Samyang enrichit sa gamme d'objectifs autofocus d'un nouveau 35 mm ultra-lumineux puisqu'il dispose d'une ouverture maximale de f/1,4. C'est donc la quatrième optique Samyang entièrement dédiée à l'univers des hybrides Sony après un 14 mm f/2,8, un 35 mm f/2,8 et un 50 mm f/1,4.

Test - 28/09/2016
Samyang AF 14 mm f/2,8 FE ED AS IF UMC
AF 14 mm f/2,8 FE ED AS IF UMC
Miss Numérique 629,00 €
Digixo 629,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 637,73 € Voir l'offre
Amazon 651,38 € Voir l'offre
Test - 10/07/2017
Samyang AF 35 mm f/2,8 FE
Digixo 278,90 €
Amazon 279,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 279,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 279,00 € Voir l'offre
Test - 08/08/2016
Samyang AF 50 mm f/1,4 AS IF UMC
AF 50 mm f/1,4 AS IF UMC
Fnac.com marketplace 507,99 €
Miss Numérique 539,00 € Voir l'offre
Digixo 548,90 € Voir l'offre
Amazon 549,00 € Voir l'offre
La Redoute 559,90 € Voir l'offre
MontureSony FE
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale35 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C52,5 mm
Ouverture maximalef/1,4
Ouverture minimalef/16
Distance de mise au point0,30 m
Nombre de lamelles du diaphragme9
Construction11 lentilles réparties en 9 groupes
Éléments spécifiques2 lentilles asphériques, deux verres HR
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,12 X
MotorisationOui
StabilisationNon
Dimensions115 x 67 mm
Diamètre filtre67 mm
Poids645 g
Pare-soleilOui
Étui soupleNC
AutresCompatible Lens Station

Prise en main
Imposant et bague de mise au point perfectible

Présentation

Cet objectif couvre naturellement le 24x36 mm et est donc compatible avec la série des hybrides A7/9. Utilisé sur un modèle équipé d'un capteur APS-C, il équivaut à un 52,5 mm. Ce 35 mm f/1,4 est composé de 11 lentilles réparties en 9 groupes incluant 2 lentilles asphériques et 2 verres HR (High Refractive Lens). On retrouve également le couchage UMC (Ultra Multi Coating). L'objectif est équipé d'un diaphragme composé de 9 lamelles. Il mesure 11,5 cm de long et pèse 645 g.

Prise en main

Ce nouveau 35 mm est un objectif imposant. Il mesure en effet tout de même plus de 11 cm de long (sans pare-soleil) et 6,7 cm de diamètre. Sur la balance, il pèse non loin de 650 g. Utilisé avec un boîtier du calibre d'un A7/9 sans grip, il a tendance à déséquilibrer l'ensemble. Attention donc au poignet lors de très longues séances de prises de vue à main levée. Pour une utilisation intensive sur le terrain, l'usage du grip peut vite être indispensable afin de mieux répartir le poids.

Niveau design, ce nouveau 35 mm f/1,4 reprend les codes établis sur les récents 50 mm f/1,4 et 14 mm f/2,8, premiers objectifs de cette gamme autofocus chez Samyang. C'est donc avant tout un bel objet. Le design est élégant et épuré (peut-être un peu trop). Sa construction tout en métal inspire un sentiment de robustesse, l'objectif est agréable au toucher et visuellement du plus bel effet. Malheureusement, rien n'est prévu pour contrer les conditions délicates de prises de vue (pluie, poussières, humidité).

L'unique bague de réglage est dédiée à la mise au point manuelle. Elle est très large et assez confortable, hélas elle est encore beaucoup trop fluide (comme sur le 14 mm et le 50 mm) et manque donc de précision. De plus, il s'agit d'une bague de contrôle qui commande un moteur : on manque aussi de sensations. Il n'y a ni indicateur de distance de mise au point sur le dessus de l'objectif ni repères de butées pour indiquer la distance minimale de mise au point et l'infini. Au registre des absences, oubliez également l'interrupteur pour passer en manuel et la bague manuelle de diaphragme qui auraient été les bienvenus.

Tests labo
Piqué fort à partir de f/4

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la “sensation de netteté” et/ou à la “précision” que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un A7R II au capteur 24x36 mm de 42 Mpx et d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Les performances de cet objectif sont assez bonnes, mais très loin d'être parfaites. Commençons par le comportement général de l'objectif… Il est assez cohérent avec un piqué qui augmente sur toutes les zones de l'image à mesure que l'on ferme le diaphragme. On peut seulement noter un “léger” décrochage à f/2,8. Le piqué de l'optique au centre est impressionnant de f/4 à f/16, et surtout d'une constance assez déconcertante. C'est comme si la diffraction avait décidé de ne pas se joindre à la fête ! Aux plus grandes ouvertures, il est moins fort, mais son niveau relatif confère aux images une excellente restitution des détails dès les plus grandes ouvertures (f/2 pour être précis).

Pour ce qui est de l'homogénéité générale des images, elle est assez bonne entre le centre et les 2/3 des images. Le “décrochage” à f/2,8 est plus important pour les zones situées aux 2/3 des images, si bien qu'entre f/2,8 et f/5,6, l'écart est un peu plus important qu'aux autres ouvertures. Les bords extrêmes des images sont quant à eux très en retrait jusqu'à f/5,6, et c'est à f/11 que l'objectif délivre le meilleur de lui-même en matière de piqué maximal et d'homogénéité.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Face à la concurrence

Impossible de ne pas comparer ce nouveau 35 mm f/1,4 au modèle signé Zeiss de chez Sony : le Distagon T FE 35 mm f/1,4 ZA. Le test du modèle Sony date de 2015, et depuis, nous avons changé de scène test. À l'époque, l'objectif avait été testé avec un A7, premier du nom. En attendant de recevoir une nouvelle version du 35 mm f/1,4 Zeiss, nous comparons donc à titre indicatif uniquement les mesures Imatest avec toutes les précautions qui s'imposent. Afin de pouvoir comparer des choses comparables, nous avons sous-échantillonné les images faites avec le modèle Samyang sur la définition de l'A7 avant de les passer dans la moulinette Imatest.

Notre avis est assez mitigé sur ce Sony Distagon T* FE 35 mm f/1,4 ZA. Car même si on met de côté son poids et son encombrement importants (qui nous semblent gêner toute utilisation de terrain à main levée), la non-homogénéité de son piqué aux plus grandes ouvertures est très problématique. On attend d'une optique de ce calibre un piqué exceptionnel sur l'ensemble de l'image, à presque toutes les ouvertures. On veut bien admettre que les bords à f/1,4 manquent de punch, mais pas à f/2,8.

En revanche, il nous faut admettre qu'au centre et à partir de f/2, le piqué est exceptionnel et que les images à f/5,6 et f/8 sont très impressionnantes. Le bokeh est lui aussi très doux et agréable. Nous apprécions le faible vignetage, les faibles distorsions et l'absence d'aberrations chromatiques.

Distagon T* FE 35 mm f/1,4 ZA
Amazon 1460,87 €
Fnac.com 1489,99 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 1499,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 1649,00 € Voir l'offre
Digixo 1649,00 € Voir l'offre

Tests terrain
Efficace ...

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l'on obtient avec ce 35 mm f/1,4 monté sur un Sony A7 avec capteur au format 24x36. Chez Sony, le coefficient de conversion est de 1,5x. C'est donc un équivalent 52,5 mm si on monte l'optique sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C. Cet objectif est orienté grand-angle ou focale standard pour du reportage ou de la photo de paysage, par exemple.

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est assez marqué, surtout aux plus grandes ouvertures. À f/1,4, il est particulièrement fort et “entrant” dans l'image. En fermant, le phénomène s'amenuise progressivement pour devenir presque négligeable (sauf dans les coins extrêmes) à f/8.

