Après plus d'une année de bons et loyaux services, le X-T10 tire sa révérence pour laisser place au X-T20 doté d'un écran tactile et surtout d'un nouveau capteur APS-C à 24 Mpx et d'un nouveau processeur de traitement des données qui permet au boîtier d'accéder à la vidéo UHD.

CapteurAPS-C (23,6 x 15,6 mm) à 24,3 Mpx
MontureX
Optique livréeselon kit
Stabilisationselon les optiques
ViseurDalle OLED de 0,39 pouces de. 2,36 millions de points, couverture : env. 100 % Dégagement oculaire : env. 17,5 mm. Grossissement de 0,62x (eq. 24x36)
Écran8,1 cm, rapport d'affichage 3:2, env. 1 040 K points, écran tactile TFT LCD couleur type inclinable (couverture env. 100 %)
FlashFlash pop-up. NG 7 (en m pour 200 ISO). Synchro flash 1/180 s
Mesures d'expositionMesure TTL sur 256 zones, Multi / Spot / Moyenne / Centrale
Modes d'expositionP (programme AE) / A (priorité à l'ouverture AE) / S (priorité à la vitesse d'obturation AE) / M (exposition manuelle). Correction d'exposition +/- 5IL
Vitesse d'obturation4s à 1/4000 s en obturation mécanique. 1à 1/32 000 s en obturation électronique.
Sensibilité ISOAUTO1 / AUTO2 / AUTO3 (jusqu'à 12800 ISO) / 200 à 12800 / extension 100 / 25600 / 51200 ISO
MémoireCarte SD (-2 Go) / SDHC (-32 Go) / Carte SDXC (-256 Go) UHS-I
Format image photoJPEG / RAW (14 bits) .RAF 6000 x 4000 pixels
Format image vidéoMOV (MPEG-4 AVC). UHD (3840 x 2160 px) 29,97p / 25p / 24p / 23.98P, 100Mbit/s. HDTV 1080 (1920 x 1080 px) 59,94p / 50p / 29,97p / 25p / 24p / 23,98P, 36Mit/s.
AlimentationBatterie li-ion NP-W126
ConnexionUSB 2, Wi-Fi (b/g/n), HDMI (type D), entrée micro stéréo (2,5 ø)
Dimensions118,4mm (l) x 82,8mm (H) x 41,4mm (P)
Poids383 g
Dans la boîteBatterie Li-ion NP-W126S. Chargeur de batterie BC-W126. Bouchon de boîtier. Courroie. Clip métallique pour courroie. Cache de protection. Outil de fixation des clips. Manuel utilisateur.
Mise au pointAutofocus hybride intelligent (AF par détection de contraste TTL / AF par détection de phase TTL)
Modes autofocusAF seul / AF continu / MF
MotorisationJsuqu'à 14 ips en obturation électronique. Jusqu'à 8 ips en obturation mécanique.

Présentation
Prise en main et fonctionnalités

Comme le XT-10 en son temps, le X-T20 se présente comme une alternative moins onéreuse au fer de lance de la gamme, le X-T2. Plus petit, plus ramassé, plus léger, le X-T20 n'en reste pas moins un boîtier séduisant, notamment par son électronique en grande partie héritée de son aîné.

Premiers contacts

Le X-T20 offre une prise en main assez agréable, mais qu'il convient de nuancer. le boîtier a le bon poids : ni trop léger pour paraître fragile, ni trop lourd pour peser en fin de journée. Le X-T20 est également compact et se glissera facilement dans un petit sac photo s'il est accompagné du 16-50 mm f/3,6-5,6 OIS II avec lequel il est vendu en kit. Notez qu'il existe également une offre avec le nettement plus onéreux 18-55 mm f/2,8-4 R également stabilisé). Si le revêtement caoutchouté est agréable, le matériau utilisé pour le capot est un peu décevant et manque de corps. Après le Pentax KP, la différence de finition est assez flagrante. Le X-T20 n'est pas fragile, loin s'en faut, mais il manque un peu de consistance pourrait-on dire. En outre et contrairement à sin aîné, le X-T20 ne présente pas une finition à l'épreuve des intempéries et les joints d'étanchéité au niveau des différentes trappes manquent à l'appel.

Fujifilm X-T20 test review vue avec 16-50 mmLe X-T20 présenté ici avec son objectif "classique" le XC 16-50 mm f/3,5-5,6 stabilisé. La notation XC signifie, entre autre, que l'optique ne dispose pas de bague de diaphragme.

Gabarit

Le X-T20 est un boîtier plus compact que son aîné le X-T2, mais également plus petit que le Nikon D5600 qui est l'un des reflex APS-C les plus menus.

Fujifilm X-T20 test review comparaison taillesSource : Camerasize.

Ergonomie

Par rapport au "premier" X-T10, le nouveau venu ne vient pas totalement boulverser la donne. Sur la face avant, vous retrouverez le levier pour le choix du mode autofocus (AF-S, AF-C et manuelle) et à l'opposé une molette de réglage cliquable.

Fujifilm X-T20 test review vue face capteur

Le capot est la véritable tour de contrôle du boîtier. Sur l'épaule gauche vous trouverez un levier pour déployer le flash intégré ainsi qu'un barillet pour le choix du mode d'exposition. Pas de mode PSAM ici, mais les modes de motorisation, les filtres créatifs, le mode panorama par balayage, les différents bracketing et le mode vidéo.

De l'autre côté du viseur, le tableau de commandes se densifie avec le barillet pour la vitesse (par cran de 1IL) avec une position automatique accessible qu'en remontant toutes les valeurs de vitesse (impossible donc de passer du mode B au mode A directement...). Pour les pas supplémentaires (1/3 IL) il faudra utiliser la molette arrière. Comme le 16-50 mm ne dispose pas de bague de diaphragme, l'ouverture est contrôlée à l'aide de la molette avant. Pour passer en mode Audo, i faudra là aussi tourner pour atteindre f/22 et tourner d'un cran supplémentaire. Pour passer en mode P, i faudra basculer les deux modes vitesse / ouverture en mode Auto. Voilà qui n'est ps évident au premier abord.

Bonne idée, un levier permet de passer rapidement en mode tout automatique comme une sorte de commande antipanique qui permet de prendre rapidement un cliché sans avoir à modifier tous les réglages.

Fujifilm X-T20 test review vue dessus

Le déclencheur dispose d'un pas de vis pour connecter un déclencheur souple. Il dispose autour d'un levier de mise sous tension : pratique. La touche Fn est finalement difficile d'accès et peu marquée : bien que personnalisable, elle est peu pratique. Le largeur correcteur d'exposition fonctionne bien et pourra opérer au-delà des +/-3 IL à l'aide de la position C. Si sur le précédent modèle elle était un peu trop fluide, la friction est désormais bien dosée.

Viseur et écran

Le X-T20 dispose d'un viseur Oled de 0,39 pouces affichant 2,36 millions de points. Le grossissement est de 0,62X ce qui le rend plus large qu'un viseur optique d'un Nikon D5600 par exemple (grossissement de 0,55x). La visée est assez précise et fluide en basse lumière. L'affichage devient un peu baveux en basse lumière notamment lorsque le zoom est à fond de course à f/5,6. Le dégagement oculaire est à peine suffisant pour les porteurs de lunette.

L'écran LCD de 7,6 cm est monté sur une double charnière qui permet une orientation à plus de 90° vers le haut et 45° vers le bas. Nous continuons à préféré les écrans monté sur une véritable rotule qui offre plus de liberté de mouvement. L'écran affiche 1 040 000 points dans un ratio 3/2, c'est-à-dire au format natif du capteur. L'image occupe donc toute la surface de l'écran, les informations venant en surimpression. L'écran devient par ailleurs tactile. Cette fonctionnalité est malheureusement un peu sous exploitée. En effet, il n'est pas possible de naviguer dans les menus au doigts ni de transformer la dalle en trackpad géant lors le viseur est utilisé pour déplacer le point AF. Vous pourrez toutefois définir le point directement sur l'écran en modee live view ou vidéo et même déclencher.

Fujifilm X-T20 test review ecran




Fujifilm X-T20 test review ecran


Flash

Le X-T20 dispose d'un petit flash pop-up de NG 5 (100 ISO, en m). Le flash est donc peu puissant, mais permettra toujours de déboucher un contrejour ou éclairer une scène peu éclairée. Le flash dispose des options classiques : 1e/2e rideau, synchro lente. Le

Batterie et autonomie

L'autonomie du X-T20 est pratiquement identique à celle cu précédent modèle et il sera difficile de dépasser 400 déclenchements pat cycle de charge

Attention à ne pas vous avoir par les chargeurs Fujifilm. En effet et à l'inverse des autres constructeurs, les ingénieurs de Fujifilm ont décidé d'indiquer par une diode verte que la batterie est en train de se charger et d'éteindre celle-ci lorsque le chargement est terminé. Un peu déroutant. Point intéressant, il est possible de recharger la batterie via la prise microUSB.

