Représentant le haut de gamme de la marque coréenne, les nouveaux objectifs XP Premium sont supposés offrir un très fort pouvoir séparateur. Ils seraient ainsi parfaitement adaptés aux capteurs disposant d'une très haute définition (tels que les capteurs de 50 Mpx des Canon EOS 5Ds et 5Ds R) ainsi qu'à l’enregistrement de vidéos en 8K.

Le Samyang XP 14 mm f/2,4 est un objectif à mise au point manuelle pourvu de connecteurs permettant le réglage du diaphragme depuis l’appareil. Il intègre pas moins de 18 lentilles réparties en 14 groupes avec 3 verres asphériques, 1 verre à haut indice de réfraction et 2 verres à très faible dispersion. Il pèse un peu moins de 800 g et mesure un peu plus de 10 cm.

MontureCanon EF, Nikon F, Sony E
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale14 mm
Ouverture maximalef/2,4
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,28 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction18 lentilles réparties en 14 groupes
Éléments spécifiques2 asphériques 1 hybride, 2 à très faible dispersion 3 traitements haute réfraction
Échelle des distancesoui
Rapport de reproductionnc
Motorisationnon
Stabilisationnon
Dimensions95 x 109,4 mm
Poids791 g
Étui soupleoui
Diamètre filtrena
Pare-soleilintégré

Prise en main

Les nouveaux objectifs Samyang XP inaugurent un tout nouveau design qui n'a rien à voir avec celui des récentes optiques de la marque en monture E (telles que le 14 mm f/2,8 FE ED AS IF UMCet le 50 mm f/1,4 AS IF UMC). Ce nouveau 14 mm f/2,4 est sobre, discret et élégant. Ses courbes sont douces et il dispose d'une finition satinée. Impossible de ne pas faire le rapprochement avec le design des objectif Zeiss (Otus et Milvus).

Test objectif Samyang XP 14 mm f/2,4 prise en main

L'objectif jouit d'une construction tout en métal du plus bel effet. Il est massif et dense. Comptez près de 800 grammes sur la balance tout de même. Il est par contre assez compact avec un peu moins de 11 cm de long. Le pare-soleil (en plastique pour sa part) est fixe pour protéger la magnifique lentille frontale bombée. La mise au point de l'objectif est interne, si bien que la lentille frontale et la lentille arrière restent fixes : un bon point pour "l'étanchéité" et donc la résistance à de possibles intrusions de poussières.

Test objectif Samyang XP 14 mm f/2,4 prise en main

L'unique bague de réglage dédiée à la mise au point (ces nouveaux objectifs sont dépourvus d'autofocus) est large et agréable à utiliser. Elle est recouverte d'un confortable grip en caoutchouc antidérapant. Malheureusement elle est très lourde et donc dure à manier. La fluidité est très bonne mais son maniement est "pesant".

Test objectif Samyang XP 14 mm f/2,4 prise en main

La course est de plus très importante — il faut notamment s'y reprendre à trois fois pour passer de la distance minimale de mise au point à l'infini. Cela constitue néanmoins un gage de précision.

On retrouve des indicateurs de distance de mise au point qui manquent quant à eux de précision ; il y a en effet des indications de distance mais aucun repère correspondant.

Test objectif Samyang XP 14 mm f/2,4 prise en main

L'objectif est dépourvu de bague de diaphragme, ce qui est dommage. Il est équipé d'une gestion électronique de l'ouverture qui est pilotée directement par le boîtier.

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R de 50 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 5DsR). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 5Ds R dispose d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Ce nouveau 14 mm s'en sort avec les honneurs au labo sur un reflex doté d'un exigeant capteur de 50 millions de pixels. Le comportement général de l'optique est cohérent : le piqué monte a mesure que l'on ferme le diaphragme et baisse à partir de f/11 à cause de la diffraction. Le niveau de piqué au centre est assez bon et relativement constant. Même dès la plus grande ouverture f/2,4, le niveau de détail est assez satisfaisant.

Pour ce qui est de l'homogénéité, c'est une autre histoire. En effet, aux plus grandes ouvertures, l'objectif souffre d'un niveau de piqué en retrait croissant à mesure que l'on s'éloigne de l'hyper centre de l'image. Ce phénomène très classique s'amenuise à mesure que l'on ferme le diaphragme. L'homogénéité est quasi parfaite à f/8, ouverture à laquelle l'objectif délivre le meilleur de lui même.

Test objectif Samyang XP 14 mm f/2,4 Imatest

Testé avec Imatest

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Le focale de 14 mm est le "best-seller" historique de Samyang. Voici ce que l’on obtient si on l'utilise montée sur un EOS 5D équipé d’un capteur plein format. Cette focale est assez spécifique. L'ultra grand-angle — sans tomber dans le fisheye — ne convient pas à tous les sujets ; il peut s'avérer judicieux pour des reportages, des paysages ou certains portraits. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (un EOS 80D, par exemple), on obtient un équivalent 21 mm (avec un coefficient de conversion de 1,5x).

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Ce 14 mm est sujet au vignetage, c'est une certitude. Le phénomène est visible à presque toutes les ouvertures. Il est particulièrement "entrant" et fort aux plus grandes ouvertures. Dès f/5,6, il n'affecte que les coins extrêmes des images.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Bon point, elles sont bien géres par ce super grand-angle d'une focale de 14 mm.

Samyang XP 14 mm f/2,4 - Distorsions

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou — notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses — sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 14 mm est assez lumineux. Il dispose d'une ouverture maximale de f/2,4 soit environ 1/3 d'IL plus lumineux qu'un plus conventionnel f/2,8. Avec un grand-angle, les effets de profondeur de champ très marqués sont difficiles à obtenir. Pour détacher un sujet de son arrière-plan, il est préférable d'opter pour une faible distance de mise au point et de s'arranger pour qu'il y ait la plus grande distance possible entre le plan de netteté et l'arrière-plan. Par exemple, pour un sujet positionné à 1 m et à f/2,8, la zone de netteté est d'environ 80 cm.

Galerie terrain

Verdict

Samyang XP 14 mm f/2,4 : verdict

Le Samyang XP 14 mm f/2,4 inaugure la nouvelle gamme d'objectifs XP chez Samyang et se révèle être plutôt une réussite. Commençons par saluer la qualité optique : malgré des défauts de vignetage et de distorsion assez marqués — mais classiques sur un super grand-angle —, force est de constater que l'objectif délivre des images piquées et jouit d'un beau comportement.

Un 14 mm est une focale un peu spécifique qu'il faudra apprendre a apprivoiser : pas facile de cadrer avec un champ aussi large. Nous sommes toujours un peu méfiants en ce qui concerne l'usage de focales fixes lumineuses à mise au point manuelle sur des reflex 24x36. Aux plus grandes ouvertures, la profondeur de champ peut s'avérer très faible et la mise au point nécessite donc une grande précision. Ce n'est pas le cas ici compte tenu du champ très large et de l'ouverture maximale de f/2,4 mais nous redoutons l'usage du 85 mm f/1,2 de la même série !

Avec sa nouvelle gamme XP, Samyang inaugure aussi un nouveau design inspiré par celui des dernières gammes Zeiss (Otus, Milvus). Quoi qu'il en soit, il est assez réussi et ce 14 mm est un bel objet que l'on prend plaisir à regarder et à prendre en main. Dommage simplement que la bague de mise au point manuelle soit un peu trop lourde et que les indications de distance manquent de précision.

+
  • Qualité optique (comportement, homogénéité, niveau du piqué)
  • Grande ouverture f/2,4
  • Design, qualité de fabrication
  • Prise en main
  • Vignetage marqué
  • Distorsions importantes
  • Bague de mise au point manuelle trop lourde
En résumé

Au final nous recommandons cet objectif qui dispose tout de même de concurrents sérieux : le Zeiss Milvus 15 mm f/2,8, le Canon EF 14 mm f/2,8 L II USM ou le Nikon AF 14 mm f/2,8 D Nikkor.

XP 14 mm f/2,4
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Samyang XP 14 mm f/2,4
Digit-photo.com 899,00 €
Digit-photo.com 899,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre
Amazon 913,62 € Voir l'offre
Digixo 948,99 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés