Monture- Nikon, Canon, Pentax, Sony
Format couvert- 24x36, APS-C, APS-H
Plage focale- 35 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C- 52,5 mm
Ouverture maximale- f/1,4
Ouverture minimale- f/22
Distance de mise au point- 0,3 m
Nombre de lamelles du diaphragme- 8
Construction- 10 groupes / 12 éléments
Éléments spécifiques- 1 lentille asphérique
Échelle des distances- oui
Rapport de reproduction/
Motorisation- non
Stabilisation- non (si intégrée au boîtier)
Dimensions- 111 mm x 83 mm
Dimanètre filtre- 77 mm
Poids- 660 g
Parasoleil- oui
Étui souple- oui

Caractéristiques

Samyang 35 mm f/1,4

Dans le petit cercle des fabricants d'optiques, Samyang fait figure de trublion. Probable sous-traitant de marques "plus prestigieuses", Samyang semble vouloir désormais voler de ses propres ailes en proposant une véritable gamme d'optiques. Le Coréen s'est d'abord fait connaître avec des optiques catadioptriques et d'étonnants grands-angulaires peu chers (8 mm pour APS-C et 14 mm pour 24x36), et s'attaque désormais aux optiques lumineuses avec un 85 mm f/1,4 déjà commercialisé ainsi qu'un nouveau 35 mm f/1,4 qui vient directement concurrencer les modèles les plus prestigieux chez Canon, Nikon ou encore Zeiss avec un tarif très attractif.

En effet, si les Canon ou Zeiss flirtent avec les 1 500 euros (le Nikkor frôle les 2 000 euros...), le modèle Samyang est proposé à 379 euros (bien que les premiers modèles vendus soient finalement plus chers). Pour ce prix, la mise au point est manuelle et la communication avec le boîtier parfois limitée (notamment sur le modèle Canon), mais le rapport qualité / prix pourrait facilement faire pencher la balance en faveur du modèle coréen.

Alors, faut-il craquer pour cette optique ? Réponse dans notre test.

Prise en main

Prise en main

Samyang, constructeur d'optique coréen, n'arrête pas de faire parler de lui. Bien que ses optiques soient totalement manuelles – le 35 mm ici testé n'échappe pas à la règle –, elles offrent un rapport qualité /prix presque imbattable. Elles avaient déjà une bonne réputation tant en termes de qualité optique que de construction. Il semble que ce 35 mm s'inscrive dans cette tradition.

Construit en 10 groupes de lentilles comprenant 12 éléments, le diaphragme compte 8 lamelles et permet une ouverture de f/1,4. Rappelons qu'un objectif qui ouvre à 1,4 est deux fois plus lumineux qu'un autre ouvrant à f/2, et donc quatre fois plus lumineux qu'un autre ouvrant à f/2,8.

Samyang 35 mm f/1,4 test review exemple 1
12 800 ISO et une ouverture de f/1,6 sur ce cliché... :

l'appareil photo récupère des informations indiscernables à l'œil nu dans la pénombre.

Le Samyang 35 mm f/1,4 est une "belle optique". Il pèse 660 g ce qui en fait un objectif relativement lourd et, avec plus de 11 cm (sans pare-soleil), relativement long... Il est tout en métal, très bien fini et, comble du ravissement pour les puristes, il comporte une échelle de profondeur de champ.

Par ailleurs ce 35 mm comporte une bague de diaphragme fermant de f/1,4 à f/22. Pour le moment, seules les optiques en monture Nikon (et probablement Pentax et Sony, mais nous n'avons pas pu essayer) disposent d'un contrôle de l'objectif via les molettes de réglage du boîtier et surtout d'une mesure automatique de la lumière en mode priorité vitesse et ouverture. Du coup, la mise au point reste donc manuelle. Enfin un liseret de couleur rouge fait son apparition autour de l'objectif, probablement pour signifier l'appartenance de l'optique à une catégorie haut de gamme.

Samyang 35 mm f/1,4 test review exemple 1Sur sujet fixe, la zone de netteté est facilement maîtrisable.

Pour peu que l'on prenne son temps (et que l'action le permette), il est facile de composer son image.

Tests mires

Pour nos essais en studio, nous avons vissé le Samyang 35 mm f/1,4 sur un Nikon D700 et un Nikon D3x, qui offre actuellement chez Nikon la meilleure définition sur un capteur 24x36.

Si le capteur 16 Mpx du D7000 est plus exigeant (avec des pixels de 4,73 µm contre 5,9 µm sur le D3x), le reflex 24x36 permet d'apprécier la qualité de l'optique sur l'ensemble du champ couvert par l'optique. Pour les mesures, le boîtier est configuré par défaut (JPeg), les options de correction de l'optique sont désactivées (distorsion, aberrations chromatiques). Pour les mesures de piqué, nous utilisons également les fichiers bruts, ce qui permet d'obtenir des résultats plus proches des performances de l'optique sans prendre en compte l'accentuation des images lors de la création des JPeg.

Piqué et résolution optique

Le Samyang 35 mm f/1,4 est une optique impressionnante tant par son niveau de fabrication que par les résultats obtenus sur notre mire MTF. Nos mesures exprimant la résolution optique pour une MTF à 10% sont plutôt prometteuses pour une optique de cette catégorie (moins de 500 euros).

En effet, si à pleine ouverture l'optique semble en retrait, elle est capable de distinguer plus de 50 paires de lignes par millimètre, ce qui est un score plutôt honorable. Notez que, étonnamment, la bordure d'image semble un peu plus piquée que le centre. En fermant un peu, l'optique gagne rapidement en précision et grimpe à plus de 62 lp/mm à f/2 et plus de 75 lp/mm à f/4. L'optique est à son paroxysme à f/8 avec un peu moins de 80 lp/mm. Sachant que la résolution optique du capteur du D3x est à 84 lp/mm, le Samyang 35 mm rend honneur au 24x36 de Nikon. Sans surprise, la précision diminue avec l'ouverture, la diffraction faisant son œuvre à partir de f/11.

Samyang 35 mm f/1,4 Nikon D3x test review résolution optique en fonction de l'ouverture mtf

Distorsion

La focale 35 mm n'est pas vraiment grand angle, pourtant la déformation géométrique du Samyang est clairement visible sur la mire. Sa distorsion en barillet (-1,76%) devrait être perceptible sur certains clichés comportant des lignes droites. Toutefois, cette déformation n'est pas alarmante et se corrige assez facilement.

Samyang 35 mm f/1,4 test review avis distorsion mesures

Aberrations chromatiques latérales

Les franges colorées des aberrations chromatiques latérales ne sont pas vraiment un problème avec le Samyang 35 mm f/1,4. Sur les images d'un D700, elles ne dépassent pas 1 pixel et sont presque indiscernables sur des tirages 20 x 30 cm, quelle que soit l'ouverture utilisée.

Vignetage

Franchement visible à pleine ouverture, le vignetage s'estompe petit à petit en diaphragmant. Il faut toutefois atteindre f/4 pour que l'assombrissement des bords ne soit plus perceptible.

Samyang 35 mm f/1,4 test review vignetage

Tests terrain

Mise au point

La bague de mise au point est large et sa course longue permet de définir précisément la zone de netteté. Pour information, nous avons dû régler précisément l'AF sur notre D700 afin que le point de netteté corresponde à la diode d'assistance AF qui s'allume dans le viseur. Une fois cela réalisé, et à condition que le sujet ne soit pas trop mouvant, nous n'avons noté aucune difficulté particulière pour avoir le point, d'autant plus que cette diode s'allume en fonction du sélecteur AF choisi. Les cadrages s'en trouvent facilités. Il faut néanmoins accepter de prendre plus son temps qu'à l'accoutumée si vous êtes un utilisateur d'optiques équipées d'un autofocus.


En condition de reportage lors d'une fête de quartier, avec un sujet coopérant, il est possible d'utiliser la plus grande ouverture pour l'isoler du fond.

Piqué

À la pleine ouverture, le piqué au centre et sur les bords est un peu mou. Les images manquent légèrement de contraste et de tonus. En fermant de deux crans, le saut qualitatif est remarquable. Dès f/1,8, le centre devient très bon, pour être tout à fait excellent à f/2,8. De plus, le piqué est homogène sur l'ensemble du champ. À partir de f/11, la diffraction commence à réduire un peu le piqué et le contraste, mais ce n'est à qu'à f/16 que les images se détériorent – en restant néanmoins très exploitables !


Déjà à f/2,5, le piqué est impitoyable pour les rides.


Le piqué est déjà très bon à f/1,8 au centre.


À f/10 il est même possible de compter le nombre de boulons sur le sommet de la structure !

Distorsion

La distorsion en barillet est assez marquée, mais pas beaucoup plus que ses concurrents directs.


La mise au point rapprochée permet de mettre en évidence une anamorphose de volume (déformation sur les angles), plus imputable au "grand angle" qu'à un véritable défaut optique.


La distorsion en barillet est assez marquée et rapidement visible sur les images avec des droites, mais elle se corrige assez facilement.

Vignetage

Très marqué à pleine ouverture, le vignetage s'amenuise à partir de f/4 pour devenir négligeable à f/8. Encore une fois, les différences sont assez faibles entre les compétiteurs directs.

Aberrations chromatiques

Les franges colorées sont visibles à pleine ouverture et s'amenuisent peu à peu en fermant, sans pour autant complètement disparaître.

Flou d'arrière-plan (bokeh)


Avec la mise au point rapprochée à 30 cm, il est encore plus facile de créer de beau flou d'arrière-plan. À f/1.4, celui-ci est crémeux pour devenir un peu plus nerveux au-delà, tout en restant doux et contrasté.

Exemples de photos

À pleine ouverture le vignettage est fortement marqué, mais en fermant le diaphragme celui-ci devient négligeable

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 1
Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 2

Le piqué est si élevé qu'il est possible de compter les boulons sur le haut de la structure

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 3
Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 4

La distorsion en barillet est assez marquée, mais facile à corriger en raw

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 5

À f/2 l'image manque encore un peu de contraste, mais il est facile d'isoler un sujet de son arrière-plan.

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 6

Le piqué est très élevé au centre, mais la déformation sur les bords est assez marquée

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 7

12800iso et f1,4, le capteur perçoit des informations invisibles à l'oeil nu

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 8

La zone de mise au point est fine à pleine ouverture et demande de l'entrainement

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 10

Même à f2,5, l'optique est presque trop piqué pour du portrait

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 11

Sujet clair sur fond sombre, les franges colorées sont visibles

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 12

Sur sujet fixe il est facile de travailler sa composition et de jouer sur l'étagement des plans avec la profondeur de champ.

Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC exemple 13

Contrat Creative Commons
test Samyang 35 mm f/1,4 de David Lefevre est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à /.

Verdict

 Samyang 35 mm f/1,4

Une fois de plus, Samyang nous surprend avec une optique de qualité à prix imbattable ! Mais attention, il serait un peu hâtif de recommander ce 35 mm lumineux à tous les photographes.

Sur le plan optique, le 35 mm f/1,4 est plutôt réussi. À pleine ouverture, le piqué est déjà très convaincant (centre et bord) sans être exceptionnel, mais dès f/1,8 ou f/2, il devient très intéressant et augmente jusqu'à f/8. À cette ouverture, le piqué est tout simplement excellent avec le 24 Mpx du D3x. Sur un Nikon D700, l'optique ne limite pas le capteur avec une résolution optique équivalente à celui-ci soit 59,25 lp/mm. Ce résultat est exceptionnel. La distorsion est un peu visible tout comme le vignetage à f/1,4.

Au niveau de la construction, le Samyang 35 mm f/1,4 est plutôt agréable à utiliser. La construction métallique est de bon aloi, même si l'ensemble est un peu lourd. La bague de mise au point bien dimensionnée est fluide et souple. La course s'effectue sans accroc, mais semble à certaines occasions un peu longue pour être franchement efficace – un avis que ne partage pas David : lui apprécie cette "longueur" pour justement caler finement la mise au point. Sans doute une question d'habitude. En vidéo, elle autorisera par contre des transitions d'une très belle fluidité.

Naturellement, les onéreux modèles Canon ou Nikon disposent d'une mise au point automatique rapide et silencieuse qui fait une réelle différence en terme d'usage, mais le prix à payer pour ce confort est très élevé. Nous attendons avec impatience le jour où Samyang intégrera un système de mise au point automatique (ultrasonique ou non d'ailleurs) dans ses optiques.

Notez que nous avons eu des problèmes de front/back focus sur les deux reflex (Nikon D700 et D3x) utilisés. Nous avons donc dû procéder à des micro-ajustements de la mise au point avant d'utiliser l'optique (-15 et -18).

Reste l'épineux problème de la communication avec le boîtier. En monture Nikon, l'optique communique certaines informations (Exif notamment) et la présélection du diaphragme fonctionne normalement dans les modes à priorité ouverture et vitesse. Pour faire rapide, le 35 mm de Samyang s'utilise comme une optique normale, l'autofocus en moins. Il en va de même avec la version Pentax. Toutefois, sur un capteur APS-C, l'imposant 35 mm devient un 50 mm lumineux un peu moins attractif par rapport au 35 mm f/2,4 de la marque.

Sans connexion électronique, la version Canon est beaucoup plus difficile à apprivoiser. En effet, il n'y a pas de présélection du diaphragme possible. Pour la mise au point, vous devrez passer à pleine ouverture pour avoir le maximum de lumière, puis diaphragmer avec la bague pour ajuster l'exposition. Le mode priorité S ne fonctionne donc pas et se transforme en mode M. La petite gymnastique n'est pas inintéressante, mais peut s'avérer un peu longue à mettre en œuvre dans certaines conditions. D'autant qu'aucun témoin de mise au point n'est visible dans le viseur. Il faudra donc apprécier la netteté soit dans le viseur, soit en visée directe sur l'écran. Pas simple. Apparemment, le problème est identique pour la version Sony.

En monture Nikon, le 35 mm f/1,4 de Samyang mérite amplement son "recommandé". En monture Pentax, c'est le fait d'avoir un "simple" et volumineux 50 mm lumineux qui compte avant tout. En monture Canon et Sony, les limitations (pas de présélection du diaphragme, pas de témoin de mise au point) doivent bien être considérées avant l'achat.

Face à la concurrence

| |
|
| Canon 35 mm f./1,4 | [tab_prix2(Canon,35mm f1.4,2,867,id_shopping,0,28246741,0)] |

Canon 35 mm f/1,4. Proposé à environ 1500 euros, le 35 mm f/1,4 est une optique de luxe comme en témoignent son liseré rouge et sa dénomination L. Cette focale fixe dispose d'une mise au point ultrasonique USM, mais pas de stabilisation optique. La fabrication est également un cran au-dessus avec une finition tout temps, même si le joint d'étanchéité au niveau de la baïonnette manque à l'appel.
| | | | Nikon 35 mm f/1,4G | [tab_prix2(Nikon,35mm f1.4G,2,869,id_shopping,96323,107350200,0)] | Nikon 35 mm f/1,4. Le nouveau 35 mm griffé Nikkor atteint des sommets tarifaires pour une focale fixe. La finition est au niveau des prétentions de l'optique : construction tout temps, échelle des distances protégée par une fenêtre, autofocus ultrasonique SWM et traitement de surface Nanocristal pour une qualité d'image hors norme.
| | | | Carl Zeiss 35 mm f/1,4 | [tab_prix2(zeiss,Distagon T 35mm f1.4,1,870,id_shopping,96323,0,0)] | Zeiss 35 mm f/1,4*. Autre fabricant à proposer des optiques sans autofocus, Carl Zeiss dispose dans sa gamme optique d'un 35 mm f/1,4 assez onéreux lui aussi, et presque 3 à 4 fois plus cher que son équivalent chez Samyang.

| | | | Sony 35 mm f/1,4 | [tab_prix2(sony,35mm f1.4,2,868,id_shopping,0,53853015,0)] | Sony 35 mm f/1,4. Sony dispose d'un 35 mm lumineux un peu moins cher que la concurrence, mais le niveau de fabrication est également un peu en dessous des autres optiques beaucoup plus luxueuses. Les mesures DxOMark sont également peu flatteuses pour cette optique montée sur un Alpha 900.

| | | | Pentax 35 mm f/2,4 | [tab_prix2(,,,332,id_ln,,,)] | Pentax 35 mm f/2,4. Pentax ne disposant pas de boîtier plein format 24x36, l'intérêt d'une optique 35 mm lourde et volumineuse est discutable. L'optique Samyang se transforme certes en un 50 mm lumineux, mais l'encombrement est important, surtout que Pentax propose un 35 mm f/2,4 beaucoup plus léger et compact et proposant une qualité d'image honorable. À méditer donc.

Merci à Geek-trend pour le prêt de cet objectif !

+
  • Belle construction
  • Piqué correct à pleine ouverture et excellent à f/8 sur D3X et dès f/5,6 sur D700
  • Bague de mise au point souple et fluide
  • Longue course de mise au point idéale pour la vidéo
  • Distorsion modérée
  • Vignetage classique à pleine ouverture
  • Distance de mise au point minimale de 30 cm
  • Mise au point manuelle
  • Optique imposante : longueur et poids
  • Pas de présélection du diaphragme chez Canon et Sony
  • Course de la mise au point un peu longue en photo
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC
35 mm f/1,4 AS UMC
Il n'y a actuellement aucune offre.