Fujifilm X-T20 test review batterie

Connexion et mémoire

Le X-T20 est très (trop) classique au niveau de la connectique proposée. Vous trouverez donc une entrée micro stéréo au format mini jack 2,5 mm (et non 3,5 mm qui est plus stantard), une sortie HDMI de type D (micro) et USB 2 (micro). Le boîtier dispose également une puce Wi-Fi pour une connexion sans fil. L'application Fujifilm Camera Remote est assez classique est permet de piloter l'appareil à distance, télécharger les images sur le smartphone ou géomarquer les photos à partir des données GPS du smartphone. En mode télécommande, il est possible de modifier certaines options comme le sensibilité ISO, les simulations de films, correction d'exposition. Toutefois et même en mode P, il n'est pas possible d'intervenir sur le couple ouverture / temps de pose. Dommage. Si cette connexion est rapide, elle nécessite bon nombre de manipulations. Il est vrai qu'après avoir goûté à la simplicité du SnapBridge de Nikon, qui assure une liaison permanente pour transférer les images de manière immédiate, la solution Wi-Fi semble désormais un peu vieillissante.

L'application PC Autosave permet de sauvegarder les photos et les vidéos automatiquement depuis l'appareil photo vers l'ordinateur par l'intermédiaire d'une connexion sans fil.

Fujifilm X-T20 test review application Wi-Fi




Fujifilm X-T20 test review application Wi-Fi


Un seul emplacement SD est disponible sur le X-T20 et il est accessible par la semelle du boîtier. Impossible donc de changer du carte une fois le boîtier sur trépied. Bon, le mal n'est pas si grand (cela doit plus gêner le testeur qui travaille sur trépied en studio que le photographe se balladant en ville....), mais il nous semble tellement plsu simplet de pouvoir accéder aux cartes mémoire par le côté de l'appareil. Le X-T20 est compatible avec les cartes SD/SDHX/SDXC avec la norme de transfert UHS-I. Pas de UHS-II avec le X-T20 donc...

Test Fujifilm X-T20 review connecteurs

Modes photo

Le X-T20 dispose de plusieurs styles et filtres créatifs pour des effets noir & blanc, jouet ou miniature.

fujifilm-x-t20-exemple16
fujifilm-x-t20-exemple17
fujifilm-x-t20-exemple18

Bruit au déclenchement

Le boîtier de Fujifilm sera un précieux allié pour la photographie de spectacle avec le double combo bonne gestion du bruit électronique / déclenchement totalement silencieux. En effet, le boîtier dispose d'un obturateur plan mécanique (1/4 000 s) somme tout assez discret, mais également d'un obturateur électronique (1/32 000 s).

Réactivité, autofocus
Tous les chronos

Mesures

En studio

Animé par un nouveau processeur de traitement des données, le X-T20 devrait se révéler un appareil rapide. Si la mise sous tension est un peu lente — elle l'est toujours avec les hybrides — le reste des chronos sont très bons. La mise au point est en dessous de 0,3 s que l'on soit en pleine lumière ou sous 3 lux. La latence au déclenchement est très faible, ce qui est très appréciable.

Sur le terrain

En basse lumière, le X-T20 nous a semblé un peu moins rapide qu'en studio. La recherche du point ne "pompe" pas, mais s'avère un plus lent que sur notre scène test qui est très contratée. Globalement, le X-T20 s'avère très confortable à l'usage. Toutefois, nous avons noté des gels de l'image pendant la mise au point, un peu longue, en basse lumière.

Rafale

Fujifilm annonce une rafale à 8 ips. Pari tenu selon nos chronos. Le X-T20 engrange les clichés avec une régulatité d'horloge suisse à 8 ips en JPEG et très légèrement moins en RAW.

Suivi autofocus

L'un des principaux arguments du X-T20 par rapport au précédent modèle est l'intégration du module autofocus du X-T2 qui est plus complet et plus riche. Le module hybride (à corrélation de phase sur le capteur principal et à détection de contraste) dispose désormais de 325 points (13 x 25). La zone AF par corrélation de phase représente désormais 40 % de la surface du capteur, et le nombre de collimateurs AF par corrélation de phase passe de 49 à 91 (il est possible de travailler avec des groupes de 3x3, 5x5 ou 7x7). Les ingénieurs de la marque assurent avoir amélioré les algorithmes pour une meilleure détection sur des textures fines. La sensibilité de détection est donnée pour -3 IL.

Comme sur le X-T2, il est possible de définir des scénarios de comportement pour l'autofocus continu en fonction de la nature et des mouvements du sujet photographié. Vous avez le choix entre 5 possibilités et contrairement au X-T2, il n'est pas possible de paramétrer finement ces scénarios.

Nous avons effectué plusieurs test de suivi AF sur une personne avançant vers le photographe à une allure normale. Le X-T20 est configué en AF-C zone (9 points) en mode priorité mise au point. Le boîtier est configué en mode S au 1/500 s. Sur notre série, le taux de déchet est plus important qu'avec le X-T2 avec environ 50% de photo floues.

Fujifilm X-T20 test review suivi AF

Qualité des images
Photo et vidéo

XC 16-50 mm f/3,5-5,6

Le X-T20 est disponible en plusieurs kits, mais le couple boîtier + 16-50 mm sera le plus coucrant. L'optique est un modèle d'entrée de gamme (XC) qui ne dispose pas de bague de diaphragme. Au niveau de la qualité, c'est correct au grand-angle au centre de l'image. L'image est précise dès f/3,5 et la diffraction vient brouiller les détails à partir de f/16. La périphérie de l'image est un peu moins bonne avec notamment une perte de piqué assez importante à f/5,6.

Au télé, l'image est un peu plus homogène en périphérie, mais on manque encore un peu de précision. Le centre est bon avec là encore et logiquement une diffraction bien visible au-delà de f/11.

Au grand-angle

XC 16-50 mm test review grand-angle centreX-T20 + XC 16-50 mm : évolution du piqué au grand-angle en fonction de l'ouverture au centre de l'image.

XC 16-50 mm test review grand-angle bordX-T20 + XC 16-50 mm : évolution du piqué au grand-angle en fonction de l'ouverture au bord de l'image.

Au télé

XC 16-50 mm test review télé centreX-T20 + XC 16-50 mm : évolution du piqué au télé en fonction de l'ouverture au centre de l'image.

XC 16-50 mm test review télé bordX-T20 + XC 16-50 mm : évolution du piqué au télé en fonction de l'ouverture au bord de l'image.

JPEG vs RAW

Dans un premier, nous avons voulu estimer la qualité des images JPEG "sorties" de boîtier. Nous avons donc comparé le JPEG de notre scène test à 100 ISO au fichier RAW développé à l'aide d'Adobe Lightroom.

fujifilm-x-t20-test-100iso-RAW-JPEGfujifilm-x-t20-test-100iso-JPEG

Comme souvent avec Fujifilm, les clichés JPEG sont d'excellente qualité (l'appareil est réglé par défaut. Pour info, la correction de la diffraction n'est pas opérationnelle avec le XC 16-50 mm f/3,5-5,6. Le JPEG est parfaitement optimisé et les plus petit détails sont bien contrastés.

Moirage

De manière assez paradoxale, des effets de moirage sont assez facile à mettre en évidence malgré le filtre coloré "un peu plus aléatoire (X-Trans III)". Sur notre scène test, certains zones hachées en oblique présentent du moirage. Moirage absent du A6500 de Sony qui dispose également d'un capteur à 24 Mpx.

Fujifilm X-T20 moirageFujifilm X-T20 en haut et Sony A6500 en bas.

Gestion du bruit électronique

Sur le X-T20, Fujifilm a reconduit l'excellent capteur APS-C X-trans II de 24 Mpx qui équipe déjà le modèle amiral de la gamme, le X-T2 ou le X-Pro2 présenté il y a plus d'un an. Globalement, sa gestion du bruit électronique devrait être assez proche de celles de ces boîtiers.

Avec cette définition, la taille des photodiodes est d'environ 3,9 µm. La plage ISO s'étend nativement de 100 à 12 800 ISO et peut être poussée jusqu'à 25 600 et 51 200 ISO.

Le capteur délivre une superbe qualité d'image entre 100 et 800 ISO. Les images sont riches en détails, les couleurs saturées et la dynamique intéressante. Un léger moutonnement est perceptible à 1 600 ISO sur les aplats noirs, mais, il faut observer les clichés à 100 % sur écran et chercher la petite bête.

À 3 200 ISO, les clichés ont encore une belle tenue : le grain est fin et agréable (peu coloré et sans trame visible). Les plus fins détails sont un peu lissés et la dynamique est en baisse avec moins de détails dans les zones sombres, mais globalement, les images sont parfaitement exploitables. Les capteurs APS-C sont désormais vraiment étonnants et performants : vous pouvez sans trop d'hésitation pousser la sensibilité ISO jusqu'à 12 800 ISO. Cette sensibilité il y a peu "extrême" et difficile est désormais accessible pour un travail photographique. Voilà qui ouvre de belles perspectives photographiques et une offre une belle polyvalence. A 25 600 ISO, le grain devient plus grossier et l'image perd en dynamisme. Un passage en noir & blanc permettra toutefois de travailler avec un grain agréable.

Comparaisons

Dans un premier temps, nous avons comparé l'image JPEG du X-T20 au fichier RAW développé avec Lightroom à 6 400 ISO. A son habitude, Lightroom propose un traitement peu agressif du bruit électronique. Le bruit est plus présent avec un niveau de détail plus élevé. Le JPEG Fujifilm est beaucoup plus "propre" avec un moutonnement peu présent.

fujifilm-x-t20-test-review-6400ISO-RAW-jpeg-detailfujifilm-x-t20-test-review-6400ISO-JPEG-detail

Nous avons également mis face à face le X-T20 et le Sony A6500. Les différences entre les deux boîtiers sont finalement assez ténues. Le rendu colorimétrique est différent, mais finalement le traitement du bruit électronique est assez similaire.

sony-a6500-3200iso-detailfujifilm-x-t20-3200iso-detail

Oscilloscope

Sous l'œil plus impartial de notre oscilloscope, les fichiers JPEG donnent peu ou prou les mêmes résultats. Le bruit — qui se traduit par les oscillations — est peu visible jusqu'à 3 200 ISO et devient plus sensible au-delà de 6 400 ISO.

Fujifilm X-T20 test review bruit électronique oscilloscope

Exemples de photos

fujifilm-x-t20-exemple23
fujifilm-x-t20-exemple24
fujifilm-x-t20-exemple25

Latitude de travail

Pour vérifier la plage de travail d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts .RAF avec Adobe Lightroom afin d'obtenir une exposition similaire.

Le X-T20 est assez à l'aise pour les surexpositions et il est possible de récupérer des informations facilement jusqu'à +2 IL et très légèrement au-dessus.

Pour la sousexposition, le bruit est bien contenu jusqu'à -3 IL, il est déjà plus présent à -4IL est dévient gênant à -5 IL.

Au final et d'un point de vue artistique, le X-T20 propose une latitude de travail entre -4 et +2IL soit une plage de 7IL, ce qui est très appréciable pour un capteur APS-C.

Vidéo
UHD abordable

Le mode vidéo évolue notablement par rapport auX-T10 avec notamment la possibilité de filmer en UHD 3 840 x 2 160 px à 30/25 et 24p. Le X-T20 n'égale pas le modèle haut de gamme (X-T2) avec moins de fonctionnalités et un temps d'enregistrement limité : 10 minutes en UHD et 15 minutes en HDTV 1080.

Formats

Le X-T20 est capable d'enregistrer selon les formats suivants :

  • 3 840 x 2 160 / 29.97p / 25p / 24p / 23.98P, 100 Mbit/s jusqu'à env. 10 min.
  • 1 920 x 1 080 / 59.94p / 50p / 29.97p / 25p / 24p / 23.98P, 36 Mbit/s jusqu'à env. 15 min.
  • 1 280x720 59.94p / 50p / 29.97p / 25p / 24p / 23.98P, 18 Mbit/s jusqu'à env. 30 min.

Le boîtier ne propose pas de cadence au-delà de 60/50p et ne pourra pas proposer l'enregistrement de ralentis fluides.

La captation vidéo utilise toute la surface du capteur et il n'y a pas de recadrage dans l'image entre le mode photo et le mode vidéo. Comme avec le X-T2, il sera possible de choisir des rendus colorimétriques (simulations de films). Ainsi, il sera possible de filmer avec une simulation de film Velvia, ou choisir un rendu monochrome Acros. Toutefois, vous ne pourrez pas profiter du F-Log ou de l'enregistrement 4:2:2 qui restent l'apanage du haut de gamme. Ces fonctionnalités n'intéresseront de toute façon que les vidéastes experts.

