MontureSony FE
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale90 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C135 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,28 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction15 lentilles réparties en 11 groupes
Éléments spécifiques1 lentille asphérique, 1 lentille Super ED, 1 lentille ED
Échelle des distancesOui
Rapport de reproduction1
MotorisationOui, Direct Drive SSM
StabilisationOui, OSS
Dimensions79 x 130,5 mm
Poids602 g
Étui soupleOui

Prise en main

Présentation

Le Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS est présenté comme une redoutable arme de portrait, censée produire des bokeh très travaillés grâce à un diaphragme à 9 lamelles et des aberrations sphériques bien contrôlées.

L'optique, stabilisée (OSS), propose une approche assez classique de la macro avec des rapports de grossissements de 1:1 et une mise au point qui se fera à 28 cm du sujet. Pour une précision optimale en photo macro, la mise au point pilotée par Direct Drive SSM ajuste deux groupes optiques flottants.

Comme le 35 mm, le 90 mm Macro bénéficie d'une construction résistante à la poussière et à l'humidité. Notez qu'un système de mise au point manuelle est disponible en tirant la bague de mise au point (clutch). La motorisation est donc réellement mécanique (butée) et l'on comprend encore moins l'absence d'un tel système sur le 35 mm f/1,4.

Prise en main

Ce nouveau 90 mm en impose, il n'y a pas de doute ! Il est tellement imposant qu'on en vient presque à ce demander si l'argument jusqu'ici numéro 1 du système hybride (à savoir sa compacité par rapport au reflex) tient toujours. En même temps, pour faire de la macro à main levée, autant avoir un objectif qui tient bien en main et pèse son poids, afin de pouvoir s'assurer un maximum de stabilité et effectuer de fins réglages.

Ce 90 mm mesure donc plus de 13 cm de long et pèse plus de 600 g. Bon point, il dispose d'une conception à encombrement constant, quelle que soit la distance de mise au point.

La qualité de fabrication est au rendez-vous avec un châssis 100 % métal et une conception parée à affronter les pires conditions de prises de vues. L'objectif est relativement discret dans la mesure où le fût est très chargé en indications et interrupteurs en tous genres. On retrouve des infos imprimées sur le rapport de reproduction et la distance de mise au point (pas d'indicateur dynamique) en mètres et en pieds. On dispose d'un touche programmable, comme sur le 70-200 mm f/4 par exemple, et deux interrupteurs : le premier pour activer la stabilisation optique et le second pour gérer la plage de mise au point.

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS

La mise au point s'active avec un système de clips sur sa bague. C'est le même genre de système que l'on retrouve sur les optiques Pro d'Olympus ou certaines Fujifilm. La bague de mise au point est parfaite : elle est confortable, la fluidité est optimale et la précision, au rendez-vous. Elle offre même le luxe de réelles butées aux extrémités.

Sony FE 90mm F2,8 Macro G OSS

Tests labo

Nous avons testé le 90 mm f/2,8 avec un Sony A7 II et son capteur 24 x 36 mm de 24 Mpx (5,9 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un A7 II de 24 Mpx) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour l'A7 II). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'A7 II dispose d'une définition de 6024 x 4024 px. Chaque pixel mesure donc 5,9 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/16 !

L'analyse labo est très courte. Il n'y a pas grand-chose à reprocher à ce 90 mm f/2,8 qui dispose d'une excellente qualité d'image depuis sa plus grande ouverture f/2,9 jusqu'à f/16. Les images présentent un piqué remarquable et constant du centre jusqu'aux plus extrêmes bords ; celui-ci baisse à f/22 à cause de la diffraction.

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS

Tests terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Un 90 mm macro est avant tout conçu pour faire des photos en macro. Quoi qu'il en soit, l'optique peut également être utilisée pour d'autres types de prises de vues. Monté sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C, ce objectif équivaut à un 135 mm (coefficient de x1,5 chez Sony).

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS

Téléchargez les fichiers originaux

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

On observe aux plus grandes ouvertures un très léger vignetage, qui devient négligeable dès f/4.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sur ce 90 mm sont très discrètes, voire vraiment négligeables.

