Martin Parr, c'est ce photographe britannique qui a fait de la photo moche un filon. Aujourd'hui, son nom est devenu aussi incontournable que la visite de la graisseuse Camden lors d'un voyage à Londres ou le surfait tour en chameau au pied de la pyramide de Khéops. Il porte en lui la signification d'une certaine photographie qui dénonce le tourisme de masse et le goût douteux de la middle class anglaise, qui le fascine autant qu'elle le révulse. Quoi qu'on en pense, Martin Parr a réussi, avec ces images criardes et la multiplication des médias qu'il utilise pour diffuser sa production, à donner un nom à la photographie auprès de ceux qui s'y connaissent le moins.

Photo Martin ParrEngland West Bay, 1996. © Martin Parr/Magnum Photos

Parr le dit lui-même : il est devenu photographe pendant son adolescence. C'est en compagnie de son grand-père, lui-même amateur averti, qu'il fait ses premières photos et développe ses premiers films. Nous sommes au milieu des années 1960. Puisqu'il décide d'en faire son métier, de 18 à 21 ans (1970-1973), il pousse les portes de l'École polytechnique de Manchester pour en apprendre les bases.

Il vous reste de l'article à lire
Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications 

Contenus sponsorisés