Pendant l'enregistrement, il est possible de modifier l'ouverture, mais par contre impossible de changer la sensibilité ISO ou la balance des blancs. Dommage.

Précision

Les images délivrées par le X-T20 sont de très belle facture avec un bon piqué avec le XC 16-50 mm f/3,5-5,6. Comme d'habitude, le redimensionnement des images UHD en 1080 apporte un surcroit de précision bien appréciable. Vous noterez toutefois l'apparition de moirage assez marqué. Contrairement à certains modèles, le passage à 60/50p ne modifie pas le rendu.

Fujifilm X-T20 test review UHD détail   Fujifilm X-T20 test review 1080 détail   Fujifilm X-T20 test review UHD vers 1080 détail

La gestion du bruit électronique est également de qualité avec des vidéos très "propres" jusqu'à 3 200 voire 6 400 ISO.

Rolling shutter

En mode 1080, le rolling shutter est visible, mais acceptable, il sera possible de limiter les effets en filmant avec des cadences élevées (60/50p). En mode UHD, le phénomène est plus visible et les cadences ne sont pas supérieures à 30/25p.

Assistants

Le X-T20 ne dispose pas de nombreux assistants pour filmer : pas de zébras d'exposition, de fausses couleurs. Vous pourrez activer le focus peaking pour vous aider à réaliser le point en mode manuel. Côté audion il sera possible de brancher un micro stéréo, mais la prise mini-jack est au format 2,5 mm et vous ne pourrez pas brancher un casque pour le retour. Le niveau d'enregistrement est ajsutable pendant le captation.
La sortie HDMI est non compressée et permettra de relier un enregistreur externe.

Autofocus

La mise au point en vidéo est plutôt souple et réactive : en un mot efficace. Vous pouvez également associer une reconnaissance des visages pour améliorer la réactivité de la mise au point. Elle s'avère très performante et sera très utile pour des interviews par exemple.

Galerie d'images
On sort enfin du labo

fujifilm-x-t20-exemple21
fujifilm-x-t20-exemple13
fujifilm-x-t20-exemple14
fujifilm-x-t20-exemple15
fujifilm-x-t20-exemple10
fujifilm-x-t20-exemple11
fujifilm-x-t20-exemple12
fujifilm-x-t20-exemple7
fujifilm-x-t20-exemple9
fujifilm-x-t20-exemple3
fujifilm-x-t20-exemple5

Verdict
Une belle mise à jour

Pendant les quelques jours de test avec le X-T20 plusieurs personnes ont engagé la conversation pensant que je photographiais avec en argentique. Il faut bien avouer que le X-T20 a le charme rétro de nos anciens petits reflex argentique. La magie opère pleinement. Mais ici point de pelicule, mais bien un capteur APS-C de 24 Mpx, l'un des plus performants du moment. La qualité d'image est au rendez-vous, sur ce point aucun doute.

Le X-T20 se révèle également assez confortable à utiliser : le viseur est assez large et précis, un autofocus globalement réactif même en basse lumière et une cadence rafale à 8 ips. Le boîtier sera à l'aise dans la plupart des situations photographiques. Côté vidéo, le X-T20 permet d'aborder le mode UHD en toute sérénité. Toutefois, il conviendra plus particulièrement aux amateurs qu'aux professionnels pour lesquels il manquera quelques options.

Bien entendu, le tableau ne serait pas complet sans quelques complaintes comme les fonctionnalités tactiles trop limitées, l'absence de joystick pour déplacer le point AF ou un dégagement oculaire trop court. On pourra égalemen regretter que le XC 16-50 mm livré en kit ne dispose pas de bague de diaphragme, ce qui rend l'utilisation des modes S et M un peu plus complexe qu'à l'accoutumé. En outre, certaines options comme les mode Adv1/Adv2 ne sont pas très simple à prendre en main et les menus ne proposent pas d'aide contextuelle. Dommage.

Tous ces défauts sont mineurs et le X-T20 reçoit facilement un recommandé.

Face à la concurrence

Sony A6300

L'hybride de Sony est sans doute le concurrent le plus direct du X-T20 disposant également d'un capteur APS-C à 24 Mpx et de nombreuses fonctionnalités équivalentes. Vous retrouveez sur les deux boîtier un écran LCD orientable, un viseur électronique large et précis, la possibilité de filmer en UHD, un flash pop-up, la possibiité de brancher un micro externe ainsi que des modues autofocus hybrides.

Le Sony A6300 prend l'avantage avec une cadence rafale supérieure (11 contre 8 ips), des fonctionnalités vidéo plus nombreuses (zébras, S-log, 120 ips...). Le X-T20 a pour lui un design rétro particulièrement réussi, une belle gamme d'optiques à l'ancienne (bague de diaphragme) et un écran LCD tactile.

A6300
Priceminister 771,80 €
Fnac.com marketplace 796,99 € Voir l'offre
Amazon 936,98 € Voir l'offre
Digixo 948,99 € Voir l'offre
Villatech 956,58 € Voir l'offre
Miss Numérique 989,00 € Voir l'offre
Fnac.com 997,50 € Voir l'offre
Materiel.net 1119,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Olympus OM-D E-M5 Mark II

L'Olympus OM-D E-M5 II est une alternative intéressante qui dispose lui aussi d'un design assez séduisant avec une fabrication de haute volée et une finition à l'épreuve des intempéries. Equipé d'un capteur plus petit (4/3 de pouce) et d'une définition moindre de 16 Mpx, l'hybride n'en reste pas moins intéressant par la stabilisation mécanique intégré qui fonctionne avec toutes les optiqes en photo et en vidéo. En outre, mais uniquement pour le parckshot, il est possible d'utiliser un mode haute définition en 40 Mpx. Le viseur électronique se montre également plus large. Le parc optique Micro4/3 est en outre plus fourni que celui de Fujifilm. Enfin, l'écran LCD est monté sur un rotule pour les mouvements plus libres.

Le X-T20 dispose d'un capteur plus grand et plsu défini qui assure au final, une meilleure gestion du bruit électronique. Il propose également l'enregistrement vidéo au format UHD, mode absent du modèle Olympus. Les deux boîtiers rivalisent au niveau de l'autofocus, mais le X-T20, plus récent, est plus performant au niveau suivi AF sur une rafale.

OM-D E-M5 Mark II
Priceminister 626,99 €
Priceminister occasion 750,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 761,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 929,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 999,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1099,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1130,50 € Voir l'offre
Conrad 1199,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
+
  • Qualité du traitement du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO
  • Flash pop-up intégré
  • Très bonne réactivité générale
  • Autofocus rapide, même en basse lumière
  • Design rétro plutôt réussi
  • Enregistrement vidéo en HDTV 1080 et UHD
  • Viseur électronique de bonne facture : spacieux et assez précis
  • Enregistrement vidéo par la prise HDMI possible (micro HDMI)
  • Recharge de la batterie par microUSB
  • Boîtier qui peut être totalement silencieux
  • Simulation de films en photo / vidéo
  • Accès à la carte mémoire par la semelle du boitier
  • L'écran tactile n'est pas fonctionnel avec les menus
  • Dégagement oculaire trop petit pour les porteurs de lunettes
  • Pas de finition à l'épreuve des intempéries. Fabrication un peu légère.
  • Autonomie toujours un peu limitée
  • Impossible de déplacer le point AF sur l'écran tactile en utilisant le viseur
  • Pas de joystick (réservé aux modèles haut de gamme)
  • Peu d'assistants en mode vidéo
  • Pas de sortie casque. Entrée micro stéréo en 2,5 mm (et non 3,5 mm, plus standard)
  • Format RAW (RAF) propriétaire
  • Mode vidéo UHD sensible au rolling shutter
  • La visée se gèle pendant la mise au point en très basse lumière.
  • La norme de transfert UHS-II des cartes mémoire n'est pas prise en compte
En résumé

Le boîtier hybride de Fujifilm gagne en performance (photo et vidéo) et donc en polyvalence. Moins onéreux que son grand frère le X-T2, il permet d'accéder à la qualité d'image de Fujifilm tout en économisant de l'argent pour investir dans une focale fixe (la série f/2 est très alléchante...).

X-T20
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Fujifilm X-T20
Fnac.com marketplace 837,20 €
Fnac.com 854,90 € Voir l'offre
Digixo 874,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 889,00 € Voir l'offre
Conrad 899,00 € Voir l'offre
Priceminister 985,00 € Voir l'offre
Amazon 1859,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés