Samyang a profité du CP+ 2018 pour dévoiler le dernier-né de sa gamme d'optiques XP, un 50 mm ultra lumineux f/1,2. Il s'agit du troisième objectif de la gamme XP de Samyang après un 85 mm f/1,2 et un 14 mm f/2,4.

Test - 19/12/2016
Samyang XP 14 mm f/2,4
Digixo 799,00 €
La Redoute 849,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre
Amazon 929,00 € Voir l'offre
Test - 21/03
Samyang XP 50 mm f/1,2
Il n'y a actuellement aucune offre.
Test - 05/01/2017
Samyang XP 85 mm f/1,2
XP 85 mm f/1,2
Digixo 838,90 €
Miss Numérique 839,00 € Voir l'offre
MontureCanon EF
Format couvert24x36 mm
Plage focale50 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C80 mm
Ouverture maximalef/1,2
Ouverture minimalef/16
Distance de mise au point0,45 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction11 éléments répartis en 8 groupes
Éléments spécifiques1 lentille asphérique, 1 verre à haut pouvoir de réfraction (HR)
Échelle des distancesOui
Rapport de reproduction0,17x
MotorisationNon
StabilisationNon
Dimensions117,4 x 93 mm
Diamètre filtre86 mm
Poids1,2 kg
Pare-soleilOui
Étui soupleOui

Prise en main
Lourd et imposant

Présentation

Les objectifs XP Samyang se positionnent sur du haut de gamme et entendent concurrencer les Otus de Zeiss (55 mm f/1,4). Ils sont conçus pour les reflex, plus particulièrement les modèles Canon (monture EF), et couvrent naturellement le format 24x36 mm. Ils sont à mise au point manuelle.

Samyang XP 50 mm f/1,2 test review

Ce nouveau 50 mm f/1,2 intègre une formule optique ambitieuse de 11 lentilles réparties en 8 groupes incluant 1 lentille asphérique et 1 verre HR (haute réfraction). Son ouverture très généreuse de f/1,2 est assurée par un diaphragme à 9 lamelles. Selon le constructeur, la qualité optique de cet objectif est tout à fait en phase avec les exigences des capteurs les plus demandeurs du moment (50 Mpx, voire plus) et sera à la hauteur des demandes en matière de vidéo 8K. C'est un objectif à mise au point manuelle, mais qui communique avec le boîtier auquel il est associé grâce aux connecteurs présents sur sa monture. L'objectif pèse 1,2 kg et mesure près de 12 cm de long pour un peu plus de 9 cm de diamètre.

Face à la concurrence

Peu de 50 mm en monture Canon native proposent une aussi grande ouverture. Canon a un modèle dans sa gamme série L, lui aussi avec autofocus, capable d'ouvrir à f/1,2. Dans le monde de la mise au point manuelle, Zeiss commercialise un imposant 55 mm f/1,4 à mise au point manuelle et connexion avec le boîtier. Si on étend la comparaison avec les optiques ouvrant à f/1,4, on peut évidemment citer le 50 mm f/1,4 Sigma en gamme Art et le modèle Canon EF USM.

Pour vous, une ouverture de f/1,2 est un avantage indéniable comparé à f/1,4 ? Vous aimez les rendus d'images doux ? Alors, vous serez comblé par cette optique. Pour les autres, jetez un coup d'œil à la version f/1,4 USM ou à l'opus Sigma Art.

EF 50 mm f/1,2 L USM
Rakuten - priceminister 1049,67 €
Fnac.com marketplace 1079,00 € Voir l'offre
Digixo 1419,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1429,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1439,99 € Voir l'offre
Boulanger.com 1469,00 € Voir l'offre
La Redoute 1469,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1509,00 € Voir l'offre
Villatech 1598,74 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Prise en main

D'un point de vue design et qualité de fabrication, cet objectif est dans la droite lignée de ses deux prédécesseurs de la gamme XP. Il reprend donc un design sobre, discret et élégant. Ses courbes sont douces et sa finition, satinée. L'optique jouit d'une construction tout en métal du plus bel effet. Il est massif, dense et imposant. Comptez 1,2 kg sur la balance ! Il mesure près de 12 cm de long pour 9,3 cm de diamètre. L'objectif n'est pas calibré pour une utilisation à main levée avec un reflex du genre EOS 5D sans grip.

Samyang XP 50 mm f/1,2 test review

L'unique bague de réglage dédiée à la mise au point – cet objectif est dépourvu d'autofocus – est large et agréable à utiliser. Elle est recouverte d'un confortable grip en caoutchouc antidérapant. Un peu dure au maniement, elle manque d'un brin de fluidité. La course est assez longue : il faut notamment s'y reprendre à trois fois pour passer de la distance minimale de mise au point à l'infini. Cela constitue néanmoins un gage de précision. On retrouve des indicateurs de distance de mise au point qui manquent, eux, de précision ; il y a en effet des indications de distance, mais aucun repère correspondant.

Samyang XP 50 mm f/1,2 test review

L'objectif est dépourvu de bague de diaphragme, ce qui est regrettable. Il est équipé d'une gestion électronique de l'ouverture pilotée directement par le boîtier.

Samyang XP 50 mm f/1,2 test review

Ce n'est donc pas parfait au niveau de la prise en main. Outre les considérations de poids et d'encombrement (il faut faire avec), nous aurions aimé une conception tropicalisée pour résister à une utilisation terrain extrême.

Samyang XP 50 mm f/1,2 test review

Tests labo
Assez bon dans l'ensemble

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la “sensation de netteté” et/ou à la “précision” que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R au capteur 24x36 mm de 50 Mpx d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Ce nouveau 50 mm s'en sort assez bien au labo. Commençons par saluer son comportement général, très classique, avec un piqué qui augmente à mesure que l'on ferme le diaphragme sur toutes les zones des images. L'optique délivre le meilleur de lui-même aux ouvertures moyennes f/5,6 et f/8 avec un piqué élevé et, surtout, une très belle homogénéité. Passé f/8, le piqué commence à baisser, mais les images restent tout à fait exploitables jusqu'à l'ouverture minimale f/16. Dans l'ensemble, cet objectif jouit d'une très belle homogénéité entre le centre, les 2/3 des images et les bords extrêmes, et ce dès la plus grande ouverture f/1,2. On observe un sursaut de piqué au centre entre f/1,4 et f/4. Aux plus grandes ouvertures, les performances sont un peu décevantes et il faut attendre f/2 pour commencer à obtenir des détails “crousitillants”, tout du moins au centre.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Tests terrain
Mise au point délicate aux grandes ouvertures

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 50 mm monté sur un 5DsR, équipé d’un capteur plein format. Cette focale est un grand classique, une sorte de couteau suisse capable de faire aussi bien du paysage ou du portrait que de la photo de rue. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (EOS 7D, par exemple), on obtient un équivalent 80 mm (coefficient de conversion de 1,6x).

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Cet objectif vignete, c'est une certitude. Naturellement, le phénomène se ressent principalement aux plus grandes ouvertures. À partir de f/2,8, il devient beaucoup plus discret, voire négligeable. C'est à f/1,2 qu'il est le plus marqué avec un fort décalage de densité entre le centre et les bords extrêmes des images. À cette ouverture, il est aussi assez “entrant” dans l'image.

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont assez faibles et seront corrigées sans peine en post-production.

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Qui dit très grande ouverture, dit très faible profondeur de champ. Il est très facile de décrocher un détail du cadrage de son environnement. Gare cependant, la mise au point doit être extrêmement précise, et à main levée au viseur optique, la tâche est très délicate. Vous avez évidemment la possibilité d'utiliser le Live View et la fonction de zoom à l'écran, mais cela perd beaucoup en spontanéité. Hélas, les reflex Canon ne disposent pas de fonction focus peaking qui pourrait aider à la mise au point manuelle à l'écran.

Galerie terrain

Verdict
Difficile à utiliser sans autofocus

Ce 50 mm f/1,2 suit la même philosophie du 85 mm f/1,2, lui aussi en gamme XP chez Samyang. Son principal défaut réside dans la difficulté à l'utiliser à main levée aux plus grandes ouvertures. La très faible profondeur de champ implique une précision de la mise au point qu'il est difficile d'atteindre avec un reflex Canon en visée optique ou à l'écran (sans focus peaking). Cette contrainte mise de côté, force est de constater que cet objectif délivre des images de qualité avec une belle homogénéité et une douceur qui en séduiront certains aux plus grandes ouvertures. Les performances aux ouvertures moyennes sont très bonnes : piqué élevé et homogénéité presque parfaite. L'objectif en lui même est un bel objet au design réussi et épuré. Il est malheureusement lourd et encombrant pour un usage intensif à main levée sur le terrain.

+
  • Très grande ouverture f/1,2
  • Très beaux effets de profondeur de champ
  • Design et qualité de fabrication
  • Comportement général de l'optique
  • Homogénéité du piqué dès la plus grande ouverture
  • Performances aux ouvertures moyennes
  • Faibles distorsions
  • Pas d'autofocus : prise de vue à main levée aux grandes ouvertures très difficile
  • Course de la bague de mise au point manuelle trop longue et manque de fluidité
  • Objectif lourd et imposant
  • Quelques petites finitions à améliorer
  • Pas de tropicalisation
  • Piqué en retrait aux plus grandes ouvertures
  • Vignetage marqué aux plus grandes ouvertures
En résumé

Ce 50 mm ultra lumineux est une bonne optique pour ceux qui aiment jouer avec des effets de profondeur de champ marqués. Attention, son maniement à main levée aux plus grandes ouvertures est délicat et son poids important le rend difficilement utilisable pour de longues séances terrain. La qualité optique est plutôt bonne avec un rendu assez doux aux plus grandes ouvertures.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Samyang XP 50 mm f/1,2
Il n'y a actuellement aucune offre.