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Bonne gestion des distorsions qui sont assez discrètes et seront corrigées sans peine en post-production.

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Une ouverture maximale de f/1,4 et un capteur 24x36 mm sont de bons ingrédients pour de très beaux bokehs et des effets de profondeur de champ très marqués ! Rien à dire, le bokeh que propose ce 35 mm est très beau, doux et agréable à l'œil.

Galerie terrain

Verdict

Ce nouveau Samyang 35 mm f/1,4 est dans la droite lignée du 50 mm f/1,4 et du 14 mm f/2,8, deux optiques également conçues pour les hybrides 24x36 mm de Sony et pourvues d'autofocus. Un 35 mm est une focale incontournable pour de nombreux photographes attachés à une focale large pour du reportage, du portrait et du paysage. Ce n'est pas le premier 35 mm AF pour hybrides Sony chez Samyang. En effet, la firme sud-coréenne a aussi en catalogue un modèle pancake ultra compact et léger, ouvrant à f/2,8, qui nous avait fait grande impression. Sony, pour sa part, a déjà en gamme depuis longtemps un 35 mm ultra-lumineux f/1,4 signé Zeiss et un modèle f/2,8 lui aussi par l'opticien allemand.

Comme pour ces deux prédécesseurs, le nouveau 35 mm f/1,4 souffre d'un gros problème de conception et de prise en main. Outre l'aspect assez encombrant et lourd inhérent à un 35 mm f/1,4, nous sommes particulièrement déçus par la bague de mise au point manuelle qui manque encore et toujours de caractère (un problème déjà signalé sur le 50 mm et le 14 mm et non pris en compte par Samyang). Au niveau des doléances, on peut également citer l'absence de protections spécifiques aux intempéries qui laisse donc un doute sur les possibilités d'utilisation terrain dans des conditions hostiles.

Comme pour le 50 mm et le 14 mm, nous avons été plutôt agréablement surpris par les performances de l'autofocus, à la fois vif, rapide et précis. Mais même constat, il aurait été pertinent de proposer un autofocus exploitable en vidéo, ce qui n'est ici pas vraiment le cas. Le moteur AF est beaucoup trop bruyant, dommage.

Pour ce qui est de la qualité optique, les performances en matière de piqué sont impressionnantes, mais l'objectif souffre d'un manque d'homogénéité au niveau des bords extrêmes des images à presque toutes les ouvertures, et semble légèrement “décrocher” à f/2,8. Il faut fermer à f/8 pour obtenir des images parfaitement homogènes. C'est regrettable pour une optique censée pouvoir être utilisée en reportage, voire en paysage. Ceci étant, le niveau de piqué au centre est très élevé et constant de f/4 à f/16. Le vignetage est bien présent aux plus grandes ouvertures et les distorsions très bien maîtrisées.

+
  • Très grande ouverture f/1,4
  • Design élégant et épuré
  • Niveau de piqué général
  • Performances de l'objectif de f/5,6 à f/16
  • Homogénéité entre le centre et les 2/3 des images
  • Bonne gestion des distorsions
  • Poids et encombrement importants
  • Bague de réglage de la mise au point manuelle trop fluide
  • Pas de protection tout temps spécifique
  • Bords extrêmes des images très en retrait aux principales ouvertures
  • Léger décrochage du piqué à f/2,8
  • Vignetage marqué
  • Autofocus bruyant (vidéo)
En résumé

Ce nouveau 35 mm f/1,4 est une bonne optique qui saura fournir des images de qualité une fois qu'elle aura été apprivoisée. Elle souffre cependant de défauts de prise en main assez gênants et de quelques imperfections au niveau de la qualité d'image aux plus grandes ouvertures.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Samyang AF 35 mm f/1,4 FE
Il n'y a actuellement aucune offre.