Robert Doisneau naît dans un milieu petit-bourgeois qu'il déteste de la banlieue sud de Paris, à Gentilly (Val-de-Marne), en 1912. Comme ses parents souhaitaient qu'il fasse "un métier tranquille, un métier assis", il a 13 ans quand commence son apprentissage de graveur à l’École Estienne, à Paris. Il en sort en 1929, âgé de 17 ans.

De ces leçons, il se souvient comme d'une technique obsolète, dont la maîtrise passe par des heures d'ennui à recopier des plâtres d'empereurs romains. Mais ce qui l'attire, c'est la rue, où la lumière est belle et nuancée et où les gens sont si vivants... "La rue me semblait la voie", déclare-t-il dans un entretien à la RTBF de 1974.

Photo Robert Doisneau

Il vous reste de l'article à lire
Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications