières, il est difficile de récupérer des détails en cas de surexposition. Dans notre scène, il est déjà impossible de les retrouver sur le tissu blanc avec 1 IL de décalage. Il faudra donc bien veiller à exposer pour les hautes lumières afin de préserver un maximum de détails.

Test du Leica M Monochrom Typ 246, latitude d'exposition, image de référence
Image de référence : gris neutre à 50 % du signal.

Test du Leica M Monochrom Typ 246, latitude d'exposition, récupération en surexposition

Il est beaucoup plus facile de récupérer des informations sur des images sous-exposées. Vous pourrez assez facilement remonter les valeurs jusqu'à 3 IL. Au-delà, le bruit électronique viendra fortement perturber le rendu des images.

Test du Leica M Monochrom Typ 246, latitude d'exposition, récupération en sous-exposition

Mode vidéo

Avec l'arrivée d'un capteur CMOS à l'intérieur du M Monochrom Typ 246, le boîtier accède à une nouvelle fonctionnalité : la vidéo.

Formats et fonctionnalités

Pour autant, Leica ne semble pas vraiment miser sur cette fonction pour séduire les vidéastes : pour cela, la marque compte davantage sur le nouveau S avec son grand capteur et son mode vidéo 4K !

Pas une seule ligne dans le menu dy Typ 246 ne concerne la vidéo. L'intégration est ici minimaliste et le M Monochrom Typ 246 filme en HDTV 1080 en 25p. Pas de compression moderne, un MJPEG tout ce qu'il y a de sommaire, mais efficace.

Nous aurions apprécié que Leica propose différents formats d'enregistrement (notamment le 2K Ciné), différentes cadences (un 24p cinéma et un 50 plus efficace) et différents codecs de compression.

Le focus peaking présent en photo est malheureusement indisponible en vidéo. En outre, s'il possible de changer manuellement l'ouverture et la vitesse d'obturation, la sensibilité ISO devra être fixée avant de l'enregistrement. Vous ne pourrez brancher ni casque ni micro externe. Il faudra, au choix, se contenter du micro mono interne ou enregistrer le son de manière indépendante. Notez que le niveau d'enregistrement audio n'est pas ajustable manuellement.

Précision

Les vidéos produites par le M Monochrom sont plutôt plutôt séduisantes comparées à celles produites par d'autres boîtiers 24x36 comme le récent A7 II de Sony ou le plus ancien Canon 6D. L'image est douce mais précise, et le moirage, assez bien contenu quoique bien visible, notamment sur le premier extrait vidéo en extérieur (toits de Paris).

Leic M Monochrom Typ 246 extrait vidéo 100%

Vous pouvez comparer l'extrait 100 % de la vidéo HDTV 1080 / 25p du Leica M Monochrom Typ 246 avec celles d'autres boîtiers 24x36 ci-dessous.

Sony A7 II test review mode vidéo précision

Canon EOS 6D test vidéo précision`
Nikon D810

Rolling shutter

Le capteur CMOS ne disposant pas d'obturateur global, les vidéos délivrées par le M Monochrom Typ 246 présentent de forts effets de rolling shutter, c'est-à-dire des déformations de l'image lors de mouvements rapides de la caméra.

Exemples de vidéos

Vous pouvez télécharger deux courtes vidéos réalisées avec le Leica M Monochrom Typ 246. Nous essaierons de publier d'autres vidéos dans les jours à venir.

Toits de Paris (100 Mo)

Portrait (70 Mo)

Verdict

Leica M Monochrom Typ 246Il est toujours délicat de conclure sur un boîtier Leica M, l'objet étant tellement atypique, singulier et hors de nos références. Le Leica M Monochrom Typ 246 l'est d'autant plus qu'il ne photographie et ne filme qu'en noir & blanc.

Ce boîtier est pratiquement unique et, en ce sens, il est hautement recommandable pour ceux qui ne veulent faire que de la photo noir & blanc avec un appareil à visée télémétrique. Les habitués de la visée reflex et de l'autofocus auront tout naturellement une autre vision de l'objet, certes superbe, mais difficile à appréhender, élitiste — trop élitiste. Eux n'y verront qu'un appareil, trop lourd, trop lent, trop limité et trop cher.

Le Leica M Monochrom Typ 246 cible donc une frange très spécifique de photographes, mais la cible avec une précision diabolique !

Nous mettrons donc de côté la passion du bel objet et toutes les émotions qui accompagnent le M Monochrom (matière, fonctionnement, histoire, image...) pour un verdict "simplement" technique.

Nous l'avons vu lors de nos tests, le nouveau M Monochrom délivre des images (JPEG réglage par défaut) plus douces, plus soyeuses que le Monochrom original. Le CCD de ce dernier délivre des images plus "brutes" avec un contraste fort, beaucoup de détails, un traitement du bruit peu appuyé. Un "brut de capteur" en noir & blanc plutôt séduisant.

Plus douces, les images du M Monochrom Typ 246 laissent plus de latitude pour la retouche et il sera facile d'obtenir des images plus denses et présentes en modifiant le rendu sur le boîtier ou en post-traitement avec les fichiers bruts . Le bruit électronique est également mieux maîtrisé et, comme sur le précédent modèle, le grain est peu traité, laissant là encore plus de latitude de traitement et surtout des images plus détaillées. En noir & blanc, le grain est presque un gage de qualité. Toute la plage de sensibilités ISO (320 - 25 000 ISO) est donc parfaitement exploitable et aucune scène ne devrait vous résister.

En revanche, nous sommes assez déçus par la latitude d'exposition assez limitée du Typ 246. Même en RAW, il faudra veiller à bien exposer pour les hautes lumières. Un problème que nous avions déjà relevé sur le Monochrom premier du nom.

Il n'en reste pas moins que les images du M Monochrom Typ 246 sont vraiment plaisantes et ne sont pas de "désaturations" d'images en couleurs. Le débat entre les images "directement monochromes" et les conversions noir & blanc sera sans doute sans fin, mais il faut bien avouer que les images du M Monochrom ont quelque chose de fascinant, d'immédiat. Un petit quelque chose d'à part. Alors oui, il est surement possible d'obtenir le rendu d'un M Monochrom (MM), mais au prix d'un temps de traitement parfois bien (trop) long.

En vidéo, le Monochrom délivre également des images plaisantes... et même si les options sont limitées, quel plaisir de filmer en noir & blanc avec un Leica ! Le fantasme réalisé !

Lire également notre face à face : Leica M6 VS Leica M Monochrom

+
  • Images détaillées et beau rendu des matières : pas de filtre passe-bas, pas de filtre de Bayer
  • Visée directe sur écran qui facilite la mise au point (loupe / focus peaking) si vous en avez besoin
  • Belle gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO (pour du noir & blanc)
  • Possibilité de filmer
  • Possibilité d'utiliser un viseur électronique
  • Autonomie de la batterie honorable (environ 500 déclenchements sans vidéo)
  • Niveau électronique sur 2 axes (mais pas de grille d'aide à la composition ni d'histogramme d'exposition)
  • Format RAW ouvert : DNG
  • Latitude d'exposition assez restreinte
  • Mode vidéo limité. Effet de rolling shutter important
  • La loupe ne fonctionne qu'au centre de l'image
  • Plus de connexion USB
  • Accès à la carte mémoire par la semelle qui oblige à trop de manipulations
  • Enregistrement des images un peu lent (les menus manquent également un peu de réactivité)
  • Angles de vision de l'écran LCD trop réduits
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Leica M Monochrom Typ 246
Il n'y a actuellement aucune offre.