Téléchargez les fichiers RAW originaux

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 90 mm a une ouverture maximale de f/2,8 ce qui qui lui permet de procure des effets de profondeur de champ assez marqués en utilisation standard. Il est très facile de détacher un sujet principal de son arrière-plan dans un beau et doux flou. Pour peu que l'arrière-plan ne soit pas trop proche du sujet, il sera noyé dans un flou très diffus et agréable à l'œil.

Par contre, n'oublions pas non plus que la profondeur de champ est intimement liée à la distance de mise au point. En utilisation macro, à 28 cm, elle est extrêmement courte et nécessite une précision redoutable pour positionner le plan de netteté. La moindre erreur est immédiatement sanctionnée !

Stabilisation optique

Le principe d'un stabilisateur optique est simple : l'objectif est équipé d’une petite lentille montée sur un système de micromoteurs qui lui permet d’être mobile, c’est-à-dire de pouvoir bouger dans deux directions : verticale et horizontale. Ces micromoteurs sont actionnés grâce à un système gyroscopique qui détecte les moindres mouvements de l’objectif (et donc du bras du photographe), et les compense afin de les corriger. Très schématiquement, si on monte très légèrement son appareil vers le haut, la lentille dans l’objectif se déplace vers le bas et les deux mouvements s’annulent d’un point de vue optique : c’est comme si on n’avait pas bougé.

La présence d'une stabilisation optique est un réel plus sur ce 90 mm. D'une part, à cause de la relativement longue focale, qui engendre plus facilement des flous de bougé du photographe ; d'autre part, à cause de la fonction macro qui amplifie énormément le phénomène à mesure que la distance de mise au point se raccourcit. Dans une utilisation standard (non macro), nous avons réussi à descendre avec la stabilisation optique au 1/20 s, soit un gain théorique de 2 IL. On a déjà vu mieux. Attention, la pseudo-règle de l'inverse de la focale n'est plus du tout valable en macro : préférez des temps de pose les plus courts possible pour éviter les flous de bougé.

Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Photographier les sujets de près n’est pas facile et tous les objectifs ne sont pas capables de réaliser les mêmes images. L’explication est simple : l'objectif nécessite une distance minimum de mise au point entre vous et votre sujet (28 cm pour le Sony).

Macro oblige, ce Sony dispose d'un rapport de grossissement de 1 pour 1. Autrement dit, le Sony procurera des images de la même taille que le sujet. Il est donc facile "d'entrer" dans les sujets (nature, animaux, textures, etc.). Le monde du petit s'ouvre !

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 1
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 2
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 3
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 4
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 5
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 6
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 7
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 8
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS exemple 9
+
  • Qualité de fabrication
  • Stabilisation optique
  • Motorisation SSM
  • Bague de mise au point
  • Ouverture maximale de f/2,8
  • Conception : encombrement constant et tropicalisation
  • Qualité optique remarquable
  • Constance et homogénéité dans le piqué
  • Léger vignetage aux plus grandes ouvertures
  • Très légères distorsions
  • Performances de la stabilisation optique
En résumé

Impossible de ne pas recommander cet objectif qui ravira sans aucun doute les amateurs de macro utilisant le système A7 de chez Sony. La qualité d'image que procure le Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS est très impressionnante. Les images fourmillent de fins détails du centre aux bords, et ce, de f/2,8 à f/16. Nous avons rarement observé une homogénéité et une constance aussi parfaite.

L'objectif est bien entendu toutes options : construction tout temps, encombrement constant, touche personnalisable, stabilisation optique et motorisation SSM. La bague de mise au point est parfaite pour une utilisation en macro qui requiert une très grande précision. Bref, nous le recommandons sans aucune hésitation.

FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS
Priceminister 847,01 €
Digixo 1048,95 € Voir l'offre
Miss Numérique 1049,00 € Voir l'offre
Amazon 1059,99 € Voir l'offre
Fnac.com 1059,99 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés