Et voici le premier objectif Samyang en monture Canon EF (capable de couvrir le format 24x36 mm) équipé d'un système autofocus. Tradition oblige, il s'agit d'un très grand-angle 14 mm ouvrant à f/2,8. Après la monture FE de Sony, Samyang s'attaque à la monture EF ! Ce nouveau modèle entre donc en concurrence avec un modèle équivalent chez Canon (14 mm f/2,8 L II USM) et le modèle Sigma (14 mm f/1,8 DG HSM Art) plus lumineux.

MontureCanon EF
Format couvert24x36 mm
Plage focale14 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C22,4 mm
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Distance de mise au point0,2 m
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction15 éléments répartis en 10 groupes
Éléments spécifiques2 lentilles asphériques, 1 verre ED, 4 verres HR
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction0,15x
MotorisationOui
StabilisationNon
Dimensions95,6 x 90,5 mm
Diamètre filtre95,6 mm
Poids485 g
Pare-soleilIntégré
Étui soupleOui

Présentation

La formule optique du nouveau 14 mm pour boîtiers Canon EF diffère cependant quelque peu. Elle comporte 15 éléments répartis en 10 groupes incluant 4 lentilles à haute réfraction, 2 lentilles asphériques et 1 lentille à très faible dispersion. Samyang nous promet ainsi un fort pouvoir de résolution ainsi qu'une faible présence de distorsions et d'aberrations. L'objectif intègre par ailleurs un diaphragme à 7 lamelles.

Samyang AF 14 mm f/2,8 EF test review

Présentant des dimensions de 95,6 x 90,5 mm pour un poids de 485 g (sans capuchon d'objectif et pare-soleil), le Samyang AF 14 mm f/2,8 EF reprend le design sobre et élégant de ses prédécesseurs. Sa distance minimale de mise au point de 0,20 m autorise un coefficient de grossissement de 0,15x.

Face à la concurrence

Ce n'est pas le seul 14 mm du marché puisqu'il existe un objectif équivalent chez Canon (EF 14 mm f/2,8 L USM II) et Sigma (14 mm f/1,8 DG HSM Art). Dans le monde de la mise au point manuelle (avec connecteurs), on trouve le XP 14 mm f/2,4 chez Samyang et le Zeiss Milvus 15 mm f/2,8.

Test - 03/07/2017
Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM Art
Fnac.com marketplace 1351,55 €
Rue du Commerce 1389,90 € Voir l'offre
Webdistrib 1450,89 € Voir l'offre
Fnac.com 1459,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1459,00 € Voir l'offre
La Redoute 1459,00 € Voir l'offre
Digixo 1459,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1576,30 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Canon EF 14 MM f/2,8 II L USM
EF 14 MM f/2,8 II L USM
Fnac.com marketplace 1545,51 €
Miss Numérique 2049,00 € Voir l'offre
Digixo 2049,00 € Voir l'offre
Fnac.com 2099,99 € Voir l'offre
Materiel.net 2159,00 € Voir l'offre
Test - 19/12/2016
Samyang XP 14 mm f/2,4
Digixo 799,00 €
La Redoute 849,00 € Voir l'offre
Amazon 883,17 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre

Prise en main
Bien, mais pas idéal en mise au point manuelle

Le design de ce nouveau 14 mm reprend celui élaboré sur la gamme d'objectifs autofocus en monture Sony FE. C'est donc avant tout un bel objet. Le design est élégant et épuré, peut-être même un peu trop. Sa construction tout en métal inspire un sentiment de robustesse, l'objectif est agréable au toucher et visuellement du plus bel effet.

Nouveauté à saluer, cet objectif inaugure la première réelle conception terrain d'une optique Samyang. On retrouve donc un joint d'étanchéité installé au niveau de la monture de l'objectif qui prévient l'intrusion d'humidité et de poussière. Cette caractéristique est renforcée par le fait que l'objectif dispose d'une mise au point interne : la lentille frontale fixe quelle que soit la distance de mise au point. En revanche, Samyang ne précise pas si des protections spéciales ont été apportées au niveau des éléments mobiles de l'objectif (bague de mise au point manuelle et interrupteur). Quoi qu'il en soit, c'est un réel pas en avant qui va dans le sens de l'usage !

Côté gabarit, cet objectif est assez compact et léger. Comptez un poids de moins de 500 g et une longueur de 9,5 cm. L'optique est donc totalement proportionnée à un boîtier du calibre d'un EOS 5D. À noter ici que le pare-soleil est fixe, ce qui permet de protéger la belle et impressionnante lentille frontale bombée.

L'unique bague de réglage est dédiée à la mise au point manuelle. Elle est très large et assez confortable, hélas de nouveau beaucoup trop fluide (comme sur certains objectifs autofocus FE) et manque donc de précision. En fait, le maniement de cette bague n'actionne pas directement le déplacement d'une ou d'un groupe de lentilles, mais contrôle un petit moteur qui s'en charge. On retrouve par exemple le même type de technologies sur les Zeiss Batis. Sans contredire ce choix technologique, nous aimerions goûter à un peu plus de caractère et de densité sur cette bague de mise au point manuelle.

Sur le côté, se trouve un petit interrupteur qui permet de désactiver l'autofocus. Ici, la retouche manuelle du point est possible.

Tests labo
Pas mal !

Qu'est-ce que le piqué ?

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à l'autre, d'une focale à l'autre et d'une ouverture à l'autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple. De plus, le piqué va dépendre de la taille et de la définition du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R au capteur 24x36 mm de 50 Mpx d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Testé avec Imatest.

Le comportement général de l'objectif est assez bon. Le piqué augmente à mesure que l'on ferme le diaphragme pour atteindre son maximum à f/8. Passée cette ouverture, il commence à redescendre et les images restent exploitables jusqu'à f/16 inclus. On observe un infime décrochage des bords extrêmes à f/4 et des 2/3 des images à f/8. Ces décalages sont si faibles que l'on peut davantage les assimiler à une stagnation.

Dès la plus grande ouverture f/2,8, le piqué au centre est assez élevé. Dans cette zone, il devient excellent entre f/5,6 et f/11. L'objectif souffre d'un manque d'homogénéité au niveau de l'intensité du piqué entre le centre, les 2/3 des images et les bords extrêmes. Ce décalage est néanmoins assez faible entre le centre et les 2/3 des images et constant sur les premières ouvertures de f/2,8 à f/5,6. Arrivé à f/5,6, le piqué aux 2/3 des images stagne jusqu'à f/11 avant de commencer à redescendre sur les dernières ouvertures disponibles. Le piqué aux bords extrêmes des images peine à décoller avant f/8.

Notre scène test et les zones d'intérêt.

Nous avons comparé les performances de ce nouveau 14 mm avec celles du Sigma Art f/1,8. Dans l'ensemble, le modèle Sigma délivre des images plus piquées au centre mais , aux plus grandes ouvertures (de f/2,8 à f/5,6), le modèle Samyang est plus homogène (entre le centre et les 2/3 des images). Passé f/5,6, c'est l'inverse et le modèle Sigma est plus homogène. Globalement, le modèle Sigma jouit d'un comportepment plus cohérent.

À titre d'information, voici ce que donne la version XP à mise au point manuelle de Samyang…

Tests terrain
Voir large, quel plaisir !

La focale

Qu'est-ce que la focale ?

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient si on utilise le Samyang 14 mm f/2,8 monté sur un EOS 5D équipé d’un capteur plein format. Cette focale est assez spécifique. L'ultra grand-angle – sans tomber dans le fisheye – ne convient pas à tous les sujets ; il peut s'avérer judicieux pour des reportages, des paysages ou certains portraits. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (un Canon EOS 80D, par exemple), on obtient un équivalent 21 mm (avec un coefficient de conversion de 1,5x).

Le vignetage

Qu'est-ce que le vignetage ?

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, exprimée en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Cet objectif vignette, c'est une certitude ! Le phénomène est très visible et surtout très fort aux plus grandes ouvertures. À f/2,8, il est particulièrement “entrant” dans l'image. Il faut beaucoup fermer pour le voir s'atténuer. On l'observe à toutes les ouvertures.

Les distorsions

Que sont les distorsions ?

Les objectifs ont tendance à “tordre la réalité”. Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Bon point, les distorsions sont très bien gérées.

Le bokeh

Qu'est-ce que le bokeh ?

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la “qualité” du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres, dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Grand-angle rime rarement avec effets de profondeur de champ très marqués, d'autant plus avec une ouverture maximale assez limitée de f/2,8. Pour bien décrocher le sujet de son arrière-plan, privilégiez une faible distance de mise au point, la plus grande ouverture et un écart de plan important entre votre sujet et son arrière-plan.

Galerie terrain

Verdict

Pour un premier coup d'essai dans le monde des focales fixes autofocus en monture Canon, Samyang s'en sort assez bien. La firme, qui s'est fait une spécialité des 14 mm en tous genres, a réalisé une optique qui saura donner satisfaction aux photographes amateurs de larges focales.

La qualité d'image que procure l'objectif, bien qu'imparfaite, est tout à fait correcte, et même assez bonne aux ouvertures moyennes. Le piqué délivré au centre est fort et l'homogénéité des images acceptable pour une focale de ce type. On sait que Samyang peut mieux faire sur ce point (voir le test du 14 mm f/2,4 en gamme XP). Ô joie, les distorsions sont assez bien maîtrisées. L'objectif souffre néanmoins d'un relatif manque d'homogénéité au niveau du piqué aux bords extrêmes des images et d'un vignetage très marqué.

Concernant l'ergonomie et la prise en main, nos remarques sont similaires à celles que nous avons portées sur les premiers objectifs autofocus en monture Sony FE. Le design est sobre, élégant et l'objectif est épuré. L'optique s'avère assez compacte et légère, ce qui est un plus pour des utilisations terrain intensives à main levée. On apprécie l'effort naissant de Samyang visant à protéger ses optiques contre les intempéries. Seul bémol, la bague de mise au point manuelle manque cruellement de caractère.

+
  • Design sobre et élégant
  • Compact et léger
  • Protection tous temps
  • Bonne gestion des distorsions
  • Seulement f/2,8 en ouverture maximale
  • Bague de mise au point manuelle trop fluide
  • Vignetage très marqué
En résumé

Nous avons ici affaire à une focale fixe grand-angle qui devrait faire de l'œil aux amoureux de la photo de paysage et de reportage. Compacte et légère, cette optique relativement peu lumineuse procure des images de qualité avec un fort niveau de piqué, surtout au centre et aux ouvertures moyennes. Les distorsions sont très discrètes, ce qui est un réel plus pour un grand-angulaire.

default image
Arthur Azoulay
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Samyang AF 14 mm f/2,8 EF
Miss Numérique 689,00 €
Fnac.com marketplace 689,00 € Voir l'offre
Amazon 693,23 € Voir l'offre
Rakuten - priceminister 725,22 € Voir l'offre