Monopodes en situation, cliché Kchiney sur Deviantart
Ces gens connaissent l'utilité du monopode. Source : "What I love", kchiney sur Deviantart.

Si vous êtes un lecteur assidu de Focus Numérique, vous avez sans doute noté que depuis quelque temps, nous nous intéressons aux monopodes. Carbone, aluminium, grands, petits, quart de tour, à clapets, nous ne sommes pas sectaires et avons testé presque tous les modèles.

Cela dit, certains d'entre vous se demanderont peut-être : "Pourquoi le monopode ?" Pourquoi diable s'enquiquiner avec un pied qui ne tient pas tout seul alors qu'on peut avoir un trépied stable ? Franchement, de qui se moque-t-on ? C'est un peu comme demander à un copain éméché de vous rapporter une pinte de bière à cloche-pied : ridicule et pas franchement stable (sauf si votre copain s'appelle Chuck Norris, mais ceci est une autre histoire).

Pourtant, le monopode sert à quelque chose. Si, vraiment.

Voici pourquoi :

  1. Votre bras (à moins encore une fois que vous ne soyez Chuck Norris) n'est pas prévu pour supporter indéfiniment le poids moyen d'un boîtier reflex. Inévitablement, vous allez vous fatiguer. Vous n'avez pas forcément besoin d'immobiliser votre appareil, mais vous aimeriez quand même vous décharger d'un poids pour déclencher sans trembler sous l'effort. Dans ce premier cas, vous apprécierez sûrement de posséder un monopode. C'est un accessoire compact, généralement léger, et qui supportera pour vous le poids du reflex.
  2. Deuxième situation : vous suivez une compétition sportive ou vous souhaitez réaliser un superbe panorama du Grand Canyon ou que sais-je encore. Seulement voilà : le travelling ou la prise de vue panoramique à la main, c'est une pratique un peu risquée. Vous allez bouger et, surtout, vous ne serez pas à la même hauteur tout au long du processus. Là encore, un monopode peut offrir une bonne solution alternative. Posez-le et déclenchez à hauteur constante. Le tour est joué. Merci qui ? Le monopode.
  3. Il y a foule, vous ne pouvez pas bouger, pas même vous gratter l'oreille, la situation est intenable ; vous devez poser votre appareil, mais si vous tentez une sortie de trépied, c'est la mort assurée. Et le manque de place va vous forcer à appuyer avec la langue sur le déclencheur. Inconfortable, n'est-ce pas ? Pensez donc au monopode. Posé devant vous, il libère un peu les mains et vous pouvez prendre vos photos plus sereinement. Autre avantage, l'option perche. Une télécommande à distance, un monopode et vous pourrez dominer la foule compacte et en mouvement. Qui plus est en concert c'est un très bon moyen de se faire repérer. Je vous le dis : le monopode, c'est la vie !
  4. Vous êtes en pleine cambrousse seul contre tous et vous vous trouvez, telle la chèvre corse, sur le bord d'une falaise plus qu'escarpée. Oui mais bon, c'est juste LE point de vue parfait pour renvoyer Yann Arthus-Bertrand aux oubliettes dès que le monde verra cet époustouflant cliché. Seulement voilà, le terrain escarpé ne permet pas de poser un trépied. Et en plus c'est le crépuscule. Ah mais si vous avez un monopode, ça change sans doute la donne. Car malgré tout, le monopode peut stabiliser un boîtier. Moins bien qu'un trépied, j'en conviens, mais il le fait. Et dans ce genre de situation délicate, vous n'aurez tout simplement pas le choix.

Vous l'aurez compris, malgré son aspect un peu bancal et mal assuré, le monopode pourrait bien vous sauver la mise dans moult situations.

C'est pour cela que la rédaction a pensé à vous. Oui, nous avons testé cinq monopodes. Il y en a pour tous les prix (mais toujours moins de 200 €) et pour tous les goûts. N'hésitez plus, consultez notre sélection.

pluie de monopodes

Vous l'avez sans doute noté, ces derniers temps, les monopodes testés par nos soins se sont multipliés. Mais une question demeure : comment faire son choix dans la masse ? Car soyons honnêtes, un monopode n'est pas un matériel de haute technicité pour lequel nous pouvons établir une grille complexe de comparaison. Aussi, sur la base de notre expérience, des remarques que nous avons pu faire, des recommandations que nous avons attribuées, nous vous proposons un petit classement objectif des 5 monopodes que nous avons eus en main.

Aux premières places, on retrouvera bien sûr les monopodes en carbone, car le matériau, bien plus léger que l'aluminium, permet de réduire le poids porté par l'aventurier que vous êtes.

N° 1 – Sirui P-424

Miss Numérique 129,00 €
Amazon 143,90 € Voir l'offre
Amazon 289,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 299,00 € Voir l'offre
Ebay.fr 374,84 € Voir l'offre
Ebay.fr 431,94 € Voir l'offre

Monopode Sirui P-424

À la première place du classement : le Sirui P-424. Malgré son poids imposant pour un monopode carbone, il est extrêmement performant et dispose d'un embout rétractable. Il est de plus relativement haut et se déploie très facilement, ce qui en fait un accessoire utile et de bonne qualité.

Matériau :Carbone
Poids :600 g
Poids supporté :15 kg
Nombre de sections :4
Détails :Embout équipé d'une pointe amovible, étui de rangement fourni.
Taille maximum :175 cm
Prix :119 € sans rotule ; environ 168 € avec rotule

Notre test du monopode Sirui P-424

N° 2 – Induro CM-25

Il n'y a actuellement aucune offre.

Monopode Induro CM-25

Juste derrière, en 2e position, nous plaçons le CM-25 d'Induro. Ce deuxième monopode en carbone nous a convaincus par son extrême légèreté, sa facilité de déploiement, et nous l'avons recommandé. Ses sections, elles aussi à déploiement quart de tour, en font un monopode maniable et son embout légèrement pointu le rend intéressant à utiliser sur terrain escarpé.

Matériau :Carbone
Poids :400 g
Poids supporté :10 kg
Nombre de sections :5
Détails :Vendu avec un petit étui
Taille maximum :147,3 cm
Prix :126 €

Notre test du monopode CM-25 d'Induro

En ce qui concerne les monopodes carbone, nous avons fait le tour.

Passons maintenant aux monopodes en aluminium.

N° 3 – MeFoto A35W

Il n'y a actuellement aucune offre.

Monopode MeFoto A35W

Parmi les monopodes en aluminium, il en est un qui a particulièrement retenu notre attention : le MeFoto A35W. Il a même obtenu un vote unanime de la rédaction. Preuve en est, des batailles de pierre-feuille-ciseaux ont dû être organisées au sein de l'équipe pour que soit attribué, le temps d'un week-end, le fameux monopode. La boussole en a séduit plus d'un, ce qui lui a valu se se retrouver pendant plusieurs jours au sommet d'un trépied posé en plein milieu des bureaux. C'est dire.

Matériau :Aluminium
Poids :630 g
Poids supporté :14 kg
Nombre de sections :5
Détails :Sur l'embout protégeant la vis Kodak, une boussole est fixée
Taille maximum :153,4 cm
Prix :64 €

Notre test du monopode MeFoto A35W

N° 4 – Cullmann Magnesit 550

Monopode Cullmann Magnesit 550

À la 4e place de notre classement, et à la 2e place des monopodes en aluminium, nous avons placé le Cullmann Magnesit 550. Sa qualité de fabrication ainsi que son embout flexible et relativement large nous ont agréablement surpris. Nous déplorons seulement que son système de déploiement des sections nécessite une clé Allen pour verrouiller les ouvertures.

Matériau :Aluminium
Poids :630 g
poids supporté :8,5 kg
Nombre de sections :4
Détails :Nécessite une clé Allen pour verrouiller les ouvertures des sections
Taille maximum :152 cm
Prix :85 € avec rotule ; 47,90 € sans rotule

Notre test du monopode Cullmann Magnesit 550

N° 5 – Giottos MML 3270B

Il n'y a actuellement aucune offre.

Monopode Giottos MML 3270B

Voici enfin notre petit dernier, l'un des seuls que nous n'avons pas recommandés : le Giottos MML 3270B. Malheureusement, ce monopode de chez Giottos cumule quelques défauts rédhibitoires. Non seulement son poids est important, mais de plus son système de fermeture à clapets le rend assez lent au déploiement. Il est certes très haut, mais ce critère ne l'a pas sauvé.

Matériau :Aluminium
Poids :600 g
Poids supporté :15 kg
Nombre de sections :4
Détails :Aucun
Taille maximum :176 cm
Prix :50 €

Notre test du monopode Giottos MML 3270B

À lire également :