MontureCanon - Nikon
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale85 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C128 mm
Ouverture maximalef/1,4
Ouverture minimalef/16
Distance de mise au point0,8 m
Nombre de lamelles du diaphragmeNC
Construction12 lentilles réparties en 10 groupes
Éléments spécifiques5 lentilles asphériques - 1 lentille apochromatique - 6 lentilles à traitement basse dispersion
Échelle des distancesOui
Rapport de reproductionNC
MotorisationNon
StabilisationNon
Dimensions138 x 100 mm
Poids1,140 kg
Étui soupleNon

Flash test

Zeiss a officialisé le nouveau venu dans sa gamme Otus. Il s'agit du 85 mm ouvrant à f/1,4 qui vient tenir compagnie au 55 mm f/1,4. Comme avec le 55 mm, Zeiss ne vise rien de moins que l'excellence et surnomme lui-même son nouveau 85 mm "le meilleur petit téléobjectif au monde". Le ton est donné.

L'optique est du même calibre que le 55 mm. Comprenez par là que ce n'est pas un modèle de poche. Comptez autour de 1,2 kg pour 14 cm de long et 10 de large. Quant aux filtres acceptés, c'est là aussi de la taille XL puisqu'il faudra prendre des 86 mm. Et comme avec le 55 mm, le 85 mm est à mise au point uniquement manuelle.

Zeiss Otus 85 mm f/1,4

À l'intérieur, on trouvera un design APO Planar, répartissant 12 éléments en 10 groupes. Parmi ces 12, on notera 5 asphériques et 6 bénéficiant d'un traitement basse dispersion. Zeiss l'affirme : sa formule et les traitements éliminent toute trace d'aberration.

Les ambitions du constructeur sont grandes. Zeiss évoque une similitude avec l'univers du moyen format pour décrire la qualité de sa nouvelle optique. Le Zeiss Otus 1.4/85 sera disponible dès la mi-septembre en monture Canon EF (ZE) et Nikon F (ZF.2) à un tarif très Otus : 3 360 €, prix public conseillé...

Caractéristiques

Prise en main

Le nouvel Otus 85 mm f/1,4 reprend les codes du 55 mm que nous avons beaucoup aimé. C'est donc toujours un très bel objet, avec une présentation digne de la haute joaillerie pour ce qui est de son emballage.

Carl Zeiss Otus 85 mm f/1,4

L'objectif est lourd et imposant : plus de 1,1 kg et une longueur (hors pare-soleil livré) de près de 14 cm ! C'est un très bon point au premier abord, car cela confirme la sensation de qualité de fabrication et donne un réel avantage à la prise en main. Mais passé l'émerveillement, on ne va pas se mentir : cet objectif est lourd ! Faites chauffer vos biceps pour imaginer l'associer à un reflex pro à main levée.

La qualité de fabrication est simplement impériale : rien à redire. Le design est très réussi : sobriété et discrétion sont au programme.

Carl Zeiss Otus 85 mm f/1,4

La bague de mise au point manuelle (eh oui, cet objectif n'a pas d'autofocus !) est extrêmement confortable à utiliser. La souplesse est parfaite. Cependant, la course est beaucoup trop longue. Au niveau de l'indicateur de distance de mise au point, on retrouve un indicateur de profondeur de champ.

Carl Zeiss Otus 85 mm f/1,4

On retrouve en plus, sur le modèle compatible Nikon, une bague de diaphragme.

Test labo

Ce test dxo markoptique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

Nous avons testé le 85 mm avec un Canon EOS 6D et son capteur 24 x 36 mm de 20 Mpx (6,5 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un 6D de 20 Mpx) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 6D). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 6D dispose d'une définition de 5568 x 3708 pixels. Chaque pixel mesure donc 6,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/20 !

Les premières mesures de piqué de DXOMark parlent d'elles même. Le piqué est très élevé, parfaitement homogène, et ce, dès la plus grande ouverture f/1,4. Rien à redire, nous sommes bien face à une optique d'exception, du niveau de l'Otus 55 mm f/1,4.

Notez que le piqué global à f/1,4 est légèrement en retrait par rapport aux autres ouvertures. Dès f/2 en revanche, on frôle la perfection ! Cependant attention : la mise au point manuelle devra être particulièrement précise pour obtenir les effets voulus aux plus grandes ouvertures.

Les aberrations chromatiques et les distorsions sont totalement absentes.

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l'on obtient avec le 85 mm monté sur un Canon EOS 5D Mark III, équipé d'un capteur 24 x 36 mm. Monté sur un reflex équipé d'un capteur au format APS-C, le 85 mm devient un équivalent 128 mm.

Carl Zeiss Otus 85 mm f/1,4

Téléchargez les fichiers originaux

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Carl Zeiss Otus 85 mm f/1,4

Les distorsions sont totalement invisibles.

Téléchargez les fichiers originaux

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce petit téléobjectif est un outil redoutable pour les portraits : il permet de maintenir une certaine distance avec le sujet tout en donnant la possibilité de jouer avec la profondeur de champ et des effets de bokeh très marqués.

Galerie terrain

Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 1
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 2
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 3
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 4
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 5
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 6
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 7
Zeiss Otus 85 mm f/1,4 exemple 8

Verdict

Zeiss Otus 1.4/85, 85 mm F1.4

Au final, le Zeiss Otus 85 mm f/1,4 est bien une optique d'exception mais, comme le 55 mm f/1,4, elle nécessite une prise en main experte pour délivrer tout son potentiel.

L'absence de système autofocus est un réel handicap, surtout si l'on désire utiliser les plus grandes ouvertures. En effet, avec un sujet à 2 mètres et à f/1,4 par exemple, la profondeur de champ ne dépasse pas les 5 cm (distance entre le premier et le dernier plan net). La mise au point manuelle doit donc être particulièrement précise et ce n'est pas chose facile avec une visée optique ! Il faut donc bien prendre conscience de cette contrainte qui limite le champ d'action de l'objectif sur le terrain et pour de la photo sur le vif.

Pour le reste, l'objet est beau. La qualité de construction est parfaite et les finitions, exemplaires. Il est massif et imposant, ce qui d'un côté donne de la stabilité et un sentiment de solidité, mais de l'autre nuit lourdement à son utilisation à main levée sur le terrain et le cantonne à être utilisé avec un reflex "gros calibre".

La qualité optique est bien au rendez-vous : un piqué très élevé et homogène dès f/2, une absence totale d'aberrations chromatiques et de distorsions. On note seulement un piqué global un peu en retrait à f/1,4 et un vignetage de f/1,4 à f/2.

Pour conclure, notre ressenti rejoint nos impressions sur le 55 mm f/1,4 : cet objectif conviendra à des photographes qui ont un besoin de piqué très important et qui ne se soucient absolument pas d'une praticité de terrain. Point important aussi, il faudra avoir les moyens de se l'offrir (3 360 €, prix public conseillé)...

+
  • Qualité de construction, design et finition
  • Grande ouverture f/1,4
  • Qualité optique exceptionnelle
  • Piqué très élevé et homogène
  • Pas d'aberrations chromatiques
  • Pas de distorsion
  • Poids et encombrement
  • Pas de système autofocus
  • Pas de stabilisation optique
  • Vignetage jusqu'à f/2
  • Piqué légèrement en retrait à f/1,4
  • Usage difficile à main levée aux grandes ouvertures
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession.

Les prix
Zeiss Otus 85 mm f/1,4
Otus 85 mm f/1,4
Digixo 3739,00 €
Amazon 3953,00 € Voir l'offre