MontureCanon, Nikon, Sony
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale90 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C135 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/32
Distance de mise au point0,30 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction11 lentilles réparties en 14 groupes
Éléments spécifiques1 lentille LD, 2 lentilles XLD, traitement eBAND et BBAR
Échelle des distancesoui
Rapport de reproduction1:1
Motorisationoui
Stabilisationoui
Dimensions79 x 117,1 mm
Poids610 g
Étui souplenon

Flash test

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD

Tamron renouvelle sa première focale fixe en gamme SP : le SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD que nous avions testé et dont nous avions salué les performances. Le nouveau modèle reprend donc le design de la gamme SP actuelle et améliore les performances de la stabilisation optique, ainsi que celles de l'autofocus USD. Au niveau des nouveautés, on retrouve de plus un traitement fluorine sur la lentille frontale.

Caractéristiques

Prise en main

La nouvelle version du 90 mm macro reprend évidemment les codes esthétiques établis sur la nouvelle gamme de focale fixe SP (35, 45 et 85 mm). L'objectif est donc sobre, discret et élégant. Il jouit d'un corps réalisé en métal et d'une conception "tout temps" qui le rend apte à affronter les conditions de prise de vues délicates (poussière, humidité, etc.). À la base de l'objectif, on retrouve une bague couleur champagne et sur le côté une pastille SP. Ces deux éléments constituent jusqu'à présent la nouvelle signature Tamron pour leur nouvelle gamme de focales fixes.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD

L'objectif pèse environ 600 grammes et mesure près de 12 cm de long. Ses mensurations sont donc tout à fait classiques pour un objectif de ce type qui pourra s'utiliser sans peine pendant de longues heures à main levée et associé à un boîtier du calibre d'un EOS 5D. Notons qu'il jouit d'une conception de mise au point interne. Quelque soit la distance de mise au point choisie, les dimensions de l'objectif sont inchangées et la lentille frontale ne tourne pas.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD

La bague de mise au point manuelle est située vers l'extérieur : un bon point pour la stabilité. Elle est large et confortable à utiliser. La fluidité frôle la perfection et on a en plus le luxe de disposer de repères de butées aux extrémités (distance minimale de mise au point et infini). La course est assez longue et la précision placée entre 0,3 et 1 mètre. Sur le côté on retrouve trois interrupteurs. Le premier pour l'autofocus, le second pour limiter la plage de mise au point et le dernier pour la stabilisation optique.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un 5DsR de 50 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 5DsR). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 5DsR dispose d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Ce 90 mm macro est très bon ! Le niveau de piqué qu'il délivre est très élevé et les 50 millions de pixels du 5DsR ne lui font pas peur. Le piqué est particulièrement impressionnant au centre et ce dès la plus grande ouverture. Son niveau est relativement constant jusqu'à f/11, ouverture à laquelle le piqué, de manière générale, commence à baisser à cause de la diffraction. Il sera d'ailleurs déconseillé d'utiliser cet objectif au delà de f/11. Par contre on observe un manque d'homogénéité entre le centre des images et les bords. L'écart est le plus important à la plus grande ouverture et a tendance à se réduire à mesure que l'on ferme le diaphragme.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD - Imatest

Testé avec Imatest

Comparons désormais ce "nouveau" 90 mm macro à ses concurrents direct chez Canon (le 100 mm f/2,8 L IS USM, dont le test est à venir) et chez Sony (le 90 mm f/2,8 G OSS) — notez qu'un duel entre les modèles Canon et Tamron sera publié prochainement. Il nous manque malheureusement le modèle Nikon (105 mm f/2,8 G IF ED VR) et le Sigma (105 mm f/2,8 EX DG OS HSM).

Comme le Tamron, nous avons testé le Canon avec un EOS 5DsR. Le modèle Sony a pour sa part été test avec un A7 II et son capteur de 24 millions de pixels. Afin de comparer des choses comparables, nous avons sous échantillonné les images faites avec le 5DsR en 24 millions de pixels avant de réaliser les planches de comparaison (scène test) et les graphiques Imatest.

Test - 08/06/2015
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS
FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS
Fnac.com marketplace 1005,00 €
Digixo 1048,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 1099,00 € Voir l'offre
Amazon 1099,99 € Voir l'offre
Fnac.com 1099,99 € Voir l'offre
Test - 21/07/2016
Canon EF 100 mm f/2,8 Macro L IS USM
EF 100 mm f/2,8 Macro L IS USM
Fnac.com marketplace 709,99 €
Priceminister 788,00 € Voir l'offre
Webdistrib 944,98 € Voir l'offre
Digixo 948,99 € Voir l'offre
Amazon 949,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 949,00 € Voir l'offre
LDLC 949,95 € Voir l'offre
Fnac.com 989,99 € Voir l'offre
Boulanger.com 999,00 € Voir l'offre
Conrad 999,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

D'après les mesures effectuées en laboratoire, le Tamron sort en tête avec le plus haut niveau de piqué. Il est talonné de près par le modèle Canon. Ces deux objectifs souffrent cependant d'un manque d'homogénéité entre le centre et les bords des images et ce presque à toutes les ouvertures. Le modèle Sony pour sa part dispose d'une niveau de piqué légèrement moins élevé mais d'un comportement parfait. C'est donc lui qui ressort "victorieux". Maintenant, en observant les planches de comparaison, difficile de déceler des nuances entre ces trois objectifs qui sont au final excellents et se valent largement.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD - Imatest 24 mpix

Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM - Imatest 24 mpix

Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS - Imatest 24 mpix

Testés avec Imatest

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/2,8 - 24 mpix Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/2,8 - 24 Mpx Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/2,8 - 24 mpix Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/2,8 - 24 Mpx Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/2,8 - 24 mpix Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/2,8 - 24 Mpx Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/5,6 - 24 mpix Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/5,6 - 24 Mpx Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/5,6 - 24 mpix Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/5,6 - 24 Mpx Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/5,6 - 24 mpix Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/5,6 - 24 Mpx Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/11 - 24 mpix Tamron SP 90 mm f/2,8 Di VC USD @ f/11 - 24 Mpx Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/11 - 24 mpix Canon EF 100 mm f/2,8 L IS USM @ f/11 - 24 Mpx Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/11 - 24 mpix Sony FE 90 mm f/2,8 G OSS @ f/11 - 24 Mpx

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l'on obtient avec le 90 mm monté sur un reflex équipé d'un capteur 24 x 36 mm. Sur un reflex équipé d'un capteur APS-C, il devient un équivalent 135 mm (coefficient de conversion de 1,5x). Ce 90 mm est une optique avant tout pensée pour la macro qui permet de garder une distance raisonnable avec son sujet. Elle est également assez bien adaptée aux portraits.

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 10
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 12
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 5

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Ce 90 mm vignette. On ressent le phénomène principalement aux plus grandes ouvertures et ce jusqu'à f/5,6. Au delà, il devient négligeable. Avantage ou inconvénient, cela dépend des cas de figure et des préférences de chacun. Quoi qu'il en soit, le phénomène se corrige facilement en post production.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Oubliez les distorsions ! Un bon pont.

Stabilisation optique

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

En macro, les effets de flou de bougé du photographe sont souvent présents. Généralement cette technique photographique nécessite d'utiliser des temps de pose relativement longs et des ouvertures de diaphragmes réduites de façon à obtenir une grande profondeur de champ. Il faut donc souvent travailler avec un trépied et, dans certains cas, ajouter un retardateur pour laisser le temps à l'appareil de se stabiliser après avoir appuyé sur le déclencheur. L'utilisation d'une stabilisation optique peut donc être d'une grande aide et permettre d'envisager la réalisation de macros à main levée.

Dans le cadre d'une utilisation classique, nous avons réussi à descendre à main levée au 1/25 seconde grâce à la stabilisation optique de ce 90 mm. Cela équivaut donc à un gain de 2 IL. En macro (et pas au rapport maximum), nous avons gagné 1I L. Ce n'est finalement pas grand chose mais c'est toujours cela de gagné.

Notons que la stabilisation optique de ce Tamron a été pensée pour une utilisation macro. D'après la marque : "Un système de stabilisation linéaire (sur le plan X-Y) vient s'ajouter à la fonction VC qui comportait uniquement un système de stabilisation angulaire. Le Modèle F017 propose donc une stabilisation pensée pour la macrophotographie (stabilisation linéaire) et la prise de vue à l’infini (stabilisation angulaire)."

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 90 mm a une ouverture maximale de f/2,8 ce qui qui lui permet de procurer des effets de profondeur de champ assez marqués en utilisation standard. Il est très facile de détacher un sujet principal de son arrière-plan dans un beau et doux flou. Pour peu que l'arrière-plan ne soit pas trop proche du sujet, il sera noyé dans un flou très diffus et agréable à l'œil.

Par contre, n'oublions pas non plus que la profondeur de champ est intimement liée à la distance de mise au point. En utilisation macro, à 28 cm, elle est extrêmement courte et nécessite une précision redoutable pour positionner le plan de netteté. La moindre erreur est immédiatement sanctionnée !

Galerie terrain

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 1
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 2
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 3
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 4
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 6
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 7
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 8
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 9
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD exemple 11

Verdict

Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD recommandé par Focus Numérique

Outre le design, la qualité de construction et la prise en main des nouveaux objectifs fixes de la gamme SP (nous avons déjà été plutôt conquis par les 35, 45 et 85 mm), on ne peut que saluer les performances optiques de ce nouveau 90 mm. Cet objectif délivre des images avec un niveau de piqué très élevé et ce dès sa plus grande ouverture f/2,8. On regrette peut être le manque d'homogénéité au sein même des images entre le centre et les bords mais ce phénomène a le mérite d'être constant en fonction de l'ouverture et confère donc à l'objectif un comportement stable.

La stabilisation optique embarquée permet de gagner 1 IL à main levée, ce qui n'est pas beaucoup dans l'absolu mais peut permettre de faire la différence dans des cas de figure bien précis. Quoi qu'il en soit, la photo en macro à main levée n'est pas chose facile. En effet, dans le viseur on peut vite avoir le tournis (précision du cadrage, travail de l'AF et action de la stabilisation optique).

Au final, ce nouveau 90 mm f/2,8 macro reçoit haut la main notre label recommandé.

+
  • Design et prise en main
  • Construction "tout temps"
  • Stabilisation optique
  • Qualité optique
  • Niveau du piqué au centre dès f/2,8
  • Manque d'homogénéité du piqué entre le centre et les bords des images aux plus grandes ouvertures
  • Légères aberrations chromatiques à f/2,8 sur les bords
  • Vignetage visible jusqu'à f/5,6
  • Performances de la stabilisation optique (1 IL en utilisation macro, 2 IL en utlisation classique)
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Tamron SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD
SP 90 mm f/2,8 Di Macro VC USD
Priceminister 656,00 €
Fnac.com marketplace 672,20 € Voir l'offre
Webdistrib 681,18 € Voir l'offre
Amazon 684,19 € Voir l'offre
Digixo 687,00 € Voir l'offre
Top Achat 689,90 € Voir l'offre
Boulanger.com 699,00 € Voir l'offre
Conforama 699,00 € Voir l'offre
Fnac.com 699,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 729,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres