MontureCanon EF
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale35 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C56 mm
Ouverture maximalef/2
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,25 m
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction7 lentilles réparties en 5 groupes
Éléments spécifiquestraitement multi couches, lentilles en verre
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,23 X
Motorisationoui
Stabilisationnon
Dimensions73 x 59 mm
Poids155 g
Étui souplenon

Flash test

Yongnuo est un constructeur d'accessoires chinois. Il produit des flashs, des transmetteurs, des éclairages LED, des déclencheurs, des filtres et quelques optiques. Il a souvent été accusé de créer des copies conformes de certains produits Canon. En effet, si par exemple on met côte à côte le flash Youngnuo YN600EX-RT et le Speedlite 600EX-RT, difficile de voir la différence. Il en va de même avec les optiques que propose le constructeur, qui se rapprochent beaucoup de leur équivalent chez Canon.

On retrouve donc un 50 mm f/1,8, un 35 mm f/2 et 50 mm f/1,4. Ces dernières années, Canon a mis à jour beaucoup de ces optiques si bien que désormais elles possèdent des technologies absentes des modèles Yongnuo : motorisation STM ou stabilisation optique par exemple.

Les "clones" d'objectifs Canon made in China font parler d'eux

Yongnuo EF 35 mm f/2

Nous nous intéressons ici au 35 mm f/2 en monture EF donc. Il s'agit d'une focale fixe disposant d'une grande ouverture maximale de f/2 assurée par un diaphragme à 7 lamelles. Au programme on retrouve une formule optique avec 7 lentilles réparties en 5 groupes. L'objectif dispose d'un moteur autofocus et propose une distance minimale de mise au point de 25 cm.

Bien entendu, on ne peut s'empêcher de le comparer au récent Canon EF 35 mm f/2 IS USM déjà testé sur Focus Numérique.

Caractéristiques

Prise en main

Niveau design, impossible de ne pas faire le rapprochement avec les modèles Canon.

Le 35 mm Yongnuo est compact et léger. Comptez un encombrement d'un peu plus de 7 cm et un poids de 150 grammes. Il est tout en plastique bien que la baïonnette soit en métal. Le pourtour de la lentille frontale , en plastique noir brillant et sur laquelle sont inscrites les informations de vigueur, n'est pas très élégant. La qualité de fabrication semble correcte et le niveau de finition acceptable. Bien en tendu, cet objectif ne dispose d'aucune protection contre d'éventuelles intempéries (humidité et poussière).

C'est la base de la base. On retrouve sur le côté un petit interrupteur qui permet de basculer en mise au point manuelle. La retouche manuelle du point n'est pas possible. La bague de mise au point manuelle est très étroite et disposée tout à l'avant de l'objectif. Aucune indication sur les distances de mise au point n'est proposée. La course est modérée et l'objectif dispose de réelles butées pour indiquer la distance minimale de mise au point et l'infini. Par contre son utilisation est déplorable : elle est beaucoup trop fluide et manque donc de précision.

Test labo

Nous avons testé le 35 mm avec un Canon EOS 6D et son capteur 24 x 36 mm de 20 Mpx (6,5 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un 6D de 20 Mpx) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 6D). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 6D dispose d'une définition de 5 568 x 3 708 pixels. Chaque pixel mesure donc 6,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/20 !

On ne va pas prendre de pincettes, les résultats au labo de ce 35 mm sont assez mauvais. Au centre l'objectif ne s'en sort pas trop mal, mais dès que l'on s'en éloigne, c'est la catastrophe ! C'est surtout flagrant aux plus grandes ouvertures avec des décalages de piqué colossaux entre le centre et les bords. À mesure que l'on ferme le diaphragme le phénomène s'amenuise, mais il reste très problématique jusqu'à f/11.

Yongnuo EF 35 mm f/2

Nous comparons les résultats de ce Yongnuo à ceux du Canon EF 35 mm f/2 IS USM. À noter que ce dernier a été testé avec un Canon EOS 5D Mark III et non un EOS 6D. Pas de doute la version Canon pulvérise et de loin la Yongnuo !
Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/2

Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/2 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/2 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/2 Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/4 Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/4 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/4 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/4 Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/8 Yongnuo EF 35 mm f/2 à f/8 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/8 Canon EF 35 mm f/2 IS USM à f/8

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 35 mm monté sur le Canon EOS 6D, qui est équipé d’un capteur plein format. Cet objectif est orienté grand angle ou focale standard pour du reportage ou de la photo de paysage par exemple. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (EOS 7D par exemple), on obtient un équivalent 56 mm (avec un coefficient de conversion de 1,6x).

Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 6
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 4

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est très présent sur ce 35 mm. Il est visible principalement aux plus grandes ouvertures et est visible jusqu'à f/4. Au-delà il devient négligeable. Il est assez peut "entrant" et reste bien concentré sur les coins des images. Par contre il est très fort.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

On observe de légères distorsions avec ce 35 mm. Elles se corrigeront sans peine avec n'importe quel logiciel de retouche d'image ou de développement RAW.

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

La relative grande ouverture de f/2 est un atout pour ce qui est de la profondeur de champ. Malgré l'utilisation d'un diaphragme à 7 lamelles, le Yongnuo permet de créer d'assez beaux flous d'arrière-plan et de bien en détacher le sujet. Cependant, il ne procure pas les mêmes types de rendu qu'un objectif encore plus lumineux, le plus courant sur les focales fixes étant le f/1,4.

Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 1
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 7

Galerie terrain

Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 2
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 3
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 5
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 8
Yongnuo EF 35 mm f/2 exemple 9

Verdict

Yongnuo EF 35 mm f/2

Au final, il nous est impossible de recommander cet objectif qui, malgré un tarif très agressif, ne procure pas une qualité d'image suffisante et dispose d'une mauvaise prise en main. Les images maquent cruellement d'homogénéité dès que l'on s'éloigne un peu de l'hyper centre. Les aberrations chromatiques ainsi que le vignetage sont très présents aux plus grandes ouvertures. La prise en main déçoit : l'objectif n'est pas agréable à l'usage, la bague de mise au point manuelle est presque inutilisable et l'autofocus fait penser à un moteur de tracteur.

Il n'y a pas grand-chose a sauver à part le prix qui permet de se faire une première expérience dans les focales fixes sans trop de risques.

+
  • Le prix
  • Grande ouverture de f/2
  • Compact et léger
  • Piqué correct au centre
  • Bokeh assez joli
  • Design et qualité de fabrication
  • Bague de mise au point
  • Prise en main
  • Autofocus d'un ancien temps
  • Manque cruel d'homogénéité
  • Aberrations chromatiques marquées
  • Vignetage marqué
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession.

Les prix
Yongnuo EF 35 mm f/2
EF 35 mm f/2
Amazon 97,48 €
Amazon 109,88 € Voir l'offre
Amazon 112,99 € Voir l'offre